• La Rédaction

     

    Dom Luiz d’Orléans Bragance

     

     Dom Luiz d’Orléans et Bragance, Chef de la Maison Impériale du Brésil, a rendu l’âme aujourd’hui.

    Son frère, Dom Bertrand, qui l’a veillé tous ces jours-ci, a annoncé sa mort, survenue à l’âge de 84 ans à Sao Paulo, et a demandé des prières.

    Il avait succédé à son père en 1981, et était malade depuis plusieurs années. Il recevait depuis plusieurs jours des soins intensifs et il s’est éteint après avoir reçu les derniers sacrements et la bénédiction apostolique.

    Né en 1938 en France, le 6 juin à Mandelieu-la-Napoule, il avait maintenu un esprit traditionnel en vigueur dans la branche légitime de sa famille.

    Il était le fils de Pedro Henrique d’Orléans et Bragance, et de la Princesse Marie de Bavière. Il ne s’était pas marié.

     


    votre commentaire
  • La Rédaction

     

    Nous avons la tristesse d’annoncer la mort de Dom Luiz d’Orléans et Bragance, Chef de la Maison Impériale du Brésil.

     


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Titres décernés par un Prétendant

     

    Le Comte de Paris peut-il décerner un titre ?

    Pour suivre ce sujet, nous vous invitons à le lire ici ! Clic !

     

     


    votre commentaire
  • La Rédaction

     

    L’initiative est de première importance et elle est à soutenir.

     

    Elle consiste à obtenir la reconnaissance du risque majeur de pénurie alimentaire.

     

    La pétition se trouve ici !

     

     


    votre commentaire
  • La Rédaction

    14 juillet 2022 : La Prise de la Pastille

    « Remontons » ce titre que nous avons utilisé plusieurs fois, sans son contenu aujourd’hui, mais avec un condensé du bilan de la république française, qui s’attache à cette tromperie que constitue la "fête" dysnationale du 14 juillet, instaurée en 1880 et qui récupérait (récupération politique, déjà...) une date d’un symbole certain (ici nous nous démarquerons une fois de plus des commentateurs royalistes).

    On peut se plaindre aujourd’hui de ce que les mafias externes, c’est-à-dire les personnels politiques et leurs équipes, se succèdent en France sans jamais être choisies, imposées par un processus anti-démocratique  qu’est en réalité l’élection, dont le principe est faussé à la base. 

    Si la République a pris ses aises, s’est imposée, comme un intrus s’impose, c’était déjà, en 1880, par défaut et par "aubaine".

    Ce n’était pas la première fois. Mais plus puissamment que jamais, c’est l’imbécillité des Droites de l’époque, qui a offert le marchepied aux républicains de Gambetta.

    Toutes les catastrophes, en France, et peut-être indirectement, et presque partout dans le monde par la contagion de ce mouvement pervers des republiques modelées sur le triste exemple français, l’ont été par la Droite, par les Droites, et très au-delà des seules questions politiques ; mais ce n’est pas le fond de cette note, seulement un rappel.

    Ce que les Français doivent fêter, c’est que la république à la française a accompli le comble de l’absolu contraire de ses fameux principes, et de ses "valeurs". Valeurs que les hâbleurs politiques de tous bords invoquent mais dont ils ne donnent jamais de définition concrète et objective, et qui, un peu comme le Croque Mitaine ou le Dahu de la fameuse chasse, tiennent leur mythe de ce qu’on ne les a jamais vus.

    La république a sali, et renié, tout ce pourquoi de nombreuses générations jusque ici ont cru de ce complexe qui nous étouffe : qu’elle allait élever l’homme, lui donner les moyens de l’instruction, et ceux d’un destin individuel honorable et prospère. Pas besoin d’ajouter que la république au contaire a saboté l’instruction et la capacité de choix, banni la Liberté et toutes les libertés personnelles et collectives, instauré la misère et imposé la pire dictature qui ait jamais existé.

    C’est pour cela que nous lui prévoyons, lui annonçons surtout, dans un délai bien court, une fin à la Ceaucescu.

    C’est le moment pour les opportunistes, de prévoir pour leur avenir, et nous les gardons à l’œil.

    Le pays, et le monde, et ceux qui veulent survivre ont besoin d’autres images, d’autre idéal et d’autre destin que ces chappes de plomb des États et spécialement de La République, que leurs ruines, leurs crises permanentes dans tous les domaines, leurs scandales, leurs menaces, leurs épidémies, leurs famines, leurs impôts et leurs flics.


    votre commentaire
  • La Rédaction

     

    C’est avec peine que notre équipe a appris l’attentat commis contre l’ancien Premier ministre Japonais, M. Shinzō Abe, qui a succombé à ses blessures.

    C’est un homme de première envergure, un véritable homme d’État que le Japon et le monde viennent de perdre.

    Sitôt l’annonce de l’attentat, et avant même l’annonce de son décès quelques heures plus tard, on a pu s’interroger sur les motivations du tireur, qui autrefois avait appartenu trois ans à la Force maritime d’autodéfense, et chez lequel la police aurait retrouvé des explosifs, et selon Paris Match, "un véritable arsenal d’armes et de bombes artisanales".

    Les raisons alléguées par le tireur, qui aurait crû selon le même article que l’ancien Premier ministre aurait eu des liens avec une organisation pour laquelle il avait gardé rancune,  sont d’après nous relativement peu crédibles.

    Certes, la description faite par Paris Match expliquerait pourquoi ceux qui ont regardé la vidéo ont trouvé que les gardes du corps ont été étonnement inactifs entre le premier coup, non mortel, et le second.

     

    Shinzō Abe avait démissionné en 2020. Son départ était-il peut-être dû au fait qu’il ne voulait pas pousser les Japonais à se faire piquer ?

    L’explication officielle de sa démission, une maladie dont il déclarait souffrir, avait été peu crue.

     

    Ajoutons à notre article qu’on prêtait à Shinzō Abe l’intention de revenir au pouvoir. Faut-il impliquer dans cet assassinat une cause interne à son parti ?

     

    L’assassinat de Shinzō Abe

    Image Kazuhiro NOGI / AFP


    votre commentaire
  • La Rédaction

     

     

    Les lignes bougent... Et les lignes bougeront, quoi qu’il en coûte.

    Nous invitons ceux qui le veulent à signer contre le retour du pass vaccinal. Pour les autres, cliquer ci-dessous aboutit à un certain nombre d’explications sur ce phénomène d’agissement criminel opéré par les pouvoirs publics pour des raisons que nous ne réaborderons pas ici.

    Nous les approuvons, mais elles sont naturellement plus modérées que notre position.

    Le pass vaccinal, comme le pass sanitaire, n’est pas dangereux... Il est mortel.

    Un clic sur Les lignes bougent

    Cette pétition concerne les Français.

     

    Ajoutons la décision qui vient d’être annoncée, de la majorité de ne pas insérer cette mesure dans le texte de loi qui sera déposé cette semaine. Cependant, comme les instances européennes ont une position différente... et que leur méthode mensongère à tous, est bien connue, comme l’explique bien la page de cette pétition... 

    Comme il en est aussi du port du masque... non prévu pour l’instant. Toutes les précautions doivent être de mise.


    votre commentaire
  • La Rédaction

    RoyautéNews : Appel à la grève des impôts locaux des parisiens

    Paris et le saccage d’une capitale, dans l’indifférence d’une opposition rabougrie et incompétente. Et l’absence d’entité solide et valide dans la question patrimoniale et dans la question civique.

    Suppression d’arbres parfois anciens, saleté hors limites avec des amoncellements de poubelles non ramassées qui sont autant de décharges à ciel ouvert. L’envahissement par des rats de belle taille et d’harmonieuses proportions, qu’il conviendrait de déplacer dans un enclos éloigné et aménagé. Ils ne sont pas en effet responsables de l’incurie de la république.

    Une fois de plus, c’est contre les institutions retournées contre la population, qu’on attend une coalition civique décisive. Indépendante de ceux qui sont engagés proche ou loin des formations politiques.

    La première solution, l’opposition parisienne ne la proposera pas sauf à ce qu’elle ait reçu l’Esprit Saint la soufflant vers RoyautéNews, à la Pentecôte et c’est rapé pour cette année.

    Quoique notre Site n’encourage pas, bien au contraire, des comptes situés à Droite à nous suivre sur les réseaux sociaux, où ils ne sont pas souhaités.

    Cette solution est simple, elle est même légale et prévue, et bien qu’elle soit légale, nous la recommandons !

    Elle consiste à immobiliser chez un huissier de justice les montants des impôts locaux, en expliquant pourquoi. Les impôts locaux continuent d’être réglés par l’habitant, mais leur versement est suspendu à la restauration des services interrompus par la Ville, ou à la fin des nuisances ou des atteintes au patrimoine commun.

    Faut-il le dire, une municipalité (comme l’État ou tout organe public) n’a pas à disposer de ce qui appartient à tous.

     

    La deuxième solution est judiciaire. Qui la fera jouer ?

    Les nuisances et les  atteintes à la propriété publique doivent être poursuivies devant la justice. Tous ceux qui sont en charge d’une responsabilité et qui ne l’appliquent pas, sont complices de fait.

     

    C’est une application douce et légale, d’une arme radicale que nous espérons se voir mise en place partout, contre l’État : la grève généralisée et radicale de l’impôt, et plus que la grève, qui implique une durée finie, le refus illimité de tout impôt !


    votre commentaire
  • La Rédaction

     

    La Princesse Alexia des Pays-Bas a eu aujourd’hui dix-sept ans.

    Elle est l’une des jeunes sœurs de la Princesse Héritière Amalia, suivie par la Princesse Ariane.

     

    Ceci est une photo officielle du Palais.

    Alexia des Pays-Bas


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Tempête inutile à travers le monde après la décision de la Cour suprême des États-Unis sur la législation de l’avortement.

    Il n'y a pas de révocation du "droit à l'avortement". Il est simplement reconnu que ce n'est pas une compétence fédérale et que la décision initiale en ce sens était plus qu'entachée d'erreur. 

    C’est aux États américains d’adopter la législation qui leur convient, par des représentants élus par le peuple.

    Ce que craignent les avorteurs, est que ceux qui ne sont pas d’accord puissent exister.

    Sur un autre plan, la pensée générale Trumpienne est la force du pays. Une menace interne pèse aux États-Unis, celle de la sécession, notamment celle du Texas. État dans lequel l’avortement n’est pas bien considéré.

    Nous reviendrons sur la question des législations sur l’avortement.

    _________

     

    L’Union européenne vient de valider un nouveau "vaccin", Vanelva, qui venait d’être racheté quelques jours plus tôt par... l’empoisonneur Pfizer !

    C'est parce que c'est prétendument un vrai vaccin. Mais il contient aussi des additifs toxiques, en plus de l'aluminium, toxique dès qu’il en contient très peu.

    Bien sûr, au moins en principe il ne contient pas d'ARN messager. Potentiellement il ne contiendrait pas, jusqu’à nouvelle information, de produits dangereux et incontrôlables, causant des dommages, dont certains sont irréversibles, que l’on commence à connaître... comme ce qui a été injecté dans les piqures Pfizer, Moderna, principalement. 

     

    Pour l’aluminium c'est en fait un toxique pour tout le monde mais chacun a sa dose maximale. Très peu de gens ont une dose maximale assez faible pour que l'aluminium des vaccins suffise à provoquer des maladies. Bien sûr il faut éviter les casseroles en aluminium. Le "papier alu", lui, ne contient plus d'aluminium depuis des décennies.
     
    Nous rappelons notre position :
     
     - l’intention des piqueurs situés en haut de la pyramide a été d’empoisonner et de tuer le plus grand nombre d’individus sur la planète. 
     
    Il s’agit donc, au-dela d’un crime contre l’Humanité, d’un populicide, d’un totalicide.
     
      - Il n’a jamais existé, et ne peut exister de vaccin en cas d’épidémie ! Pouvant se déployer - encore moins, « à l’aveugle », sans base concrète servant de point d’étude, pour la recherche d’une solution, quand on ne connaît pas un virus qui vient de s’inventer ni comment il opère ! - et sortir des fagots ! Alors en plus que le patron de Pfizer a reconnu que son produit avait été vendu avant que les tests aient été réalisés !
     
    Ajouter des preuves essentielles, longues de milliers de pages, ne servirait à rien devant des gens abreuvés de tout type de cinéma malsain, qui ont abdiqué tout raisonnement et toute distance vis-à-vis des pouvoirs officiels, et qui sont gouvernés par la trouille autant que par la crédulité.

    votre commentaire