• Livres et Bibliothèque de Royauté-News

    Vous êtes sur la Bibliothèque de Royauté-News

    Les ouvrages sélectionnés par RoyautéNews sont destinés aux lecteurs férus ou amateurs d’Histoire ou de certaines questions contemporaines. Cette liste des livres à connaître est destinée surtout aux chercheurs et aux étudiants et n'est pas une rubrique de critique littéraire. Sauf exception ces ouvrages ne sont pas lus par la rédaction.

  •  

    Le statistiquement correct - Sami Biasoni

    Éditions du Cerf  ;   21 sept. 2023  ;    264 p.;  20€.

     

    Présentation officielle : Taux de chômage, évolution du PIB et de l’inflation, écarts salariaux entre les hommes et les femmes, sondages d’opinion… Et si les statistiques dont nous abreuve le débat public étaient, à un certain niveau, erronées ? Peu de domaines échappent à l’emprise des chiffres qui structurent nos échanges et fondent nos convictions. Or, ces statistiques sont souvent tronquées, inexactes, voire orientées. Même les experts s’y laissent parfois prendre. Ces données, que l’on pare des atours du vrai, constituent une menace croissante pour nos démocraties. Dans cet essai critique, Sami Biasoni revisite les chiffres qui structurent les grands enjeux sociétaux de notre temps pour débusquer le statistiquement correct qui s’y cache. Une analyse inédite. Un ouvrage salutaire. Un manuel de réarmement intellectuel.

    Le statistiquement correct   -   Sami Biasoni

     

     


    votre commentaire
  •  

    Le sceptre et la plume   -   Bruno de Cessole

    Politique et littérature en France, de Montaigne à François Mitterrand

    Perrin  ;   31 août 2023    ;   592 p.;   26€.

     

    Présentation officielle : L’histoire inédite d’une exception française, de Montaigne à François Mitterrand.

    La France possède une singularité enviée du monde, et sans doute vouée à disparaître : la liaison étroite qu’entretiennent depuis des siècles la politique et la littérature. En quel autre pays, un homme d’État estimerait que la légitimité issue du suffrage est rehaussée par le prestige de l’écriture ? En quel autre pays les grands écrivains jugent que leur génie leur octroie le devoir d’éclairer les destinées de la nation et de guider le peuple ? Ce croisement n’a pas été l’exception mais la norme, comme en témoignent par exemple la publication du Mémorial de Sainte-Hélène et celle des Mémoires de Charles de Gaulle dans la bibliothèque de la Pléiade.
    Du XVIe au XXIe siècle, ce grand livre met en lumière, à travers une galerie de portraits d’hommes politiques qui ont écrit des chefs-d’œuvre et d’écrivains phares qui ont exercé le pouvoir, cette endogamie paradoxale qui n’a cessé de susciter l’étonnement des étrangers, car elle donne aux mots une résonance et à la politique une élévation, presque une transcendance, qui manque tant aujourd’hui.
    Du côté des hommes d’État, voici Henri IV, Richelieu, Louis XIV, Mirabeau, Napoléon, Clemenceau, Jaurès, Blum, de Gaulle et Mitterrand, dont l’exercice du pouvoir s’est accompagné des pouvoirs de l’écrit. Parmi les écrivains dont la renommée a été le piédestal des ambitions politiques, voici Montaigne, Chateaubriand, Lamartine, Tocqueville, Hugo, Barrès, Malraux, Senghor…
    La littérature apparaît tantôt comme le vecteur d’une ambition, tantôt comme le deuil éclatant d’espoirs déçus, tandis que la politique cherche dans la littérature un surcroît de légitimité conjugué à un brevet pour la postérité.
    Un livre fort, doté d’une écriture superbe ; des portraits ciselés qui convoquent l’ironie de Saint-Simon et ont la profondeur de ceux de Sainte-Beuve.

    Le sceptre et la plume   -   Bruno de Cessole


    votre commentaire
  •  

    Les confessions d’un assassin financier - John Perkins

    alTerre  ; (2005)  3 avr. 2007  ;    280 p.;     environ 20€90.

    Plus bas l’édition augmentée du même livre que nous présentions le 14 août :

    Confessions d’un assassin économique  -  John Perkins

    Ariane Éditions  ;  3 sept. 2016   ;   428 p. ;    21€90.

     

    Présentation officielle : Les "assassins financiers" sont des professionnels grassement payés qui escroquent des milliards de dollars à divers pays du globe. Leurs armes principales : les rapports financiers frauduleux, les élections truquées, les pots-de-vin, l'extorsion, le sexe et le meurtre. L'auteur sait de quoi il parle, c'était son "métier". Il a exercé pour le compte des États-Unis et il confesse aujourd'hui ses terribles manipulations.

    Les confessions d’un assassin financier  -  John Perkins

     

    Présentation officielle : Cette nouvelle édition du best-seller de John Perkins, augmentée de 15 nouveaux chapitres, met à jour l'histoire des assassins économiques qui sont désormais à l'œuvre aussi aux États-Unis et en Europe. Ces nouveaux chapitres occupent plus de 100 pages où sont identifiées les assassins économiques d'aujourd'hui et où l'on trouve une chronologie détaillée de leurs activités. L'ex-assassin économique John Perkins fournit de nouveaux détails sur la façon dont lui-même et d'autres agents spéciaux ont escroqué des trillions de dollars à plusieurs pays du monde. Il révèle comment le cancer mortel de l'assassinat économique s'est répandu encore davantage pour devenir le système financier, gouvernemental et sociétal dominant. Cette édition comporte une section entièrement nouvelle où l'on découvre que tous les moyens utilisés - fausse économie, fausses promesses, menaces, pots-de-vin, extorsion, dette, supercheries, coups d'État, assassinats, pouvoir militaire illimité - le sont encore plus aujourd'hui que pendant l'époque couverte par Perkins il y a plus d'une décennie. Il est question des Seychelles, du Honduras, de l'Équateur, de la Libye, de la Turquie, de l'Europe de l'Ouest, du Viêtnam, de la Chine et, étonnamment, des États-Unis, où les nouveaux assassins économiques - des banquiers, des lobbyistes, des dirigeants d'entreprises - « trompent les citoyens et manipulent les représentants gouvernementaux en les amenant à se soumettre à des politiques qui enrichissent les riches et appauvrissent les pauvres ».


    votre commentaire
  •  

    Cléopâtre - Agnès Groslambert

    ellipses  ;    25 avr. 2023  ;   400 p.;   26€.

    Présentation officielle : Incontestablement, Cléopâtre est l’une des très rares figures historiques féminines à exercer une telle fascination sur l’imaginaire collectif. Cléopâtre VII est la dernière descendante de la dynastie issue du général macédonien Ptolémée, fils de Lagos, à régner sur le royaume hellénistique fondé en Égypte pharaonique : appelé le royaume lagide ou ptolémaïque. C’est une reine grecque, et non orientale comme la propagande octavienne la qualifiera. Elle est aussi et surtout une reine d’Égypte, fière de ses origines grecques, très attachée à la langue, la culture et l’autonomie de son royaume face à l’expansion de Rome, comme le rappelle son surnom Philopatris, qui aime sa patrie. Ses liens avec les grands généraux romains sont sans doute autant, si ce n’est plus, politiques que sentimentaux. Femme de pouvoir contre le pouvoir masculin romain. La propagande romaine, conduite par ses détracteurs, fera d’elle une séductrice intrigante, forte des pouvoirs de la sorcellerie, seuls éléments pouvant justifier la faiblesse de César et d’Antoine et leur renoncement aux grandes vertus romaines. La légende s’est saisie de son image, créant un mythe né de son vivant et devenu intemporel. Sa mort, dans des circonstances obscures, est depuis longtemps un sujet artistique, tant littéraire que pictural et, depuis un siècle, cinématographique, source d’inspiration intarissable, sans cesse renouvelée, touchant aux domaines les plus variés de la culture et même de l’économie. Cette étude tente de dénouer, au travers de sources multiples, le vrai du faux, entre légende et histoire, ce qui permettra une réhabilitation de la dernière reine d’Égypte.

    Cléopâtre   -   Agnès Groslambert


    votre commentaire
  •  

    Le Roi pour tous !   -   Francis Chouville

    Le Lys Bleu   ;  24 mars 2020 ;   400 p.;   23€.

    Pour information et rappel : Notre Site n'est pas royaliste mais un Site généraliste d'informations ciblées, indépendant et spécialisé dans le droit dynastique.

     

    Présentation officielle : Comment peut-on être royaliste au XXI° siècle alors que le sens commun affirme que seule la République peut incarner la vraie démocratie ? Le but de cet ouvrage est de démontrer par la raison que la venue du roi est non seulement possible mais indispensable aux libertés publiques.

    Alors que les soi-disant valeurs de la république ont supplanté la recherche du bien commun, la symbolique autant que l’idée même de Nation et de Patrie ont disparu du sens commun.

    Une étude dépassionnée de l’ancien Régime montre à l’évidence que la monarchie n’a jamais été la tyrannie qu’on se complait à décrire depuis deux siècles, et l’examen de la Révolution, des vrais facteurs de son origine et des effets de la machine à broyer qu’elle déclencha, nous enseigne qu’elle fut plus une malédiction qu’une bénédiction pour le peuple de France.

    Mais avant d’envisager le recours au roi, il faut examiner, sans faux-semblant, ce régime républicain qui dévoile ses limites, en le replaçant dans le contexte de l’Histoire de France au travers des différentes républiques qui se sont succédé.

    Alors il apparaît bien que le recours à un pouvoir neutre, indépendant de tous les autres est une nécessité vitale pour une vraie démocratie. N’étant pas élu, le roi n’est tenu par aucun lien si ce n’est le bien commun. En tant que pouvoir neutre, il ne gouverne pas, il règne et peut donc être l’arbitre et le recours du plus humble dont il est proche. De surcroît, le roi incarne la dimension du sacré qui doit habiter la fonction de Chef de l’État, dimension indispensable mais ruinée par la normalité décrétée des présidents de la République, qui ne représentent qu’une partie des Français.

    Être royaliste aujourd’hui n’est pas un mythe, c’est une forte espérance pour unir de nouveau le peuple de France autour de sa Patrie, de sa Nation, de son Roi : Le Roi pour tous !

     

    Le Roi pour tous !   -   Francis Chouville


    votre commentaire
  •  

    Les confessions d'un assassin financier   -   John Perkins

    Révélations sur la manipulation des économies du monde par les États-Unis ;

    alTerre  ; (3 avr. 2007)  nelle édition 3 sept. 2016  ;  312 p.;   21€90.

    Présentation officielle : Les 'assassins financiers' sont des professionnels grassement payés qui escroquent des milliards de dollars à divers pays du globe. Leurs armes principales : les rapports financiers frauduleux, les élections truquées, les pots-de-vin, l'extorsion, le sexe et le meurtre. L'auteur sait de quoi il parle, c'était son 'métier'. Il a exercé pour le compte des États-Unis et il confesse aujourd'hui ses terribles manipulations.


    votre commentaire
  •  

    Histoire de la CIA - John Prados

    Les fantômes de Langley 

    Traducteur, Antoine Bourguilleau ;

    tempus  ;  (2019) ;  poche 19 mai 2022  ;    768 p.;  12 €.

    Histoire de la CIA   -   John Prados

    Présentation officielle :  L'histoire, les opérations et les personnels de la CIA, de sa fondation en 1947 à nos jours, par le grand historien américain John Prados. Fondée en 1947, la CIA est la plus célèbre agence de renseignement américaine, voire mondiale. Elle est aussi sans doute la plus controversée. Grâce à de nombreux documents jusqu'alors inconnus, John Prados jette un nouvel éclairage sur ses méthodes et ses opérations - de la Pologne à la Hongrie, de l'Indonésie à l'Irangate et de la baie des Cochons à Guantanamo.

    Il lève en particulier le voile sur son rôle dans la guerre contre le terrorisme depuis le 11 septembre, qui s'est étendu très au-delà des actions clandestines. Ses réussites, ses échecs, ses relations avec le pouvoir, ses directeurs, ses héros – mais aussi ses salauds - sont ici présentés par l'un des meilleurs spécialistes du sujet, qui décrit par ailleurs l'évolution de l'Agence : se militarisant et s'éloignant toujours davantage de sa mission première de collecte de renseignements, elle semble ne chercher qu'à s'affranchir de tout contrôle du pouvoir exécutif et surtout législatif pour devenir un Etat dans l'Etat.
    Cette Histoire de la CIA, fruit de quarante ans de recherches, est indispensable pour comprendre l'histoire contemporaine des Etats-Unis et envisager son avenir.


    votre commentaire
  •  

    Vaincre en mer - Thibault Lavernhe ; François-Olivier Corman

    Équateurs ;    02 fév. 2023  ;   648 p.;   31€.

    Présentation officielle : À l’heure où le combat naval entre marines de guerre redevient une « hypothèse de travail » plausible, force est de constater qu’il n’existe aucun ouvrage récent pour en cerner les enjeux tactiques, alors même que le besoin d’investissement intellectuel dans ce domaine n’a jamais été aussi pressant.

    C’est à cette tâche, à la fois théorique et pratique, que deux officiers de marine s’attèlent. Théoriciens, ils identifient un cinquième âge de la conflictualité navale qui succède, sans les effacer totalement, aux âges de la voile, du canon, de l’avion et du missile. Cet âge, c’est celui de la robotique, irrigué par le numérique, où les machines remplacent toujours plus les hommes. Praticiens du combat naval, ils démêlent les invariants et les inflexions de la guerre sur mer, en puisant largement dans l’histoire navale universelle et en rappelant nombre d’épisodes parfois oubliés.

    Les deux auteurs délivrent ainsi un traité de tactique navale générale, nourri par l’histoire, adapté au présent des flottes de guerre modernes et résolument tourné vers l’avenir de la conflictualité en mer.

    Un ouvrage terriblement d’actualité, aussi bien pour les passionnés de géopolitique que pour les lecteurs curieux de comprendre comment les enjeux navals et maritimes d’aujourd’hui sont au centre de enjeux militaires de demain.

    Vaincre en mer - Thibault Lavernhe ; François-Olivier Corman


    votre commentaire
  •  

    Kissinger - L'ordre du monde

    Fayard  ;   2016 ;  en Poche, 17 mai 2023 ; 400 p.

    Ci-dessous les deux présentations

    Cet ouvrage est présenté pour information. Ni le texte de présentation, ni l'ouvrage, et le fait de les présenter pour information ne signifient nullement adhésion.

    Kissinger : l'ordre du monde

    Kissinger : l'ordre du monde

     

    1)  Comment construire un ordre international commun dans un monde marqué par des perspectives historiques divergentes, des conflits violents, la prolifération des technologies et l’extrémisme idéologique ? C’est le défi ultime du xxie siècle, auquel Henry Kissinger tente ici de répondre.
    Son constat de départ est qu’il n’a jamais existé de véritable « ordre mondial ». Tout au long de l’histoire, chaque civilisation, se considérant comme le centre du monde et regardant ses principes comme universellement pertinents, a défini sa propre conception de l’ordre. Aujourd’hui, ces diverses conceptions entrent en confrontation, et il n’existe pas de consensus entre les principaux acteurs sur les règles d’action et leurs limites, ni sur le but ultime poursuivi. La conséquence en est une forte montée des tensions.
    S’appuyant sur sa longue expérience, Kissinger raconte de l’intérieur plusieurs épisodes cruciaux de l’histoire mondiale – les délibérations internes à l’administration Nixon lors de la guerre du Vietnam, les relations entre Reagan et Gorbatchev pendant la glasnost – et offre une analyse fascinante d’événements plus récents – les négociations nucléaires avec l’Iran, les printemps arabes, les tensions avec la Russie en Ukraine, l’apparition de Daech…
    Limpide et provocant, mêlant analyse historique et prospective géopolitique, cet ouvrage unique ne pouvait être écrit que par un homme ayant consacré sa vie à la politique et à la diplomatie.

    Henry Kissinger a été secrétaire d’État sous Richard Nixon et Gerald Ford et a conseillé de nombreux autres présidents américains en matière de politique étrangère. Lauréat du prix Nobel de la paix en 1973, son dernier ouvrage paru en France est De la Chine (Fayard, 2012).

    Traduit de l’anglais (États-Unis) par Odile Demange.

     

    « Un Kissinger du meilleur cru. » Hillary Clinton dans le Washington Post 

     

    « La conclusion de Kissinger mérite d’être lue et comprise par tous les candidats à l’élection présidentielle de 2016. L’ordre du monde en dépend. » Lionel Barber, Financial Times

     

    2)  Henry Kissinger tente ici de répondre au défi ultime du XXIe  siècle : comment construire un ordre international commun dans un monde marqué par des perspectives historiques divergentes, des conflits violents, une prolifération des technologies et l'extrémisme idéologique ? 

    Comment construire un ordre international commun dans un monde marqué par des perspectives historiques divergentes, des conflits violents, la prolifération des technologies et l’extrémisme idéologique ? C’est le défi ultime du xxie siècle, auquel Henry Kissinger tente ici de répondre. Son premier constat est le suivant : il n’a jamais existé de véritable « ordre mondial ». Tout au long de l’histoire, chaque civilisation, se considérant comme le centre du monde et pensant ses principes universellement pertinents, a défini sa propre conception de l’ordre. Aujourd’hui, ces diverses conceptions entrent en confrontation, et il n’existe pas de consensus entre les principaux acteurs sur les règles d’action et leurs limites, ni sur le but ultime poursuivi. Fort d’une longue expérience, Henry Kissinger raconte de l’intérieur plusieurs épisodes cruciaux de l’histoire mondiale et offre une analyse fascinante d’événements plus récents. Limpide et provocant, mêlant histoire et géopolitique, cet ouvrage unique ne pouvait être écrit que par un homme ayant consacré sa vie à la politique et à la diplomatie.

     


    votre commentaire
  •  

    Coup d'État  ;  Manuel insurrectionnel  -   Juan Branco

    Au diable vauvert  ;   30 mars 2023  ;   256 p.;   20€.

     

    Résumé officiel et présentation de l'auteur par l'Éditeur : Il est courant et aisé d'appeler à l'insurrection. Il est habituel de céder aux provocations. Il est plus rare de réfléchir et d'organiser une révolution.

     

    Juan Branco est un jeune auteur. Docteur et avocat, ancien collaborateur du ministre des Affaires étrangères et du Procureur de la Cour pénale internationale, il devient, à vingt-quatre ans, l’un des plus proches conseillers de Wikileaks et de Julian Assange, puis des gilets jaunes, et l’une des principales figures d’opposition au gouvernement. Passé par Yale et la rue d’Ulm, il est l’auteur aux éditions Au diable vauvert du livre phénomène Crépuscule, vendu à 160 000 exemplaires et téléchargé plus d’un million de fois. Coup d’État est son dixième ouvrage.


    votre commentaire
  •  

    La mafia d'État   -   Vincent Jauvert

    Seuil  ;  7 oct. 2021  ;   224 p.;   19.€

     

    Présentation officielle : En France, un petit groupe de hauts fonctionnaires truste la plupart des postes clés et lucratifs – dans les grandes entreprises privées comme au cœur de l’État. Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, jamais cette caste n’a été aussi puissante et aussi riche.

    Comment cette caste, unique dans le monde occidental, s’est-elle constituée sous le gaullisme, a prospéré sous Mitterrand, pour atteindre son apogée aujourd’hui ? Comment a-t-elle réussi à contrer toutes les tentatives pour réduire son pouvoir ? Pourquoi des proches d’Édouard Philippe sont-ils des archétypes de cet entre-soi ?

    Grâce à une quarantaine de témoignages inédits, La Mafia d’État révèle les secrets de cette tribu de grands commis souvent plus préoccupés par l’argent et le pouvoir que par l’intérêt général. On y apprend comment ils se cooptent dans les conseils d’administration de groupes privés, parfois aux limites de la loi ; comment ils font fortune grâce au démantèlement de l’État qu’ils ont eux-mêmes orchestré ; comment certains ont continué à manœuvrer habilement et à prospérer pendant la crise sanitaire

     

    Grand reporter à L’Obs, Vincent Jauvert est notamment l’auteur des bestsellers d’investigation Les Intouchables d’État et Les Voraces (prix Anticor 2021).


    votre commentaire
  •  

    Mensonges d'État - Yvonnick Denoël  ;  Renaud Meltz

    nouveau monde  ;  mai 2023  ;  560 p.;   24€90.

    Mensonges d'État

     

    Description de l'Éditeur : Le premier inventaire de 65 années de mensonges des dirigeants français

    « J’assume de mentir pour protéger le président ! » À ce cri du cœur de Sibeth Ndiaye, alors porte-parole du gouvernement, répond une conviction croissante dans la société : « Nos dirigeants nous mentent.» L’idée méritait un examen approfondi.

    Travestissement de la réalité, dissimulation, fabrique de l’ignorance, roman national qui réécrit le passé… ces mensonges ont un point commun : la volonté de tromper les citoyens, qui les distingue des simples erreurs.

    La raison d’État justifie-t-elle certains épisodes de la guerre d’Algérie, les retombées dissimulées des essais nucléaires, l’occultation de périls sanitaires, les bavures policières « couvertes », l’enrichissement du personnel politique ? La liste est longue et pourtant n’avait jamais été dressée.

    Voici, par une vingtaine d’universitaires et journalistes, le premier inventaire du « mensonge d’État » sous la Ve République, organisé autour de grandes thématiques : la vie privée des présidents, l’armée, le nucléaire, le terrorisme et l’islamisme, les lâchetés administratives, la santé publique, les affaires policières et judiciaires, la finance…

    Un ouvrage salutaire, pour faire le tri des véritables mensonges d’État, comprendre leurs mécanismes et se faire une opinion sur les dégâts qu’ils occasionnent. Le mensonge d’État ne créé pas seulement la défiance : il empêche un pays d’être véritablement libre, en ne lui permettant pas de se gouverner en toute connaissance de cause.

    Historien et éditeur, spécialiste du renseignement, Yvonnick Denoël a dirigé (avec Jean Garrigues) Histoire secrète de la corruption sous la Ve République. Son dernier ouvrage paru : Les espions du Vatican, de la Seconde Guerre mondiale à nos jours.

     

    Renaud Meltz est historien, Professeur des Université, membre Senior de l’Institut Universitaire de France. Détaché comme directeur de recherche au CNRS, il travaille sur les essais nucléaires français dans le Pacifique. En 2022 il a codirigé Des bombes en Polynésie. Les essais nucléaires français dans le Pacifique (Vendémiaire).


    votre commentaire
  •  

    C'était pour la France   -   Paul Barril

    Balland  ;   18 mai 2023  ;   260 p.;   19€.

    C'était pour la France   -   Paul Barril

     

    Présentation officielle : L’homme qui prend la plume aujourd’hui n’est plus tout à fait le même que celui qui publiait son premier livre en 1984. Oui, je me suis assagi. Par force. L’âge, la maladie, cette satanée maladie de Parkinson entrave tous mes mouvements. Malgré ce handicap, je reste intact. Et je continue d’avancer.

    Toute ma vie a été consacrée à défendre ma patrie. Avec la conviction que les missions ordonnées par mes chefs ou directement par des ministres, parfois dans le plus grand secret, se faisaient toujours au service de la France. Je voudrais témoigner ici de certaines de ces missions qui ont constitué des moments charnières dans ma vie d’officier. Toutes ont conforté ma foi dans notre pays. Une foi toujours intacte. Pour lui, je me suis battu sous toutes les latitudes avec l’insigne du GIGN. J’ai souvent opéré aussi sous identité fictive (IF). J’étais alors un autre et je devenais, pour le temps de la mission, un vrai « dialogueur de combat ». Pour mon pays, j’ai fait couler le sang. J’ai fait parler les armes qu’il m’avait confiées. Pour lui, je suis allé au bout de moi-même.

    Le capitaine Barril, malgré les blocages incessants et douloureux de Miss Parkinson, qui le transforment en invalide, délivre ici son dernier message et son dernier conseil de baroudeur au service de sa patrie, la France.

     


    votre commentaire
  •  

    Les Condottieres  -  Sophie Brouquet  ;  Bernard Doumerc

    Capitaines, princes et mécènes en Italie ( XIIIe-XVIe siècle )

    ellipses  ;  (2011)  ;   23 juin 2023  ;  poche ; 552 p.;  14€.

    Les Condottières  -  Sophie Brouquet  ;  Bernard Doumerc

    Présentation officielle de l'ouvrage d'origine : Sur la place San Zanipolo de Venise s’élève la statue équestre de Bartolomeo Colleoni. Du haut de son piédestal, le condottiere s’apprête à foudroyer ses ennemis dans un assaut décisif. Meneur d’hommes, véritable professionnel de la guerre, il est l’un de ces capitaines d’aventure qui ont fait la puissance et la ruine de l’Italie à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance (XIIIe-XVIe siècle). Objet de mépris, d’envie ou d’admiration, le condottiere est une figure obligée de la Renaissance au même titre que le prince ou l’artiste. En effet, s’il représente le côté sombre, violent et brutal de cette époque, il sait aussi se faire humaniste et mécène dans la compagnie des savants et des artistes. Le capitaine n’ignore pas comment utiliser leur talent au service de sa gloire.

    Faiseur d’Histoire, le condottiere est devenu objet d’histoire; en témoigne une abondante historiographie en italien et en anglais. Il demeure cependant un personnage trop méconnu en France. Certes, quelques figures emblématiques comme celles de Federico da Montefeltro, César Borgia, Francesco Sforza évoquent des images mêlées de luxe, de cruauté et de ruse, mais ces capitaines sont trop souvent assimilés à des princes ordinaires et leur aspect guerrier, oublié, gommé ou lissé. Cette synthèse souhaite combler une lacune, en proposant un double regard, celui de l’historienne de l’art et de l’historien.

     


    votre commentaire
  •  

    Wall Street et la révolution bolchévique  -  Antony Cyril Sutton

    26 oct. 2010  ;    378 p.;  

    Traduction : Olivier Goulon

    Une chose bien connue de la pensée traditionnelle française, qu’il y avait une commune source à l’Hydre à deux têtes. (Capitalisme, Communisme). Bien qu’il y eût d’autres liens, bien plus profonds, que celui de l’intérêt économique, il est ici magistralement démontré par l’économiste américain Antony C. Sutton 1925 2002 )RoyautéNews

    Présentation par Decitre : Pourquoi Trotski, alias Braunstein, voyagea-t-il avec un passeport officiel américain lorsqu'il retourna en Russie en 1917 rejoindre Lénine pour la révolution ? Pourquoi la mission américaine de la Croix-Rouge en Russie, en 1917, comportait-elle plus d'hommes d'affaires que de médecins ? Au fil d'une enquête magistrale, qui se lit comme un roman d'espionnage, Antony Sutton établit des liens historiques tangibles entre capitalistes américains et communistes russes. Tirant ses informations de l'examen de dossiers du Département d'État, des archives personnelles de personnages clés de Wall Street, de biographies, d'articles de presse et de livres d'historiens classiques, Sutton nous révèle : Le rôle que jouèrent les dirigeants des banques du groupe Morgan dans l'acheminement illégal d'or bolchevique vers les États-Unis. Le détournement de la mission de la Croix-Rouge américaine en Russie par les puissants de Wall Street. L'intervention de Wall Street pour obtenir la remise en liberté de Léon Trotski, le révolutionnaire dont l'objectif était de renverser le gouvernement russe. Les accords passés par de grandes entreprises afin de capter l'énorme marché russe, quinze ans avant la reconnaissance officielle du gouvernement soviétique par les États-Unis. Le soutien au communisme, actif mais secret, par des hommes d'affaires de premier plan, lesquels se faisaient publiquement les champions de la libre entreprise.

    ______

    Édition du 26 février. 2021  ; 

    Le Retour aux Sources ;  242 p.;   23 €

    Wall Street et la révolution bolchévique    -   Antony C. Sutton

    Présentation officielle : Depuis le début des années 20, de nombreux pamphlets et articles, et même quelques livres, ont cherché à établir un lien entre les "banquiers internationaux" et les "révolutionnaires bolchéviques".

    Lorsque les preuves contenues dans des documents officiels sont fusionnées avec des preuves non officielles provenant de biographies, de documents personnels et même de sources historiques plus conventionnelles, une histoire vraiment fascinante émerge.

    L'extrême droite et l'extrême gauche du spectre politique conventionnel sont toutes deux absolument collectivistes. Le national-socialisme (par exemple, le fasciste) et le socialisme international (par exemple, le communiste) recommandent tous deux des systèmes politico-économiques totalitaires basés sur le pouvoir politique brutal et sans entraves et sur la coercition individuelle. Les deux systèmes exigent un contrôle monopolistique de la société. Alors que le contrôle monopolistique des industries était autrefois l'objectif de J. P. Morgan et de J. D. Rockefeller, à la fin du XIXe siècle, les stratèges de Wall Street ont compris que le moyen le plus efficace d'obtenir un monopole incontesté était de "faire de la politique" et de faire travailler la société pour le compte des monopolistes - au nom du bien public et de l'intérêt général.

    Nous constatons qu'il existait un lien entre certains banquiers internationaux de New York et de nombreux révolutionnaires, dont les bolcheviks. Ces banquiers - qui sont ici identifiés - avaient un intérêt financier dans le succès de la révolution bolchévique et l'encourageaient.

     

    Les détails concernant les qui, pourquoi - et combien - constituent l'histoire racontée dans ce livre.


    votre commentaire
  •  

    Chroniques de l’Ancien Régime - Simone Bertière

    Perrin   ;      17 mai  ;   576 p.;     22 € 50.

    Chroniques de l’Ancien Régime   -   Simone Bertière

    Présentation officielle : "La reine de l’Ancien Régime". Si on ne présente plus Simone Bertière, on est loin de connaître l'intégralité de son œuvre. À preuve, ce recueil d'essais, articles et conférences presque tous inédits, qui portent sur les passions de sa vie d'historienne : les figures de proue (les reines naturellement, mais aussi Retz, Condé, Mazarin, Louis XIV et Louis XVI), les crises (en particulier la Fronde), la Cour et le pouvoir royal. Tous ont été revus et corrigés pour cette édition et sont précédés d’un essai stimulant sur l'absolutisme dont l'éminente auteure conclut qu'il n'existe pas.

    En voici le sommaire : 1/ 24 heures de la vie d'une reine 2/ Quelques remarques sur le genre biographique 3/ Quatre femmes pour un trône : le remariage de Henri IV 4/ La légende noire de Catherine de Médicis 5/ Régence et pouvoir féminin 6/ Marie de Médicis contre Richelieu, la journée des Dupes 7/ La découverte de la politique par Anne d'Autriche 8/ Retz, un cardinal de cape et d'épée 9/ Tivelin sur le trône. L'image de Mazarin dans les Mémoires de Retz 10/ Retz fut-il un disciple de Machiavel ? 11/ Le prince de Condé, grandeur et faiblesse d'un héros 12/ Mazarin, éducateur de Louis XIV 13/ La prise de pouvoir de Louis XIV 14/ Mazarin et les Français, histoire d'un malentendu 15/ Louis XIV et Mme de Maintenon, la transparente énigme 16/ Marie-Antoinette et Louis XVI. Un couple disjoint 17/ Marie-Antoinette, une femme d'aujourd'hui ?


    votre commentaire
  •  

    En bande organisée   -   Sébastien Le Fol

    Mitterrand, le pacte secret  ;

    Albin Michel  ;  15 mars 2023  ;  288 p.;    21€90.

    En bande organisée  ;  Mitterrand le pacte secret   -   Sébastien Le Fol

     

    Présentation officielle : Rarement une bande d’amis n’avait joué un tel rôle dans l’Histoire.

    D’une discrète pension religieuse aux fastes de l’Élysée, Sébastien Le Fol nous raconte comment un clan, après mai 1981, a tiré les ficelles de la politique et des affaires pendant quinze ans, héritage qui reste largement d’actualité. François Mitterrand ; Pierre de Bénouville, éminence grise de Marcel Dassault, André Bettencourt, ministre et deuxième fortune française par sa femme et François Dalle, longtemps P-DG de L’Oréal : l’ambition toute balzacienne de cette bande, soudée par la guerre, le passage à Vichy, puis la Résistance, a quelque chose de fascinant. Ces quatre mousquetaires n’ont cessé de se faire la courte échelle. Et ils ont tout partagé : l’argent, l’amour, le pouvoir. Les secrets aussi. Au terme d’une exceptionnelle enquête, l’auteur décrypte l’itinéraire invraisemblable de l’ancien président – de l’extrême droite à l’union de la gauche – dévoilant ainsi la face cachée d’un système sur lequel on croyait tout savoir.

    Commentaire de RoyautéNews : Certainement passionnant car concerne le plus intéressant personnage politique du XXe siècle. Les échantillons de lecture et le feuilletage de ce livre alerte, montrent une solide documentation et l’intérêt de mettre en valeur d’autres réseaux d’amitié de François Mitterrand que ceux auxquels la presse nous avait habitués à sassiété.


    votre commentaire
  •  

    La volonté du Roi Krogold  -  Louis-Ferdinand Céline

    suivi de La Légende du Roi René

    Gallimard  ;  Inédit  ;   27 avril 2023  ;  320 p.;  22€.

     

    La volonté du Roi Krogold  -  Louis-Ferdinand Céline

     

    Présentation officielle : Les manuscrits mis au jour en 2021 ont confirmé l’importance aux yeux de Céline de sa « légende gaélique… mi-rime mi-prose », récit de la guerre menée par le Roi Krogold contre le prince félon Gwendor, du meurtre du procureur Morvan par le trouvère Thibaut et de la passion de Joad pour la belle Wanda — et dont les épisodes principaux se déroulent entre Bretagne et Scandinavie, dans un décor de « Moyen Âge d’opéra ».
    L’écrivain, faute d’avoir pu la publier, en inséra le récit fragmenté et parfois halluciné dans Mort à crédit (1936), ainsi que dans Guerre et dans Londres. Mais il continua ensuite d’y travailler, sans toutefois parvenir à y mettre un point final. Céline restera dépité du peu de considération dans laquelle on tenait sa manière « épique et bardique », laquelle avait donné lieu à cette mythologie portative, « lyrique et ironique », qui ne renfermait pas moins de sens à ses yeux que ses écrits d’inspiration romanesque.
    Car ces histoires hautes en couleur sont écrites pour frapper les esprits et toucher les cœurs ; elles accompagnent la méditation de l’écrivain sur l’existence et la mort, le corps et l’âme, ainsi que sur les pouvoirs ambigus du poète à l’égard de la finitude humaine.
    La présente édition réunit les deux seules versions connues à ce jour de la légende, inédites et inégalement inachevées : l’une datant de la première moitié des années 1930, La Légende du Roi René ; l’autre, La Volonté du Roi Krogold, écrite en 1939 et 1940.


    votre commentaire
  •  

    Silence dans les champs   -   Nicolas Legendre

    Arthaud  ;   12 avr. 2023  ;    352 p.;     20€.

    Silence dans les champs  -  Nicolas Legendre

     

    « C’est pas la Corse ici. On te tue pas. C’est plus subtil. C’est sournois. La peur… »

     

    Depuis les années 1960, le « système » agro-industriel fait naître des empires transnationaux et des baronnies rurales. Il crée des usines et des emplois. Il entraîne la disparition progressive des paysans, l’asservissement de nombreux salariés de l’agroalimentaire, l’altération des écosystèmes et la généralisation de la nourriture en boîte. Il s’impose au nom de la realpolitik économique et de la foi dans une certaine idée du « progrès ». Il prospère grâce à la bienveillance, l’impuissance ou la lâcheté des autorités. Il engendre ses propres mythes, capables de façonner durablement les mentalités. Il enrichit considérablement une minorité, alors que certains se contentent de survivre grâce aux subventions ou doivent s’estimer heureux parce qu’ils ont un travail. Il fait taire des récalcitrants à coups de menaces, de pressions, d’intimidations, de calomnies ou de sabotages. La violence est son corollaire. Le silence, son assurance-vie. Comment le définir ? « Féodalité », répondent les uns. « Esclavage moderne », disent les autres. « Oligarchie » ou « mafia », jurent certains... Enquête au long cours jalonnée de témoignages saisissants, Silence dans les champs est une immersion glaçante dans le principal territoire agro-industriel de France : la Bretagne.

     

    RoyautéNews : Le terme de féodalité utilisé par certains est impropre. Ceci mis à part, cet ouvrage correspond à une réalité rencontrée sans doute en d’autres régions (peut-être sous une forme atténuée), et dans d’autres domaines où sont impliqués les verrous du Système, notamment les élus locaux. Reprocher aux autorités cet état de fait, oui, mais bien d’autres acteurs en sont complices, et dans des secteurs ou des applications auquels les autorités n’ont pas directement accès et c’est heureux... L’une des grandes erreurs est de toujours recourir à l’État. Or, c’est bien l’État qui pense, soutient et organise les innombrables espaces mafieux, ou gentiment abusifs, en des situations innombrables. Y compris dans ce que dénonce à juste titre l’auteur. Le système (avec un petit "s") est à revoir, et ne peut l’être qu’en démontant tout le Système, et cette tâche ne pourra être dévolue à aucun intervenant, ni effectuée sous la pression d’idéologies qui recrutent.

    Notre "recette" est intentionnellement sibylline...

    Nicolas Legendre est journaliste au Monde et issu du monde paysan.


    votre commentaire
  •  

    Complots Toxiques - Manipulations secrètes et Pouvoir

    Regards Éditions   ;     12 janv. 2023  ;    290 p. ;    24€50.

     

    Complots Toxiques   -   Patrick de Friberg

     

    Présentation officielle : Un ouvrage qui plonge dans les milieux les plus étranges d’un vécu d’espion. Basée sur une réalité underground du Renseignement et de jeux d’influence et, de manipulation à une échelle où la planète ressemble à un immense jeu d’échecs, cet ouvrage met en scène l’auteur lui-même. Lorsqu’il vivait à Riga en Lettonie, il reçut d’un général russe des documents dont la fiche d’un Officier de l’Ex-KGB, vivant sous une fausse identité au Québec par floutage. Cet agent va nager dans les eaux troubles des intrigues politiques financières et économiques. A travers lui apparaît l’influence déshumanisée de l’après-guerre froide où se mélangent les intérêts d’Etat et les intérêts privés. Dans un monde fracturé, à l’heure d’une mondialisation qui rend tout opaque, des hommes déstabilisent et trafiquent dans une course au Pouvoir, aux côtés des datas et des algorithmes. Cet ouvrage montre une réalité méconnue et par définition secrète.

    Une autre présentation :

    Tout se déroule aujourd'hui et commence dans les années 2000 lorsque l'auteur qui vit à Riga en Lettonie se voit remettre par un ancien général du KGB des documents secrets où apparaît une fiche non détruite, celle d'un ex-Officier de l'ancien KGB vivant sous une fausse identité dans un pays de circonstance, devenu diplomate pour agir, comme beaucoup. L'histoire floutée nous mettra en présence de milieux que l'on n'imagine même pas, de personnages d'une froideur effrayante mais vraie, comme un certain commandant Poutine devenu colonel, un protégé de l'ancien Secrétaire Général Andropov. Cet ouvrage plonge dans les milieux les plus étranges d'un vécu d'espion à la Yan Fleming. Basée sur la réalité underground du Renseignement, de la manipulation ou de la déstabilisation à une échelle où le monde ressemble à un immense jeu d'échecs, Complots Toxiques met en scène de manière floutée l'histoire de cet ex agent, entre la France, la Russie, la Chine, et d'autres puissances. Il nage dans les eaux troubles des intrigues politiques, financières et économiques, y compris à la croisée des loges maçonniques canadiennes. Apparaît l'influence déshumanisée de l'après-guerre froide où se mélangent les intérêts d'Etat et les intérêts privés. Dans un monde fracturé, à l'heure d'une mondialisation qui rend tout opaque, des hommes déstabilisent et trafiquent dans une course au Pouvoir, aux côtés des datas et des algorithmes. L'auteur expose une réalité méconnue, illégale, sans âme, secrète, celle de l'éternel retour des espions qui manœuvrent pour écrire au quotidien l'Histoire cachée, la vraie en fin de compte, celle qui concerne chacun de nous quoi qu'il en coûte. Une réalité toxique où d'ailleurs il sera question de trafics juteux via Fleur de Mai. Objectif : le contrôle total. Comment ? A découvrir dans le livre haletant qui coupe le souffle.


    votre commentaire