• Petit traité de la liberté de création - Agnès Tricoire -

    La découverte ; paru le 10 Mars 2011 ;  300 p.;  22 €.

    Présentation officielle : La liberté de création n’est prévue dans aucun texte de loi, aucun instrument juridique ne l’a pensée. La liberté d’expression est bien consacrée depuis plus de deux siècles par l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, mais on ne trouve pas la moindre référence aux œuvres, ou à l’art, dans cette déclaration. Or les œuvres font débat. Et ce débat se déroule de plus en plus devant les tribunaux, la loi se montrant sans cesse plus contraignante et répressive. Qui doit juger les œuvres et selon quels critères ? De l’élu qui décide d’interdire telle exposition à la commission de classification des films qui applique des critères ouvertement subjectifs, la littérature, les arts plastiques, la chanson, le cinéma sont désormais passés au prisme des opinions de chacun, religieuses, morales, politiques.
    L’art doit-il être soumis à des impératifs aussi variés et étrangers à sa sphère ? Comment définir la liberté de création ? Y a-t-il des limites acceptables, comme la vie privée ou le droit à l’image ? Comment répondre aux demandes de censure lorsqu’on est un élu ? Que se passe-t-il aux États-Unis, souvent cités en exemple ? C’est à toutes ces questions qu’entend répondre ce livre, en alimentant la réflexion juridique par d’autres disciplines (philosophie, narratologie, sociologie) et en prenant appui sur de nombreux exemples - de Michel Houellebecq à Philippe Besson, en passant par Larry Clark, François-Marie Banier, le groupe de rap Sexion d’Assaut et bien d’autres...
    Plaidant pour que le public reste libre d’entrer en contact avec les œuvres sans que l’on pense à sa place, Agnès Tricoire dessine ainsi les contours d’une liberté de création qui s’enracine dans la liberté d’expression mais s’en distingue, parce que l’art n’est pas simplement du discours.

    Petit traité de la liberté de création - Agnès Tricoire


    votre commentaire
  • Le pays de l'innocence ; Frédéric Mitterrand -

    Enfance et adolescence de François Mitterrand ;

    Robert Laffont ; paru le 11 Mai 2017 ; 144 p.;  19 €.

    L'idée de Frédéric Mitterrand lui est sans doute venue après avoir réalisé son entretien en deux parties de Valéry Giscard d'Estaing, dans lequel l'ancien Président évoquait son enfance, qu'il décrivait justement comme le temps de l'innocence. Royauté-News

    Présentation officielle : « Mon oncle François, entièrement tourné vers l'action et la conquête du pouvoir, a rarement évoqué son enfance. Elle n'apparaît que par bribes dans les livres qui lui ont été consacrés. On retient généralement qu'elle fut heureuse et qu'il en retira les ressources indispensables pour mener cette carrière éclatante dont même ses contempteurs les plus acharnés reconnaissent l'obstination et la puissance mystérieuse. Mon père, son aîné d'un an, évoquait souvent leurs premières années, avec un réel talent de conteur qui faisait revivre une famille inconnue de moi, des histoires anciennes et un cadre de vie provincial et suranné. En m'appuyant sur le souvenir de ces récits, j'ai cherché à reconstituer l'enfance de François, à partager ses premières affections et ses chagrins, ses émotions et ses ambitions. J'en ai conçu une profonde nostalgie pour ce pays de l'innocence qui fut celui de sa prime jeunesse. »
    Agrémenté d'une centaine de photos inédites, Le Pays de l'innocence reprend, en l'enrichissant, le texte écrit par Frédéric Mitterrand pour son documentaire du même nom, diffusé en 2017 par La Chaîne Parlementaire - Assemblée nationale.

    Le pays de l'innocence ; Frédéric Mitterrand


    votre commentaire
  • François Mitterrand ; Le roman de sa vie - Laure Adler -

    J'ai lu ; paru le 10 Mai 2017 ;  637 p.;   8 € 50.

    François Mitterand - Laure Adler

    Présentation : (Electre) A partir d'entretiens et d'archives, l'auteure met en scène une centaine de journées particulières qui ont forgé F. Mitterrand et influé sur son parcours personnel et ses combats politiques, du 26 octobre 1934, où le jeune étudiant d'Angoulême débarque à Paris, à ses derniers instants.


    votre commentaire
  • Louis XVII  -  Hélène Becquet -

    Perrin ; paru le 11 Mai 2017 ;  250 p.;  20 € 90.

    Hélène Becquet, ancienne élève de l'Ecole nationale des chartes, est agrégée d'histoire et docteur en histoire de l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne. Elle a codirigé un recueil d'articles intitulé La Dignité de roi, paru en 2009 aux Presses universitaires de Rennes, et est l'auteur de Marie-Thérèse de France. L'orpheline du Temple aux éditions Perrin.

    Présentation officielle : La vie, la personnalité et les enjeux entourant l'enfant roi esseulé, emprisonné, sans trône et sans pouvoir, dernier espoir de la monarchie.

    Empoisonné, évadé, ressuscité ? Les hypothèses et les mystères entourant la vie et la mort de Louis XVII ne manquent pas, mais sont pourtant bien éloignés de la vérité.
    Louis XVII est sans doute l'inconnu le plus illustre de notre histoire tant le mythe a éclipsé la brièveté de sa vie également marquée par le paradoxe et la tragédie. Paradoxe d'un prince devenu Dauphin en 1789, au moment où la monarchie absolue s'effondrait. Tragédie d'un roi sans royaume, d'un orphelin à la fois captif et otage des luttes de pouvoir inhérentes à la Convention.
    Instrumentalisé, esseulé et malade, il succombe à dix ans à la prison du Temple en juin 1795, ouvrant la voie à des décennies de controverses sur les circonstances de sa mort et son hypothétique survivance.
    En biographe exemplaire, Hélène Becquet exhume la vérité derrière les légendes, racontant son existence oubliée avant d'ausculter sa surprenante postérité au terme d'une enquête de plusieurs années.

    Louis XVII  -  Hélène Becquet


    votre commentaire
  • Je suis le gardien du tombeau vide - Michel Dancoisne-Martineau -

    L'actuel consul honoraire de France à Sainte-Hélène raconte...

    Flammarion ; paru le 10 Mai 2017 ;  240 p.;  21 €.

    Présentation officielle : Que se passe-t-il dans la tête d’un garçon de dix-huit ans qui, un jour, quitte tout pour partir à Sainte-Hélène ? Et surtout, qu’est-ce qui le pousse à y rester ? La passion pour le mythe napoléonien ? L’amour de l’aventure ? L’envie de fuite peut-être ? La curiosité des îles ? Une rencontre ? Tout cela et plus encore…
    À cinquante ans aujourd’hui, ce gamin devenu homme inclassable, passionné, à la fois conservateur, jardinier et bâtisseur, a construit sa carrière sur ce minuscule bout de terre britannique perdu au milieu de l’Atlantique Sud, îlot mythique dont il est devenu le consul honoraire de France. Sur ce rocher isolé, battu par des vents mauvais et des pluies sans fin, mais qui sait aussi se montrer magnifique, luxuriant, il a beaucoup vu et vécu. De cette prison des antipodes, de ce qui est la dernière résidence de Napoléon, de cet espace où la France maintient une part de son prestige, il raconte tout.
    Les drames, le poids du passé, les personnages, les coutumes, le quotidien, la liberté, la vérité d’une population aussi sclérosée, parfois, que sans tabous.
    Lui qui a choisi de ressusciter le dernier lieu de vie de Napoléon et de ses compagnons d’exil dévoile son histoire, mais aussi notre Histoire. « Le gardien du tombeau vide » révèle d’une plume magnifique, à la fois poétique, alerte et pleine d’humour, combien son destin, chacun doit le forger. La légende vient après...

    Je suis le gardien du tombeau vide - Michel Dancoisne-Martineau


    votre commentaire