• Livres et Bibliothèque de Royauté-News

    Vous êtes sur la Bibliothèque de Royauté-News

    Les ouvrages sélectionnés par RoyautéNews, méritent attention de nos lecteurs en Histoire et pour certaines questions contemporaines. Cette liste des livres à connaître est destinée surtout aux chercheurs et aux étudiants et n'est pas une rubrique de critique littéraire. Sauf exception ces ouvrages ne sont pas lus par la rédaction.

  • Les dépossédés de l'open space  -  Fanny Lederlin

    puf ;   11 mars 2020 ;   276 p.;   19€90.

    Présentation officielle : Quel est le point commun entre un livreur à vélo, une agente d’entretien, un start-upper, une aide soignante et une « curatrice de contenus » ? Tous subissent les nouvelles modalités de travail imposées par la digitalisation, la robotisation et les méthodes contemporaines de management. Partout, le « néotravail » étend son emprise : du bureau au domicile, notre open space s’est élargi, et nous ne pouvons plus échapper aux injonctions à « aller plus vite », à nous « adapter » et à « nous engager à fond dans nos projets ». Mais ce néotravail est en train de nous déposséder, non seulement de la valeur de notre travail mais aussi de nos capacités à créer, à nous lier les uns aux autres, à parler, à prendre soin de notre environnement, jusqu’à celles d’exercer notre propre jugement. Il fait de nous des « dépossédés de l’open space ».
    Peut-être est-il temps de reprendre possession de notre travail pour construire des rapports harmonieux avec les autres, avec nous-mêmes et avec la nature ? En retrouvant ses vertus médiatrices, socialisantes, subjectivantes et émancipatrices, cet « écotravail » contribuerait à faire advenir une société plus juste et plus viable : une « société écologique  ».

    Les dépossédés de l'open space  -  Fanny Lederlin


    votre commentaire
  • L'opium des imbéciles - Rudy Reichstadt

    Grasset ;  11 sept. 2019 ;   192 p.;   17€.

    Présentation officielle : «  Le complotisme a partie liée avec nos passions tristes  : égocentrisme, misanthropie, paresse, lâcheté, peur, jalousie, ressentiment. Qu’il vienne panser une blessure narcissique toujours ouverte, qu’il mette en récit ce que l’on n’arrive pas à comprendre, qu’il serve à blesser ou diffamer des ennemis, son expansion n’est pas seulement le symptôme d’une crise de la démocratie libérale, elle en est aussi un facteur d’aggravation à part entière. Sur le marché noir des idées douteuses, les théories du complot s’échangent avec la même frénésie que les superstitions, les pseudo-sciences, les nouvelles spiritualités et les idéologies radicales.
     
    Une très prospère économie du complotisme s’est ainsi mise en place au cours des dernières années. Elle a ses commanditaires, ses laborantins, ses dealers, ses consommateurs occasionnels et ses junkies. Ses idiots utiles et ses imbéciles.  »

    Commentaire de RoyautéNews : L'habituelle litanie des insultes de la part de ceux qui se croient aptes à juger les autres. Ce qui est étonnant c'est qu'ils ne se fatiguent pas avec leur disque rayé. Contre-exemple du livre intéressant, à ne pas acheter !

    L'opium des imbéciles - Rudy Reichstadt


    votre commentaire
  • Les services secrets du Général de Gaulle - Sébastien Albertelli

    Perrin ;  (poche)  13 févr. 2020 ;   766 p.;  12€.

    Présentation par Le monde des livres : Une histoire complète des services secrets de la France Libre. Considéré par le colonel Passy, qui l'a fondé à Londres en 1940, comme " une des principales unités combattantes de la France libre ", le Bureau central de renseignements et d'action (BCRA) ne s'est pourtant jamais lancé dans un véritable combat armé, se concentrant sur son triple objectif : recueillir des renseignements sur ce qui se passe en France, soutenir les résistants de l'intérieur dans leur combat, puis imposer à ceux-ci une tutelle, souvent mal acceptée.
    Grâce à des fonds d'archives exceptionnels, Sébastien Albertelli retrace l'aventure des personnages hors du commun qui marquèrent l'histoire de cette institution : Passy, naturellement, mais aussi le colonel Rémy, Jean Moulin, Pierre Brossolette, Roger Wybot (futur patron de la DST) ou Honoré d'Estienne d'Orves. Il détaille les relations compliquées et fluctuantes entre le général de Gaulle et les services secrets, étudie avec minutie les rapports tumultueux du BCRA avec les Anglais ou les Américains et démonte la légende noire que les déçus du gaullisme ainsi que les communistes s'ingénièrent à colporter dès l'après-guerre.
    Un travail de recherche remarquable, puisant aux meilleures sources, souvent inédites, qui permet de comprendre comment et avec quel succès les services spéciaux ont mené la lutte contre les Allemands et Vichy. " Fondée sur une documentation considérable et nourrie d'entretiens avec d'anciens membres du BCRA, dont Daniel Cordier et Stéphane Hessel, cette dense étude comble ainsi un véritable "angle mort' historiographique.

    Les services secrets du Général de Gaulle - Sébastien Albertelli


    3 commentaires
  • Une histoire mondiale de la paix  -  Philippe Moreau Defarges

    Odile Jacob ;   25 mars 2020 ;  22€90.

    Présentation officielle : Dans un monde de concurrence exacerbée entre les grandes puissances, de compétition pour l’accès aux ressources, d’affrontements violents entre les civilisations et les religions, une nouvelle guerre mondiale est-elle vraiment improbable, voire impensable ? Si elle veut survivre, l’humanité est « condamnée » à la paix. Mais quelle paix ? L’histoire nous éclaire. Depuis l’aube du néolithique, il n’y a eu de paix qu’impériale. Une telle paix ne saurait se réduire à l’exercice brutal d’une force arbitraire. Elle doit laisser aux populations dominées des zones d’autonomie, les persuader qu’il n’y a pas d’autre ordre possible. Or la Pax americana des années 1945-2003 a été la dernière paix impériale. La mondialisation, dynamique globale et conflictuelle, voue désormais toute ambition impériale planétaire, même celle d’une Chine réveillée, à l’échec. La seule paix mondiale possible doit reprendre le laborieux chemin de la paix contractuelle, démocratique et institutionnelle, exploré notamment par le philosophe allemand Emmanuel Kant. Il faudra bien bâtir la paix pour que notre terre ne devienne pas un enfer.

    Une histoire mondiale de la paix  -  Philippe Moreau Defarges


    votre commentaire
  • L'Histoire politisée ?  -  Vincent Badré

    Éditions du Rocher ;  1er sept. 2016 ;   335 p.;  19€90.

    Présentation officielle : L'histoire est-elle politisée ? Oui, elle est mal politisée. Le gouvernement a voulu réaliser une "refondation de l'école" et une réforme du collège. Pour cela, il devait relire et revoir à sa manière l'enseignement de l'histoire et de l'éducation civique. Choisir ce que l'histoire veut garder de nos mémoires. En France, un tel choix ne peut que déchaîner les passions. Les camps s'affrontent et s'accusent mutuellement de vouloir imposer un "roman national" dangereux ou une "repentance" excessive ; d'abandonner la chronologie ou de refuser une pédagogie de la construction des savoirs par les élèves.
    Après un essai sur les manuels d'histoire, du temps des programmes écrits sous Nicolas Sarkozy : L'Histoire fabriquée ? Ce qu'on ne vous a pas dit à l'école, Vincent Badré a voulu revenir sur la question de l'enseignement de l'histoire, en tenant compte des évolutions actuelles, des nouveaux programmes de 2016 et en élargissant le regard. Ce nouveau livre veut montrer comment les textes officiels peuvent être mis en application de manière très variée, comment l'histoire et l'éducation civique peuvent se politiser ou devenir des moyens de partager nos mémoires historiques françaises au lieu de les affronter.
    Il est temps de prendre part au débat sur l'histoire et la fabrique de nos identités. Vincent Badré est professeur d'histoire-géographie à Paris.

    L'Histoire politisée ?  -  Vincent Badré


    votre commentaire