• Suite des séries publiées par Royauté-News des photographies du Duc et de la Duchesse de Ségovie et de leur famille, issues des prestigieuses collections de M. Yvan de Wilde, que nous remercions. ©Yvan de Wilde

    Le Duc et la Duchesse de Ségovie à Antibes en 1951


    votre commentaire
  • Le destin de l'Occident - Jacques Attali ; Pierre-Henry Salfati -

    Athènes, Jérusalem ;

    Fayard ; paru le 31 Août 2016 ;  252 p.;  20 €.

    Ce livre semble être une suite du roman La confrérie des éveillés, publié par Jacques Attali en 2004, autour de la rencontre, au XIIème siècle, des deux immenses savants Averroès et Maïmonide. C'est l'entrée de la raison dans la foi, héritage d'Aristote, afin de comprendre le monde, qu'ils défendent l'un et l'autre. Héritage tracé, selon l'auteur, par la pensée juive. Royauté-News.

    Commentaire du livre par les auteurs : « Il peut paraître étrange, à un moment où seul l’avenir devrait nous concerner, de s’intéresser aux relations entre deux modes de pensée nés quelque part au Moyen-Orient il y a plus de trois mille ans. Et pourtant, rien n’est plus actuel, plus nécessaire, plus urgent, pour comprendre ce qu’est réellement notre monde, que de dévoiler les fondements de la civilisation occidentale, aujourd’hui pratiquement planétaire, si admirée et si détestée à la fois. Et ces fondements sont essentiellement juifs et grecs. Judéo-grecs.
    Le dialogue entre la pensée juive et la pensée grecque a construit un système de valeurs, une utopie sociale glorifiant l’individu, la liberté d’être et de penser, la raison, la découverte, l’accumulation de connaissances, l’amélioration du monde matériel. C’est de lui que surgit le refus de la fatalité, du destin, et que découle la liberté des hommes s’imposant contre celle des dieux. C’est avec lui que commence le règne de la raison, inséparable de celui de la liberté. Si les Juifs prônent l’infini et l’espérance, si les Grecs prônent le fini et la raison tragique, ils convergent autour d’une idée qui fonde l’Occident : l’Unité. De Dieu. De l’Homme. Des causes.
    Pourtant, cette double origine judéo-grecque si fondatrice est totalement méconnue : si la civilisation occidentale admet sa filiation grecque, elle néglige en général ce qu’elle doit au judaïsme, préférant se référer au christianisme.
    C’est donc une sorte de psychanalyse de la civilisation occidentale, pour dévoiler et assumer ses secrets de famille, que nous proposons dans ce livre. Car là réside la condition de sa survie. »

    Le destin de l'Occident - Jacques Attali ; Pierre-Henri Salfati


    2 commentaires
  • Par RN 2

     

    Yahoo Mail est en panne depuis au moins Midi, sur toute l'Angleterre sauf la Cornouailles, panne aussi sur le nord de la France sauf la Bretagne, panne sur la Belgique, le Luxembourg et le Sud-Ouest de l'Allemagne.

     

    Yahoo rencontrait déjà des difficultés ponctuelles depuis plus d'une vingtaine de jours. Les choses se sont étendues et aggravées ces jours derniers.

     

    19 h 15 : la panne semble être résorbée pour l'Angleterre.


    votre commentaire
  • L'Egypte des pharaons - Damien Agut-Labordère -

    De Namer à Dioclétien ;

    Belin, collection Mondes anciens, sous la dir. de Joël Cornette ;

    paru le 19 Octobre 2016 ; 848 p.;  49 €.

    Présentation par la maison d'édition : Depuis une trentaine d'années, les découvertes archéologiques mais aussi le réexamen des données anciennes ont profondément renouvelé notre connaissance de l'Égypte ancienne. Ces avancées permettent aujourd'hui de proposer un récit neuf, dégagé de la routine de l'histoire cyclique où, entre les « empires » forcément fastueux, viennent s'intercaler de sombres « périodes intermédiaires » marquées du sceau de la décadence.
    Les seize chapitres qui composent ce volume évoquent autant de moments de cette longue histoire qui commence à la fin du IVe millénaire av. J.-C. et s'achève avec la conversion des empereurs romains au christianisme. Malgré les transformations écologiques, géostratégiques, sociales et économiques que connut l'Égypte durant ces trois millénaires, ses rois, même ceux qui venaient de Perse, de Macédoine ou de la lointaine Rome, se glissèrent dans un costume politique taillé à la fin du IVe millénaire av. J.-C.
    Le pouvoir pharaonique en fut-il, pour autant, immuable ? Il faut, pour répondre, ne pas se laisser aveugler par les textes et les monuments suscités par les pharaons eux-mêmes : pyramides écrasantes, temples gigantesques, somptueux masques d'or donnent en effet une image pour le moins erronée d'omnipotence. Illusion qui vole en éclats si l'on abandonne le mythe de l'exception égyptienne et que l'on envisage l'histoire politique des monarchies comme participant à celle, plus générale, des mondes anciens.
    Près de trois cents documents iconographiques, une trentaine de cartes illustrent cette histoire de l'Égypte des Pharaons.

    L'Egypte des pharaons


    votre commentaire
  • La Rédaction

    En 1816, le botaniste français Auguste de Saint-Hilaire se rendait au Brésil, parmi une délégation scientifique et artistique accompagnant le Duc de Luxembourg, Ambassadeur de France, pour un voyage de plus de six ans.

    Au cours de ce voyage, il effectua plusieurs expéditions, traversant le Brésil, visitant aussi le Paraguay et l'Uruguay.

    Il composa un état approfondi de la flore du Brésil, établit les espèces, observant, dénombrant, et constituant un échantillonnage extraordinaire végétal de plus de 8000 pièces qui est la propriété aujourd'hui du Muséum national d'Histoire naturelle de Paris. Il étudia également les espèces animales et les minéraux.

    Il est le fondateur de la science végétale et florale du Brésil, qui le considère comme l'un de ses plus grands savants et l'honore comme tel.

    Commémoration de l'expédition de Saint-Hilaire (1816-1822)

    Saint-Hilaire effectua aussi des observations sur la géographie physique, les moeurs et les cultures indigènes au Brésil, constituant des collections diverses et effectuant également des relevés au Paraguay et en Uruguay.

    Augustin de Saint-Hilaire sélectionna en outre, parmi les plantes qu'il étudia, 2000 d'entre elles décrites avec leur spécificité médicinale.

    Les travaux de cet illustre savant, successeur de Lamarck à l'Académie des Sciences, sont étudiés de près par les biologistes, pharmacologues, herboristes et chercheurs en sciences naturelles du monde entier.

    En 2015 cinq botanistes brésiliens et français ont renouvelé le périple qui fut celui du savant durant son expédition.

    Saint-Hilaire dédia plusieurs herbiers aux plantes qu'ils recueillit en France. La plus grande partie de ces herbiers français sont la propriété des Herbiers Universitaires d'Orléans et de Clermont-Ferrand, le reste se trouvant la propriété de l'Herbier de Montpellier.

     

    Nous lirons la biographie d'Augustin Prouvensal de Saint-Hilaire qui sera publiée cette semaine. Nous continuerons de commémorer le voyage du célèbre botaniste.


    2 commentaires
  • Les Tuileries ; Château des rois, palais des révolutions -

    Antoine Boulant -

    Tallandier ; paru le 2 Juin 2016 ;  336 p.;  21 € 90.

    Présentation par la maison d'édition :

    23 mai 1871. Tandis que les derniers communards sont repoussés vers l’est de Paris par les troupes versaillaises, le palais des Tuileries est livré aux flammes. Douze ans plus tard, ses ruines sont totalement démolies. Qui se souvient encore de cet édifice exceptionnel où se joua le destin dela France ?

    Construit à partir de 1564 à l’initiative de Catherine de Médicis, le château des Tuileries constitua d’abord un authentique chef-d’oeuvre architectural, dont le destin fut étroitement lié à celui du palais du Louvre, auquel il finit par être entièrement relié sous le Second Empire. Son magnifique jardin à la française – conçu par André Le Nôtre en 1665 – reste à ce jour la promenade la plus célèbre de la capitale.

    Résidence officielle de tous les souverains à partir de 1789 et centre du pouvoir, le château devint le théâtre de nombreux événements historiques, de la chute de la monarchie en 1792 à celle de l’Empire en 1870 en passant par la fuite de Louis XVI à Varennes, le divorce de Napoléon Ier et Joséphine, la mort de Louis XVIII, l’abdication de Charles X, la chute de Louis-Philippe et le mariage de Napoléon III.

    Antoine Boulant offre ici l’attrayante chronique et le récit completet insoupçonné de l’histoire artistique et politique de ce lieu de mémoire oublié et de son jardin.

    Les Tuileries - Antoine Boulant


    votre commentaire
  • Rosalie Lamorlière ; dernière servante de Marie-Antoinette - Ludovic Miserole -   roman

    L'atelier Mosécu ; 338 p.; 5 Décembre 2016 ; (1ère parution, 2010); 18 €.

    Résumé de l'éditeur : Rosalie est la dernière servante de Marie-Antoinette et détient ainsi de précieuses informations. Un destin ! Celui d'une petite provinciale, fille de cordonnier, qui va croiser celui de la Reine Marie-Antoinette au détour des couloirs sombres et malodorants de la Conciergerie. Une fille du peuple qui rencontrera et assistera les puissants d'hier et les parvenus d'une France qui se cherche. Tous, ou presque, mourront.
    Elle, la survivante, apportera son témoignage bien plus tard. Relation inestimable pour bon nombre d'historiens qui, pourtant, n'ont jamais essayé de connaître Rosalie Lamorlière. Ce livre, bien que romancé, est la première étude jamais réalisée sur ce personnage clé, témoin privilégié de l'Histoire. Après des années passées dans les Archives, Ludovic Miserole, passionné d'histoire, vous propose de partir à la rencontre de celle qui fût et restera à jamais la dernière servante de Marie-Antoinette. Une biographie romancée, fruit d'un dur labeur de recherches historiques, qui vous donnera une autre vision de l'Histoire de France ! EXTRAIT En ce mois d'août 1847, la canicule s'est installée.
    L'air est si étouffant que rares sont les parisiens qui osent affronter le soleil. La capitale vit au ralenti. Pourtant, et malgré ses quatre-vingts ans, Rosalie Lamorlière brave le danger en faisant son entrée dans une des cours intérieures de l'Hospice des Incurables. Elle est venue ici précisément parce qu'elle était certaine de n'y trouver personne. Car qui serait assez fou pour venir ici, dans cet espace de verdure, par endroits jauni ? Autour d'elle, les hauts murs des bâtiments austères empêchent la moindre brise de circuler.
    Et ce ne sont pas les rares bancs disposés en cercle, sous le feuillage des quelques arbres plantés là, qui pourraient inciter les pensionnaires à y tenir assemblée. La chaleur ne fait pas peur à la vieille dame. Depuis la Conciergerie, où elle était employée sous la révolution, elle a appris à l'apprivoiser. En août 1793, l'atmosphère y était irrespirable. A chaque aspiration, on avait le sentiment de se brûler les poumons. Assise à l'ombre d'un marronnier, Rosalie se souvient de ce jour de l'été 1793, tout aussi suffocant.
    Elle n'avait alors que vingt-cinq ans. Un homme s'était présenté avec l'idée saugrenue de sauver la prisonnière la plus impopulaire du pays ! Ses armes ? Un bouquet d'oeillets, une volonté de fer et une once de folie. Au début on aurait pu croire à une plaisanterie. Mais Marie-Antoinette s'était prise au jeu du doux rêveur. Elle, qui jusque-là refusait toute tentative d'évasion, s'était finalement laissée convaincre par ce chevalier de l'ordre de Saint-Louis.

    Rosalie Lamorlière - Ludovic Miserole


    2 commentaires
  • Suite des séries publiées par Royauté-News des photographies du Duc et de la Duchesse de Ségovie et de leur famille, issues des prestigieuses collections de M. Yvan de Wilde, que nous remercions. ©Yvan de Wilde

    Charlotte Tiedemann qui deviendra Duchesse de Ségovie ; Planche de contact UFA FILM 1941

    Charlotte Tiedemann


    2 commentaires
  • Le siècle des sacres - Jean des Cars -

    Perrin ; paru le 10 Novembre 2016 ;  256 p.; 29 € 90. Grand format.

    Commentaire de l'éditeur : Jean des Cars nous fait revivre les sacres et les couronnements les plus importants, de la reine Victoria d'Angleterre à Felipe d'Espagne. Illustré par une iconographie exceptionnelle, cet album nous plonge au coeur des cours européennes et de l'avènement de leurs souverains, entre faste et solennité.

    Un excellent cadeau pour Noël ou le Premier de l'An ! Royauté-News

    Le siècle des sacres - Jean des Cars


    votre commentaire
  • Le sacrifice de Palmyre - Leïla Miñano -

    Une enquête inédite au cœur de l'horreur syrienne ;

    Grasset ; paru le 12 Octobre 2016 ;  224 p.;  18 €.

    A lire, suivra un commentaire séparé ne concernant pas ce livre mais seulement, sa présentation.

    Présentation de l'éditeur : La conquête de Palmyre par l'Etat Islamique, en mai 2015, a bouleversé le monde entier. Aucune des exactions du régime, ni les 250 000 morts, ni les armes chimiques, n'avait provoqué une indignation aussi unanime. Pour Bachar-Al-Assad, pour Daech et pour la coalition, les blanches colonnades de Palmyre ont constitué un formidable outil de propagande.
    Mais que s’est-il vraiment passé à Palmyre ? A partir des témoignages d’habitants réfugiés à la frontière turque, de trafiquants d’antiquités, de soldats et d’officiers, recoupés par des centaines de documents et d’interviews d’experts, cette enquête révèle les dessous de la plus belle prise médiatique de l’Etat Islamique. Elle montre comment les troupes du régime se sont retirées brutalement tandis que la coalition, et d’abord le Département d'Etat américain, dont les satellites sont braqués sur la ville, se gardait d’intervenir. Elle prouve que le gouvernement syrien avait organisé l'évacuation des officiers, des pièces archéologiques, des prisonniers politiques et même de la banque avant l'arrivée des jihadistes, tout en déclarant la situation «sous contrôle». On y voit les représentants du régime empêcher des milliers de civils de quitter la ville alors que les drapeaux noirs sont à sa porte. On y découvre le vrai drame de la décapitation de l'archéologue Khaled Al-As'sad, âme de Palmyre unanimement respecté, puis le quotidien des habitants sous le Califat  et les parcours des rescapés de Palmyre.
    Un an après les faits, ce document exceptionnel montre l’autre visage de la ville mythique, fleuron de l’Antiquité mais aussi carrefour économique, géostratégique et enjeu névralgique du conflit en Syrie et alentour. Gaz, antiquités, hommes : après les tractations initiales, certains réseaux de communication entre la ville et l’extérieur demeurent actifs, reflétant tragiquement une guerre dans laquelle les ennemis apparents, sur le terrain ou hors des frontières, cohabitent autant qu’ils se combattent.

    Le sacrifice de Palmyre - Leïla Miñano


    1 commentaire