• La Bataille de Verdun  -  Philippe Pétain

    Ouvrage présenté par Bénédicte Vergez-Chaignon ;

    Perrin ;  15 oct. 2015 ;  184 p.;  7€50.

    Présentation officielle : Dans cet ouvrage publié en 1929, le vainqueur de Verdun revient sur "sa" bataille. Si Pétain signe une relation classique en trois temps (1. Préliminaires et engagement de la bataille. 2. L'organisation de la défense. 3. Les derniers efforts de l'adversaire et la riposte français), le grand intérêt de ce livre est de livrer la pensée du futur maréchal alors qu'il est en pleine gloire. A travers ces pages, outre les qualités du récit de la bataille en elle-même, c'est la pensée stratégique de Pétain qui se dévoile, ainsi qu'une certaine conception de la guerre : la défense plutôt que l'attaque.
    Ainsi se comprennent mieux les engagements de la Première guerre mondiale, comme les ratés de l'entre-deux-guerres et la terrible année 1940. Parfois lacunaire ou orienté, cette relation n'en demeure pas moins un document historique de première importance ; Bénédicte Vergez-Chaignon, dans sa présentation lumineuse, donne les clés de compréhension de l'ensemble et explique en quoi cette relation parle autant de Pétain que de Verdun.

     


    votre commentaire
  • Pétain  -  Bénédicte Vergez-Chaignon

    tempus ;  (2014)  2018 ;  1280 p.;    16€.

    Cet ouvrage a reçu le Grand Prix de la biographie politique de 2014. Bénédicte Vergès-Chaignon est l'auteur de plusieurs ouvrages relatifs à Pétain et au Régime de Vichy que nous avons présentés. Ils participent au renouveau de la compréhension de cette période et des hommes qui l'ont faite, permettant de sortir du manichéisme imposé depuis la fin de la Guerre. RoyautéNews

    Présentation officielle : Ce que l'on sait du maréchal Pétain (1856-1951) se résume souvent à Verdun, sa réputation d'homme à femmes, sa rivalité avec de Gaulle, Vichy, sa condamnation à mort. Voici en revanche une biographie très complète, nourrie d'éléments nouveaux, qui met en perspective la trajectoire lente mais extraordinaire d'une personnalité d'apparence mystérieuse. Pétain l'orphelin fut d'abord un homme sportif, épris d'études et d'enseignement. Août 1914 changea sa destinée : en quatre ans, le colonel à la veille de la retraite devient le chef des armées françaises, tout en menant une vie amoureuse active. Dès lors commence un lien particulier avec les Français, qui durera jusqu'à l'été 1944, parfois même après. A la fois politique, militaire, intellectuel, physique et psychologique, le portrait évolutif auquel aboutit l'auteur est bien différent des images d'Epinal. 

    Pétain    -

    Pétain    -   Bénédicte Vergez-Chaignon


    votre commentaire
  • De Gaulle Un combat contre tous ; 1940-1945 - Jean-Pierre Patat

    Editions du Grenadier, Bernard Giovanangeli ;  8 fév. 2018 ;  234 p.;   14€.

    De Gaulle ;  Un combat contre tous - Jean-Pierre Patat


    votre commentaire
  • L'énigme Pierre Pucheu   -   Gilles Antonowicz                           Préface de Jean-Marc Berlière ;

    nouveau monde éditions ;  20 sept.  2018 ;  432 p.;  22€.

    Présentation officielle : Ni réquisitoire ni plaidoirie, cette captivante biographie sur le controversé Pierre Pucheu, conçue comme une enquête « comble – enfin ! – un trou noir de l'historiographie concernant Vichy, l’Occupation et la "collaboration" ». Jean-Marc Berlière.

    L'énigme Pierre Pucheu   -   Gilles Antonowicz


    votre commentaire
  • Le diable sur la montagne - Thierry Lentz

    Hitler au Berghof 1922-1944

    Perrin  ;   28 sept. 2017 ;    320 p.;   23€.

    Par le direction de la Fondation Napoléon, et grand historien de Napoléon Thierry Lentz. Royauté-News

    Présentation officielle : En Haute-Bavière, sur le plateau riant de l'Obersalzberg, au-dessus de Berchtesgaden, un petit politicien vint séjourner à l'aube des années 1920. De coquettes pensions en maisons amies, il finit par adopter ces lieux qu'il disait indispensables à ses rêves et à la réflexion. Il s'y sentait si bien qu'il y acquit, face au sombre massif de l'Untersberg, un joli chalet qui, entièrement transformé, prit le nom de " Berghof ".
    C'en fut fini de la tranquillité de la montagne : sous la coupe des anges noirs du maître des lieux, on expulsa des populations, on construisit des casernes, des villas pour dignitaires, un théâtre, des cités pour travailleurs ; on traça des routes jusqu'au sommet du mont Kehlstein pour y bâtir un " nid d'aigle ". Pour finir, on creusa 5 kilomètres de souterrains pour échapper aux bombardements alliés.
    Ici, Hitler venait le plus souvent possible, pour des séjours parfois longs. Ainsi, entre 1940 et 1944, alors qu'il mettait le monde à feu et à sang, il passa dix-neuf mois dans son cher Berghof, servi par des SS en spencer et gants blancs, préservé du moindre souci par son âme damnée Martin Bormann, entouré d'une cour que l'on n'ose dire brillante, photographiée par la reine des lieux, Eva Braun.
    Il ne reste de tout cela que des ruines et un goût de cendres, à l'égal de la folie du IIIe Reich.

    Le diable sur la montagne - Thiery Lentz


    votre commentaire