• Le saboteur -  Paul Kix

    L'aristocrate qui défia les nazis ;

    Traducteur, Hubert Tézenas ; Pocket ;   23 janv. 2020 ;  320 p.;  7€50.

    Présentation officielle : Juin 1940. Robert de La Rochefoucauld a 16 ans lorsque l'Allemagne nazie envahit la France. Farouchement décidé à défendre son pays, il gagne Londres, y rencontre le général de Gaulle avant d'être recruté par la branche action des services secrets anglais. Après un entraînement commando, il est parachuté en France. Multipliant les fausses identités, il y accomplit de nombreuses missions, il est capturé à plusieurs reprises par les Allemands, s'évade à chaque fois, dans des conditions souvent rocambolesques.
    À partir de centaines d'heures d'entretiens, de recherches inédites dans les dossiers officiels, Paul Kix a reconstitué la vie romanesque et palpitante de ce héros peu ordinaire.

    Le saboteur -  Paul Kix


    votre commentaire
  • La France en terre d'Islam  -  Pierre Vermeren

    Empire colonial et religions XIXe - XXe siècles ;

    Tallandier ;  paraîtra le 6 fév. 2020 ;  512 p.;  11€50.

    Présentation officielle : Durant plus d’un siècle et demi, l’empire colonial français fut un espace de contacts entre les religions du Bassin méditerranéen. Comment instaurer leur coexistence ? Comment réguler les relations entre islam, confréries musulmanes, chrétiens et juifs ?

    Cet ouvrage retrace l’histoire des pratiques mises en oeuvre au cœur de l’empire colonial français. Il raconte la découverte de l’islam au début du XIXe siècle, les aléas de la protection des chrétiens d’Orient, la relation au judaïsme, les missions et la politique du « royaume arabe ». Pierre Vermeren analyse la manière dont la République laïque a piloté les religions et les réactions suscitées en Afrique du Nord, notamment la montée du salafisme. Il montre combien cet héritage pèse aujourd’hui et nous permet d’appréhender les problèmes auxquels notre société laïque est très durement confrontée.

    La France en terre d'Islam  -  Pierre Vermeren


    1 commentaire
  • De l'autre côté de l'eau - Dominique de La Motte

    Indochine, 1950-1952 ;

    Préface de Stéphane Audoin-Rouzeau ; Tallandier ;   paraîtra le 6 fév. 2020 ;  192p.;   8€50.

    Présentation officielle : Occultée par le désastre de Diên Biên Phú, la guerre d’Indochine est une guerre oubliée. Par la force de son récit, Dominique de La Motte nous la renvoie au visage.

    De février 1951 à juin 1952, le lieutenant Dominique de La Motte prend la direction du commando 12, une unité de supplétifs hébergée dans une plantation d’hévéas en Cochinchine, non loin de la frontière cambodgienne. Sa mission : créer une zone interdite au Viêt-minh. Son quotidien : la guerre des postes, faite de patrouilles incessantes, d’embuscades, de contrôle des populations, de chasse aux renseignements, de prises de butin… Portant un regard singulier et intime sur les événements auxquels il a participé, Dominique de La Motte nous livre un témoignage intemporel sur la liberté et la guerre.

    Ancien élève de l'école militaire spéciale de Saint-Cyr (promotion 1945-1947), le général de corps d'armée Dominique Gourlez de La Motte effectue deux séjours en Indochine de 1949 à 1955 et sert en Algérie de 1959 à 1962.

    Audoin-Rouzeau, directeur d'études à l'EHESS et vice président du Centre de recherche de l'Historial de la Grande Guerre (Péronne), a consacré ses travaux à l'histoire du premier conflit mondial et de la violence de guerre.

    De l'autre côté de l'eau - Dominique de La Motte


    2 commentaires
  • Le Robot et la pensée  -  Pascal Marin

    Éditions du Cerf ;  oct. 2019 ;   128 p.;  12€.

    Présentation officielle : Comment trouver des mots simples et de poids pour dire ce qui fait de nous des humains, dans une culture où prospèrent les promesses d’immortalité du transhumanisme et la figure froide du robot ?

    Renvoyant dos à dos technophobie et technolâtrie, cette enquête d’anthropologie radicale progresse par des chemins insolites jusqu’à atteindre à l’ironie d’un constat paradoxal : ce pouvoir technicien, qui nous fascine parce qu’il semble sans limites, aurait pour cause le rapport intime que l’homme entretient depuis toujours avec le raté, la panne, le bug, bref tout ce qui peut mettre justement une machine en défaut.

    Un traité philosophique, un manuel de combat.

    Commentaire de RoyautéNews sur la présentation : Malgré la maladresse de la présentation, supposons que l'auteur, dominicain, partage l'essentiel : la machine, de type robot, est le pire ennemi de l'Homme. Chercher des exemple théoriques dans lesquels un robot ne serait pas dangereux, relève de l'irréalité.

    Le Robot et la pensée  -  Pascal Marin


    1 commentaire
  • Les grandes heures de Lyon  -  Jean Étèvenot

    Perrin ;  20 juin 2019 ;   572 p.;   27€.

    Présentation officielle : De Lugdunum à Lyon, l'épopée d'une grande ville.

    Située à la croisée des mondes germanique et latin, Lyon s'est façonnée au fil des siècles malgré une topographie difficile. Fondée par un lieutenant de César, la ville fut tour à tour le siège du premier parlement national, capitale du royaume burgonde, rattachée au royaume de Provence, puis ville libre à l'intérieur du Saint Empire romain germanique.
    Au XIVe siècle, il y a 700 ans seulement, Lyon est devenue française. La ville s'est dès lors attachée à cultiver sa différence avec la capitale, notamment lors des trois révoltes de 1793, 1831 et 1834. Elle s'est imposée dans le commerce, l'imprimerie, le cinéma, la soierie, la chimie, la construction automobile et, désormais, les nouvelles technologies. De grands noms comme les frères Lumière, Marius Berliet, Joseph-Marie Jacquard ou Émile Guimet sont associés à cette réussite. La fin du XXe siècle et le début du XXie l'ont projetée vers l'Europe, sans négliger ses anciennes et plus lointaines liaisons avec l'Afrique, le Proche-Orient et l'Extrême-Orient.
    Jean Étèvenaux raconte, siècle après siècle, l'histoire de la troisième ville de France, une ville cosmopolite et inventive dont la richesse historique et architecturale lui a valu d'entrer au patrimoine mondial de l'Unesco.

    Les grandes heures de Lyon  -  Jean Ètèvenot


    votre commentaire
  • Nouvelle Histoire de Lyon et de la métropole - dir : Paul Chopelin & Pierre-Jean Souriac

    Privat ;    29 août 2019 ;   958 p.;   32€.

    Présentation officielle : La Nouvelle Histoire de Lyon et de la métropole, dans la lignée de la collection "Histoire des villes et des régions", rend accessible au grand public les dernières avancées des travaux de recherche en histoire et en archéologie, de l'Antiquité jusqu'à nos jours. Ce livre, nouvelle référence sur l'histoire de Lyon, propose de suivre, selon un déroulé chronologique classique, les étapes de la construction de l'espace urbain lyonnais, en croisant les échelles locale, nationale et internationale.
    Le temps long n'est cependant pas oublié, par le moyen de chapitres transversaux sur le poids des héritages historiques dans la construction de l'identité politique et sociale de Lyon. Complétés par des encarts biographiques et thématiques, ils constituent les points forts de cette nouvelle histoire de la ville et de ses habitants, de Lugdunum, l'ancienne capitale des Gaules, à l'actuelle métropole de rang européen.

    Nouvelle Histoire de Lyon et de la métropole - Paul Chopelin & Pierre-Jean Souriac

     


    votre commentaire
  • Dans l'intimité du pouvoir de la présidence de Georges Pompidou  -  Christine Manigand  ;  Vivien Richard

    nouveau monde ;   30 mai 2019 ;   285 p.;   29€90.

    Présentation officielle : En juin 1969, Georges Pompidou succédait au général de Gaulle à la tête de l'Etat, pour un mandat brutalement interrompu parla mort. Illustré d'images inédites, parfois insolites, issues notamment de nombreuses archives ouvertes pour la première fois, cet ouvrage regroupe les regards d'une vingtaine des meilleurs spécialistes de la période, ainsi que les témoignages d'Alain Pompidou et de Bernard Esambert.
    On replonge dans les enjeux de l'époque qui font souvent écho à nos préoccupations actuelles. Un style en rupture avec ce qui a précédé, une passion pour l'art, une volonté de moderniser l'économie française et de lancer de grands projets pour l'avenir, l'émergence de préoccupations environnementales, l'éruption de mouvements sociaux inattendus dans le sillage de Mai 68, la construction européenne, l'ambition de faire rayonner la France à l'international, etc.
    En contrepoint, est proposé un regard inédit de Claude Pompidou sur toutes ces années, enrichi de correspondances et de notes prises sur le vif. Cette plongée au cœur du pouvoir permet d'écrire une nouvelle histoire de la Présidence et de restituer la personnalité de Georges Pompidou dans une période qui occupe toujours une place à part dans la mémoire des Français.

    La présidence de Georges Pompidou  -  Christine Manigand ; Vivien Richard

     


    2 commentaires
  • Dans la bibliothèque de nos présidents - Étienne de Montety

    Ce qu'ils lisent et relisent ; ont contribué : Frédérique Neau-Dufour, Éric Roussel, Charles Jégu, Laure Adler, Christine Albanel, Camille Pascal, Cécile Amar.

    Tallandier ;   paraîtra le 16 janv. 2020 ;   192 p.;   17€90.

    Présentation officielle : Que sait-on des lectures des présidents de la Ve République ?

    Quels livres gardent-ils à leur chevet, quels autres emportent-ils en campagne électorale ou en visite officielle ?

    Quels sont les ouvrages dont ils ne se séparent jamais, ceux qu’ils annotent et citent dans leurs discours ?

    De Pompidou qui collectionne les éditions anciennes à Chirac qui ne se déplace pas sans une « Série noire » dans la poche de son pardessus, de Mitterrand dont les rayonnages débordent d’écrivains de droite à Sarkozy qui dévore les classiques, en passant par Macron, grand amateur de Gide et de Rimbaud, tous entretiennent un rapport intime à la lecture.

    Grâce à l’enquête originale d’Étienne de Montety et de sept autres auteurs, journalistes et historiens, on pénètre pour la première fois dans le jardin secret de nos présidents.

    Dans la bibliothèque de nos présidents - Étienne de Montéty


    votre commentaire
  • Souvenirs souvenirs...  -  Catherine Nay

    Robert Laffont ;   7 nov. 2019 ;   347 p.;  21€50.

    Présentation officielle : " Je serai journaliste ", se promet très tôt la jeune provinciale de Périgueux. Pourquoi ce métier ? Par goût de l'écriture ? Pour partir en reportage et raconter le monde ? Non, pour être libre. Après une enfance heureuse au sein d'une famille aimante et protectrice, Catherine Nay accomplit peu après son arrivée à Paris un rêve qui fut celui de tous les journalistes débutants dans les années 1960 : entrer à L'Express, la meilleure école de presse à cette époque, sous la double houlette de Jean-Jacques Servan-Schreiber et, surtout, de Françoise Giroud.
    Elle y trouve une sorte de seconde famille. La figure de Françoise Giroud, dont elle nous révèle ici des aspects inattendus, domine ces années. Elle incarne pour elle un modèle à la fois d'observatrice des mœurs de son temps et de femme de caractère. Catherine Nay a obéi dans sa propre existence à ce même désir de liberté et d'indépendance. Elle évoque ici pour la première fois sa rencontre en 1968 avec l'un des grands acteurs de la Ve République, Albin Chalandon, resté cinquante ans plus tard le grand amour de sa vie.
    Devenue familière des coulisses du monde politique, elle nous offre dans le premier volume de ses mémoires, entre portraits à vif et anecdotes savoureuses, un récit original et perspicace, plein d'humour, d'intelligence et de vivacité, des règnes successifs de Pompidou, Giscard et Mitterrand, jusqu'à l'élection de Jacques Chirac, une chronique intime de cet univers de passions où s'affrontent des personnages hors normes dont elle recueille les confidences, décrypte les facettes les plus secrètes ou les mieux dissimulées.
    Sous le regard de cette enquêtrice aguerrie, le pouvoir apparaît tel qu'il est, avec ses rites, ses pratiques, ses grandes et petites rivalités : une comédie romanesque faite de sensibilités particulières, par-delà les idées et les convictions. Catherine Nay la raconte sans cacher ses coups de cœur ni ses partis pris. Librement !

    Souvenirs souvenirs...  -  Catherine Nay


    1 commentaire
  • Histoire de la France  -  Jean-Christophe Petitfils

    Pluriel ;    13 nov. 2019 ;  réédition ;    1152 p.;   19€90.

    Présentation officielle : Dans une fresque vivante et colorée, Jean-Christian Petitfils redonne vie à ceux qui, grandes figures héroïques comme petites gens, ont écrit l’histoire de la nation, et retrace ainsi ce vrai roman national de la France.

    De la scène inaugurale du partage de l’empire de Charlemagne jusqu’à nos jours, Jean-Christian Petitfils livre une fresque vivante et colorée de l’Histoire de la France.
    Au-delà des récits légendaires, ce vrai «  roman national  » se lit dans l’action des gouvernants, les transformations sociales ou économiques, le mouvement des idées, l’histoire des mentalités, le dévouement des grandes figures héroïques ou celui, plus obscur, des petites gens transportées par l’amour de leur pays.
    Car n’en déplaise à ses détracteurs, il existe bien une identité de la France, façonnée peu à peu autour de quelques piliers fondateurs  : un État central propice à l’épanouissement de la nation, incarnant la justice au service du bien commun, défendant une laïcité ne reniant pas ses racines chrétiennes ; un État marqué par des valeurs universelles, permettant l’assimilation des peuples et des cultures. Des piliers fortement ébranlés aujourd’hui.
    S’appuyant sur les données historiques les plus récentes, Jean-Christian Petitfils convoque Jeanne d’Arc, Louis XIV, Robespierre, mais aussi plus près de nous, De Gaulle ou Simone Veil, pour donner vie à ce tableau magistral.

    Histoire de la France  -  Jean-Christophe Petitfils

     


    votre commentaire
  • Le roman de la France ; De Vercingétorix à Mirabeau - Laurent Joffrin

    Tallandier ;   5 sept. 2019 ;  480 p.;    21€00.

    Présentation officielle : Plus humaine que tant de romans, plus palpitante que la meilleure des séries, c'est l'Histoire de France.

    Le temps passé est un pays des merveilles. Laurent Joffrin a voulu retrouver ses émotions d’enfance, quand ses professeurs faisaient revivre Vercingétorix, Jeanne d’Arc, Richelieu, Marie-Antoinette ou Mirabeau. Appuyé sur le travail des historiens, il fait resurgir le passé en usant des moyens de son métier, le journalisme. Il ne néglige pas les grands courants d’idées, les mouvements économiques et sociaux. Mais ils ne forment que le décor. Ce sont les personnages qui font la pièce : ce sont eux qu’il raconte.

    Et comme tous les romans, cette histoire a un sens. La France vit de ses racines, de son héritage. Mais elle vit surtout d’une adhésion aux préceptes inscrits au fronton de ses écoles et de ses mairies. Et parmi ces valeurs, il en est une qui a cheminé au fil des siècles et qui gouverne les autres. Ce principe, c’est la liberté. Cette histoire, donc, est aussi celle de la liberté.

    Le roman de la France ; De Vercingétorix à Mirabeau - Laurent Joffrin


    2 commentaires
  • La minute antique  -  Christophe Ono-dit-Biot

    Éditions de l'Observatoire  ;   30 oct. 2019 ;   234 p.; 

    Présentation officielle : Pourquoi la licorne, animal mythologique, passionne-t-elle les cours de récréation ? 
    Catilina, fascinant agitateur de la Rome antique, n’aurait-il pas quelques points communs avec Jean-Luc Mélenchon ? 
    La princesse Philomèle, dans Les Métamorphoses d’Ovide, ne serait-elle pas la première des #MeToo ? 
    Comment Romulus et Remus traitaient-ils les migrants ? 
    Et que pensaient les Athéniens de la question du genre ? Prêtez l’oreille à Tirésias, qui fut un homme et qui fut une femme…
    De l’Énéide à Facebook, des Amazones aux féministes, de la colère d’Achille aux clashs entre rappeurs, et de l’Olympe de Zeus à l’Élysée jupitérien, Christophe Ono-dit-Biot montre, en une minute ou un tout petit peu plus, et avec malice et érudition, comment les Grecs et les Romains peuvent nous aider à mieux comprendre notre époque.

    Certaines des chroniques de cet ouvrage ont été publiées dans Le Point.

    La minute antique  -  Christophe Ono-dit-Biot


    votre commentaire
  • Le délicieux malheur français  -  Denis Olivennes

    Albin Michel ;  11 sept. 2019 ;   256 p.;   19€90.

    Si les points de départ ne sont pas forcément les nôtres, l'esprit général de ce livre rejoint une certaine évidence. RoyautéNews

    Présentation officielle : La France est devenue une association de détestation mutuelle, alors qu’il y aurait matière à se réjouir par rapport aux autres pays dans le monde. Pourquoi cette nation est-elle « un paradis peuplé de gens qui se croient en enfer » comme le dit Sylvain Tesson ?
    C’est peut-être tout simplement la fin du modèle français. Les bien-pensants vont crier au blasphème. Mais comment expliquer que nous ayons les dépenses sociales du Danemark et le bonheur du Mexique ?
    Ce modèle permettait l’ascension des classes moyennes. Ce n’est plus le cas. Le système enrichit les « rentiers » et soutient les « assistés » mais il maltraite les Français moyens. Il y a désormais trois France qui ne se parlent plus.
    L’égalité était au centre de tout. Elle est compromise. Avec ses 300 niches fiscales, ses 40 régimes de retraite et ses 500 mécanismes d’assurance maladie, le système attise les jalousies et favorise une féroce bataille des lobbies. Le modèle français, c’était le sentiment puissant d’une identité culturelle commune. C’est fini. Place à la dictature des minorités rivales et des individus souverains. La bombe à fragmentation est enclenchée. On n’en sortira pas en bricolant. Il faut tout repenser.

    Le délicieux malheur français  -  Denis Olivennes


    votre commentaire
  • L'Archipel français  -   Jérôme Fourquet

    Seuil ;   7 mars 2019 ;   384 p.;   24€.

    Présentation officielle : En quelques décennies, tout a changé. La France, à l’heure des gilets jaunes, n’a plus rien à voir avec cette nation une et indivisible structurée par un référentiel culturel commun. Et lorsque l’analyste s’essaie à rendre compte de la dynamique de cette métamorphose, c’est un archipel d’îles s’ignorant les unes les autres qui se dessine sous les yeux fascinés du lecteur.

    C’est que le socle de la France d’autrefois, sa matrice catho-républicaine, s’est complètement disloqué. Jérôme Fourquet envisage d’abord les conséquences anthropologiques et culturelles de cette érosion, et il remarque notamment combien notre relation au corps a changé (le développement de pratiques comme le tatouage et l’incinération en témoigne) ainsi que notre rapport à l’animalité (le veganisme en donne la mesure). Mais, plus spectaculaire encore, l’effacement progressif de l’ancienne France sous la pression de la France nouvelle induit un effet d’« archipelisation » de la société tout entière : sécession des élites, autonomisation des catégories populaires, formation d’un réduit catholique, instauration d’une société multiculturelle de fait, dislocation des références culturelles communes (comme l’illustre, par exemple, la spectaculaire diversification des prénoms).

    À la lumière de ce bouleversement sans précédent, on comprend mieux la crise que traverse notre système politique : dans ce contexte de fragmentation, l’agrégation des intérêts particuliers au sein de coalitions larges est tout simplement devenue impossible. En témoignent, bien sûr, l’élection présidentielle de 2017 et les suites que l’on sait…

    Avec de nombreuses cartes, tableaux et graphiques originaux réalisés par Sylvain Manternach, géographe et cartographe.

    L'Archipel français  -   Jérôme Fourquet


    1 commentaire
  • Le naufrage des civilisations  - Amin Maalouf

    Grasset ;  13 mars 2019 ;   326 p.;   22€.

    On en pensera ce que l'on voudra, de ce prêt-à-mâcher de la pensée. RoyautéNews

    Présentation officielle :    Il faut prêter attention aux analyses d’Amin Maalouf  : ses intuitions se révèlent  des prédictions, tant il semble avoir la prescience des grands sujets avant qu’ils n’affleurent à la conscience universelle. Il s’inquiétait il y a vingt ans de la montée des Identités meurtrières  ; il y a dix ans du Dérèglement du monde. Il est aujourd’hui convaincu que nous arrivons au seuil d’un naufrage global, qui affecte toutes les aires de civilisation.
    L’Amérique, bien qu’elle demeure l’unique superpuissance, est en train de perdre toute crédibilité morale. L’Europe, qui offrait à ses peuples comme au reste de l’humanité le projet le plus ambitieux et le plus réconfortant de notre époque, est en train de se disloquer. Le monde arabo-musulman est enfoncé dans une crise profonde qui plonge ses populations dans le désespoir, et qui a des répercussions calamiteuses sur l’ensemble de la planète. De grandes nations «  émergentes  » ou «  renaissantes  », telles la Chine, l’Inde ou la Russie, font irruption sur la scène mondiale dans une atmosphère délétère où règne le chacun-pour-soi et la loi du plus fort. Une nouvelle course aux armements paraît inéluctable. Sans compter les graves menaces (climat, environnement, santé) qui pèsent sur la planète et auxquelles on ne pourrait faire face que par une solidarité globale qui nous fait précisément défaut.
    Depuis plus d’un demi-siècle, l’auteur observe le monde, et le parcourt. Il était à Saïgon à la fin de la guerre du Vietnam, à Téhéran lors de l’avènement de la République islamique. Dans ce livre puissant et ample, il fait œuvre à la fois de spectateur engagé et de penseur, mêlant récits et réflexions, racontant parfois des événements majeurs dont il s’est trouvé être l’un des rares témoins oculaires, puis s’élevant en historien au-dessus de sa propre expérience afin de nous expliquer par quelles dérives successives l’humanité est passée pour se retrouver ainsi au seuil du naufrage.

    Le naufrage des civilisations  - Amin Maalouf


    votre commentaire
  • Iran  ;  Une histoire de 4000 ans - Yves Bomati ; Houchang Nahavandi

    Perrin ;    12 sept. 2019 ;   416 p.;   24€.

    Présentation officielle : Depuis les antiques civilisations du plateau iranien jusqu'à l'actuelle République islamique née de la révolution de 1979, ce pays-continent, creuset bouillonnant au coeur d'un Moyen-Orient turbulent, a vu naître des religions et des systèmes aussi novateurs que le zoroastrisme, la quête d'un empire universel, l'émergence du modèle du despote éclairé, en même temps que des courants philosophiques et artistiques majeurs.
    Avec cette fresque se déroulant sur plus de 4 000 ans, puisant dans les récits historiques, les travaux les plus récents et les anecdotes issues de chroniques persanes, Houchang Nahavandi et Yves Bomati ravivent également le destin d'illustres personnages tels Cyrus, Darius, Avicenne, Reza Shah, Alexandre le Grand et, moins connus du lecteur occidental, ceux d'Hassan Sabbah l'Assassin, de Tâhéreh Qorrat ol-‘Eyn la poétesse et d'Amir Kabir le réformateur.
    Croisant leurs regards, ils montrent combien l'actualité la plus récente et parfois la plus controversée plonge ses racines dans un passé marqué par la double emprise du rêve impérial et du sens religieux. Un livre essentiel pour connaître et comprendre un pays charnière et matrice de siècles de civilisations.

    Iran  ;  Une histoire de 4000 ans - Yves Bomati ; Houchang Nahavandi


    2 commentaires
  • Le piège  -  Bertille Bayart ; Emmanuel Egloff

    Enquête sur la chute de Carlos Ghosn ;

    Kero ;  25 sept. 2019 ;   360 p.   19€50.

    Présentation officielle : 19  novembre 2018, 15  h  30. Un jet privé se pose sur le tarmac de Tokyo. Son unique passager est arrêté par la police japonaise. Et la nouvelle fait immédiatement le tour du monde. Il s’agit de Carlos Ghosn, le PDG de Nissan et de Renault, l’un des industriels les plus puissants de la planète.
    Près de vingt ans plus tôt, le Japon en avait fait un héros. Ghosn est celui qui a ressuscité Nissan. Un fait d’armes qui a créé une forme de culte de la personnalité, et autorisé trop de largesses. Un salaire mirobolant, des résidences, du mobilier luxueux, des festivités et des réceptions au château de Versailles, le groupe japonais a tout payé pour son patron.
    Ghosn possède trois passeports – brésilien, libanais, et français. Il dirige deux entreprises multinationales à la fois et a un domicile connu – son avion. Il incarne comme nul autre la mondialisation. Il symbolise l’Alliance Renault-Nissan, dont il veut faire le numéro un mondial, sans prendre la mesure des tensions qui la minent.
    Ghosn paie au prix fort sa démesure. Nissan a méthodiquement organisé son expulsion. L’ex-PDG, trahi par certains de ses plus fidèles, est aux prises avec une justice japonaise extraordinairement rigoureuse. Sa chute a plongé Renault dans le chaos et placé l’État français, actionnaire du groupe, face à ses propres contradictions. L’Alliance est en grand danger. Entre Paris et Tokyo, un nouveau bras de fer a commencé…

    Dans cette enquête sous forme de thriller politique et industriel, les journalistes Bertille Bayart et Emmanuel Egloff proposent une analyse captivante de l’affaire Ghosn.

    Le piège  -  Bertille Bayart ; Emmanuel Egloff


    votre commentaire
  • Le siècle rouge  -  Jean-Christophe Buisson

    Perrin ;   10 oct. 2019 ;   464 p.;   27€.

    Présentation officielle : Le Siècle rouge, une histoire-monde illustrée et inédite des communismes, de la fondation de la IIIe Internationale à la chute du mur de Berlin.

    Tandis que le monde s'apprête à commémorer les 30 ans de la chute du mur de Berlin, véritable symbole de la fin des régimes communistes en Europe de l'Est, nous vous proposons un retour sur trois quarts de siècle qui ont bouleversé la planète, une période forte de l'histoire retracée dans la série Apocalypse, la guerre des mondes, actuellement diffusée sur France 2.

    Jean-Christophe Buisson propose un grand récit chronologique à la fois accessible, documenté aux meilleures sources et richement illustré.

    Le siècle rouge  -  Jean-Christophe Buisson


    votre commentaire
  • La civilisation du poisson rouge  -  Bruno Patino

    Grasset ;  10 avr. 2019 ;  184 p.;   17€.

    Présentation officielle : «  Le poisson rouge tourne dans son bocal. Il semble redécouvrir le monde à chaque tour. Les ingénieurs de Google ont réussi à calculer la durée maximale de son attention  : 8 secondes. Ces mêmes ingénieurs ont évalué la durée d’attention de la génération des millenials, celle qui a grandi avec les écrans connectés  : 9 secondes. Nous sommes devenus des poissons rouges, enfermés dans le bocal de nos écrans, soumis au manège de nos alertes et de nos messages instantanés.
    Une étude du Journal of Social and Clinical Psychology évalue à 30 minutes le temps maximum d’exposition aux réseaux sociaux et aux écrans d’Internet au-delà duquel apparaît une menace pour la santé mentale. D’après cette étude, mon cas est désespéré, tant ma pratique quotidienne est celle d’une dépendance aux signaux qui encombrent l’écran de mon téléphone. Nous sommes tous sur le chemin de l’addiction  : enfants, jeunes, adultes.
    Pour ceux qui ont cru à l’utopie numérique, dont je fais partie, le temps des regrets est arrivé. Ainsi de Tim Berners Lee, «  l’inventeur  » du web, qui essaie de désormais de créer un contre-Internet pour annihiler sa création première. L’utopie, pourtant, était belle, qui rassemblait, en une communion identique, adeptes de Teilhard de Chardin ou libertaires californiens sous acide.
    La servitude numérique est le modèle qu’ont construit les nouveaux empires, sans l’avoir prévu, mais avec une détermination implacable.  Au cœur du réacteur, nul déterminisme technologique, mais un projet qui traduit la mutation d’un nouveau capitaliste  : l’économie de l’attention. Il s’agit d’augmenter la productivité du temps pour en extraire encore plus de valeur. Après avoir réduit l’espace, il s’agit d’étendre le temps tout en le comprimant, et de créer un instantané infini. L’accélération générale a remplacé l’habitude par l’attention, et la satisfaction par l’addiction.  Et les algorithmes sont aujourd’hui les machines-outils de cette économie…
    Cette économie de l’attention détruit, peu à peu, nos repères. Notre rapport aux médias, à l’espace public, au savoir, à la vérité, à l’information, rien n’échappe à l’économie de l’attention qui préfère les réflexes à la réflexion et les passions à la raison. Les lumières philosophiques s’éteignent au profit des signaux numériques. Le marché de l’attention, c’est la société de la fatigue.
    Les regrets, toutefois, ne servent à rien. Le temps du combat est arrivé, non pas pour rejeter la civilisation numérique, mais pour en transformer la nature économique et en faire un projet qui abandonne le cauchemar transhumaniste pour retrouver l’idéal humain…  »

    La civilisation du poisson rouge  -  Bruno Patino


    votre commentaire
  • Que demande le Peuple ? - Pierre Serna

    Les cahiers de doléances de 1789. Manuscrits inédits ;

    Textuel ;   9 oct. 2019 ;   192 p.;  18€90.

    Bien souvent, les cahiers provinciaux comportaient beaucoup de préoccupations communes à la noblesse et au Tiers-Etat, exprimées par la première. RoyautéNews

    Présentation officielle : On en a beaucoup entendu parler, mais les a-t-on jamais vus ces fameux cahiers de doléances de la Révolution Française ? Présentant un choix de fac-similés inédits commentés par l’excellent spécialiste Pierre Serna, ce livre va permettre de les consulter pour la première fois dans leur « matérialité » originelle.
    Issus de chacun des trois ordres (tiers-état, noblesse, clergé), les extraits choisis sont organisés par thèmes. Ils proviennent de tous les coins du pays et incarnent la France des villages et des campagnes mais aussi des grandes villes. L’impôt pour tous, l’abolition des taxes sur les produits de première nécessité, une même justice pour tous, le mariage des prêtres, l’encadrement des loyers à Paris : des revendications d’une étonnante contemporanéité. Ce beau livre sera également illustré de caricatures, dessins et gravures apportant une touche de couleur à cet ouvrage d’histoire aussi essentiel qu’original.

    Que demande le Peuple ? - Pierre Serna


    1 commentaire