• Les grandes plaidoiries du barreau  -  Mathieu Aron

    Mareuil Éditions ; (2011 ; 2016) nouvelle édition augmentée 27 févr. 2020 ; 19€.

    Présentation officielle : Crimes historiques (Pétain, Barbie, Papon), erreurs judiciaires (Outreau, Dils, Seznec), combats de société (affaire du sang contaminé, drame des bébés congelés), énigmes criminelles (affaire Grégory, procès Agnelet, dossier Ranucci), scandales financiers ou politiques, dossiers de terrorisme (Colonna, CharlieHebdo, Carlos, Islamistes radicaux), les grands procès façonnent l'histoire de notre pays. Lors des audiences, la procédure est orale, les débats ne sont presque jamais enregistrés et les mots s'envolent. L'auteur, chroniqueur judiciaire durant 20 ans, a pu, grâce à ses notes d'audiences et à ses recherches, reconstituer les plaidoyers vibrants des plus grands ténors du barreau.Ce livre fait aujourd'hui l'objet d'une réédition revue et augmentée. Il présente désormais la plaidoirie de Francis Szpiner dans le procès des attentats de Toulouse, celle de Fernand Labori dans l'affaire Dreyfus, le plaidoyer de François Lafforgue contre Monsanto, celui de Félix Molteni pour le droit d'asile, ou l'intervention d'Eric Morain aux côtés des victimes de pédophiles, et, enfin, le monument d'éloquence de Jules Senard, l'avocat de Gustave Flaubert, accusé " d'outrage aux bonnes mœurs " pour Madame Bovary.

    Les grandes plaidoiries du barreau  -  Mathieu Aron


    votre commentaire
  • Les Âges clandestins  -  Bruno Dubos

    Payot ;   janv. 2020 ;   240 p.;   18€50.

    Présentation officielle : Faisons-nous notre âge ? Doit-on faire son âge ? Comment (ne pas) faire son âge ? Ces questions ont pris de l'ampleur depuis vingt ans dans notre société. Mais peut-on réellement de ne pas avoir l'âge qu'on a sur sa carte d'identité ? Oui. Car sous l'âge officiel, celui de notre date de naissance, se cachent des âges "clandestins", officieux, dont nous sommes les jouets. Sans le vouloir, nous voilà soudain immatures, ou bien nous nous sentons vieux, ou nous paraissons sans âge... Un enfant, un adolescent, une vieille personne a pris possession de nous, modifiant pour un instant ou pour longtemps notre aspect physique, notre comportement, nos sensations et nos émotions. Comment ? Pourquoi ? Et n'est-il pas possible de s'en faire des alliés, de mobiliser pour notre bien, à travers nos âges clandestins, la légèreté et l'insouciance d'un enfant, la vitalité d'un adolescent, la solidité ou la stabilité d'un adulte ?

    Les Ages clandestins  -  Bruno Dubos


    votre commentaire
  • Famine rouge  -  Anne Applebaum

    La guerre de Staline en Ukraine ;

    Traducteurs, Pierre-Emmanuel Dauzat, Aude de Saint-Loup ;

    Grasset ;  23 oct. 2019 ;  512 p.;    26€.

    Présentation officielle : La famine meurtrière qui frappa l’Ukraine au début des années 30 reste un des chapitres les moins explorés de l’Histoire soviétique. Anne Applebaum répare enfin cette injustice par un livre qui fera date. Elle impressionne par la somme des connaissances rassemblées et commentées  sur ce qui fut une véritable extermination de tout un peuple organisée par le Parti communiste soviétique sous Staline, mais aussi par son talent d’écrivain. Son récit des faits débute par l’histoire de la révolution ukrainienne en 1917 et celle du mouvement national qui en est issu, puis se poursuit par les premières décisions du Politburo sur la politique agricole à mener dans cette province si fertile de l’Union Soviétique jusqu’à la persécution systématique de l’élite ukrainienne. Le tableau brossé par Applebaum nous plonge de manière inédite dans les horreurs de la répression menée par le régime stalinien. Car cette famine «  organisée  » fit plus de 5 millions de victimes - dont 3.9 millions d’Ukrainiens, et l’héritage de cette mémoire que l’URSS a tenté d’éradiquer joue évidemment un rôle considérable dans les relations russo-ukrainiennes au temps présent.
    Famine rouge s’impose par sa documentation incontestable, sa hauteur de vue et les perspectives qu’il dégage, c’est aussi un livre nécessaire pour comprendre un épisode tragique de l’Histoire du XXème siècle autant que la réalité politique actuelle de cette région du monde.

    Famine rouge  -  Anne Applebaum


    1 commentaire
  • Churchill, seigneur de guerre  -  Carlo d'Este

    tempus ;  (2010)  7 fév. 2019 ;    1 237 p.;  16€.

    Présentation officielle : Une biographie magistrale et captivante de Churchill vu sous l'angle inédit du " seigneur de guerre ".

    Pudique et féroce, tyrannique et affectueux, maladroit et héroïque, tel est resté Churchill dans la mémoire collective. On a retenu de lui son cigare, ses formules percutantes, son courage pendant le Blitz. Mais au-delà de ces images, qui était vraiment cet homme paradoxal ? Descendant du célèbre duc de Marlborough (le héros de la chanson Malbrough s'en va-t-en guerre ), rêvant d'éblouir par ses exploits un père célèbre, Winston Churchill ne dépassa jamais le grade de lieutenant colonel. Il se retrouva pourtant à la tête de la Grande-Bretagne en guerre, seul, face aux puissances de l'Axe, pour sauver la démocratie. Mais s'il devint à ce titre l'un des acteurs politiques majeurs du XXe siècle, son ambition depuis l'enfance était d'être soldat.
    Voici l'histoire singulière, parfois cocasse, souvent tragique, de ce chef militaire, depuis ses premières aventures à la frontière nord-ouest de l'Inde jusqu'aux deux grands conflits mondiaux, en passant par la guerre des Boers.
    A partir de documents encore inexploités et de témoignages inédits, Carlo D'Este éclaire d'un jour nouveau cette personnalité contradictoire et attachante. Churchill était un guerrier dans l'âme, imprégné du code d'honneur et de valeurs du XIXe siècle : telle est la thèse de cette biographie magistrale, qui éclaire, sans jamais le juger, la bravoure autant que les erreurs de son héros.

    Churchill, seigneur de guerre  -  Carlo d'Este

     


    votre commentaire
  • Le Diable Rouge - L'as Georges-Félix Madon  -  Daniel Marquis

    Bernard Giovanangeli ;  21 fév. 2019 ;   319 p.;   25€.

    Présentation officielle : Georges-Félix Madon est le quatrième as de la Grande Guerre par le nombre de victoires confirmées. La couleur rouge de son avion et sa réputation lui valurent d'être appelé par les Allemands le Diable Rouge. Caporal-pilote en août 1914, capitaine et chef d'escadrille à l'Armistice, il arbore une croix de guerre de 17 palmes et 3 étoiles pour ses 41 victoires. Quittant provisoirement l'armée en 1919, il reste lié au monde de l'aviation, et prend part à son essor civil.
    Le 11 novembre 1924, il se tue aux commandes de son avion lors d'une démonstration aérienne en hommage à Roland Garros. Cet ouvrage retrace pour la première fois la vie et la guerre du capitaine Madon, dont la base aérienne d'Avord porte le nom.

    Le diable rouge - l'as Georges-Félix Madon  -  Daniel Marquis


    votre commentaire