• INSOUMISSION - Guillaume Larrivé -

    Pour que vive la nation ;

    Plon ;   15 € 90.

    Auparavant, l'utopie était de droite. Royauté-News


    votre commentaire
  • La France n'est pas libérale (et ne le sera sans doute jamais) ;

    eBook format Kindle ; 9 € 90.


    2 commentaires
  • Reconnaître le fascisme - Umberto Eco -

    Grasset ;  19 Avril 2017 ;   56 p.;  3 €.

    Présentation officielle : « Je crois possible d’établir une liste de caractéristiques typiques de ce que j’appelle l’Ur-fascisme c’est-à-dire le fascisme primitif et éternel.
    L’Ur-fascisme est toujours autour de nous, parfois en civil.
    Ce serait tellement plus confortable si quelqu’un s’avançait sur la scène du monde pour dire “Je veux rouvrir Auschwitz…”
    Hélas, la vie n’est pas aussi simple.
    L’Ur-fascisme est susceptible de revenir sous les apparences les plus innocentes.
    Notre devoir est de le démasquer, de montrer du doigt chacune de ses nouvelles formes – chaque jour, dans chaque partie du monde. »
    Umberto Eco
     
    L’auteur mêle ici souvenirs personnels de sa jeunesse sous le fascisme et analyse structurelle des 14 archétypes du fascisme primitif et éternel.
     
    Un avis Royauté-News : L'ouverture de la page 39 de ce mini livre montre que les dénonciateurs du fascisme sont eux-mêmes entraînés à se prendre aux pièges du fascisme tel qu'il le définissent, et qu'il convient d'appeler plutôt totalitarisme. On doit en outre supporter de leur part les confusions de sens et leurs définitions imprécises, leurs procès d'intention multidirectionnels, et leur paranoïa universelle. De vrais cas d'étude psychiatrique.
     
     « /5. Le désaccord est en outre signe de démocratie. L'Ur-fascisme croît et cherche le consensus en exploitant et exacerbant la nature et la peur de la différence. le premier appel d'un mouvement fasciste ou prématurément fasciste est lancé contre les intrus. L'Ur-fascisme est donc raciste par définition. »
     

    Reconnaître le fascisme - Umberto Eco


    2 commentaires
  • Les Impôts ; Histoire d'une folie française -  Jean-Marc Daniel -

    Tallandier ; le 6 Avril 2017 ;  240 p.;  18 € 90.

    Présentation officielle : Le constat est sévère : la France arrive au deuxième rang des pays où la pression fiscale est la plus haute, avec un taux de 45 % du PIB ; les prélèvements augmentent plus vite en France qu’ailleurs ; le code général des impôts compte plus de 4 000 articles et il change sans arrêt. On ne sait plus à quoi servent nos impôts…
    Pourquoi depuis plus de soixante ans chaque gouvernement de droite comme de gauche a-t-il ajouté des impôts, aboutissant aujourd’hui à une charge insupportable et provoquant un véritable ras-le-bol fiscal ? Pourquoi notre pays est-il une exception en matière de fiscalité ? Que penser du prélèvement à la source ? Faut-il baisser l’impôt sur les sociétés ou l’impôt sur le revenu ? Pourquoi la taxation du capital semble-t-elle très (trop) élevée ? Faut-il la réduire pour relancer la croissance ? Comment diminuer l’impôt sur le revenu sans creuser le déficit ?
    Dans cet essai à la fois sérieux et un brin provocateur, Jean-Marc Daniel retrace, grâce à son expertise, soixante ans de « matraquage fiscal ».
    Voici l’histoire d’une folie bien française.


    votre commentaire
  • Moi, Joe Kennedy  -  Danièle Georget -

    Tallandier ; le 31 Mai 2017 ;  448 p.;  20 €.

    Présentation officielle : « Quelques vieilles barbes de Boston vous raconteront que je ne suis pas seulement le père du président. Je suis un voyou, un menteur. Ça les arrangerait même que j’aie fabriqué de l’alcool à l’époque des Incorruptibles. Ils oublient qu’il y a bien d’autres manières d’être redoutable. Mes concitoyens veulent du cinéma. Je leur en ai offert. »
     
    Un vieillard tout-puissant frappé par un AVC l’année même où il a atteint le but de sa vie – l’élection de son fils à la Maison-Blanche –, voilà qui ressemble à une punition divine. Si on ajoute la mort violente de quatre de ses enfants, et même la condamnation d’un cinquième, Rosemary, victime d’une terrible erreur médicale, on a, réunis, tous les ingrédients de la malédiction.
    Joe Kennedy (1888-1969) a inventé la politique au XXe  siècle. Dans la conquête du pouvoir, il s’est réservé « la part du diable ».
    Près de cinquante ans après sa mort, l’un des hommes les plus détestés de son siècle est magistralement tiré du silence par Danièle Georget  : voici le roman vrai et intime d’une famille légendaire. La sacrée histoire d’un Irlandais magnat de Hollywood, qui fut   le véritable inventeur des Kennedy.

    « L’important n’est pas ce que l’on est, l’important est ce que les autres croient que l’on est. »

    Moi, Joe Kennedy  -  Danièle Georget


    votre commentaire