• de Lattre  -  Ivan Cadeau -

    Perrin ;  9 novembre 2017 ;  280 p.;  22€.

    A la mort du « Roi Jean », demeurait son père, Roger, Général de Lattre, qui avait déjà vu la mort de son petit-fils, le Lieutenant Bernard de Lattre, tombé en Indochine, le corps criblé de 87 éclats d'obus. Puis enfin, son fils, un de ces « capitaines » (il est en 1939 Général de Brigade et le plus jeune Général français) que de Gaulle fera Généraux d'Armée, et qui recomposera la nouvelle Armée, appelée la 1ère Armée Française, dite Armée « Rhin et Danube ». Royauté-News

    Présentation officielle :

    Le premier portrait nuancé d'une gloire française : le Maréchal de Lattre.
    « Ce guerrier est un éducateur », déclarait Édouard Herriot, le mardi 15 janvier 1952, en hommage à Jean de Lattre de Tassigny, disparu quelques jours plus tôt. « Guerrier », d'abord, car sa carrière militaire, commencée en 1908, englobe les conflits de l'armée française au XXe siècle, des champs de bataille de la Première et de la Deuxième Guerre mondiale aux théâtres d'opérations extérieurs, du Maroc à l'Indochine. « Éducateur », ensuite, parce que cette dimension est indissociable de l’œuvre de De Lattre. La volonté d'instruire et d'encadrer la jeunesse apparaît dans les nombreux commandements qu'il occupe, comme chef de peloton de cavalerie ou comme général, placé à la tête de la 1re armée française.
    Quant à la personnalité du maréchal de Lattre, elle continue bien après sa mort à susciter les plus vifs commentaires, les uns mettant en avant ses atouts – animateur hors pair, travailleur infatigable –, les autres préférant relever ses défauts – ses colères, sa vindicte, son goût du faste. Il n'en fut pas moins un chef de guerre exceptionnel, et c'est sans doute là qu'il convient de trouver sa plus grande qualité, dans l'encadrement et le commandement de la troupe, dans son aptitude à susciter l'adhésion et à mener les hommes.

    de Lattre  -  Ivan Cadeau


    votre commentaire
  • La baraque des prêtres - Guillaume Zeller -

    Tallandier ; 22 janvier 2015 ;  320 p.;  20€90.

    Présentation officielle : De 1938 à 1945, 2 720 prêtres, religieux et séminaristes sont déportés dans le camp de concentration de Dachau, près de Munich. Regroupés dans des « blocks » spécifiques – qui conserveront pour l’histoire le nom de « baraques des prêtres », 1 034 d’entre eux y laisseront la vie. Polonais, Belges, Allemands, Français, Italiens, Tchèques, Yougoslaves : derrière les barbelés de Dachau, l’ « universalité de l’Église » est palpable. Ces hommes qui, dans une Europe encore christianisée, jouissaient d’un statut respectable, parfois éminent, se retrouvent projetés dans une détresse absolue. La faim, le froid, les maladies, le travail harassant, les coups des SS et des kapos, les expériences médicales ou les transports d’invalides ont raison de ces hommes de tous les âges. Quelques-uns sombreront dans le désespoir et s’effondreront, d’autres – la grande majorité d’entre eux – ne fléchiront pas, peut-être soutenus par leur foi. Partageant le sort commun des déportés, les prêtres de Dachau s’efforcent de maintenir intacte leur vie spirituelle et sacerdotale. Une chapelle, la seule autorisée dans tout le système concentrationnaire, leur apporte un secours considérable. Cette expérience unique dans l’histoire de l’Église éclaire d’un jour nouveau les rapports entre le nazisme et le christianisme. Près de 70 ans après sa libération, le camp de concentration de Dachau demeure le plus grand cimetière de prêtres catholiques du monde.

    La baraque des prêtres - Guillaume Zeller


    votre commentaire
  • Les batailles de l'impôt - Nicolas Delalande -                        Consentements et résistances de 1789 à nos jours ;

    Seuil ;  6 mars 2014 ;  464 p.;  25€

    L'auteur est enseignant-chercheur au Centre d'histoire de Sciences-Po.

    Présentation officielle : Comment convaincre les citoyens qu’il est utile et légitime de verser à l’État une partie de leur argent ? Cette question s’est posée à tous les régimes de 1789 à nos jours. Des révoltes paysannes du XIXe siècle aux stratégies contemporaines de fraude et d’évasion et au mouvement des "bonnets rouges", les charges fiscales n’ont cessé d’être combattues et contournées au motif de leur poids excessif ou de leurs inégalités. Le consentement à l’impôt n’a en effet rien de naturel : dans les démocraties, il repose sur un lien de confiance qu’il faut perpétuellement reconstruire. Fondé sur une enquête approfondie dans les archives, ce livre retrace les nombreuses batailles, intellectuelles, sociales et politiques, qui ont façonné notre système de redistribution et divisé la société française au cours des deux siècles passés.

    Lire aussi nos articles précédents L'impôt, une notion dépassée et injuste


    2 commentaires
  • Tension extrême  -  Sylvain Forge -

    Fayard ;  15 novembre 2017 ;  408 p.;  8€90.

    Présentation officielle : Aux limites du virtuel et de la réalité, les nouvelles technologies conduisent parfois à la folie ! Des cyberattaques paralysent la PJ de Nantes, infiltrent l'intimité des policiers et cernent une ville où le moindre objet connecté peut devenir une arme mortelle. Alors que les victimes s'accumulent, une jeune commissaire à peine sortie de l'école et son adjointe issue du "36" affrontent ensemble un ennemi invisible.Toutes les polices spécialisées seront mobilisées pour neutraliser la nouvelle menace de la science complice du crime.

    Tension extrême - Sylvain Forge


    2 commentaires
  • Qui va prendre le pouvoir ?  -  Pascal Picq -

    Odile Jacob ; 3 mai 2017 ;  336 p.;  22€90.

    « C’est nous qui éliminons les grands singes et qui créons les robots.

    Comment apprendre à vivre avec ces nouvelles intelligences artificielles pour assurer un futur meilleur à l’humanité ?

    Ma réponse d’éthologue et de paléoanthropologue est qu’il nous faut d’abord comprendre les intelligences naturelles qui accompagnent notre évolution, à savoir celle des singes et des grands singes.
    Sinon nous serons les esclaves des robots. » P. P.

    Ce livre plein d’humour nous apprend beaucoup sur nous-mêmes, sur les hommes (et femmes) politiques, sur les grands singes… et les robots.

    Qui va prendre le pouvoir ?  -  Pascal Picq


    votre commentaire