• Jésus, le premier scout  - Xavier de Verchère

    Editions du Cerf ;  16  mars 2018 ;    192 p.;   12€.

    Présentation officielle : « Toujours prêt ! », cet appel de Baden Powell, le fondateur du scoutisme, résonne dans la tête de millions de jeunes à travers le monde. Sur les routes, au contact de la nature, et témoins de la fraternité entre les peuples, les scouts sont les héritiers en marche du Christ. Car, si « Dieu a planté sa tente parmi nous », Jésus n’est-il pas l’Éclaireur, le Guide par excellence, le premier scout ? À sa lumière, le scoutisme passe d’une simple école de vie appelée à former des artisans de paix, à une école de spiritualité d’où ressortent des chrétiens à la foi vivante. Engagement et incarnation, vie commune et itinérance, service et communion avec la création… La spiritualité scoute porte en son sein une promesse : celle de faire grandir les jeunes et de nourrir leur foi.
    Un livre à vivre !

    Jésus, le premier scout  - Xavier de Verchère


    2 commentaires
  • La république du soupçon  -  Béligh Nabli

    Editions du Cerf ;   233 mars 2018 ;   192 p.;   16€.

    Présentation officielle : Une « République exemplaire » : telle est la promesse de François Hollande en 2012. Son successeur, le président Macron nous met en garde contre une « République du soupçon ».
    Qui, en soi, est contre la transparence ? Est-elle vraiment neutre ? Sans effets secondaires et dommages collatéraux pour la démocratie ? Son excès peut s’avérer contre-productif et renforcer la défiance citoyenne. Car la transparence n’est pas toujours synonyme d’intégrité et de vérité.
    Le mouvement de moralisation de la vie politique française n’est-il pas la marque d’une américanisation de
    notre société ? Puisque la vertu des responsables politiques ne se présume plus, une véritable République exemplaire ne dépend-elle pas de l’émergence d’une nouvelle culture démocratique plutôt que de l’adoption d’une série de lois de « moralisation » ?
    Dans cet essai percutant, Béligh Nabli répond à ces questions.

    La République du soupçon  -  Béligh Nabli


    1 commentaire
  • René Fonck   -   Damien Accoulon

    As des as et pilote de la Grande Guerre ;

    Préface d'Annette Becker ;

    Privat ;   26 av. 2018 ;   404 p.;  21€.

    René Fonck   -   Damien Accoulon

    Présentation officielle : Qui donc, aujourd'hui, connaît René Fonck ? Tombé dans un relatif oubli, cet aviateur, as des as de la Première Guerre mondiale, " vengeur de Guynemer ", semblait tout avoir pour figurer en bonne position dans le roman national. Son rôle trouble sous le régime de Vichy aurait occulté la mémoire de ce pilote et député de la IIIe République. Mais est-ce aussi simple ? Mettant à jour des documents jamais étudiés jusqu'alors, Damien Accoulon tente de saisir l'ensemble des facettes de ce personnage complexe que fut René Fonck, dans un ouvrage qui nourrit finalement une réflexion plus large sur ce qui forge, ou non, les héros nationaux.


    votre commentaire
  • Massu   -  Pierre Pellissier

    Perrin ;  (2003)   21 mars 2018 ;   480 p.;   24€.

    Massu   -  Pierre Pellissier

    Présentation officielle : Jacques Massu, c'est d'abord une « gueule ». Qu'il la ferme ou qu'il l'ouvre, elle ne passe jamais inaperçue. Mais quel roman que sa vie ! A trente-deux ans, le saint-cyrien déjà en poste en Afrique est saisi par l'histoire : dès juin 1940, de Gaulle devient le dieu, et Leclerc bientôt son prophète. En mars 1941, il est avec le futur maréchal de ceux qui prêtent le serment de Koufra. C'est cela, Massu : un engagement toujours généreux, parfois irréfléchi, qui le conduit ensuite en Indochine, à Suez, et enfin à Alger. C'est alors que le destin le prend par l'épaule : le pouvoir politique s'en remet à la 10e division parachutiste et à son chef pour maintenir l'ordre. Massu, de janvier à septembre 1957, gagne la bataille d'Alger. Mais à quel prix ? La torture, à l’œuvre bien avant lui, devient une pratique systématique. Massu ne l'a jamais vraiment niée, tout en la minimisant. En 1990, il en a exprimé un profond regret. Car Jacques Massu, l'auteur le montre bien, est un homme, et un chrétien. Son dernier fait d'armes est d'ordre moral : en mai 1968, commandant en chef en Allemagne, il regonfle son vieux chef de Gaulle. Ainsi Massu grogne, Massu s'insurge, Massu se soumet : c'est un soldat, le dernier grand acteur de la Seconde Guerre mondiale, des conflits coloniaux et de l'épopée gaulliste.

    ancienne présentation du livre : La destinée de Jacques Massu a de quoi tenter le biographe, tant y souffle le vent de l'épopée, et parfois de la tragédie. A 32 ans, le saint-cyrien déjà en poste en Afrique est emporté par l'histoire qui s'emballe : dès juin 1940, il se rallie à de Gaulle et, du Tchad au Rhin en passant par Paris, il accompagne Leclerc et sa légendaire 2e DB. Avec son chef, il part ensuite en l'Indochine pour tenter d'éviter le conflit annoncé. Après l'épisode avorté de Suez, le destin le saisit par l'épaule : le pouvoir politique débordé et agonisant s'en remet à la 10e division parachutiste et à son chef pour rétablir l'ordre dans le grand Alger ensanglanté par le terrorisme. Le général Massu, de janvier à septembre 1957, gagne la bataille d'Alger. Mais à quel prix ? Artisan actif, en mai 1958, du retour au pouvoir du général de Gaulle, il accueille dix ans plus tard, à Baden, le président de la République déconcerté et découragé par les troubles de Mai 68, et trouve les mots propres à lui rendre son énergie. Massu le grognard, mort à 94 ans, figure au premier rang des grands soldats de la Seconde Guerre mondiale et des conflits coloniaux. Son existence, inscrite au cœœur de la geste gaulliste, est toute pétrie de notre histoire contemporaine.


    votre commentaire
  • Philippe Leclerc de Hautecloque -  Jean-Pierre Martin

    Editions Sutton ; biographie ;  19 fév. 2018 ; 224 p.;  18€.

    Philippe Leclerc de Hautecloque -  Jean-Pierre Martin

    Présentation officielle : Philippe de Hauteclocque, capitaine en 1940, général une année plus tard, incarne les vertus militaires les plus authentiques jointes à une humanité qu'il s'efforça de préserver dans les tourments de la guerre. Il prit le nom de Leclerc lorsqu'il s'engagea dans les Forces françaises libres, où il allait commander la 2ème division blindée, la fameuse 2e DB. Il a démontré, au cours de sa carrière fulgurante et tragiquement achevée, que rien n'était impossible à un chef déterminé, animé par le plus vibrant patriotisme. À l'occasion du 70e anniversaire de sa disparition, cet ouvrage est d'abord un hommage rendu à cette immense figure de notre Histoire.


    votre commentaire