• Le naufrage des civilisations  - Amin Maalouf

    Grasset ;  13 mars 2019 ;   326 p.;   22€.

    On en pensera ce que l'on voudra, de ce prêt-à-mâcher de la pensée. RoyautéNews

    Présentation officielle :    Il faut prêter attention aux analyses d’Amin Maalouf  : ses intuitions se révèlent  des prédictions, tant il semble avoir la prescience des grands sujets avant qu’ils n’affleurent à la conscience universelle. Il s’inquiétait il y a vingt ans de la montée des Identités meurtrières  ; il y a dix ans du Dérèglement du monde. Il est aujourd’hui convaincu que nous arrivons au seuil d’un naufrage global, qui affecte toutes les aires de civilisation.
    L’Amérique, bien qu’elle demeure l’unique superpuissance, est en train de perdre toute crédibilité morale. L’Europe, qui offrait à ses peuples comme au reste de l’humanité le projet le plus ambitieux et le plus réconfortant de notre époque, est en train de se disloquer. Le monde arabo-musulman est enfoncé dans une crise profonde qui plonge ses populations dans le désespoir, et qui a des répercussions calamiteuses sur l’ensemble de la planète. De grandes nations «  émergentes  » ou «  renaissantes  », telles la Chine, l’Inde ou la Russie, font irruption sur la scène mondiale dans une atmosphère délétère où règne le chacun-pour-soi et la loi du plus fort. Une nouvelle course aux armements paraît inéluctable. Sans compter les graves menaces (climat, environnement, santé) qui pèsent sur la planète et auxquelles on ne pourrait faire face que par une solidarité globale qui nous fait précisément défaut.
    Depuis plus d’un demi-siècle, l’auteur observe le monde, et le parcourt. Il était à Saïgon à la fin de la guerre du Vietnam, à Téhéran lors de l’avènement de la République islamique. Dans ce livre puissant et ample, il fait œuvre à la fois de spectateur engagé et de penseur, mêlant récits et réflexions, racontant parfois des événements majeurs dont il s’est trouvé être l’un des rares témoins oculaires, puis s’élevant en historien au-dessus de sa propre expérience afin de nous expliquer par quelles dérives successives l’humanité est passée pour se retrouver ainsi au seuil du naufrage.

    Le naufrage des civilisations  - Amin Maalouf


    votre commentaire
  • Iran  ;  Une histoire de 4000 ans - Yves Bomati ; Houchang Nahavandi

    Perrin ;    12 sept. 2019 ;   416 p.;   24€.

    Présentation officielle : Depuis les antiques civilisations du plateau iranien jusqu'à l'actuelle République islamique née de la révolution de 1979, ce pays-continent, creuset bouillonnant au coeur d'un Moyen-Orient turbulent, a vu naître des religions et des systèmes aussi novateurs que le zoroastrisme, la quête d'un empire universel, l'émergence du modèle du despote éclairé, en même temps que des courants philosophiques et artistiques majeurs.
    Avec cette fresque se déroulant sur plus de 4 000 ans, puisant dans les récits historiques, les travaux les plus récents et les anecdotes issues de chroniques persanes, Houchang Nahavandi et Yves Bomati ravivent également le destin d'illustres personnages tels Cyrus, Darius, Avicenne, Reza Shah, Alexandre le Grand et, moins connus du lecteur occidental, ceux d'Hassan Sabbah l'Assassin, de Tâhéreh Qorrat ol-‘Eyn la poétesse et d'Amir Kabir le réformateur.
    Croisant leurs regards, ils montrent combien l'actualité la plus récente et parfois la plus controversée plonge ses racines dans un passé marqué par la double emprise du rêve impérial et du sens religieux. Un livre essentiel pour connaître et comprendre un pays charnière et matrice de siècles de civilisations.

    Iran  ;  Une histoire de 4000 ans - Yves Bomati ; Houchang Nahavandi


    2 commentaires
  • Le piège  -  Bertille Bayart ; Emmanuel Egloff

    Enquête sur la chute de Carlos Ghosn ;

    Kero ;  25 sept. 2019 ;   360 p.   19€50.

    Présentation officielle : 19  novembre 2018, 15  h  30. Un jet privé se pose sur le tarmac de Tokyo. Son unique passager est arrêté par la police japonaise. Et la nouvelle fait immédiatement le tour du monde. Il s’agit de Carlos Ghosn, le PDG de Nissan et de Renault, l’un des industriels les plus puissants de la planète.
    Près de vingt ans plus tôt, le Japon en avait fait un héros. Ghosn est celui qui a ressuscité Nissan. Un fait d’armes qui a créé une forme de culte de la personnalité, et autorisé trop de largesses. Un salaire mirobolant, des résidences, du mobilier luxueux, des festivités et des réceptions au château de Versailles, le groupe japonais a tout payé pour son patron.
    Ghosn possède trois passeports – brésilien, libanais, et français. Il dirige deux entreprises multinationales à la fois et a un domicile connu – son avion. Il incarne comme nul autre la mondialisation. Il symbolise l’Alliance Renault-Nissan, dont il veut faire le numéro un mondial, sans prendre la mesure des tensions qui la minent.
    Ghosn paie au prix fort sa démesure. Nissan a méthodiquement organisé son expulsion. L’ex-PDG, trahi par certains de ses plus fidèles, est aux prises avec une justice japonaise extraordinairement rigoureuse. Sa chute a plongé Renault dans le chaos et placé l’État français, actionnaire du groupe, face à ses propres contradictions. L’Alliance est en grand danger. Entre Paris et Tokyo, un nouveau bras de fer a commencé…

    Dans cette enquête sous forme de thriller politique et industriel, les journalistes Bertille Bayart et Emmanuel Egloff proposent une analyse captivante de l’affaire Ghosn.

    Le piège  -  Bertille Bayart ; Emmanuel Egloff


    votre commentaire
  • Le siècle rouge  -  Jean-Christophe Buisson

    Perrin ;   10 oct. 2019 ;   464 p.;   27€.

    Présentation officielle : Le Siècle rouge, une histoire-monde illustrée et inédite des communismes, de la fondation de la IIIe Internationale à la chute du mur de Berlin.

    Tandis que le monde s'apprête à commémorer les 30 ans de la chute du mur de Berlin, véritable symbole de la fin des régimes communistes en Europe de l'Est, nous vous proposons un retour sur trois quarts de siècle qui ont bouleversé la planète, une période forte de l'histoire retracée dans la série Apocalypse, la guerre des mondes, actuellement diffusée sur France 2.

    Jean-Christophe Buisson propose un grand récit chronologique à la fois accessible, documenté aux meilleures sources et richement illustré.

    Le siècle rouge  -  Jean-Christophe Buisson


    votre commentaire
  • La civilisation du poisson rouge  -  Bruno Patino

    Grasset ;  10 avr. 2019 ;  184 p.;   17€.

    Présentation officielle : «  Le poisson rouge tourne dans son bocal. Il semble redécouvrir le monde à chaque tour. Les ingénieurs de Google ont réussi à calculer la durée maximale de son attention  : 8 secondes. Ces mêmes ingénieurs ont évalué la durée d’attention de la génération des millenials, celle qui a grandi avec les écrans connectés  : 9 secondes. Nous sommes devenus des poissons rouges, enfermés dans le bocal de nos écrans, soumis au manège de nos alertes et de nos messages instantanés.
    Une étude du Journal of Social and Clinical Psychology évalue à 30 minutes le temps maximum d’exposition aux réseaux sociaux et aux écrans d’Internet au-delà duquel apparaît une menace pour la santé mentale. D’après cette étude, mon cas est désespéré, tant ma pratique quotidienne est celle d’une dépendance aux signaux qui encombrent l’écran de mon téléphone. Nous sommes tous sur le chemin de l’addiction  : enfants, jeunes, adultes.
    Pour ceux qui ont cru à l’utopie numérique, dont je fais partie, le temps des regrets est arrivé. Ainsi de Tim Berners Lee, «  l’inventeur  » du web, qui essaie de désormais de créer un contre-Internet pour annihiler sa création première. L’utopie, pourtant, était belle, qui rassemblait, en une communion identique, adeptes de Teilhard de Chardin ou libertaires californiens sous acide.
    La servitude numérique est le modèle qu’ont construit les nouveaux empires, sans l’avoir prévu, mais avec une détermination implacable.  Au cœur du réacteur, nul déterminisme technologique, mais un projet qui traduit la mutation d’un nouveau capitaliste  : l’économie de l’attention. Il s’agit d’augmenter la productivité du temps pour en extraire encore plus de valeur. Après avoir réduit l’espace, il s’agit d’étendre le temps tout en le comprimant, et de créer un instantané infini. L’accélération générale a remplacé l’habitude par l’attention, et la satisfaction par l’addiction.  Et les algorithmes sont aujourd’hui les machines-outils de cette économie…
    Cette économie de l’attention détruit, peu à peu, nos repères. Notre rapport aux médias, à l’espace public, au savoir, à la vérité, à l’information, rien n’échappe à l’économie de l’attention qui préfère les réflexes à la réflexion et les passions à la raison. Les lumières philosophiques s’éteignent au profit des signaux numériques. Le marché de l’attention, c’est la société de la fatigue.
    Les regrets, toutefois, ne servent à rien. Le temps du combat est arrivé, non pas pour rejeter la civilisation numérique, mais pour en transformer la nature économique et en faire un projet qui abandonne le cauchemar transhumaniste pour retrouver l’idéal humain…  »

    La civilisation du poisson rouge  -  Bruno Patino


    votre commentaire