• Un défi de civilisation - Chevènement -

    Fayard ; paru le 12 Octobre 2016 ;  464 p.;  20 €.

    Présentation officielle : Sidération. les attentats terroristes et le spectre de la guerre civile nous ont pris à l’improviste. Comme en 1870 et en 1940, la France se découvre un ennemi qu’elle n’avait pas vu venir et qu’elle peine d’ailleurs à définir.
    D’abord comprendre : nommer les maux, mais avec de justes mots.
    La gravité des attentats tient aux faiblesses qu’ils révèlent et que nos élites ont laissé se creuser au fil des ans.
    Pour remonter aux causes, déplaçons notre regard du terrorisme djihadiste mondialisé vers une « globalisation » devenue folle. Cette globalisation a modifié la hiérarchie des puissances, créé les fractures sociales, géographiques, générationnelles, miné la démocratie, suscité frustrations et rejets, particulièrement dans le monde musulman. Elle a mis en crise le modèle républicain et périmé le projet européen initié par la France après 1945.
    Le fond de l’affaire ne serait-il pas que nous ne savons plus aujourd’hui qui nous sommes ni ce que nous voulons faire ?
    Face à une globalisation, mère d’un nouveau chaos mondial, la France a encore les moyens de faire face, en donnant vie, de concert avec l’Allemagne, au projet d’Europe européenne, de l’Atlantique à l’Oural, que le général de Gaulle avait conçu pour elle. Seul levier pour peser au xxie siècle entre les États-Unis et la Chine, et renouer avec l’universel en ouvrant au monde, y compris musulman, un horizon de progrès. Dans les épreuves, des forces de résilience insoupçonnées sont en train de surgir, qui sont aussi des forces spirituelles : regain d’un patriotisme républicain, à la fois de principes et enraciné dans toute notre histoire, laïcité éclairée par la Raison, universalisme du réel.
    Le bateau France a encore les moyens de se redresser. Jean-Pierre Chevènement dessine la carte d’une confiance retrouvée. Le bateau France n’a besoin que d’un cap : un projet politique qui soit aussi un projet de civilisation.

    Un défi de civilisation - Chevènement


    votre commentaire
  • Le recueil de nouvelles "La Belouette" n° 2 est paru !

    Il est lancé par des blogeuses et reçoit des textes d'auteurs en herbe ou amateurs, édités par Plumes et Talents.

     

    Rendez-vous ici (clic !)

    et pour commander le recueil : labelouette@yahoo.fr

    Recueil de nouvelles "La Belouette" n° 2


    2 commentaires
  • Les découvreurs - Daniel Boorstin -

    traduit par Jacques Bacalu, Jérôme Bodin et Béatrice Vierne ;

    Robert Laffont ; Bouquins ;                                                                paru le 25 Septembre 2014 (1988) ;  760 p.;   23 € 50.

    Présentation de () Guy Schoeller : Sous une forme vivante, enlevée, très personnelle, Les Découvreurs raconte la plus grande épopée de l'homme : celle de sa quête pour découvrir le monde qui l'entoure. Daniel Boorstin s'écarte volontairement de la traditionnelle et fastidieuse énumération des batailles, des naissances d'empires et des grands règnes : avec lui, l'histoire de notre monde devient une féerie de découvertes et de commencements. En chaque découverte d'importance, que ce soit celle de l'Amérique par Christophe Colomb ou celle de la relativité par Einstein, il voit un épisode d'une biographie. Les héros de la saga qu'il nous raconte sont des hommes dotés d'une insatiable frénésie de connaissance et d'un courage exemplaire pour affronter l'inconnu. Daniel Boorstin nous fait découvrir sous un jour nouveau des noms familiers : Hérodote, Ptolémée, Marco Polo, Copernic, Newton, Marx, Freud, et ressuscite également quelques figures remarquables oubliées de l'histoire. Pour quelles raisons les Chinois n'ont-ils pas découvert l'Amérique ? Pourquoi les peuples ont-ils mis si longtemps à apprendre que la terre tourne autour du soleil ? Comment a débuté l'étude des sciences économiques ? Quand et pourquoi les peuples ont-ils commencé à fouiller la terre pour connaître le passé ? Telles sont quelques-unes des fascinantes questions auxquelles répond ce livre. L'histoire qu'il nous raconte est sans fin. Car, pour les découvreurs, «le monde entier est encore une Amérique. Et les mots terra incognita sont bien les plus prometteurs que l'on ait jamais écrits sur les cartes de la connaissance humaine ».

    Les découvreurs - Daniel Boorstin


    votre commentaire
  • Ecrits historiques de combat - Jean Sévillia -

    Perrin ;  paru le 22 Septembre 2016 ;  750 p.;

    Sont publiés sous ce titre trois des principaux essais publiés par Jean Sévillia. Signalons aux lecteurs occasionnels que la présentation de ce livre n'entraîne nullement l'adhésion du Site aux positions de l'auteur.

    Dans le cas présent, nous réfutons sur certains points majeurs (sur le thème de 68) l'attitude de certains courants de pensée « conservateurs ». Ceux qui ont rejoint, ici à bon escient les historiens qui replaçaient, à partir du XX° siècle le traitement de l'Histoire dans une neutralité objective qui lui manquait souvent d'une manière la plus complète ; mais les premiers, pour engouffrer à la suite leur critique radicale de toute contestation contre l'ordre établi, fût-il intolérable, fût-il simplement absurde ou néfaste. Et plonger à leur tour dans le néant, avec leur indispensable marque de fabrique, propre à ceux dits "réac" en langage commun : une argumentation faible et toujours en retard de trois guerres, traditionnellement assortie de râleries pitoyables.

    Ceux qui veulent s'inscrire dans une démarche conservatrice, consistant à rappeler certaines valeurs oubliées, doivent se tenir à l'écart de toute hargne. Il est vrai que ces mouvements sont assez peu pourvus d'intellectuels.

    Le ravin infernal qui sépare les pays modernes entre conservateurs et progressistes, entre Droite et Gauche, n'est que la geste inéclairée et servile, de leur ronde dans le drame éternel des imbéciles. Royauté-News

    Présentation par Perrin : Les trois principaux essais historiques de Jean Sévillia, Historiquement correct, Moralement correct et Le terrorisme intellectuel sont rassemblés pour la première fois en un volume ; revus, actualisés et enrichis d'une préface inédite.

    Ce grand essayiste, historien et journaliste, a été le premier, avant Philippe Murray ou, plus près de nous, Eric Zemmour et Alain Finkielkraut, à dénoncer le politiquement correct appliqué au traitement de notre histoire. Cette dernière, inspirée par un républicanisme anticlérical et le marxisme, a contribué à forger selon l'auteur une doxa monolithique à laquelle il rétorque par sa propre vision, inscrite dans la grande tradition conservatrice et appuyée sur une vaste culture historique et journalistique.

    Ces essais enlevés et élevés ont rencontré un très large public et contribué à nourrir le débat sur le traitement des noeuds gordiens de notre histoire, des croisades à nos jours, en passant par la Révolution française, 1940 ou encore mai 68.

    Ecrits historiques de combat - Jean Sévillia


    votre commentaire
  • Catharsis. Disputatio (1204 - 1207) - Patrice Quélard -

    Auteurs d'aujourd'hui ; roman à paraître le 8 Décembre 2016 ;  424 p.;  24 €.

    Présentation de l'éditeur : En ce début de XIIIe siècle, l'hérésie cathare gagne du terrain en Occitanie. Pour la contrer, les légats du pape n'hésitent pas à disputer le terrain aux bons chrétiens, ministres du culte hérétique, qui ont bien souvent la faveur du peuple. Cet affrontement se déroule d'abord sur le terrain idéologique, et les joutes restent essentiellement verbales… Mais pour combien de temps encore ? Au même moment, à Toulouse, le marchand Jean Taillefer et sa fille Poncia mènent une lutte beaucoup plus prosaïque : ils veulent le monopole sur la draperie de luxe.
    Les destins de plusieurs témoins et acteurs de cette époque troublée s'entrecroisent, se mêlant à l'histoire de certains des célèbres protagonistes de l'inexorable tragédie qui a déjà commencé à se nouer. DISPUTATIO est la première partie d'un cycle qui traverse les prémices et le début de la croisade contre les cathares.

    Catharsis. Disputatio (1204 - 1207) - Patrice Quélard

     


    3 commentaires