• Churchill, seigneur de guerre  -  Carlo d'Este

    tempus ;  (2010)  7 fév. 2019 ;    1 237 p.;  16€.

    Présentation officielle : Une biographie magistrale et captivante de Churchill vu sous l'angle inédit du " seigneur de guerre ".

    Pudique et féroce, tyrannique et affectueux, maladroit et héroïque, tel est resté Churchill dans la mémoire collective. On a retenu de lui son cigare, ses formules percutantes, son courage pendant le Blitz. Mais au-delà de ces images, qui était vraiment cet homme paradoxal ? Descendant du célèbre duc de Marlborough (le héros de la chanson Malbrough s'en va-t-en guerre ), rêvant d'éblouir par ses exploits un père célèbre, Winston Churchill ne dépassa jamais le grade de lieutenant colonel. Il se retrouva pourtant à la tête de la Grande-Bretagne en guerre, seul, face aux puissances de l'Axe, pour sauver la démocratie. Mais s'il devint à ce titre l'un des acteurs politiques majeurs du XXe siècle, son ambition depuis l'enfance était d'être soldat.
    Voici l'histoire singulière, parfois cocasse, souvent tragique, de ce chef militaire, depuis ses premières aventures à la frontière nord-ouest de l'Inde jusqu'aux deux grands conflits mondiaux, en passant par la guerre des Boers.
    A partir de documents encore inexploités et de témoignages inédits, Carlo D'Este éclaire d'un jour nouveau cette personnalité contradictoire et attachante. Churchill était un guerrier dans l'âme, imprégné du code d'honneur et de valeurs du XIXe siècle : telle est la thèse de cette biographie magistrale, qui éclaire, sans jamais le juger, la bravoure autant que les erreurs de son héros.

    Churchill, seigneur de guerre  -  Carlo d'Este

     


    votre commentaire
  • Le Diable Rouge - L'as Georges-Félix Madon  -  Daniel Marquis

    Bernard Giovanangeli ;  21 fév. 2019 ;   319 p.;   25€.

    Présentation officielle : Georges-Félix Madon est le quatrième as de la Grande Guerre par le nombre de victoires confirmées. La couleur rouge de son avion et sa réputation lui valurent d'être appelé par les Allemands le Diable Rouge. Caporal-pilote en août 1914, capitaine et chef d'escadrille à l'Armistice, il arbore une croix de guerre de 17 palmes et 3 étoiles pour ses 41 victoires. Quittant provisoirement l'armée en 1919, il reste lié au monde de l'aviation, et prend part à son essor civil.
    Le 11 novembre 1924, il se tue aux commandes de son avion lors d'une démonstration aérienne en hommage à Roland Garros. Cet ouvrage retrace pour la première fois la vie et la guerre du capitaine Madon, dont la base aérienne d'Avord porte le nom.

    Le diable rouge - l'as Georges-Félix Madon  -  Daniel Marquis


    votre commentaire
  • Le saboteur -  Paul Kix

    L'aristocrate qui défia les nazis ;

    Traducteur, Hubert Tézenas ; Pocket ;   23 janv. 2020 ;  320 p.;  7€50.

    Présentation officielle : Juin 1940. Robert de La Rochefoucauld a 16 ans lorsque l'Allemagne nazie envahit la France. Farouchement décidé à défendre son pays, il gagne Londres, y rencontre le général de Gaulle avant d'être recruté par la branche action des services secrets anglais. Après un entraînement commando, il est parachuté en France. Multipliant les fausses identités, il y accomplit de nombreuses missions, il est capturé à plusieurs reprises par les Allemands, s'évade à chaque fois, dans des conditions souvent rocambolesques.
    À partir de centaines d'heures d'entretiens, de recherches inédites dans les dossiers officiels, Paul Kix a reconstitué la vie romanesque et palpitante de ce héros peu ordinaire.

    Le saboteur -  Paul Kix


    votre commentaire
  • La France en terre d'Islam  -  Pierre Vermeren

    Empire colonial et religions XIXe - XXe siècles ;

    Tallandier ;  paraîtra le 6 fév. 2020 ;  512 p.;  11€50.

    Présentation officielle : Durant plus d’un siècle et demi, l’empire colonial français fut un espace de contacts entre les religions du Bassin méditerranéen. Comment instaurer leur coexistence ? Comment réguler les relations entre islam, confréries musulmanes, chrétiens et juifs ?

    Cet ouvrage retrace l’histoire des pratiques mises en oeuvre au cœur de l’empire colonial français. Il raconte la découverte de l’islam au début du XIXe siècle, les aléas de la protection des chrétiens d’Orient, la relation au judaïsme, les missions et la politique du « royaume arabe ». Pierre Vermeren analyse la manière dont la République laïque a piloté les religions et les réactions suscitées en Afrique du Nord, notamment la montée du salafisme. Il montre combien cet héritage pèse aujourd’hui et nous permet d’appréhender les problèmes auxquels notre société laïque est très durement confrontée.

    La France en terre d'Islam  -  Pierre Vermeren


    1 commentaire
  • De l'autre côté de l'eau - Dominique de La Motte

    Indochine, 1950-1952 ;

    Préface de Stéphane Audoin-Rouzeau ; Tallandier ;   paraîtra le 6 fév. 2020 ;  192p.;   8€50.

    Présentation officielle : Occultée par le désastre de Diên Biên Phú, la guerre d’Indochine est une guerre oubliée. Par la force de son récit, Dominique de La Motte nous la renvoie au visage.

    De février 1951 à juin 1952, le lieutenant Dominique de La Motte prend la direction du commando 12, une unité de supplétifs hébergée dans une plantation d’hévéas en Cochinchine, non loin de la frontière cambodgienne. Sa mission : créer une zone interdite au Viêt-minh. Son quotidien : la guerre des postes, faite de patrouilles incessantes, d’embuscades, de contrôle des populations, de chasse aux renseignements, de prises de butin… Portant un regard singulier et intime sur les événements auxquels il a participé, Dominique de La Motte nous livre un témoignage intemporel sur la liberté et la guerre.

    Ancien élève de l'école militaire spéciale de Saint-Cyr (promotion 1945-1947), le général de corps d'armée Dominique Gourlez de La Motte effectue deux séjours en Indochine de 1949 à 1955 et sert en Algérie de 1959 à 1962.

    Audoin-Rouzeau, directeur d'études à l'EHESS et vice président du Centre de recherche de l'Historial de la Grande Guerre (Péronne), a consacré ses travaux à l'histoire du premier conflit mondial et de la violence de guerre.

    De l'autre côté de l'eau - Dominique de La Motte


    2 commentaires
  • Le Robot et la pensée  -  Pascal Marin

    Éditions du Cerf ;  oct. 2019 ;   128 p.;  12€.

    Présentation officielle : Comment trouver des mots simples et de poids pour dire ce qui fait de nous des humains, dans une culture où prospèrent les promesses d’immortalité du transhumanisme et la figure froide du robot ?

    Renvoyant dos à dos technophobie et technolâtrie, cette enquête d’anthropologie radicale progresse par des chemins insolites jusqu’à atteindre à l’ironie d’un constat paradoxal : ce pouvoir technicien, qui nous fascine parce qu’il semble sans limites, aurait pour cause le rapport intime que l’homme entretient depuis toujours avec le raté, la panne, le bug, bref tout ce qui peut mettre justement une machine en défaut.

    Un traité philosophique, un manuel de combat.

    Commentaire de RoyautéNews sur la présentation : Malgré la maladresse de la présentation, supposons que l'auteur, dominicain, partage l'essentiel : la machine, de type robot, est le pire ennemi de l'Homme. Chercher des exemple théoriques dans lesquels un robot ne serait pas dangereux, relève de l'irréalité.

    Le Robot et la pensée  -  Pascal Marin


    1 commentaire
  • Les grandes heures de Lyon  -  Jean Étèvenot

    Perrin ;  20 juin 2019 ;   572 p.;   27€.

    Présentation officielle : De Lugdunum à Lyon, l'épopée d'une grande ville.

    Située à la croisée des mondes germanique et latin, Lyon s'est façonnée au fil des siècles malgré une topographie difficile. Fondée par un lieutenant de César, la ville fut tour à tour le siège du premier parlement national, capitale du royaume burgonde, rattachée au royaume de Provence, puis ville libre à l'intérieur du Saint Empire romain germanique.
    Au XIVe siècle, il y a 700 ans seulement, Lyon est devenue française. La ville s'est dès lors attachée à cultiver sa différence avec la capitale, notamment lors des trois révoltes de 1793, 1831 et 1834. Elle s'est imposée dans le commerce, l'imprimerie, le cinéma, la soierie, la chimie, la construction automobile et, désormais, les nouvelles technologies. De grands noms comme les frères Lumière, Marius Berliet, Joseph-Marie Jacquard ou Émile Guimet sont associés à cette réussite. La fin du XXe siècle et le début du XXie l'ont projetée vers l'Europe, sans négliger ses anciennes et plus lointaines liaisons avec l'Afrique, le Proche-Orient et l'Extrême-Orient.
    Jean Étèvenaux raconte, siècle après siècle, l'histoire de la troisième ville de France, une ville cosmopolite et inventive dont la richesse historique et architecturale lui a valu d'entrer au patrimoine mondial de l'Unesco.

    Les grandes heures de Lyon  -  Jean Ètèvenot


    votre commentaire
  • Nouvelle Histoire de Lyon et de la métropole - dir : Paul Chopelin & Pierre-Jean Souriac

    Privat ;    29 août 2019 ;   958 p.;   32€.

    Présentation officielle : La Nouvelle Histoire de Lyon et de la métropole, dans la lignée de la collection "Histoire des villes et des régions", rend accessible au grand public les dernières avancées des travaux de recherche en histoire et en archéologie, de l'Antiquité jusqu'à nos jours. Ce livre, nouvelle référence sur l'histoire de Lyon, propose de suivre, selon un déroulé chronologique classique, les étapes de la construction de l'espace urbain lyonnais, en croisant les échelles locale, nationale et internationale.
    Le temps long n'est cependant pas oublié, par le moyen de chapitres transversaux sur le poids des héritages historiques dans la construction de l'identité politique et sociale de Lyon. Complétés par des encarts biographiques et thématiques, ils constituent les points forts de cette nouvelle histoire de la ville et de ses habitants, de Lugdunum, l'ancienne capitale des Gaules, à l'actuelle métropole de rang européen.

    Nouvelle Histoire de Lyon et de la métropole - Paul Chopelin & Pierre-Jean Souriac

     


    votre commentaire
  • Dans l'intimité du pouvoir de la présidence de Georges Pompidou  -  Christine Manigand  ;  Vivien Richard

    nouveau monde ;   30 mai 2019 ;   285 p.;   29€90.

    Présentation officielle : En juin 1969, Georges Pompidou succédait au général de Gaulle à la tête de l'Etat, pour un mandat brutalement interrompu parla mort. Illustré d'images inédites, parfois insolites, issues notamment de nombreuses archives ouvertes pour la première fois, cet ouvrage regroupe les regards d'une vingtaine des meilleurs spécialistes de la période, ainsi que les témoignages d'Alain Pompidou et de Bernard Esambert.
    On replonge dans les enjeux de l'époque qui font souvent écho à nos préoccupations actuelles. Un style en rupture avec ce qui a précédé, une passion pour l'art, une volonté de moderniser l'économie française et de lancer de grands projets pour l'avenir, l'émergence de préoccupations environnementales, l'éruption de mouvements sociaux inattendus dans le sillage de Mai 68, la construction européenne, l'ambition de faire rayonner la France à l'international, etc.
    En contrepoint, est proposé un regard inédit de Claude Pompidou sur toutes ces années, enrichi de correspondances et de notes prises sur le vif. Cette plongée au cœur du pouvoir permet d'écrire une nouvelle histoire de la Présidence et de restituer la personnalité de Georges Pompidou dans une période qui occupe toujours une place à part dans la mémoire des Français.

    La présidence de Georges Pompidou  -  Christine Manigand ; Vivien Richard

     


    2 commentaires
  • Dans la bibliothèque de nos présidents - Étienne de Montety

    Ce qu'ils lisent et relisent ; ont contribué : Frédérique Neau-Dufour, Éric Roussel, Charles Jégu, Laure Adler, Christine Albanel, Camille Pascal, Cécile Amar.

    Tallandier ;   paraîtra le 16 janv. 2020 ;   192 p.;   17€90.

    Présentation officielle : Que sait-on des lectures des présidents de la Ve République ?

    Quels livres gardent-ils à leur chevet, quels autres emportent-ils en campagne électorale ou en visite officielle ?

    Quels sont les ouvrages dont ils ne se séparent jamais, ceux qu’ils annotent et citent dans leurs discours ?

    De Pompidou qui collectionne les éditions anciennes à Chirac qui ne se déplace pas sans une « Série noire » dans la poche de son pardessus, de Mitterrand dont les rayonnages débordent d’écrivains de droite à Sarkozy qui dévore les classiques, en passant par Macron, grand amateur de Gide et de Rimbaud, tous entretiennent un rapport intime à la lecture.

    Grâce à l’enquête originale d’Étienne de Montety et de sept autres auteurs, journalistes et historiens, on pénètre pour la première fois dans le jardin secret de nos présidents.

    Dans la bibliothèque de nos présidents - Étienne de Montéty


    votre commentaire