• Les vainqueurs ; Comment la France a gagné la Grande Guerre - Michel Goya

    Tallandier ;   30 août 2018 ;    21€50.

    Présentation officielle : 14 juillet 1919. Le défilé militaire le plus impressionnant qui ait jamais existé consacre l’armée française victorieuse. Quelques jours après la signature de la paix, le 28 juin, la cérémonie est à la fois un hommage aux 1 400 000 hommes tombés en quatre ans et une célébration de la victoire, celle de la France.

    L’armée française a joué un rôle capital dans la victoire sur l’Allemagne durant la Première Guerre mondiale. Si elle fut toujours l’armée principale des Alliés – sur la Marne en 1914 ou à Verdun en 1916 –, c’est lors des combats gigantesques de 1918 qu’elle a été la plus grande, la plus moderne et, à partir de l’effondrement allemand, la plus puissante du monde grâce à une industrie de guerre aussi imaginative que performante. Arsenal des nations et force majeure des Alliés injustement oubliée de l’historiographie anglo-saxonne et française, la France de 1918 est pourtant l’équivalent de ce que seront les États-Unis en 1944 sur le front Ouest. Grâce à son approche originale de la Grande Guerre, Michel Goya dresse le portrait de cette armée française depuis la préparation des combats du printemps 1918 jusqu’au traité de paix de Versailles et la démobilisation. Il nous éclaire sur la manière dont cette armée s’est transformée jusqu’à la victoire finale et revient sur le processus qui l’a conduite de la gloire au déclin dans les années qui ont suivi. Un vibrant hommage aux soldats français, grands vainqueurs de la Première Guerre mondiale.

     

    Les vainqueurs   -   Michel Goya


    votre commentaire
  • Histoire des Etats-Unis  -  Bertrand Van Ruymbeke

    Tallandier ;  13 sept. 2018 ;  880 p.;   29€50.

    Résumé officiel : Du voyage fondateur de Christophe Colomb en 1492 jusqu’à l’élection de Donald Trump, cette magistrale Histoire des États-Unis retrace la naissance et le prodigieux essor d’une société multiculturelle sans cesse en mutation et du « rêve américain ». L’histoire des États-Unis puise son origine dans les bouleversements liés à l’apparition soudaine d’un Nouveau Monde dans la géographie mentale des Européens. Du XVIe au XVIIIe siècle, les Anglais fondent des colonies le long du littoral du continent nord-américain de Terre-Neuve à la Géorgie : ils importent des esclaves africains et repoussent les sociétés amérindiennes au-delà des Appalaches. En 1776, l’Amérique s’embrase. Les révolutionnaires défient la Grande-Bretagne et déclarent l’indépendance de treize colonies qui s’unissent pour donner naissance aux États-Unis. Un pays est né, une république fédérale. L’histoire de ce pays neuf est celle d’une inexorable avancée territoriale, d’un développement démographique et économique phénoménal et d’une construction politique et constitutionnelle reposant sur un équilibre complexe. À l’orée du XXe siècle, les États-Unis prennent place au sein des puissances mondiales pour, un demi-siècle plus tard, devenir la première d’entre elles. C’est le siècle américain. Par une fine approche socioculturelle et un grand art de la synthèse, Bertrand Van Ruymbeke relate avec passion plus de cinq siècles d’histoire, petite et grande – la fondation des colonies, la Révolution, la guerre de Sécession, la conquête de l’Ouest, la ségrégation, l’assassinat de Kennedy, le Vietnam, le Watergate, les otages de l’ambassade américaine à Téhéran, le scandale Monica Lewinsky, la présidence Obama, l’élection de Trump, etc. Cette histoire, celle d’un pays qui a connu certes des succès et des élans d’optimisme, de croissance et d’inventivité, mais aussi des échecs, des hésitations, des revirements, des malheurs et des erreurs, est étonnante, fascinante même, voire exceptionnelle.

    Histoire des Etats-Unis  -  Bertrand Van Ruymbeke


    votre commentaire
  • Bougainville   -   Dominique Le Brun

    Folio ;    16 oct. 2014 ;   320 p.;  8€90.

    Présentation officielle : "Serait-on citoyen si l'on ne préférait la satisfaction d'être utile à l'honneur d'être admiré ?". La vie de Louis Antoine de Bougainville (1729-1811) est un roman d'aventures. Militaire loyaliste, il a tout connu : les salons de la Pompadour ; la guerre au Canada en compagnie des Iroquois ; la création d'un établissement français aux îles Malouines ; le fameux voyage d'exploration scientifique rapporté dans Voyage autour du monde ; la préparation d'une expédition vers le pôle Nord ; le commandement du port de Brest tenu par les comités révolutionnaires ; l'emprisonnement sous la Terreur, échappant de peu à la guillotine, pour recevoir ensuite les plus grands honneurs de la République.
    Fait comte d'Empire par Napoléon, il dirigera, peu de temps avant sa mort, la commission chargée d'étudier l'intérêt, pour la marine de guerre, du premier sous-marin de l'histoire... et donnera son nom à la fleur violette du bougainvillier.

    Bougainville   -   Dominique Le Brun


    votre commentaire
  • Les Mouffettes  -  Alain M. Bergeron, Michel Quintin

    Illustratrice, Sampar  ;

    Editions Michel Quintin ;  2015 ;  dès l'âge de 7 ans ;  12€95.

    Les Mouffettes  -  Alain M. Bergeron, Michel Quintin, Sampar

     


    4 commentaires
  • Idées reçues sur la Première Guerre mondiale  -  François Cochet

    Le Cavalier Bleu ;   18 oct. 2018 ;  200 p.;   12€.

    Présentation officielle de cette 3° édition : Notre société française du XXIe siècle est fascinée par la Première Guerre mondiale. L’édition, le cinéma et la télévision se sont emparés du sujet, véhiculant par là-même de nombreuses idées reçues. Car la mémoire est à l’histoire ce que la caricature est au dessin, elle force le trait, exagère, simplifie : « L’assassinat de François-Ferdinand a déclenché le début des hostilités », « Ce fut principalement une guerre de tranchées », « Les femmes sont mises au travail », « Clemenceau et Pétain ont fait gagner la guerre », « Sans les États-Unis, la guerre aurait été perdue », « Toute une génération a été inutilement sacrifiée »… François Cochet s’attache ici à rétablir les faits et nuancer la vulgate de cette « Grande Guerre » qui continue de hanter les esprits.

    Commentaire de RoyautéNews : Nous nous trouvons devant un exemple de la rage de la réécriture de l'Histoire. Il ne faut donner aucune résonance à ce type d'ouvrage car son amorce est virulente. Il est facile en effet de s'en prendre aux idées qui se sont imposées, et à ceux qui les ont fait leurs. Tellement facile !

    Baser un ouvrage universitaire sur un procédé aussi facile que méprisable, voilà encore un exemple que l'esprit républicain qui s'est immiscé partout avec sa cohorte de malheurs n'épargne rien, pas même les espaces dédiés à la réflexion.

    Oui, c'est bien l'assassinat de François-Ferdinand qui a déclenché le mouvement conduisant à l'inéluctabilité des hostilités compte-tenu des rapports de force diplomatiques et psychologiques de cette époque. RoyautéNews (Ceci au programme des lycées d'enseignement secondaire)

    Oui, ce fut bien une guerre de tranchées, contrairement à ce qu'insinue l'auteur. Oui, les femmes ont été mises à contribution et elles ne se sont pas fait prier. Clémenceau, Pétain et certains autres grands chefs ont fait gagner la Guerre, même s'il existe un mouvement sournois pour minimiser le rôle de Pétain, impasse dans laquelle ses défenseurs se sont pris les pieds, comme nous le verrons dans notre prochaine synthèse.

    Quand à l'idée jugée comme "reçue" par l'auteur que "Toute une génération a été inutilement sacrifiée", elle est une insulte hors limites. Faut-il y voir que l'auteur serait fou, mais aussi, les responsables de son édition ? Ou se rapporter à une appréciation clinique que décidément, le mensonge insinué par la République dans les esprits est hors limites ?

     

    Lire aussi notre article sur le livre consacré au Japon, qui s'en prend lui aussi à tout le monde en général. C'est l'optique de cette collection semble-t-il.

    Idées reçues sur la Première Guerre mondiale  -  François Cochet


    votre commentaire