• Conversations secrètes sous l'occupation - Antoine Lefébure

    Conversations secrètes sous l'occupation - Antoine Lefébure

    Tallandier ;  22 fév. 2018 ;  384 p.;  22€50.

    Présentation officielle : De 1940 à 1944, alors que les Français vivent le pire, Vichy invente un outil diabolique : le Service des contrôles techniques, chargés de surveiller les Français à travers leurs correspondances et leurs communications téléphoniques.
    Rapidement, cet organe ultrasecret de surveillance sert à des fins policières : identifier les dissidents, repérer les ennemis de l’État et faire la chasse aux juifs. 5 000 fonctionnaires tenus au secret travaillent dans l’ombre pour fournir quotidiennement aux dirigeants des rapports sur ce qui se dit et se trame. Des hommes aussi retors que redoutables – tels l’amiral Darlan ou René Bousquet – font de cette officine une « machine de guerre » très dangereuse pour ceux qui ont le malheur d’avoir été repérés, avec le risque d’être emprisonnés et envoyés dans les camps, d’où peu d’entre eux reviendront.
    Après de longues recherches aux Archives nationales, Antoine Lefébure dévoile aujourd’hui des milliers de lettres et d’échanges téléphoniques. Ces histoires où se mêlent témoignages bouleversants, banalités du quotidien et récits épiques révèlent une France occupée à la fois inconnue et au plus près de la vérité.

    Conversations secrètes sous l'occupation - Antoine Lefébure


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    TR
    Mardi 3 Avril à 19:03

    Tout ça pour en arriver à la surveillance généralisée d'aujourd'hui. Vichy en a rêvé, le monde moderne l'a fait.

      • Mercredi 4 Avril à 17:14

        D'autres puissances d'intérêt projetaient ce plan avant la 2nde Guerre Mondiale et il n'est pas dit qu'elles ne l'aient pas soufflé au Gouvernement de Vichy...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :




    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :