• Rouge, Histoire d'une couleur - Michel Pastoureau

    Rouge, Histoire d'une couleur  -  Michel Pastoureau -

    Seuil ; paru le 6 Octobre 2016 ;  216 p.;  39 €.

    Michel Pastoureau, comme le baron Pinoteau d'une autre manière, est le spécialiste français le plus mondialement reconnu et connu de la science héraldique. Mais au fil des années il a voulu affiner la perception qu'il avait lui-même de sa spécialité : plus profonde, et plus fondamentale, celle d'un spécialiste de la couleur et de sa symbolique, et car elle formait l'essence de son expérience de la représentation héraldique. Titulaire de la chaire d'histoire de la symbolique occidentale de l'EPHE et enseignant à l'Ecole du Louvre, cet historien, auteur d'une œuvre de choix a reçu en 2010 le Prix Médicis pour Les couleurs de nos souvenirs. Ce chercheur aime se promener sur des sentiers quasi inexplorés : comme l'étude de la symbolique animale (L'Ours. Histoire d'un roi déchu ; 2007) Royauté-News

    Présentation officielle : Le rouge est en Occident la première couleur que l’homme a maîtrisée, aussi bien en peinture qu’en teinture. C’est probablement pourquoi elle est longtemps restée la couleur «par excellence», la plus riche du point de vue matériel, social, artistique, onirique et symbolique.

    Admiré des Grecs et des Romains, le rouge est dans l’Antiquité symbole de puissance, de richesse et de majesté. Au Moyen Âge, il prend une forte dimension religieuse, évoquant aussi bien le sang du Christ que les flammes de l’enfer. Mais il est aussi, dans le monde profane, la couleur de l’amour, de la gloire et de la beauté, comme celle de l’orgueil, de la violence et de la luxure. Au XVIe siècle, les morales protestantes partent en guerre contre le rouge dans lequel elles voient une couleur indécente et immorale, liée aux vanités du monde et à la «théâtralité papiste». Dès lors, partout en Europe, dans la culture matérielle comme dans la vie quotidienne, le rouge est en recul. Ce déclin traverse toute l’époque moderne et contemporaine et va en s’accentuant au fil du temps. Toutefois, à partir de la Révolution française, le rouge prend une dimension idéologique et politique. C’est la couleur des forces progressistes ou subversives, puis des partis de gauche, rôle qu’il a conservé jusqu’à aujourd’hui.

    Histoire d'une couleur  -  Michel Pastoureau


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    TR
    Vendredi 17 Mars à 11:34

    C'était aussi, depuis l'Antiquité (mais aussi chez les Chinois), un symbole de virilité : d'où les layettes roses pour les garçons et bleues pour les filles... jusqu'au XIXe siècle.

     

    2
    Samedi 18 Mars à 17:23

    ça existe toujours, heureusement, et ça reviendra ! happy happy happy



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :