• Les Orléans dans la Guerre de Sécession

    Par RN 1

     

    J'étais tombé en 2011 ou en 2012 un article très intéressant de Daniel Bermond dans la Revue des Deux Mondes (2011), consacré à la réédition par les Editions Perrin associées à la Fondation Saint-Louis, l'ouvrage Voyage en Amérique, 1861-1862, par Philippe d'Orléans, Comte de Paris, ouvrage présenté par Farid Ameur.

     

    Ce dernier, spécialiste des Etats-Unis, est l'auteur entre autres, d'une thèse (2010) sur les Français dans la Guerre de Sécession publiée chez François Bourin en 2011..

    Le dernier ouvrage de Farid Ameur est Gettysburg (ci-dessous) publié en Janvier 2014..

     

    Le Comte de Paris de l'époque, son jeune frère le Duc de Chartres, et leur oncle le Prince de Joinville entraient en 1861 dans l'armée fédérale américaine, où il restèrent dix mois à l'état-major du Général McClellan.

    Le jugement que porte Farid Ameur, retranscrit par Daniel Bermond, est particulièrement éloquent.

    « Il ne faut pas croire qu'en choisissant de combattre les partisans de l'esclavage, ces princes cédèrent à un excès d'humanisme. Pas plus (...) le comte de Paris n'est un partisan acharné de l'abolition. L'esclavage, écrit-il, "est bien moins odieux qu'on ne le croit en Europe, il est aussi doux qu'en Orient", et, à l'en croire, la plupart des noirs asservis trouveraient avantage à la perpétuation de leur sort. Si les Orléans ont rejoint les nordistes, c'est par opposition à Napoléon III.  (...) l'équipée des jeunes princes, emmenés par Joinville, qui joue un rôle de conseiller militaire auprès de McClellan, est inspirée par des motifs exclusivement politiques.»


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :