• Le mythe de l'homme seul

    par RN 1

     

    La règle du devoir de réserve, imposée par la tradition aux diplomates, n'est visiblement pas pour elle. A moins qu'elle ne voie dans sa fonction d'ambassadrice des Pôles une sinécure dorée avant que la loterie ministérielle ne la réélise un jour. Et c'est peu respectueux des Pôles.

    Ségolène Royal critique « la posture monarchique » du président fançais. C'est facile, comme on le voit. Et constater le manque effrayant de connaissances de base de ceux (-et-celles) qui ont fait des fonctions politiques leur terrain gardé, n'est pas moins effrayant. Et sont encore à opposer royauté française à démocratie...

    Pour elle, dans le livre qu'elle vient de publier, « le mythe de l’homme seul, hériter des rois de France et de Napoléon ne tient pas en démocratie », écrit-elle, taclant également sa  «verticalité, concept du monde d'avant ». (BFMTV)

    La seule chose qu'on peut lui concéder est que les présidents ne sont pas, et ne peuvent pas être, les héritiers de la monarchie française. pas plus d'ailleurs que de l'Empire Français.

    Outre que la verticalité est le propre de l'homme, et aussi l'un des tout premiers apprentissages de l'enfant, elle est aussi la sensibilité naturelle des sociétés. Les arbres aussi ont ce feeling...

    Sans rappeler ici les exemples soviétiques et dérivés, dont l'actuelle République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord) est la survivante, peut-être utile comme témoin de ce que peut servir "la démocratie". 

    Pensons à Hitler, venu au pouvoir par un processus démocratique.

    D'ailleurs, voilà ce à quoi peut aboutir la démocratie, sur le Télérama en cours.

    Le mythe de l'homme seul

     

    Ce n'est pas une véritable démocratie qui entrouvre la porte des chaos comme le fait une République de la médiocrité, mais sa récupération par ces médiocres et qui l'ont transformée en véritable abattoir des libertés et de la dignité humaine.

    La Nature, désormais blasée, ne s'amuse depuis longtemps plus aux balivernes de la fameuse Dinde du Poitou qui avait écopé d'une solide réputation d'autocrate dans sa région Poitou-Charentes. Pour ce qui nous concerne, Mademoiselle Royal est plus vraisemblablement l'effigie d'un monde passé ; à l'image de ces commerciaux qui ont envahi les maisons d'édition, dépourvus de culture et puant de management, dont me parlait hier un libraire, et qui à l'un d'eux avait répondu : « Le livre est l'avenir, vous, vous appartenez au passé ».

    «Ce que je trouvais très sympathique et respectable, (dit-elle toujours) c’est qu’il (le Président) ait osé épouser une femme de 20 ans de plus que lui. Je me disais qu’il en avait fallu à tous les deux du courage ».  Nous ne commenterons pas ce pauvre type de propos.

    #HappyHalloween Mademoiselle l'ambassadeur des Pôles.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 31 Octobre à 16:50

    Ségolène Royal fut une femme courageuse (4 enfants et une carrière) et éduquée dans une famille militaire qui lui a transmis le bon sens. On l'a aperçu quelquefois dans sa parole politique.

    Mais des décennies à traverser les chausse-trappes du Parti socialiste l'ont abrutie, au point de lui faire croire un destin. Cette ambassadrice pour de rire - la fonction et sa titulaire mesurent le désintérêt des pouvoirs français pour ces zones de conflits futurs - s'ennuie à mourir et voyant les années passer, veut rallumer la lampe médiatique une dernière fois. Pathétique !

    Mais c'est toute la classe politique qui est comme ça et si Macron était le pire des présidents, ce serait à l'exclusion de tous les autres, comme aurait dit Churchill.

    Prompt rétablissement à Sa Verticalité !

     

      • Mercredi 31 Octobre à 17:27

        Vous avez dit l'essentiel ! happy  happy happy

    2
    TR
    Mercredi 31 Octobre à 17:00

    Il me semble que son bon sens, qu'il m'est aussi parfois arrivé de noter, connaissait de longues et fréquentes éclipses.

    Il me semble aussi qu'elle l'a toujours subordonné à sa réussite personnelle.

      • Mercredi 31 Octobre à 17:30

        Ce qui est certainement le cas de tous les routards de la politique... happy happy happy

        Sa gestion fut un gouffre, paraît-il, aussi profond que sa tendance à dépenser inutilement l'argent public, ou à lancer des projets sans logique ni prévision.

        Mais ce qui est pénible, ce sont les attaques gratuites, qui blessent tous ceux qui veulent vivre en paix avec le passé de la France.

         



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :