• Analyse de l'abdication du roi Juan Carlos

    Par RN 1

     

     

    Analyse de l'abdication du roi Juan Carlos

    Ouvrage paru en 2010.

     

    On pouvait s'y attendre en raison de la publication récente d'un nouveau livre :"Felipe et Letizia. La conquête du trône", de Jose Apazarena, le commentateur officiel de la couronne. Même si sa parution survenait pour célébrer les dix ans de mariage des princes héritiers, nous décelions pour notre part une volonté de préparer un futur changement.

     

    En effet, en 2010, paraissait le livre : Princes : prêts pour régner, de Carmen  Enríquez et d'Emilio Oliva, deux autres commentateurs officiels de la monarchie, alors considéré et présenté comme une opération de mise en orbite du Prince des Asturies et de son épouse pour une prochaine transition.

     

    Ce qui démontre deux intentions du roi. La première, est que son idée d'abdiquer était ancienne. La seconde, qu'il n'a pas voulu céder à la pression considérable, abattue sur lui notamment après les polémiques issues de son voyage en Afrique en période de crise économique grave, et l'affaire Urdangarín, qui ont accentué la question que se posent de nombreux espagnols : à quoi sert la monarchie espagnole ? En tous les cas, le choix de Juan Carlos, alors que ces polémiques se sont estompées, intervient à un moment bien calculé et répond à deux nécessités : abdiquer volontairement dans une période relativement neutre à l'égard de la monarchie et avant qu'une nouvelle vague de critiques ne s'abatte sur la famille royale, et éviter qu'une éventuelle crise ouverte, se posant à nouveau à l'occasion de la transition, ne se transforme en pression de rue pour déstabiliser la monarchie, vraisemblablement peu probable en période estivale.

     

    Et de fait, le nouveau roi, qui règnera sous le nom de Felipe VI,  aura à composer avec un désaveu de la monarchie qui ne fut jamais si grand.

    Marie Thérèse de Bourbon Parme  nous confiait récemment qu'une pièce de théâtre avait été jouée en Espagne. Cette pièce passait en revue tous les prétendants possibles jusqu'aux plus invraisemblables ou fantaisistes, pour succéder à Juan Carlos. Seuls, les Bourbon-Parme n'y figuraient pas, signe tangible que, pour les espagnols, les Bourbon-Parme sont considérés comme les seuls prétendants sérieux.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :