• Sophie de Courtivron - L'interview

    v2

     

    Nous avons présenté son livre, "Le nez au vent" (clic!) paru aux Editions Les 2 encres. Voici maintenant l'interview de la globe-trotteuse Sophie de Courtivron.

     

       Que représente pour vous à l'origine l'idée des grands espaces ?

    J’associe les grands espaces à la liberté. Quand je marche et que rien d’humain n’entrave mon regard, peu à peu mon corps se dilate, mon esprit s’évade et communie avec l’esprit de la Nature. Je deviens le brin d’herbe que je foule ou le tronc sur lequel je m’appuie. En quelque sorte. En commençant mon voyage en marchant 2000 km de Bourgogne à Budapest, je suis entrée peu à peu dans un rythme lent qui a conditionné la suite de celui-ci ; ce rythme - celui de mes pieds, le plus naturel qui soit - est à l’origine de ma décision, prise en cours de route, de ne pas prendre l’avion pour faire le tour de la planète. La notion de lenteur a pour moi partie liée avec celle d’espace. Prendre son temps pour voyager permet de mieux appréhender l’espace, de se l’approprier. C’est alors que vient la sensation de liberté. Quand on s’immerge dans un milieu, au fil des jours on se dépouille et une certaine fusion peut se créer avec la nature ou les gens. Finies les préoccupations stériles et polluantes, on est dans l’Essentiel. Et quand on atteint ça, on est libre, sûr(e) de soi, un(e). Le grand espace géographique ouvre les portes de celui que l’on porte en soi et au sein duquel on est relié aux autres.

     

     

       Etes-vous naturellement portée vers l'extérieur ou plutôt d'un naturel casanier ?

    Euh… à votre avis ??? Non, pas casanière pour deux sous. Je ne peux pas rester enfermée trop longtemps, j’ai besoin d’air ! Je n’aime pas non plus la routine, les horaires fixes… Mais attendez, paradoxalement parfois si… j’aime être chez moi avec Beethoven et un bon bouquin, je peux refuser de sortir un soir pour ce plaisir-là.

     

       Avez-vous toujours été attirée par le lointain ?

    Oui, car le lointain c’est un peu l’inconnu, le mystère. Et j’ai soif de connaître. Mais, pour être plus précise, je suis surtout attirée par l’autre… Celui qui appréhende les choses, le monde, la vie d’une façon différente de la mienne. C’est la quête d’autrui qui me motive. Sa vision me passionne (cette vision est pour moi liée à sa culture, sa religion, ses racines, le terroir sur lequel il est implanté et dans lequel il puise ses caractéristiques…). Je suis attirée par ce qui est « loin de » moi, de ma façon de penser. Et c’est dans « le lointain », c’est-à-dire dans des endroits enclavés, protégés, isolés que j’ai rencontré les gens qui m’ont le plus marquée, les êtres les plus intègres, authentiques, non touchés par la grande uniformisation. Je la maudis, celle-là. Elle homogénéise la Terre alors qu’il n’y a de richesse que dans le différent. Marcher, c’est aussi fouler aux pieds cette course à l’identique à laquelle se livre la planète. Les rencontres qui m’ont le plus apporté, je les ai payées de ma personne, je les ai transpirées sur des chemins exigus et pentus, je les ai chialées de fatigue dans des coins perdus. C’est bizarrement en me perdant que je trouve mon chemin ; quand vous payez ainsi de votre personne, quand vous vous immolez à la Route sans nul autre désir que suivre la voix qu’elle vous trace, alors les gens croisés sentent bien que vous n’êtes pas de passage mais à 100 % dans ce que vous faites. Impliqué(e) comme jamais. Qu’ils ont plus d’importance à vos yeux que TOUT. D’ailleurs, par exemple, c’est amusant mais quand les Russes parlaient de moi ils disaient la « voyageuse » et non pas la « touriste ». Je me souviens aussi de cette vendeuse, dans un centre commercial en plein cœur de Pékin, qui m’a dit : « you don’t look like a tourist ». J’ai tiré de cette remarque anodine une grande fierté, je me suis alors dit que j’avais peut-être été un peu adoubée par la Route. Le lointain, c’est ainsi plus ce que l’on transpire. Il paraît d’abord inatteignable, comme le sommet d’une montagne. Il n’est pas forcément à l’autre bout du monde, mais autour de lui flotte une aura de mystère qui attire irrémédiablement…

     

     

     Cette attirance pour le voyage (et cette expérience) conditionne-t-elle votre vision de journaliste, voire votre conception du journalisme ?

    Oui, car je pense que pour comprendre quelque chose il faut s’impliquer, s’immerger. Mon voyage est un manifeste pour le temps qui s’écoule et contre cette vitesse à laquelle s’adonne le monde occidental, contre la communication instantanée avec l’autre bout du monde, contre les réponses immédiates qui arrivent toutes cuites via l’iphone… Maintenant tous les journaux morcellent les articles, font des tas d’encadrés… Ils ne doivent pas être trop fatigants à lire, bientôt ce seront des BD, je vous le dis ! Je suis pour le contraire, idéalement je voudrais traiter chaque sujet vraiment en profondeur, en creusant beaucoup plus que ce que l’on me demande ; et que ce que veut le lecteur du XXIe siècle (à moins que… ?). C’est parce que les Indiens du Mexique me voyaient marcher (comme eux) et peiner que j’ai pu tisser des liens avec eux. Ce que l’on reçoit est proportionnel à ce que l’on donne. Et à ce que l’on retranscrit.

     

             Gardez-vous l'impression qu'il vous reste beaucoup à voir, et, pour l'impression qui vous reste aujourd'hui : le monde est-il grand ou petit ?

    Immense ! Non seulement j’ai envie de retourner dans chaque pays parcouru pour « creuser » encore mais en plus, dans chaque pays parcouru, il y a des territoires perdus vers lesquels je n’ai pas eu le temps ou pris le temps d’aller. Et pourtant mon tour du monde a duré un an et neuf mois. Dans chaque pays, j’ai laissé des trésors comme par exemple un souterrain à explorer près de Datong en Chine ou la sierra Chimalapa au Mexique. Je ne comprends pas quand j’entends certains voyageurs dire qu’il n’y a plus de terras incognitas. J’en ai côtoyées des tas, sans les chercher. Peut-être qu’elles commencent dans l’esprit du voyageur ? Tout est lié au regard que l’on porte sur les choses. Plus on s’imprègne d’un pays plus on a de choses à y découvrir, et ça c’est infini…

     

       Referiez-vous un périple d'une telle ampleur ?

    Je ne sais pas, je vis dans le présent. A priori actuellement je suis plutôt partie pour des voyages plus ponctuels, à cause de mon travail. Mais peut-être qu’un jour l’appel de « la grande virée pardi, du franc pétard et de la vraie soif » (Jacques Perret) se fera de nouveau ressentir… ? Je ne sais pas sous quelle forme, mais je me vois mal faire la sourde oreille.

     

        Parlez-nous de vos nouveaux défis...

    Lors de mon tour du monde, alors que j’étais à Hong Kong, j’ai gagné par le plus grand des hasards des miles d’avion… Je raconte d’ailleurs cette anecdote dans mon livre. Comble de l’ironie : j’étais justement en train de faire un tour du monde sans prendre l’avion ! Je vais les utiliser cette année pour faire quatre ascensions dans quatre pays : Japon, Tanzanie, Aconcagua, Tibet. J’aime les hauteurs. Comme le voyage, le rocher vous fait cracher ce que vous êtes.

     

    Merci !

     

    J'ai beaucoup aimé les images de la video sur YouTube (clic!) de l'expédition de Sophie de Courtivron !


  • Commentaires

    1
    Mardi 23 Novembre 2010 à 08:08

    Bonjour Michel , cette femme eest vraiment exceptionnelle , merci de me l'avoir fait connaitre

    bonne journée à toi

    bises

    2
    Mercredi 8 Décembre 2010 à 12:38

    Je partage tout à fait ce qu'elle dit, sans être aussi baroudeuse. Mais je "sens" tout à fait ce désir de voyager au rythme des pas, des jours, d'absorber les différenes lentement, et de voir le pays des gens et non des touristes pour qui ça se limite souvent au décor un peu ... Walt Disney (et on appelle tout "authentique" et on croit tous avoir "découvert" une petite gargotte que tout le monde découvre ).

     

    Quelle belle approche du monde et du voyage, où l'étonnement se mérite!

     

    Belle interview, merci! Et merci à elle de nous faire part de cette aventure.

    3
    Lundi 13 Décembre 2010 à 22:50

    Coucou Michel

    Une interview passionnante ! Une globe-trotteuse qui a vraiment le nez au vent...

    Merci de m'avoir recommandé ton article... dans la mesure où ma fille a fait un tour du monde, je ne peux qu'être ravie d'en prendre connaissance.

    Grosses bises.

    Béa kimcat

    4
    Samedi 2 Juin 2012 à 04:53

     

    Bonjour Stéphanie !

    Suggestion transmise !

     

    5
    Stéphanie
    Samedi 30 Mars 2013 à 06:15

    Etonnant comme tout ce que dit Sophie "vibre en écho" à l'univers de Sylvain Tesson... Ils gagneraient à se connaître ces deux là ! Et peut-être à voyager ensemble...?



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :