• Un portrait, souvenir du roi Orélie-Antoine d'Araucanie et de Patagonie.

     La Rédaction 

    La silhouette bien connue du roi Orélie-Antoine, représentée sur des images visibles sur le Net est la même que celle qui figure sur le tableau que nous vous plaçons en lien, envoyé par l'IHEA avec ces explications.

    De nombreuses images du roi d'Araucanie ont été diffusées au 19° siècle. Aujourd'hui encore, nombreux sont ceux qui connaissent, ou ont entendu parler d'Orélie-Antoine ou Orllie Antoine, sans toujours savoir qui il était. Plusieurs représentations diverses du roi existent dans des collections privées.

    Ce tableau d'Orllie Antoine a une histoire. Il a été offert en 2016 par M. Yvan de Wilde, bien connu par ailleurs sur notre Site et ancien conseiller de la rédaction, à l'Institut des Hautes Études Araucaniennes, et remis à cet effet à Philippe Orllie le successeur du créateur du Royaume d'Araucanie, qui l'a remis à l'Institut.

    Il provenait d'un ensemble de souvenirs appartenant au regretté Patrick de La Rode, neveu du roi Orllie Antoine Ier. M. de Wilde, cousin du défunt et liquidateur de ses biens, a été en partie à l'origine de la création de l'Institut des Hautes Études Araucaniennes. La réhabilitation de cet organisme était l'un des projets, dès son arrivée, du continuateur du Royaume d'Araucanie Philippe Orllie en raison de l'existence dans le passé de l'Académie des Hautes Études Araucaniennes. De son côté, M. de Wilde lui avait fait part de la nécessité pour lui, de réaliser une création de ce type, et la lui conseillait, ce qui fut rapidement effectué.

    Le tableau dont nous parlons a été présenté par M. de Wilde comme celui d'un portrait rare. En effet, c'est le cas mais cela nécessite quelques précisions. À la différence des portraits identiques ou de même origine, Philippe Orllie estime qu'il s'agit du tirage original, et en outre, sa gravure est très nette, l'œuvre est très bien conservée avec quelques jolies tâches de rousseur, et il est complet car il comporte la mention : Orllie-Antoine Ier, et en dessous : Pendant sa Captivité.

    D'après l'Institut, cette notation est essentielle. Elle apporte des renseignements insoupçonnés, qui permettent d'enrichir la compréhension historique de cette période. 

    Si on connaissait l'existence de cette gravure1, les exemplaires authentiques sont rarissimes. Le portrait, saisi durant la captivité du roi, fut ensuite restitué par un graveur parisien, dont la signature figure à côté du portrait.

    À la demande de l'Institut, ce portrait va être examiné par un ou plusieurs experts. La présentation de ce portrait fait partie des activités de cette présente Année Tounens dont on nous dit qu'elle sera certainement doublée. Le commentaire de ce portrait original et des conclusions scientifiques qui peuvent être apportés pour cette période historique devrait être effectué dans quelques mois devant un public parisien.

    1. Il en existe un sur Alamy.

     

    Il apparaît en sens couché pour une raison technique en attendant qu'il reprenne son sens grâce à Bertrand le geek fou du Site. Nous déclinons toute responsabilité en cas de torticolis chez nos lecteurs.

    Portrait d'Orélie-Antoine

     


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :