• Sur les Princes Torlonia et leurs cousins français

    La Rédaction

     

    TF 1 doit publier prochainement un documentaire relatant l'histoire de ce français du Forez, Marin Torlonias, parti d'Augerolles en 1725 pour accompagner à Rome l'Abbé de Montgon, puis  établi  dans la Ville Éternelle où il fit fortune, et dont le fils entra dans la haute noblesse romaine.

    Il est l'auteur d'une famille des Princes Torlonia, Ducs de Bracciano et des Princes de Civitella-Cesi. Elle s'est apparentée avec les familles les plus illustres d'Italie et d'Europe jusqu'aux familles royales.

    Le 18 Février 2017, une double rencontre a été organisée entre la famille Tourlonias, parents français de Marin Torlonias, et deux représentants de la famille romaine, la Princesse Olimpia Torlonia et son cousin Guido Torlonia, metteur en scène. Une rencontre en Forez, puis une visite à Rome de la famille Tourlonias accueillie par la Princesse Olimpia au Palais Torlonia.

    La Princesse Olimpia est la fille d'Alessandro Torlonia de Civitella-Cesi et de l'Infante Beatriz de Bourbon, fille du roi Alphonse XIII et de la reine Victoria Eugénie.

    Epouse de Paul Annick Weiller, fils du défunt Commandant Paul-Louis Weiller, une figure mondaine française bien connue, Olimpia est la mère de Sibilla Weiller, épouse du Prince Guillaume de Luxembourg, frère du Grand-Duc de Luxembourg.

    A l'origine, c'est l'actrice Brooke Shields qui a découvert la parenté des Torlonia, dont elle est issue par sa grand-mère Marina Torlonia. Puis elle rencontra Henri Ponchon, un Auvergnat, qui publia en 2005 le livre qui retrace ce destin romain.

    Les généalogistes de Royauté-News pensent que la famille Torlonias ou Tourlonias pourrait avoir un lien même éloigné avec les seigneurs de Tourlong, famille chevaleresque connue à la fin du Moyen-Age dans la même région.

     

     

    L'ouvrage La Saga des Torlonia, d'Henri Ponchon


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    TR
    Mercredi 7 Juin à 09:32

    C'est une idée à creuser, en effet!

    Jusqu'où connaît-on les ancêtres agnatiques de Marin Torlonias?
    Mais le nom Torlonias/Tourlonias pourrait aussi venir de Tourlong, sans que la famille descende des seigneurs de ce lieu, n'est-ce pas?

    2
    Mercredi 7 Juin à 09:57

    Cela est possible en effet, l'un ou l'autre. A ce stade il ne s'agit que d'une supposition.

    Pour l'époque où remonte Marin Torlonias, réponse un peu plus tard... happy    

     

     

     Les Tourlonias sont connus depuis la 2nde moitié du 16eme siècle. Leur situation était relativement modeste.

    Il existait un village, la Tourlonie, en 1415 dans la même région. Et un Turlo vivait en 1336 très près ; mais n'était pas signalé selon ce que l'on connaît comme propriétaire de la Tourlonie, ce qui n'empêchait pas qu'il le soit.

    Selon Henri Ponchon : "Ce premier Tourlonias avait-il encore un lien avec ce Turlo repéré au 14eme siècle ? C'est peu probable."

    L'auteur précise que les Tourlonias connus n'ont jamais habité ce village et qu'on ignore s'ils ont quitté avant ou après les Joyeux qui le possédaient au 15eme.

    Pour nous, sachant que Joyeux (1415 ) était notaire, et propriétaire en litige pour une redevance avec un ecclésiastique dépendant de la très puissante Abbaye de La Chaise-Dieu, ce Turlo, en supposant qu'il était encore de son vivant propriétaire, n'avait selon toute vraisemblance pas de famille proche ou encore avait cédé à un autre propriétaire. Pour ces raisons, le nouveau propriétaire pouvait être un prédécesseur de Joyeux c'est-à-dire un parent de celui-ci, ou encore, l'acheteur supposé de Turlo aura fait faillite, et dans les deux hypothèses la Tourlonie aura été confiée à un nouveau propriétaire. 

    Il est clair que les Tourlonias, s'ils descendent de la famille de Turlo, n'en étaient que de lointains parents ou alors, trop pauvres pour acquiter les redevances, ils en avaient été dépossédés.

    À suivre l'éventuelle confirmation de notre hypothèse de l'article !

    3
    TR
    Samedi 10 Juin à 19:16

    Pas nécessairement de lointains parents : il suffisait par exemple que le seigneur de la Tourlonie n'ait que des filles et un frère, et que les Tourlonias descendent de ce frère...

    4
    Lundi 12 Juin à 14:12

    Cela est possible mais n'expliquerait pas l'état très modeste des Tourlonias lorsqu'on les voit apparaître. Sauf à ce qu'ils se soient ensuite appauvris

    La raison qui plaide pour l'éloignement dès l'époque de Turlo et en supposant bien sûr qu'il ait existé un lien de parenté, est que si Turlo avait eu des parents proches la Tourlonie leur aurait été confiée par les maîtres de la ferme (ce "village" se limitait à une simple ferme selon l'auteur du livre) : ces maîtres étaient l'Abbaye. Mais, au choix : une parenté éloignée, une des possibilités, qui accompagne l'autre que nous avons citée : l'état de ruine avancé empêchant à un membre de la famille proche d'assumer la tenure.

    Et la probabilité statistique selon les données connues, était qu'il ne s'agissait pas d'une seigneurie. La reconstitution des possibilités s'est basée sur les données fournies par l'auteur, qui lui-même ne croît pas à un lien entre Turlo et les Tourlonias. Nous sommes dans un autre cas, ou du moins, un cas voisin, que notre hypothèse de fin d'article : des seigneurs de Tourlong.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :