• Royauté-News - Analyse partielle après le 1er tour

    La Rédaction et le Service politique de Royauté-News

    Le débriefing du 1er tour de l'élection présidentielle.

    Sur le Site non politique rappelons-le, nous observons les choses politiques de loin bien que les conséquences suscitent bien sûr notre très vive attention. Ce qui nous entraîne à analyser. Notre sympathie pour le candidat le plus éloigné du système, Jean Lassalle, témoigne ainsi des sensibilités partagées de la Rédaction permanente. Notre analyse rapide et écourtée.

    Cette élection est la victoire de l'anti-Système, et aussi, celle, nous l'avons dit l'autre jour, du vote blanc, promis à entrer dans une existence à nouveau reconnue. On serait heureux si les hommes politiques et leurs mafias officielles avaient disparu après le séisme qui les a dévastés... en apparence. Mais l'espèce est tenace. Leur arrogance est intacte, leur aveuglement aussi. Plus l'opinion les condamne, plus ils envahissent l'écran...

    Les chances de victoire de Marine Le Pen ne doivent pas être vendues avant le second tour. Le « cadeau » qui lui a été offert par François Hollande n'est peut-être pas si indirect que cela. Quant aux offres de services de Valls auprès de Macron, on dépasse le délire mais au moins, c'est significatif et balaye les doutes quant à l'intention véritable de l'appel de François Hollande en faveur d'Emmanuel Macron. Le besoin vital de la gauche de gouvernement, sa survie, reposent sur la réussite de Marine Le Pen, la seule des deux candidats qui puisse offrir à terme une occasion d'alternance. Car avec Macron, la structure qu'il a fait imploser ne revivra pas. S'il échouait dans sa gestion, son système désormais existe. Le partenaire idéal de François Hollande s'il s'était représenté, est Marine Le Pen qui est le seul billet de retour possible en 2022 - ou avant - pour les Socialistes.

    24, 01 % pour Emmanuel Macron, 21, 30 % pour Marine Le Pen, chiffres stabilisés après s'être promenés depuis la soirée de Dimanche, mais aussi le lendemain. Ce qui pose question : comment se fait-il que ces chiffres se promènent plusieurs heures, alors que les résultats d'Outre-Mer étaient connus et compte-tenu des moyens dont on dispose... Un écart, rétréci hier entre les deux vainqueurs, puis rallongé par les chiffres définitifs officiels.

    Jean Lassalle (Lire aussi une analyse sur Jean Lassalle sur Royal Artillerie et plusieurs autres articles). Il est dommage que l'on n'ait vu s'exposer que bien tard Céline Alléaume, la directrice de campagne de Jean Lassalle. A observer sa maîtrise et son niveau, dans cette émission, on mesure aussi la qualité de toutes les équipes de Jean Lassalle.

    Nous avons reçu le message d'un de nos correspondants le dimanche 16 avril, nous indiquant qu'un calculateur Cray (superordinateur), peut-être basé en France, notre interlocuteur ne l'a pas précisé, et couplé au MIT et à l'Université de Yale, à partir des tendances, des pratiques sur le terrain et suivant un programme spécifique (peut-être basé sur le Big Data des réseaux), prévoyait, Emmanuel Macron et Marine Le Pen respectivement qualifiés pour le second tour avec 26 % et 24.5 %. Malgré l'écart de pourcentage (avec les résultats), cette projection était juste. L'intéressant est que le même calculateur a donné pour le second tour Emmanuel Macron 56 % et Marine Le Pen 44 %.

    Sur les chances de Nicolas Dupont-Aignan d'entrer à Matignon dont nous parlions ici, cette certitude vient du regard très bienveillant que lui portait Marine Le Pen durant le débat du 4 avril...

    Jean Lassalle a annoncé qu'il continuera. Il restera à trouver quelle forme prendra son action, sans doute le développement de Résistons ! mais il dispose d'un solide capital de confiance, plus étendu que les résultats ne le rendent. La preuve ? Le nombre de ses parrainages, qui témoigne pour lui. Un autre signe, la semaine dernière son compte Twitter affichait plus de 21 000 abonnés, score important si on le compare à celui de Nicolas Dupont-Aignan qui lui, est présent depuis des années sur Internet et Twitter (104 000, auxquels s'ajoutent les 15 800 du compte de son parti). Depuis l'élection, le compte Twitter de Jean Lassalle est passé à 25 500... Ici, son livre de 2008.

     

    A suivre, quelques remarques de l'entre-deux tours par Yves-Marie Adeline.

    En soirée (reporté à mercredi dans la journée), un article plus léger, Ethnologie politique.


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    TR
    Mardi 25 Avril à 15:07

    La victoire de l'anti-Système? Macron représente la quintessence du "système", et Marine Le Pen semble être en train d'y rentrer...

    2
    Mardi 25 Avril à 18:49

    L'article n'a pas pu être bâti comme il était prévu par manque de temps par rapport au délai prévu pour sa parution, mais nous dirons plus tard que la victoire de Macron est d'avoir réussi ce pari presque impossible d'avoir démoli les partis traditionnels qui sont plus que des partis, puisqu'ils sont la machine monopolistique de toute la Droite de gouvernement ou de toute la Gauche de gouvernement. il va de soi que le Système ne changea pas dans son essence, mais dans sa forme, mais c'est déjà beaucoup parce que ça envoie au fossé structures, organisations, habitudes, images, et aussi, toute une théorie de figures spectrales.

    Bien sûr il ne faut pas se laisser tenter par la naïveté, et ce n'est pas dans les habitudes du Site mais notre principe est aussi de mettre en valeur les aspects positifs des situations, même dans les pires. Le renvoi à leurs études des ayatollahs du Système entraînera que le dégoût abyssal d'un nombre toujours plus grand ne fera que se renforcer à les voir poursuivre leurs sentences suffisantes et leurs fatwas contre les autres démocrates qui ne sont pas de leur secte. Ces phases, un peu longues il est vrai, sont sans doute nécessaires pour que le Peuple parvienne à se débarrasser d'eux, et le phénomène s'observe depuis des années avec le Front National. Les critiques que l'on peut trouver vis-à-vis de ce parti n'ont finalement que peu de poids devant l'impérieuse nécessité d'évacuer les parasites politiques. Bousculer le Système est une nécessité en soi, et il ne faut pas compter qu'un parti en particulier, surtout lorsqu'on n'en a qu'un seul "sous la main", arrive tout paré de l'idéal et de nos préférences. Le but à atteindre est d'éliminer les autres d'abord.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :