• Archive : exemple d'article délictueux commis par la presse.

    Cet article mensonger fut publié en 2015 par ce journal. Le successeur du Prince Philippe n'a jamais été roi ni autoproclamé ni proclamé. Les conditions prévues de cet article ont été rompues sans que son auteur ait prévenu l'intéressé, et ses déclarations, purement et simplement occultées. Et monté une histoire invraisemblable. Rappelons que le successeur du prince Philippe a refusé de porter le titre de Prince d'Araucanie. Peu importe que l'article comporte au moins une chose vraie : M. de La Garde a voulu informer ceux qui s'intéressent au Royaume qu'il est le successeur légal du Prince Philippe d'Araucanie. Le reste n'est que délire de presse.


    votre commentaire
  •  

    Le Maire de Tourtoirac, Dominique Durand, a reçu une nouvelle demande du Chef de la Maison Royale pour que lui soit attribué l'espace situé à l'arrière des tombes des deux premiers rois d'Araucanie.

    Cette demande succède à une première demande demeurée sans réponse (2015) et au sujet de laquelle le Maire, le jour de la Sainte-Rose 2016, dans une longue conversation, lui avait déclaré d'entrée : "puisque j'ai été élu, tant que je suis le maire, je peux faire ce que je veux"...

    Même de faire mentir l'annonce publique affichée depuis trois années et qui n'est ignorée de personne ? A Tchao, Monsieur le Maire !

     


    2 commentaires
  • Alors que demain sera donné le grand départ du Rallye Dakar 2018 le Royaume d'Araucanie et de Patagonie a annoncé qu'il suivra le déroulement de cette épreuve unique et que sous l'impulsion du Chef de la Maison Royale Philippe Orllie, le Royaume sera au départ de l'édition 2019 afin de porter haut ses couleurs et la Cause Mapuche.

    Rallye Dakar 2018

     


    votre commentaire
  • La Rédaction

    C'est avec stupeur, et alors qu'une actualité très dense se bousculait autour du Royaume d'Araucanie que nous apprenons la mort de Jean-Michel Parasiliti di Para, qui se trouvait à la tête d'une émanation non reconnue du Royaume d'Araucanie et de Patagonie.

    Royauté-News avait été en relations directes avec un de nos collaborateurs, François de La Garde - auteur des articles relatifs au Prince Philippe de son vivant - qui avait réalisé une interview de lui en 2014, et nous avions été le seul organe de presse à lui consentir une exposition médiatique à une époque où il semblait occuper à juste titre la succession du Prince.

    Très vite, il était apparu que ses orientations ne correspondaient pas à l'esprit du Prince Philippe, cependant qu'il s'entourait de personnages controversés, non issus du Royaume, et qu'il renonçait très vite aux orientations qu'il avait exposées dans notre interview.

    La suite avait été quelque peu délicate avec les membres de son équipe, qui avaient publiquement mis en cause notre site en alléguant un soutien de notre part à Stanislas Parvulesco, qui lui aussi avait été proclamé en Juin 2014 - mais sans aucun droit - "Prince d'Araucanie" - difficultés à l'heure qu'il est toujours non résolues et en attente de justice.

    Il va de soi que Royauté-News ne reconnaît aucune des deux émanations tant du point de vue du droit que comme hypothèse crédible.

    François de La Garde s'exprimera cette semaine au sujet de cette disparition et du déroulement des dernières quatre années qui séparent la mort du Prince et ce décès.

     

    Nous reviendrons dans les heures qui viennent sur la personne de Jean-Michel Parasiliti di Para.

    La biographie que notre site avait publiée. Elle est la seule biographie officielle, en outre qui ne comporte pas d'erreur (1), composée sur les informations fournies par Jean-Michel Parasiliti di Para.

    Mort de Jean-Michel Parasiliti di Para

    Jean-Michel Parasiliti di Para, alors Président du Conseil du Royaume, en compagnie de celui qui en était le Chancelier.

     1. La page Wikipedia étant fausse de bout en bout et comportant en outre des absurdités.


    2 commentaires
  • Nous venons de recevoir un texte publié par Araucanie Info, le site officiel du Royaume d'Araucanie, et qui reproche à l'évêque de Périgueux, Mgr Mousset, d'avoir apporté une forme  de soutien en participant à une rencontre cet été en Périgord avec les dissidents du Royaume.

    Ex-conseillers du dernier Prince d'Araucanie pour une partie, ils ont choisi depuis près de quatre ans une route différente. Si leur action se limite à quelques gestes sans portée, il subsiste auprès de quelques observateurs une inexactitude et une ambiguïté.

     


    votre commentaire