•  

    Royauté-News a pour vocation, entre autres, de maintenir et conserver intacte l'image des familles royales actuelles ou passées, ceci sur le fond et non sur l'anecdote.

     

    C'est pour cette raison entre plusieurs autres, et notamment pour défendre la mémoire de l'Empereur, que Royauté-News s'oppose au projet, provenant de la sphère politique, de créer un Parc d'attractions Napoléon dans la région parisienne.

     

    Outre l'orientation ridicule de ce projet tel qu'il est annoncé, trois objections majeures sont à relever.

     

     

    - La première, est l'annonce de fonds souhaités chinois et qataris. Que la Chine soit une dictature avec laquelle on se complaît, devrait par principe éloigner toute possibilité d'y penser. Quant au financement lointain venant de pays de culture étrangère à l'Europe, il ne constitue qu'une nouvelle injure aux pays européens et à leurs économies. Surtout dans un projet qui ne peut relever que du domaine public. Voit-on un groupement privé accaparer ce qui appartient à l'Histoire, avec la cohorte d'ennuis insurmontables lorsque c'est le cas ? La morale du cas de l'Hôtel de la Marine à Paris n'a donc pas servi de leçon.

     

    - Les propos de Jacques-Olivier Boudon, le président de l'Institut Napoléon, ne sont pas de nature à rassurer mais au contraire à susciter des inquiétudes. Il "pilotera le comité d'experts supervisant le projet pédagogique", et il déclare "veiller à ce qu'aucune des parts d'ombre de Bonaparte ne soit oubliée".

     

    Ce qui est assez peu destiné, dès l'entrée, à assurer le souvenir de l'Empereur, et il semble manifestement que l'on ait saisi les questions à l'envers.

     

    - Il demeure un principe : le pouvoir politique n'a par définition aucune capacité ni autorité dans le domaine historique, et ce fondement se rapporte d'abord aux principes mêmes de la démocratie. Ce projet ayant une source politique, cela le rend naturellement indésirable, surtout dans des temps abandonnés à des factions qui s'entre-déchirent et dans lesquels il n'existe ni assentiment ni paix collective.

     

    Napoléon appartient à l'Histoire de France et à celle de l'Europe, et ne peut être récupéré par quiconque.

     


    3 commentaires