• Justice, une faillite française - Olivia Dufour

    L.G.D.J. ;  15 mai 2018 ;   312 p.;  24€.

    Présentation officielle : Au pays des droits de l'homme, la justice est épuisée. Personnel insuffisant, factures impayées, système informatique indigent, délais de procédure qui s'allongent, stocks de dossiers qui s'accumulent… Tandis que les justiciables la sollicitent de plus en plus, l'institution judiciaire au bord de la rupture ne cesse de crier au secours dans l'indifférence générale. Quant aux établissements pénitentiaires, ils sont dans un tel état que le Comité européen pour la prévention de la torture s'en est ému. Comment un pays comme la France peut-il tolérer une telle situation depuis des décennies ? Est-ce uniquement une question de crédits ou existe-t-il des raisons plus complexes ?
    Ce livre recueille le témoignage de juges, d'avocats et de greffiers pour mesurer l'étendue du désastre et tenter d'en identifier les causes. Il donne aussi la parole à cette salariée licenciée dont la vie a basculé faute d'avoir obtenu justice dans un délai raisonnable, raconte les souffrances de ce Somalien que son incarcération à Fresnes a rendu fou, ou encore l'histoire de ce juge d'instruction mort de n'avoir pas supporté les cadences infernales qu'on lui imposait. Les politiques ont-ils à ce point peur des juges qu'ils les maintiennent volontairement dans l'indigence comme on le prétend ? Ou bien faut-il aller chercher ailleurs les raisons de cette situation ?
    D'anciens gardes des Sceaux ont accepté de lever le voile sur le fonctionnement de la Chancellerie et livrent leur analyse sur la manière dont on peut sauver la justice française. Contrainte par la pauvreté à renoncer aux principes qui fondent l'État de droit, elle est en train de perdre son âme. Il y a urgence.

    Justice, une faillite française - Olivia Dufour


    votre commentaire
  • A la recherche des Phéniciens - Josephine Crawley Quinn

    Préface, Corinne Bonnet ; Traduction, Philippe Pignarre ;

    La Découverte ;  29 août 2019 ;  430 p.;  25€.

    Présentation officielle : Qui sont les Phéniciens ? Un peuple de l’Antiquité auquel les Grecs auraient emprunté l’alphabet ? Des commerçants et des navigateurs exceptionnels partis du Levant (Tyr, Sidon, le Liban actuel) pour fonder Carthage, dont l’empire concurrencera les cités grecques en Sicile ou en Sardaigne, jusqu’à sa destruction par Rome ? Un peuple pratiquant une religion cruelle avec un dieu exigeant l’immolation d’enfants, source d’inspiration du Salammbô de Flaubert ? Pourquoi, comparés aux Grecs et aux Romains, sont-ils finalement presque insignifiants dans nos histoires et nos récits de l’Antiquité ?
    Comme dans une enquête policière, l’auteure retrace tout ce que l’on sait sur eux et qui renverrait à une « identité » phénicienne, à un peuple original. Elle explore successivement la langue, la religion, les colonies, l’influence régionale de Carthage. Elle s’appuie sur l’épigraphie, la numismatique, l’architecture, les dernières découvertes archéologiques. À chaque fois que l’on croit saisir cette identité, elle s’échappe… On n’est désormais même plus du tout certain que Carthage ait été une colonie de Tyr ou de Sidon…
    Les Phéniciens constituaient-ils un véritable peuple ? Étaient-ils reconnus comme tel par leurs contemporains ? Ce qui est certain, c’est qu’ils ont fait l’objet d’une multitude d’opérations d’instrumentalisation (et de fantasmes !) : par les Grecs, les Romains et, quelques siècles plus tard, par les Irlandais puis les Anglais et, enfin, les Français !

    A la recherche des Phéniciens - Josephine Crawley Quinn


    votre commentaire
  • Le monde selon Amazon  -  Benoît Berthelot

    Le Cherche midi ;  22 aout 2019 ;  240 p.;  18€.

    Présentation officielle : Plus de trois ans d’enquête sur la multinationale la plus ambitieuse, la plus innovante et la moins scrupuleuse de notre époque. En vingt ans, la librairie en ligne – Amazon en tête – a révolutionné le commerce (livraison par drone, robotisation des entrepôts, développement de l’assistance intelligente…). Pour expliquer cette croissance fulgurante et vorace, Benoît Berthelot nous livre ici les techniques brutales de fabrication et de management d’Amazon : secret total imposé aux employés, pression jusqu’au burn out, idéologie de la productivité extrême… L’auteur perce aussi le mystère de ses méthodes de lobbying et d’évasion fiscale.
    Constituée de témoignages d’employés actuels et anciens, en France et à l’internationnal, cette enquête fleuve balaye l’échelle sociale d’Amazon – des manutentionnaires aux vice-présidents –, et ce aux quatre coins du monde – des entrepôts français jusqu’à Seattle, son siège social –, en se nourrissant de documents internes exclusifs (PowerPoint de formation des salariés, comptes luxembourgeois, rapport sur les conditions de travail à Montélimar…).
    Le Monde selon Amazon en quatorze chapitres – en écho aux quatorze commandements qui régissent la culture d’entreprise de cette société –, ou une investigation en profondeur sur la machine Amazon, qui n’en a pas fini de vouloir faire tourner le monde.

    Commentaire de RoyautéNews : Ne pas se fixer sur l'évasion fiscale d'Amazon, cette question ne présentant ici aucun intérêt. Ce qui compte, c'est la volonté de domination des GAFA ou GAFAM, protégés par les systèmes et circuits politiques car ils sont un de leurs propres instruments de domination.

    Le monde selon Amazon  -  Benoît Berthelot

     

     


    votre commentaire
  • La Clé USB  -  Jean-Philippe Toussaint

    Les Éditions de Minuit ;  Sept. 2019 ;  17€.

    Présentation officielle : Lorsqu’on travaille à la Commission européenne dans une unité de prospective qui s’intéresse aux technologies du futur et aux questions de cybersécurité, que ressent-on quand on est approché par des lobbyistes ? Que se passe-t-il quand, dans une clé USB qui ne nous est pas destinée, on découvre des documents qui nous font soupçonner l’existence d’une porte dérobée dans une machine produite par une société chinoise basée à Dalian ? N’est-on pas tenté de quitter son bureau à Bruxelles et d’aller voir soi-même, en Chine, sur le terrain ?

    La Clé USB  -  Jean-Philippe Toussaint


    votre commentaire
  • Georges Guynemer  -  Jean-Marc Binot

    Fayard ;   8 mars 2017 ;  396 p.;  27€.

    Présentation officielle : La biographie d'un des plus célèbres héros français, devenu en deux ans et demi de carrière à peine le véritable mythe fondateur de l'armée de l'air.

    Il ne lui a fallu que deux ans et demi pour devenir une légende. Engagé volontaire alors qu’il avait été dispensé de service pour raisons de santé, d’abord simple élève mécanicien, Georges Guynemer est le premier pilote à être cité au communiqué officiel du Grand Quartier Général, après avoir abattu son cinquième ennemi en février 1916. Dans les mois qui suivent, les victoires s’enchaînent et il est proclamé as des as, promu capitaine puis officier de la Légion d’honneur. A vingt-deux ans à peine.
    Pourtant la véritable histoire de celui qui a laissé son nom à d’innombrables rues, écoles et autres bâtiments publics reste mal connue, écrasée par une profusion d’hagiographies et d’ouvrages romancés.
    Rédigé à partir d’archives pour une part inédites, notamment celles de la famille de Guynemer, cet ouvrage cherche à dépasser le stade de l’épopée pour approcher celui de l’histoire, en soulignant les conditions qui ont permis la construction du « mythe Guynemer », notamment une aéronautique militaire embryonnaire à la recherche d’une figure de proue et une propagande qui tente d’humaniser un conflit, où l’on meurt surtout victime d’obus, sans voir le visage de son ennemi. Objet de culte, l’aviateur est élevé au rang d’icône nationale afin de maintenir le moral d’un pays entièrement mobilisé par l’effort de guerre, et d’offrir aussi bien aux « poilus » qu’à la population un héros d’exception, capable d’incarner le courage et la volonté, qualités présumées des Français.

    Georges Guynemer  -  Jean-Marc Binot


    votre commentaire
  • Une femme au front  -  Martine Laroche-Joubert

    Le Cherche midi ;  2 mai 2019 ;   201 p.;   17€.

    Présentation par Decitre : Martine Laroche-Joubert doit à son enfance en terre marocaine un goût immodéré pour la liberté. De ses premiers reportages auprès des Pygmées de Centrafrique jusqu'aux deux guerres du Golfe et aux Printemps arabes, de l'éclatement de l'URSS au siège de Sarajevo, de l'apartheid en Afrique du Sud à l'élection de Nelson Mandela, elle arpente la planète avec une soif insatiable de témoigner. Elle livre ici ce que ses reportages ne montrent pas : un regard, une sensibilité, une subjectivité.
    Ce n'est plus la journaliste qui parle mais la femme de terrain. Martine Laroche-Joubert revient sur ces missions qui l'ont forgée, mais aussi sur ses erreurs et ses regrets de reporter. Et c'est avec sincérité qu'elle interroge cette envie d'action et cette passion de l'ailleurs qui l'ont toujours portée, malgré sa vie de famille et le danger inhérent à son métier.

    Une femme au front  -  Martine Laroche-Joubert


    votre commentaire
  • La fabrique du crétin digital  -  Michel Desmurget

    Les dangers des écrans pour nos enfants ;

    Seuil ;   29 août 2019 ;   432 p.;   20€.

    Présentation officielle : La consommation du numérique sous toutes ses formes – smartphones, tablettes, télévision, etc. – par les nouvelles générations est astronomique. Dès 2 ans, les enfants des pays occidentaux cumulent chaque jour presque 3 heures d’écran. Entre 8 et 12 ans, ils passent à près de 4 h 45. Entre 13 et 18 ans, ils frôlent les 6 h 45. En cumuls annuels, ces usages représentent autour de 1 000 heures pour un élève de maternelle (soit davantage que le volume horaire d’une année scolaire), 1 700 heures pour un écolier de cours moyen (2 années scolaires) et 2 400 heures pour un lycéen du secondaire (2,5 années scolaires).
    Contrairement à certaines idées reçues, cette profusion d’écrans est loin d’améliorer les aptitudes de nos enfants. Bien au contraire, elle a de lourdes conséquences : sur la santé (obésité, développement cardio-vasculaire, espérance de vie réduite…), sur le comportement (agressivité, dépression, conduites à risques…) et sur les capacités intellectuelles (langage, concentration, mémorisation…). Autant d’atteintes qui affectent fortement la réussite scolaire des jeunes.
    « Ce que nous faisons subir à nos enfants est inexcusable. Jamais sans doute, dans l’histoire de l’humanité, une telle expérience de décérébration n’avait été conduite à aussi grande échelle », estime Michel Desmurget. Ce livre, première synthèse des études scientifiques internationales sur les effets réels des écrans, est celui d'un homme en colère. La conclusion est sans appel : attention écrans, poisons lents !

    La fabrique du crétin digital  -  Michel Desmurget


    2 commentaires
  • Il est midi à Pékin -  Eric Chol ; Gilles Fontaine

    Arthaud ;   paraîtra le 11 sept; 2019 ;   250 p.;   19€.

    Les auteurs racontent, à partir d’un ou plusieurs lieux dans chaque fuseau horaire, comment la métamorphose de la Chine transforme le monde. Cette démarche inédite permet de mesurer la vitesse à laquelle la planète s’est mise à l’heure chinoise.
     
    Aux quatre coins du globe, la suprématie chinoise comme on ne vous ne l’a jamais racontée.
     
    L’achat du célèbre Waldorf Astoria à New York ; une téléréalité culinaire à Colmar ; la pêche sur les côtes ghanéennes ; l’utilisation de WeChat lors des élections australiennes ; la diplomatie des raviolis sur le rocher du Pacifique ; l’impact global du pharaonique projet des Nouvelles routes de la soie…
    Qu’il s’agisse de mettre la main sur de nouvelles sources d’énergie, de diffuser son « softpower » culturel ou d’afficher ses ambitions géopolitiques et militaires, la Chine est partout à la manœuvre. Non seulement elle s’est bel et bien réveillée, mais elle aspire à redevenir l’empire du Milieu flamboyant qu’elle a été : celui qui donne l’heure au reste de la planète.
    Cette métamorphose et les conséquences de l’expansion chinoise dans notre vie quotidienne, Éric Chol et Gilles Fontaine en rendent compte grâce à un récit original et efficace : à partir d’un ou plusieurs lieux dans chaque fuseau horaire, ils tissent un ensemble de scènes vivantes, de Hollywood à la Polynésie, de la pampa argentine au Groenland. Leur démarche inédite offre un panorama de l’omniprésence chinoise ; elle révèle une image instantanée du monde quand sonne midi à Pékin.
     
    Lire en même temps le billet Hong Kong what next sur Royal Artillerie et surtout le pied d'article. 

    Il est midi à Pékin -  Eric Chol ; Gilles Fontaine


    2 commentaires
  • Faut-il refuser le développement ? - Serge Latouche

    Arthaud ;   8 mai 2019  ;   368 p.;   8€90.

    Présentation officielle : Mot d’ordre des gouvernements de gauche comme de droite, objectif affiché de la plupart des mouvements altermondialistes,la croissance constitue-t-elle un piège ? Fondée sur l’accumulation des richesses, elle est destructrice de la nature et génératrice d’inégalités sociales.
    Dès 1986, Serge Latouche dénonçait dans cet ouvrage les dangers de la croissance et développait ses concepts de l’après-développement. En permettant ainsi de regarder le présent « dans le miroir du passé » suivant la formule d’Ivan Illich, alors même que l’air du temps favorise le triomphe de l’éphémère, ce texte reprend sous forme embryonnaire la plupart des thèmes majeurs de la décroissance.
    Serge Latouche propose de renoncer à la démesure et à l’illimitation pour redécouvrir la nécessité du sens de la mesure et des limites et travailler à une société fondée sur la qualité plutôt que sur la quantité, sur la coopération plutôt que la compétition, à une humanité libérée de l’économisme se donnant la justice sociale comme objectif.

    Faut-il refuser le développement ? - Serge Latouche


    votre commentaire
  • La révolution matérielle  -  Jean-Claude Daumas

    Une histoire de la consommation (France, XIXe-XXIe siècle) ;

    Flammarion ;   10 oct. 2018 ;   590 p.;   26€.

    Présentation officielle : Écrire l’histoire de la consommation en France, c’est raconter l’histoire de tous les Français : celle de nos grands ancêtres, de nos parents, de chacun d’entre nous. C’est aussi raconter l’histoire de la révolution matérielle qui s’est opérée sous l’influence des innovations techniques et commerciales, des avancées sociales, de nouvelles mœurs, etc. Ce sont toutes ces transformations depuis le milieu du XIXe siècle que ce livre retrace en articulant production et consommation, conditionnements sociaux et libre-arbitre du consommateur, culture matérielle et représentations symboliques. L’historien Jean-Claude Daumas décrit les usages de la société française – dites-moi quel canapé vous avez choisi et je vous dirai qui vous êtes –, montre comment les consommateurs s’approprient les objets – de la lessiveuse au smartphone en passant par la bicyclette, le presse-purée et le blue jean –, dans une savante dialectique où le hasard n’a pas de place.
    Cette histoire de la consommation se lit aussi comme celle de la conquête progressive du bien-être, avec ses victoires – le triomphe de la consommation de masse pendant les Trente Glorieuses – et ses défaites – la hausse des niveaux de vie n’a jamais aboli les inégalités sociales –, sans oublier ses nouveaux mandarins, qui prônent la rupture et la décroissance au nom de la protection de la planète...

    Commentaire de RoyautéNews : Le texte de présentation est daté et décalé. La notion d'inégalités sociales, qui ne veut rien dire est décentrée, et, langage idéologique d'emploi récent, son expression donne l'effet d'un ovni dans une description de la consommation trop raccourcie.

    La révolution matérielle  -  Jean-Claude Daumas


    2 commentaires