• L'histoire de John Law  -  Adolphe Thiers  -  Pierre Jovanovic         Modernisée par Anne-Marie Bruyant

    Le Jardin des Livres ;   8 avr. 2016  ;   240 p.;   21€.

    Présentation officielle : Il a séduit le Régent ! Il a berné les français et ruiné la France. Il a inspiré Wolgang Goethe (Faust). Il a inspiré Charles Gounod (Je ris de me voir si belle en ce miroir). Il a inspiré Michaël Boulgakov (Le maître et Marguerite). Ila inspiré les Rolling Stones (Sympathy for the Devil). Il a inspiré des milliers d'autrres écrivains et musiciens à travers le temps.

    Cet homme c'est John Law, un anglais de bonne famille devenu monétariste qui a inventé le billet de banque et la « planche à billets » ou « monnaie de singe » afin de sauver la France en faillite de Louis XV.

    Avec toutes les planches à billets lancées aujourd'hui de manière frénétique par la Fédéral Reserve, la Bank of Japan, la Bank of England et la Banque Centrale Européenne (des milliards de milliards d'euros, dollars yens et livres) de fausse monnaie, l'extraordinaire livre du président Adolphe Thiers est totalement contemporain et furieusement d'actualité.

    Intégralement illustrée et mise à jour en langue contemporaine par le Pr. Anne-Marie Bruyant, cette narration de la France ruinée par l'invention de la fausse-monnaie/planche à billets raconte aussi l'imminente faillite de la France pour exactement la même raison : l'usage de la fausse monnaie par la Banque Centrale Européenne !

    Un livre exceptionnel à lire absolument pour comprendre que la seule politique menée par les économistes actuels n'est en réalité qu'une politique de faussaires « inspirés par le démon » selon Goethe. La « Sympathie pour le Diable » des Rollings Stones est en réalité leur sympathie pour John Law !

    L'histoire de John Law  -  Adolphe Thiers  -  Pierre Jovanovic


    votre commentaire
  • La crise financière française de 1789-1799 - Andrew Dickson White

    Anne Confuron, Marc Géraud, traducteurs ;

    Le jardin des Livres ;  18 oct. 2013 ;  199 p.;   20€.

    Présentation officielle : La véritable histoire de la Révolution française de 1789 est avant tout une histoire financière, celle d'une crise sans précédent lancée par un Etat ruiné par l'effort de guerre en Amérique et surtout par les planches à billets (Assignats et Mandats) des Révolutionnaires. Andrew Dickson White, diplomate américain, a signé ici un livre extraordinaire car il raconte comment les Révolutionnaires se sont lancés dans l'usage intense de la planche à billets et comment ils se sont heurtés au bon sens des Français : ces derniers se sont précipités sur les pièces d'or et d'argent lorsque les Assignats ont commencé à perdre de leur valeur et que le prix du pain a commencé à s'envoler. Ce fut un Weimar avant l'heure. Ce livre est unique car il vous montre aussi que les Révolutionnaires ont perdu tout crédit avec l'usage abusif des planches d'Assignats puis de Mandats Nationaux. Cela a entraîné la France vers l'abîme, sauvée in extremis par un jeune artilleur qui finira par prendre le pouvoir. Ce n'est qu'avec la suppression des planches à billets et la restauration du standard or par Napoléon que la France a retrouvé son équilibre économique. Furieusement contemporain, ce livre raconte aussi notre crise financière actuelle puisque les Etats-Unis, l'Angleterre et le lapon inondent le monde, en ce moment même, de leurs planches à billets sans valeur.

    La crise financière française de 1789-1799 - Andrew Dickson White


    votre commentaire
  • Histoire des idées politiques  -  Géraldine Muhlmann

    Evelyne Pisier ; François Châtelet, Olivier Duhamel

    PUF ;  25 janv. 2012 ;   896 p.;   25€50.

    Géraldine Muhlmann, Évelyne Pisier, François Châtelet et Olivier Duhamel sont respectivement professeur à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas, professeur émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ancien professeur à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, et professeur des Universités à Sciences Po. RoyautéNews

    Présentation officielle : La pensée politique est peu disciplinée – dans tous les sens de ce mot, y compris celui qui suggérerait qu’elle n’est pas une discipline académique bien circonscrite. Il y a bien sûr des œuvres immédiatement classables en philosophie politique ou en théorie politique. Mais, à bien y réfléchir, les catégories que l’on pourrait avoir en tête sont souvent poreuses. Des grands courants littéraires et esthétiques aux travaux scientifiques les plus variés, qu’est-ce qui échappe à une époque et à ses « idées », y compris politiques ? Peu de choses, sans doute.
    Au fond, ce qui empêche la catégorisation trop stricte, quand on traite d’histoire des idées politiques, c’est l’histoire. C’est elle, avec toute son épaisseur, qui se présente devant nous.
    Pour autant, il n’y a pas d’ouvrage sans choix. Assumant les siens, cette nouvelle édition vise, comme les précédentes, à décrire et à expliquer l’émergence des concepts qui ont joué un rôle décisif dans le devenir politique des sociétés. Des Anciens aux Modernes, et notamment à travers le développement du principe moderne d’« État », sont analysés les thèmes les plus saillants de la réflexion politique : les figures de l’État de droit, les enjeux de l’invention démocratique, les désirs et les réalités de l’État « total », les chemins de l’après-totalitarisme… Pour comprendre, mais aussi pour ne pas cesser d’interroger.

     

    Histoire des idées politiques  -  Géraldine Muhlmann


    votre commentaire
  • Guérir par l'alimentation selon Hildegarde de Bingen                           Wighard Strehlow ; traduction Marthe Mensah ;

    Editions du Rocher ;  15 mai 2019 ;  550 p.;  28€.

    Il s'agit bien entendu de Sainte Hildegarde de Bingen... L’œuvre est inséparable, comme l'œuvre et sa spiritualité, de sa personne. RoyautéNews

    Présentation officielle : Il y a plus de 800 ans, la religieuse bénédictine Hildegarde de Bingen a posé les bases d'un art de guérir par l'alimentation d'une efficacité exceptionnelle, qui permet encore aujourd'hui de prévenir et soigner un très grand nombre de maladies. Hildegarde donne la première place à l'épeautre, aux fruits et aux légumes ainsi qu'aux herbes aromatiques. Elle décrit les aliments en fonction de leurs vertus curatives, car un aliment est toujours aussi un remède. Ce guide est une véritable Bible du bien manger au quotidien, riche, pratique et documentée, avec une présentation des vertus des aliments, plus de 400 recettes pour toute la famille et 200 remèdes naturels classés par maladie (troubles digestifs, cardiaques, circulatoires, allergies, rhumatismes…).

    Guérir par l'alimentation selon Hildegarde de Bingen


    2 commentaires
  • Ils ont tué Monsieur H.  -  Maurin Picard

    Congo, 1961. Le complot des mercenaires français contre l'ONU ;

    Seuil ;   16 avr. 2019 ;   480 p.;   23€.

    Présentation officielle : 18 septembre 1961, peu après minuit. Une épave de quadrimoteur gît dans la brousse rhodésienne, au cœur de l'Afrique. À bord de la carcasse fumante, seize corps, dont celui de « Monsieur H », Dag Hammarskjöld, secrétaire général de l'ONU. Est-ce un banal accident d'avion ? Ou bien ce courageux diplomate suédois, qui tentait de régler la crise du Katanga au Congo, a-t-il été victime d'un complot ? Ainsi commence l'une des plus grandes énigmes de l'après-guerre.

    Comment une telle conspiration a-t-elle pu rester si longtemps secrète ? Qui a osé s’en prendre à cet homme qui, s'opposant à la fois aux États-Unis et à l'URSS, tentait de promouvoir la paix dans le monde comme jamais un secrétaire général ne le fit après lui ? Qui a « saboté » les trois enquêtes officielles consacrées à l'affaire ? Enfin, pourquoi l'ONU a-t-elle décidé de rouvrir le dossier en 2016… si ce n'est parce que le doute n'est plus permis ?

    Plus d’un demi-siècle après les faits, Maurin Picard a reconstitué le sinistre puzzle, malgré les obstacles et les chausse-trappes. Une enquête planétaire, aux accents de polar, l’a conduit de la Zambie à Hong Kong, en passant par Londres, New York, Johannesburg, Stockholm et Paris. Dans le secret des archives d’État et l’intimité des diplomates suspicieux, la vérité émerge enfin autour d’un crime presque parfait : « Monsieur H » a été abattu par plusieurs équipes de mercenaires, dont des « affreux » français, agissant sur ordre d’influents commanditaires.

    Ils ont tué Monsieur H.  -  Maurin Picard


    2 commentaires