• Les nouveaux blasons royaux Belges

     La Rédaction et Team Blason  Cet article pourra être amélioré.

    Ci-dessous l'un des nouveaux blasons de la famille royale belge créés et rendus officiels par un arrêté du 12 juillet. (Celui de l'héritière, Élisabeth, Duchesse de Brabant).

    Notre article est la critique du changement d'armoiries, non de la presse.

    Ce sont les justifications apportées, tant dans l'arrêté que dans la presse, qui les a repris en les exagérant, et dans certains articles, en inventant des suppositions absentes du texte, qui sont insupportables. N'est responsable, dans une démarche officielle, que ce qui évite de susciter polémique, ou récupération, surtout lorsqu'elles sont prévisibles.

    Il n'était pas adéquat de prétendre "remédier aux risques de confusion ouvrant la voie à des usages héraldiques inappropriés et dommageables..." Si les textes sont imprécis, ou peu prévoyants, ou encore retardataires pour ce qui est du dernier arrêté, il était peu utile de le chanter.

    Croire que l'on puisse "moderniser" un blason est méconnaître la nature et la précision subtile des règles formulées au Moyen-Âge. La pensée des siècles savants était autrement plus "moderne" et plus riche que la présente époque. Et à force de tailler dans les budgets, on aura eu du mal cette fois-ci à trouver un véritable expert en science du blason.

    Une nouveauté est à saluer : l'inscription dans les trois langues officielles de la Belgique de la devise "L'Union fait la force".

    Contrairement à un titre de la presse belge que nous voulons ne pas citer, il n'est nullement question de la reine Mathilde dans le texte officiel, même indirectement. On suppose cependant que l'allusion rencontrée dans la presse : que la reine emploierait désormais le même blason que le roi ; (ce qui est inexact puisque c'était déjà le cas dans la forme qui est la sienne [armoiries personnelles de la reine et celles du roi, jointes, accolées] ; cette différence supposée, concernerait-elle les différentes "tailles" d'armoiries (a) : petites, moyennes, et les grandes qui existent par déduction mais dont la mention ne figure pas explicitement dans l'arrêté, et leur application n'y étant d'ailleurs pas précisée !..  Nous demanderons des précisions à la cour à ce sujet)... aura pris source dans une confusion de commentateurs, vraisemblablement augmentée par suite d'une simplification visuelle plus grande des blasons. (a) : l'article, par ailleurs illogique d'un bout à l'autre, dont il est fait allusion évoque un blason qui aurait été jusqu'ici plus "riche" pour le roi que la reine ; il doit s'agir des grandes armoiries, et il suffit de rechercher si la reine Paola les utilisait.

    La critique à faire est que les dispositions mentionnées plus bas pour un roi - ou une reine - ayant abdiqué, auraient dû être prises depuis au moins la passation d'Albert à Philippe... D'autant que le départ du roi Albert et de la reine Paola n'a pas été subit mais était prévu et de longue date...

    Vient maintenant, la question du lambel. 

    Alors que l'on a certainement voulu mettre en valeur la future reine des Belges, l'utilisation du lambel fait contre-effet à cette volonté compréhensible et bénéfique, mais en outre elle est redondante. En science héraldique classique, on marque une seule fois les différences des personnages au sein d'une famille. Ici c'est la fonction de la couronne qui la remplit déjà, couronne royale dans les représentations publiées, tandis que les autres princes utilisent la couronne princière au-dessus de l'écu. Mais l'arrêté, lui, n'accorde à l'héritière qu'une couronne princière.

    Y aurait-il eu une erreur dans les représentations publiées ? En tous cas on tourne en rond. Images à vérifier.

    Si l'on a choisi, contre la tradition générale héraldique qui attribue au lambel la fonction de distinguer des branches, ou des cadets de leurs aînés, il est vrai que chaque pays possède des traditions héraldiques particulières. Ici, on aura choisi le lambel pour montrer qu'il ne s'agit pas du roi ou d'une reine qui règne actuellement, (1) comme le sera un jour pour la première fois Élisabeth, mais il s'agit d'un choix très malhabile.

    Nous, à RoyautéNews, sommes perplexes.

    Reste le fait que l'écu d'Élisabeth est désormais un losange. Mais ce n'est là que l'application des habitudes héraldiques... La préciser dans un acte ne fait que souligner la rigidité administrative, qui impose de préciser, même ce qui ne l'était pas...

    Si l'on avait voulu mettre en valeur la qualité féminine de l'héritière, d'après le sexisme anti-sexiste politiquement correct, il fallait laisser (ou donner, s'il était question d'introduire le règlement d'un cas inédit) un écu masculin, une porte déjà enfoncée par la science héraldique traditionnelle... Au contraire, c'est la forme classique qui a été heureusement retenue, alors que certains journaux chantent sa féminisation... On nage dans l'invraisemblable et surtout, dans ce langage de sourds typique de la société schizophrénique ! Ce qui renvoie à la présentation non prudente critiquée en ouverture.

     

    Maintenant, l'apparition d'armoiries propres à un roi ayant abdiqué, ou à une reine comme cela sera possible plus tard, comme le roi Albert. Nous désapprouvons le choix, et qui, là aussi, emploie en redondance à la fois un lambel et une modification de l'axe du heaume. Nous le désapprouvons car il "rétrograde" de façon trop appuyée, trop radicale, le roi retiré. Pourquoi deux signes, alors qu'un seul suffit largement à distinguer deux blasons, celui du roi qui règne, et celui du roi précédent ?

    Un autre changement assez notoire est que le casque est ouvert sur la couleur noire, et non plus la couleur écarlate. La description en atteste, mais n'exprime pas qu'il y a eu changement.

    Cette similitude entre un roi retiré et les armoiries de l'héritière, malgré une différence de coloris du lambel, souligne la garde sous tutelle  (renforce le mornage...) de l'héritière... censée au contraire étre mise en lumière ; et elle est une nouvelle, contradictoire et déconcertante maladresse.

     

    Enfin, la réapparition d'un insigne familial [blason de Saxe (Saxe ancien), posé sur l'épaule du lion central, dans l'illustration ci-dessous], est une furieuse maladresse.

    Partant de la notion admise que la famille royale de Belgique, ayant été adoptée comme une dynastie nationale, il ne convient pas de nier aujourd'hui ce qui a été admis depuis 1831 !

    Préciser ici que, contrairement à la comparaison faite dans la presse avec la famille d'Angleterre qui abandonnait pendant la 1ère Guerre Mondiale les signes de son origine germanique, la cas de la famille de Belgique ne s'est jamais posé ; pas plus chez les Windsor, où il ne s'agissait que d'une précaution.

     

    Cela est même un irrespect et même une insulte notoire aux familles qui, légitimement, détenaient par droit et par priorité l'honneur de monter sur le trône de Belgique constitué en 1830, et qui en ont été écartées par la pression internationale pour une dynastie étrangère (Saxe-Cobourg) sans rapport avec la Belgique. En premier lieu, Ligne !

    La nouvelle famille royale belge est devenue en 1831 une dynastie nationale. Elle ne saurait être maintenant considérée comme une maison d'origine allemande, en raison de la fonction des blasons belges, exprimés en une forme simple, ne peuvant exprimer désormais autre chose que la dynastie belge. Nostalgie ? On a dit que le roi est attaché à son origine. Rien n'est plus légitime mais cela pourrait être interprêté, puisque, une monarchie aujourd'hui, c'est être l'instrument désigné et prédéterminé d'une critique ; mais rien n'empêche le roi Philippe de se choisir des blasons personnels.

    À décharge, il s'agit des nouveaux blasons royaux des personnes, non celui de la Belgique !

     

    1. Nous répugnons à dire "roi régnant", en raison du caractère agaçant de la formule quand il s'agit de monarchie décorative, et de l'emphase qui l'accompagne, et spécialement, pour " reine régnante" qui prête à confusion.

     

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :