• Les chevaux de batailles de Napoléon - Philippe Osché

    Les chevaux de batailles de Napoléon - Philippe Osché

    AKFG ;  16 nov. 2018 ;  153 p.;   illustrations ; 29€.

    Présentation officielle : Ce livre retrace l’épopée des chevaux de l’équipage de selle de Napoléon Bonaparte durant les quatorze années de son règne sur l’Europe.
    On y découvre leurs races, leurs origines, leurs robes et leurs destins souvent tragiques. Chaque cheval est présenté individuellement et replacé dans son contexte historique.
    On y évoque aussi l’organisation des Écuries du Premier consul, puis de l’Empereur sous la direction du Grand écuyer Armand de Caulaincourt.


    Pour la première fois, de nombreux chevaux ont été identifiés avec certitude dans des œuvres renommées de l’iconographie napoléonienne présent dans les musées et collections particulières. Un nombre important de tableaux reproduits dans cet ouvrage sont totalement inédits et n’ont, à ce jour, jamais été publiés.

    Les chevaux de batailles de Napoléon - Philippe Osché


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    TR
    Lundi 2 Septembre à 14:06

    Un ouvrage d'érudition!

    Et sans doute très utile aussi pour se faire une idée de la destinée de chevaux de guerre à l'époque moderne et peu après, voire à l'époque médiévale.

    2
    Catoneo
    Mardi 3 Septembre à 10:02

    Les livres des chevaux de guerre sont rares et chers. Ils permettent de comprendre les protocoles d'emploi de certaines races, certains caractères.

    On a dit que la fuite à Varennes fut compromise par l'emploi de chevaux d'escadron menés par des cavaliers où l'emploi de chevaux de poste menés par des chevaucheurs professionnels aurait fait gagner du temps.

    Tout ça pour dire qu'avec le temps écoulé jusqu'à Varennes, la famille "aux mains de pros de la route" aurait atteint la frontière avant que le roi n'ait faim !

      • Mercredi 4 Septembre à 00:42

        Merci de cette contribution du plus grand intérêt ! happy happy happy

    3
    TR
    Mercredi 4 Septembre à 19:15

    Je suppose que Jane Austen ne faisait pas allusion à Varennes, quand elle décrit (dans Northanger Abbey) l'arrêt long et obligatoire de la splendide chaise à quatre chevaux du général Tilney, alors que son fils aurait pu rentrer chez eux d'une traite avec le petit carrick qu'il conduisait lui-même?



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :