• Le cadre étroit ou large d'une future royauté française

    La Rédaction

    Le cadre étroit ou large d'une future royauté française

    On entend ici ou là des annonces selon lesquelles près de trente pour cent, 30% ! des Français (il y a 3 ans environ) accepteraient un roi en tête des affaires ; sans qu'il soit défini la place du souverain, le cadre dans lequel il exerce ni le type de régime auquel il serait impliqué. Mais c'est fabuleux.

    Ce que l'on sait est qu'ils sont lassés des affaires telles qu'elles sont inutilement conduites pour le moins. Cette proportion des pour le moins, des optimistes (ou naïfs ?) qui pensent qu'on peut encore améliorer les choses, peut s'évaluer environ autour du nombre de ceux qui accordent encore quelque audience à un régime (20%, en forçant beaucoup), que presque tout le monde s'accorde à reconnaître qu'il est las, plus que las, proche par nécessité de l'effondrement. Car ils ignorent qu'une autre forme de gouvernement est possible. Et il y a tous les autres !

    Choisir, dès à présent, au moins les prémisses permettrait aux Français d'éviter la période, pouvant être longue durant laquelle ils seraient pris dans la nasse d'un régime qui n'a d'autre ressource que d'appuyer toujours plus vers la vieille tentation de la république : la dictature.

    On connaît l'adage : « La république gouverne mal mais se défend bien ».

    Nous voulons faire le reproche, très net, à celles des organisations royalistes, de cacher aux Français les sondages officiels, effectués par de grands instituts, pourtant à la demande de certains d'entre eux !, par calcul tactique ou parce qu'ils ne se sentent pas prêts.

    Nous ici, à RoyautéNews, bien que la marque ne soit pas royaliste, et qu'une partie de la rédaction ne soit pas favorable aux termes actuellement définis (par les royalistes quels qu'ils soient) d'une esquisse future, vide  et ressortie d'une furieuse cacophonie d'opinions et de courants sans égale, nous voulons au contraire pointer sur le proche avenir et poser quelques principes afin de se repérer : (se démarquer d')avec les royalistes (parlant ici des royalistes militants), perdus dans des schémas obscurs et perpétuellement ressortis de la poussière d'un passé impotent.

    Nous considérons que c'est aux Français de se sensibiliser dès aujourd'hui et en masse, à des options et des principes de gouvernement, d'apport et de conception récents, et pour certains, encore en gestation. Les royalistes affirmés, engagés, sont des transmetteurs, souvent heureux, car ils apportent un témoignage et parce qu'ils ont tissé jusqu'ici le fil de l'espérance. Mais on ne peut se reposer sur eux - pas plus que de faire reproche aux héritiers ou aux prétendants - pour ce qui est d'établir les grandes options d'un monde en crise ni les applications pratiques d'un avenir pour le moins compromis. Ils doivent rester des vigies de repère, mais ceux qui veulent avancer et construire eux-mêmes l'avenir, doivent se lancer, dès à présent, et si possible avec nous.

    à suivre sur le sujet et dès ce soir, un sondage ici Explications du sondage à lire avant de voter


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    TR
    Mercredi 4 Mars à 20:33

    "Car ils ignorent qu'une autre forme de gouvernement est possible."

    C'est exactement cela. Et lorsqu'on prononce des mots tels que monarchie ou royauté, la plupart n'en ont que la très vague et très défavorable idée que leur a transmis l'école publique (et partisane); et les autres considèrent des moyens d'organisation de la société aujourd'hui complètement dépassés, et auxquels à juste titre ils ne souhaitent pas revenir, sans considérer que le principe de la monarchie est le plus souple, et permet de nombreux modes d'organisation politique et sociale.

      • Mercredi 4 Mars à 21:03

        C'est vrai, et opèrent en même temps les réflexes automatiques, que cet apprentissage conditionne aussi, réflexes plus actifs chez la majorité de la population que la réflexion.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :