• La protection des tigres d'Asie

    La Rédaction

    La protection des tigres d'Asie

    Le New York Times consacrait samedi un article à la défense des tigres d'Asie, et à la nécessité de protéger encore mieux certaines espèces de tigre, parmi celles qui existent encore en Asie.

    La population est passée de 100 000 au début du 20° siècle à quatre mille aujourd'hui. On recense même 3900 individus seulement, toutes espèces (sous-espèces) confondues, de tigres vivant à l'état naturel.

    Si par exemple au Népal, leur petit nombre a doublé récemment, pour atteindre 235 tigres, on mesure la fragilité de l'espèce.

    La mauvaise nouvelle est que la Chine vient de légaliser la corne de rhinocéros et les os de tigre utilisés pour des soins thérapeutiques et là, c'est dramatique. On sait justement que la chasse au tigre et celle du rhinocéros à des fins thérapeutiques entraînent la disparition rapide de ces deux animaux. Les efforts consentis par certains pays comme l'Inde et la Russie (Tigre de Sibérie) seront ailleurs remis en cause par cette décision chinoise. La facilitation plus grande désormais de cette chasse en d'autres pays d'Asie et risque de voir s'éteindre les sous-espèces les plus gravement menacées.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    TR
    Mardi 30 Octobre à 16:33

    Est-ce bien certain? La Chine a fait des efforts dernièrement en termes d'écologie, cette nouvelle m'étonne autant qu'elle me choque.

      • Mardi 30 Octobre à 17:03

        L'info est malheureusement exacte. erf En outre est autorisée la vente au titre des œuvres d'art et de la recherche scientifique.

        Autrement dit, la gamme a été élargie.

        Cet été les douanes chinoises ont saisi (un record) 156 défenses d'éléphant...

        Il n'est pas impossible - bien que ce facteur ne soit pas le seul - que la prétention tous azimuts de l'Occident, remettant en cause les vertus thérapeutiques des produits issus de ces animaux ait pu, par réaction, contribuer à remettre en cause cette interdiction prise il y a vingt-cinq ans.

        On ne se moque pas impunément des chinois. Nation désireuse de dominer aujourd'hui le monde ou, en tous cas, décidée à n'accepter aucune entrave sur sa route. Mais les publicateurs d'oukases nimbés de leur supériorité ne peuvent pas le comprendre.

        Espérons que cette décision s'appliquera seulement au commerce issu des animaux élevés en captivité (6000 tigres en chine, par rapport aux 3900 environ demeurant à l'état sauvage sur tout le continent asiatique). Reste la question des rhinos et des éléphants, d'autant qu'une des filières de demande aboutit au Vietnam pour la guérison de cancers depuis les années 2000.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :