• La mémoire d'Antoine de Tounens

    La Rédaction

    Comme son secrétariat nous en a fait part, le Chef de la maison royale d'Araucanie Philippe Orllie s'est récemment adressé à M. Pierre Mollier, responsable des archives et dignitaire du Grand-Orient de France, concernant la mémoire d'Antoine de Tounens.

    Il a demandé qu'il ne soit plus fait état, ni de mise en relief de la part de cette obédience, d'une appartenance d'Antoine de Tounens à la Franc-Maçonnerie, ce dernier ayant clairement rompu cette appartenance.

    Il a rejetté les allégations d'un auteur, J. F. Gareyte, qui a publié depuis deux ans un ouvrage en deux tomes consacré à l'illustre Français selon lesquelles celui-ci se serait rapproché de la Franc-Maçonnerie vers la fin de sa vie.

    Mais au-delà de cette allégation, ce qui est rejetté par le chef de la maison royale est cette colonisation du nom et de la personne d'un personnage génial dont le mérite fut de s'appartenir toute son existence, ce qui doit exclure toute tentative d'appropriation comme toute corruption de sa mémoire.

    Pour cela, on ne peut se prévaloir du premier roi d'Araucanie en s'attardant sur ce qui ne peut, et ne doit être qu'un détail de son existence, et dont le rappel un peu trop appuyé « revient à brouiller son image ».

    Antoine de Tounens, selon Philippe Orllie appartient à sa famille, au royaume qu'il a fondé, à ceux qui l'admirent, et enfin, il s'appartient, pour l'éternité à lui-même.

    Il indique que l'extrait de cette remarque adressée à M. Mollier sera communiquée ultérieurement au public.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :