• La France russe - Nicolas Hénin

    La France russe - Nicolas Hénin -

    Fayard ; paru le 25 Mai 2016 ; 321 p.;  19 €

    Résumé de l'éditeur : « Pourquoi un parlementaire français piétine-t-il la politique de son pays, rencontre un dictateur, reconnaît un référendum illégal et tient un discours façonné à Moscou ? Comment se fait-il que vos réseaux sociaux soient envahis d'articles partagés par vos amis mais financés par le Kremlin ? Saviez-vous que les services de renseignement russes consacrent à la France autant de moyens que lors de la Guerre froide ? Comme du temps du Komintern, où l'Union soviétique finançait des "partis frères", Moscou achète aujourd'hui ses soutiens.
    Cette enquête décrypte ce qu'est le poutinisme considéré par certains comme un modèle de civilisation, révèle les revirements spectaculaires d'hommes politiques de premier plan, les opérations d'espionnage du Kremlin et sa guerre de propagande. L'objectif de Poutine : fragiliser l'opinion publique française, briser la solidarité au sein de l'Europe et faciliter l'accession au pouvoir d'un parti populiste.
    Quitte à faire plonger le monde dans une nouvelle guerre froide. »

    Ce livre tombe à pic encore mieux aujourd'hui avec l'annonce du rapprochement turco-russe et les avertissements émis par Erdogan aux Etats-Unis. Il faut se méfier grandement des alliances turco-russes. Elles pourraient déclencher le basculement en un jour nécessairement proche non seulement des équilibres actuels en Europe, il est vrai, indécis, et surtout de la paix internationale.   Rédaction de Royauté-News

    La France russe - Nicolas Hénin


  • Commentaires

    1
    TR
    Mardi 9 Août 2016 à 20:00

    Certainement beaucoup moins de moyens, pourtant, que les États-Unis...

    Je trouve qu'à notre époque, pour peu (hélas l'Éducation nationale prive la plupart de ses élèves de cette capacité) que l'on sache lire un article, discerner les faits et les méthodes des journalistes pour nous faire croire le contraire des faits dont ils donnent des éléments, on peut plus facilement qu'en d'autres temps se faire une idée de l'énormité, de la toute-puissance de la vague médiatique pro-américaine (ce terme est inexact : la politique américaine n'est pas réellement pro-américaine, mais à l'avantage de quelques intérêts) qui nous submerge.

    Bien sûr, on ne peut pas tomber dans le piège d'une canonisation "santo subito" de Vladimir Poutine, et c'est encore plus vrai avec Erdogan, qui certes vient de déjouer un coup d'État américano-islamiste, mais qui n'en est pas moins un islamiste lui-même.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :