• L'origine de la maison de Dampierre - Royauté-News

    Par la Rédaction de Royauté-News

    A l'occasion du mariage de la Princesse Alix de Ligne et du Comte Guillaume de Dampierre, célébré aujourd'hui en Belgique, nous publions les conclusions annoncées au temps des fiançailles d'Amelia d'Orléans et Bragance. Notre article du 18 février Alix de Ligne et Guillaume de Dampierre - destins familiaux est consultable ici. Il aboutit à l'étude que nous avions consacrée à la famille Spearman, à laquelle avait considérablement contribué Dom José Palmeiro Mendes, avec son savoir de bénédictin et membre de l'équipe des généalogistes de Royauté-News, par ailleurs responsable de l'enquête en béatification d'Isabelle de Bragance.

    En l'honneur de ce mariage, des nombreux liens familiaux de membres de notre Site avec les familles des mariés, et des liens personnels entre la Maison Impériale du Brésil et notre Site, l'un des membres de notre direction ayant eu l'honneur d'être reçu pas Dom Luiz, Chef de la Maison Impériale, nous avons souhaité attendre aujourd'hui pour publier le résultat d'une étude commencée il y a plusieurs années et complétée par phases, effectuée par le noyau fixe des généalogistes du Site (RN 1 et RN 2) et après avoir apporté nos conclusions à la famille des futurs mariés.

    Rectifions les erreurs d'un site brésilien, CausaImpérial, qui place allègrement les Dampierre actuels, tout en les confondant avec les Dampierre illustres, dans une "moyenne noblesse française" (!!!) - catégorie au reste qui n'existe que dans l'imagination - et qui place (aussi...) la famille de Casteja dans la "moyenne noblesse française" après avoir été anoblie au 19° siècle... alors qu'elle provient du XII° siècle !

    Nous publierons un article à part la semaine prochaine au sujet des différentes familles ayant arboré le nom de Dampierre, car il subsiste pas mal de confusion.

    Sans entrer dans un détail qui n'a de sens que pour les familles concernées et pour les experts en généalogie, nous voulions dire l'essentiel. L'enjeu était de prononcer sur la possibilité d'un rattachement, et nous l'avions déjà annoncé sur notre Site et sur un autre support (pour les lecteurs de Régine). Mais il fallait aller plus loin.

    Le rattachement supposé par certains n'avait aucune base solide car il faisait intervenir une époque plus tardive, bien connue, et dont il ne se trouvait aucune trace ni surtout aucune vraisemblance par rapport aux données établies. En outre, existaient en Picardie des Dampierre à une période très antérieure... Plaçant déjà les Dampierre Picards dans une illustre origine. Mais qui fermait si besoin cette hypothèse du rattachement.

    Mais ceux qui avaient crû en la possibilité d'un rattachement ne se trompaient pas entièrement !

     

    En 2014, la Princesse Amelia d'Orléans et Bragance, double cousine germaine de la Princesse Alix de Ligne qui se marie aujourd'hui, épousait M. James Spearman, d'une famille très ancienne attachée par la tradition à l'illustre maison d'Aspremont.

    Cette maison d'Aspremont entretenait d'ailleurs des rapports de proximité, et ont eu des alliances, nombreuses, avec l'Illustre maison champenoise de Dampierre. Il existe au moins un lien direct entre les deux couples cousins, c'est-à-dire entre James Spearman et celui qui devient son beau-frère aujourd'hui. (Mais aussi bien sûr des alliances de la maison d'aspremont avec l'illustre maison de Ligne, établissant un lien entre les époux Spearman).

    Mieux encore : la descendance de cette grande maison d'Aspremont (éteinte il y a des siècles), comporte un lien direct avec la maison de Ligne, dont le Chef est le Prince d'Amblise. Descendante de la maison d'Aspremont, elle n'y était pas étrangère, lorsque la maison de Ligne acquit plus tard la Principauté d'Amblise, dont elle porte toujours le titre aujourd'hui.

     

    Une origine champenoise  double

     

    Nous pouvons distinguer les différentes époques de la maison de Dampierre picarde grâce à  un établissement suivi. Nous avons été très impressionnés par la grandeur des Picards anciens, que nous ne soupçonnions pas. Se dégagent des époques, plus clairement définies, jusqu'à nos jours. La première conclusion est que l'on observe, à l'époque qui va du XII° jusqu'à la moitié du XV° siècle, une position que l'on peut estimer à la même hauteur que les Dampierre de Champagne. Ces derniers ont retenu l'attention de l'Histoire, et même ont sans doute en partie éclipsé les Dampierre picards, par l'éclat extraordinaire qui fut le leur en recevant l'héritage Bourbon, le Comté de Flandres, et le fait d'être continués par l'Illustre maison de Châtillon.

     

    Nous affirmons, pour la première fois, et de façon absolue qu'il existe de manière ferme un lien d'origine direct entre la maison actuelle des Dampierre picards et normands, et la maison si illustre dans l'Histoire, champenoise, qui a porté les noms de Bourbon et de Flandres. Tandis que nous avions seulement laissé entendre jusqu'ici, que cette possibilité existait (mais à une époque ancienne) et nous n'avions pour elle pas d'éléments précis et au contraire, elle se heurtait à certaines contradictions aujourd'hui levées.

    Nous nous heurtions, et d'autres que nous étaient dans le même cas, à l'ancienneté toujours confirmée et toujours un peu plus reculée, des Dampierre picards au fur et à mesure que des documents répertoriés, venaient à notre connaissance.

    Auparavant, et malgré une présence attestée en Picardie de cette branche des Dampierre, au début du XIII° avec évidence d'existence antérieure, et repoussée par documents jusqu'au milieu du XII°, on ne disposait par exemple d'aucune information précise sur leurs fiefs.

    Que non seulement il existe grâce à notre étude un lien établi (comprendre : de nombreux liens réunis) mais aussi que l'appartenance à la même origine des anciens Dampierre illustres et champenois et des Dampierre picards, s'appuie sur la présence d'une succession suivie (bien que ne soit pas discernée pour l'instant, une filiation et elle n'a pas été recherchée, elle n'est pas nécessaire en elle-même). C'est-à-dire que nous savons pourquoi il s'avère exister identité entre les deux maisons.

    En outre, - cela plaira à ceux qui espéraient  que ce rattachement s'effectue pas la ligne masculine - il faut leur affirmer que non seulement rien ne s'y oppose, et même que cette appartenance masculine est logique et même évidente dès lors qu'on aperçoit tous les indices de cette succession.

    Que l'identité entre les Dampierre picards installés à la frontière normande, et les illustres Dampierre devenus pour une branche Sires de Bourbon, et ancêtres de tous les Bourbons Capétiens, et pour une autre, Comtes de Flandres, est totale.

    Il y eut, ce que l'on ignorait, des relations directes et permanentes entre ces deux grandes branches des Dampierre qui désormais ne font qu'une maison, des relations non occasionnelles mais soutenues par une continuité d'alliances et un croisement dans les positions occupées au plus haut rang du service des rois. On peut même observer qu'au fur et à mesure que la branche puissante de l'illustre maison lançait ses derniers feux, la maison picarde s'élevait dans son sillage à la hauteur, du point de vue des charges, des plus grandes maisons du royaume, rejoignant ainsi la branche Champenoise, tandis qu'elle était déjà une maison illustre parmi les plus notoires.

    ______

    Pour l'anecdote, le futur marié, Guillaume de Dampierre, compte parmi ses ancêtres un Picot de Dampierre, d'une branche de cette grande famille qui avait acheté l'un des domaines d'origine de l'illustre maison de Dampierre, qui lui, est situé dans l'Aube, portant le même nom.

    _________

    Il y eut deux lieux principaux dans l'histoire originelle de l'illustre maison de Dampierre et de la non-moins illustre maison picarde de Dampierre : un de leurs berceaux. Il est double. Il se situe en Haute-Marne.

    Dampierre-le-Château, occupé dès le XII° siècle au moins. Il n'en reste qu'une motte féodale dont la base a une longueur de 120 mètres et où s'élevait un puissant château.

    Vieil-Dampierre, situé juste à côté, (même site géographique) existant déjà au XI° siècle est une autre motte féodale des Dampierre. Cette première motte, d'après des historiens et archéologues, aurait été abandonnée au XII° s. pour Dampierre-le-Château.

    L'histoire très ancienne de Vieux-Dampierre est liée intimement à l'histoire familiale de l'un des membres de notre rédaction mais elle appartient à une autre époque et à un autre sujet. Elle ouvrirait la question de l'origine des Dampierre. Jusqu'ici, aucune étude n'a été publiée, mais cependant, un généalogiste désormais classique (20°s.) (1) plaçait l'origine des Dampierre dans la maison de Hainaut... Origine qui n'est sans doute pas si éloignée de la réalité.

     

    L'origine de la maison de Dampierre - Royauté-News

    Le Château de Beloeil - La Libre Belgique -

    1. Il s'agit de Jougla. Mais d'autres auteurs avaient désigné cette origine, selon nous logique. Précision apportée le 11 08 2017.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :