• Nous avons interrogé l'un des neuf porte-paroles et responsable des relations publiques du CNT, le Conseil National de Transition, dont les affiches ont été visibles aujourd'hui et après qu'une vidéo (utilisant l'image d'Anonymous [qui a démenti en être l'auteur] consultée hier après-midi à plus de 2,2 millions de fois, annonce une mobilisation le 14 Juillet 2015 Place de la Concorde dans le but de remettre le pouvoir au peuple. Une autre vidéo affichait hier soir 1,7 millions de fois, bien que comme la première, elle n'émane pas du CNT.

    L'originalité du CNT est qu'elle se fonde sur des références solides que sont les précédents Conseils Nationaux de Transition reconnus par des pouvoirs en place comme le pouvoir français.

    Comme Royauté-News s'était prononcé (2011) en faveur du Revenu Universel, le contenu de certaines propositions du CNT a attiré notre oeil.

    TF1 (Clic) et de nombreux médias, LCI, I-Télé, ont déjà parlé ces derniers jours du Mouvement du 14 Juillet, et il était bon d'en savoir plus sur ce mouvement du CNT et sur ce qu'il propose.

     

    Royauté-News : Veuillez présentez votre mouvement, sa justification et ses buts au public, et si vous pensez que ce même public va vous suivre compte-tenu de l'existence d'autres mouvements de relève [royalistes, par exemple ; inventeurs de la VI° République ; ou autres...] ainsi que la quasi-certitude que désormais le RBM sera de la partie dès 2017 ?

    Jean-Jacques Yvars : - Le Conseil National de Transition (CNT) est un collectif citoyen apolitique et pacifique. Notre structure interne est fractale (horizontale), pour placer tous les individus au même niveau d'écoute et de droits. Nous prenons toutes nos décisions de façon démocratique et la majorité l'emporte. Notre vision de la démocratie est tellement affinée, que la question qui est posée au collectif fait elle-même l'objet d'un débat démocratique préalable, avant d'être posée. Ainsi, nous pouvons garantir que les questions et les décisions ne peuvent en aucun cas être influencées, dans l'objectif sournois d'amener le collectif à prendre des décisions contraire aux intérêts des citoyens qui le composent.

    Le CNT prône des valeurs pacifiques et humanistes. L'être humain et l'environnement sont au centre des préoccupations. L'un des objectifs du CNT est d'amener le peuple de France à prendre conscience qu'il ne vit pas dans une vraie démocratie, que la Constitution française doit être ré-écrite pour protéger le peuple de la corruption et de la trahison politique. Sans ces deux engagements, il ne pourra jamais y avoir de réels et profonds changements en faveur du peuple. Depuis mars 2014, nous diffusons nos idées sur internet et lors de réunions publiques. Beaucoup de citoyens français nous on déjà rejoints, mais pour être sûr de gagner ce combat, nous devions alerter davantage. Dans cet objectif, nous avons inventé le "Mouvement du 14 juillet", qui est une matérialisation du CNT.

    L'objectif avoué du Mouvement du 14 juillet est que seule une action concertée de citoyens bien informés, peut donc, par une opération directe, imposer une vraie démocratie dans laquelle chaque citoyen pourra intervenir concrètement en votant les lois, plutôt que pour des hommes qui font les lois. Ce Mouvement du 14 juillet n'est donc pas une simple manifestation de plus, mais une véritable prise de pouvoir du peuple, légitimée par un Conseil National de Transition.

    Royauté-News : Vous considérez-vous en phase avec la tradition républicaine, puisque vous parlez des valeurs du 14 Juillet, et dans ce cas, vous référez-vous plutôt au 14 Juillet 1790 qui figurait au départ comme l'une des deux références lorsque la fête nationale a été créée (1880), la deuxième ayant été escamotée par les puissances politiques françaises ?
     De même, comment peut s'inscrire la vision royaliste qui propose depuis longtemps, à travers des mouvances différentes, de réécrire les institutions pour les restituer pour l'essentiel, au Peuple, dans votre démarche ?
     
    Jean-Jacques Yvars : Globalement, notre vision du 14 juillet est bien plus naïve et festive que cela. C'est une grande fête pacifique que nous organisons, mais une fête pas comme les autres. Nous voulons impérativement nous libérer d'un système qui fabrique l'oppression, la dictature à doses homéopathiques et la trahison systématique des politiques.
     
    Notre collectif aimerait rendre le pouvoir au peuple. Et dans une démocratie réelle, il est peu probable de savoir à l'avance ce qu'il en fera.
     
    Royauté-News : Mais en réalité vous ne comptez pas obtenir, le 14 prochain, un mouvement suffisamment fort pour demander le départ du Gouvernement ?
    Jean-Jacques Yvars : - Le modèle que nous proposons se nomme la Démosophie (La Sagesse du Peuple). Mais ce n'est pas forcément celui qui sera choisi par le peuple. Il faut s'imaginer la démosophie comme une lumière qui vous éclaire dans la nuit, vous permettant ainsi de trouver des nouveaux chemins. En ce sens, la démosophie fait la brillante démonstration qu'il existe d'autres modèles de société, et que nous avons tout à gagner en changeant de modèle dans les meilleurs délais. Nous avons opté pour le 14 juillet pour l'aspect symbolique de cette date, mais aussi parce que nous n'avions plus le choix. Le gouvernement en place ayant décidé de signer le traité TAFTA courant 2015, il nous fallait agir dans l'urgence.

    Nos statistiques parlent de plusieurs centaines de milliers de personnes au bas mot. D'autres évoquent des chiffres plus éloquents, variants entre 1,2 et 2 millions de personnes. L'opération est totalement basée sur le nombre. Plus nous serons nombreux, plus le gouvernement n'aura pas d'autre choix que de céder sa place au peuple.
    Royauté-News : Vous mentionnez le TAFTA. On peut rajouter TISA ? Jean-Jacques Yvars : Bien sûr. Les deux traités sont sur la liste. Ils sont le reflet du désir des sociétés américaines d'imposer aux français leur vision oligarchique et suprématiste du pouvoir financier.
     
    Royauté-News : Si l'opération escomptée ne réussissait pas cette fois-ci, serait-elle répétée ?
    Jean-Jacques Yvars : - Absolument. Le collectif a prévu toutes les éventualités. Le mouvement du 14 juillet a été inventé en mars 2014, et continuera d'exister tant et aussi longtemps qu'il le faudra.
     
    Royauté-News : Le CNT se place-t-il hors de toute idéologie, du moins de toute idéologie politique classique sauf la liberté des Peuples ?
    Jean-Jacques Yvars : Le CNT est un outil légal que le peuple utilise pour reprendre son pouvoir. Il n'a pas à mettre en avant une idéologie quelconque...
    Royauté-News : Vous avez inversé la devise française, plaçant la Liberté en 3° position, le mot de Fraternité prenant la 1ère place, est-ce un message, de "reléguer" la Liberté, ou de mettre en valeur la Fraternité presque souvent abandonnée, ou simplement, un moyen de vous démarquer ?
    Jean-Jacques Yvars : - Le collectif est encore partagé sur ce point. Chacun voit ça un peu à sa façon. Personnellement, je n'y aurais pas touché. C'est au peuple tout entier de changer cela, s'il le souhaite. Mais ce n'est qu'un site internet, donc les possibilités sont ouvertes.
    Royauté-News : Avez-vous un lien avec Dieudonné ou avec Soral, comme le prétend le magazine Les Inrocks ?
     
    Jean-Jacques Yvars : Non, aucun. On nous accuse souvent d'avoir des "liens" avec toutes sortes de personnes et même avec des partis politiques. La société française est très politisée et cela étonne qu'un collectif apolitique puisse exister dans notre pays. Alors, les colleurs d'étiquettes d'en donne à cœur joie. Le premier article qui parlait du CNT était publié dans un petit journal qui disait que nous étions un groupuscule d'extrême-droite. Le lendemain, un autre journal titrait que nous étions d'extrême-gauche. Chaque jour, on apprend qu'on a rejoint tel ou tel groupe... C'est ridicule.
     
    Royauté-News Avez-vous un lien avec la MPT (La Marche pour Tous) comme on le prétend (les Inrocks je crois) ?
    Jean-Jacques Yvars :  Un "lien", non, pas à ma connaissance. Nous avons été abordé il y a quelques jours par une jeune journaliste qui voulait une interview. Je me souviens qu'un article a été publié sur leur site.
     
    Royauté-News : En parlant de la Démosophie, vous avez anticipé sur ma question sur le rôle d'Eric Fiorile, qui a lancé le Mouvement du 14 Juillet d'après le même magazine... S'agit-il d'une réunion d'activistes, qualifiés de complotistes par les Inrocks et par des goupements de type antifasciste ?
     
    Jean-Jacques Yvars : - Qu'est-ce qu'un activiste, si ce n'est une personne qui privilégie l'action. J'ai beau regarder autour de moi, je ne vois de complotistes que sur des sites internet très spécialisés. De nos jours, nul besoin d'être complotiste pour avoir envie de changements.

    Royauté-News : Croyez-vous que le buzz suffise à mobiliser un grand nombre, autour d'une équipe finalement très resserrée et dépourvue semble-t-il, de moyens ?
    Jean-Jacques Yvars : - Oui, notre collectif a misé à la fois sur la communication internet et l'action sur le terrain. Nous sommes certains qu'il y a aura beaucoup de monde pour nous rejoindre le 14 juillet 2015 à la Place de la Concorde.
     
    Royauté-News : Faut-il retenir du CNT qu'il est une émanation de la colère grandissante et généralisée devant des dirigeants et un système désavoués ; désavoués par l'opinion, et surtout désavoués par leur bilan tragique ?
     
    Jean-Jacques Yvars : - Oui, on peut dire ça. A la différence que notre collectif apporte des solutions politiques, économiques et environnementales. Il ne se contente pas de crier à la trahison ou au mensonge, sans jamais apporter de solution de remplacement. Abraham Lincoln a dit : "On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps." Ainsi, le peuple de France s'est réveillé et réclame enfin ce qui lui revient de droit : sa liberté et son pouvoir.
     
    Royauté-News : Peut-on dire que l'épouvantail complotiste a été agité parce que, sans doute, certains pouvoirs, et jusqu'à certaines officines (parfois sincères) redoutent votre idée, surtout, parce qu'ils savent qu'une étincelle bien préparée a un jour toutes les chances de réussir... ?
    Jean-Jacques Yvars : Que l'idée et le concept du CNT fassent peur jusqu'aux sphères étatiques, est une certitude absolue. Nous recevons des échos clairs à ce sujet. Il faut cependant redouter que certains petits mouvements qui se servent du Mouvement du 14 juillet pour se faire connaître, ne finissent par se faire absorber, malgré eux, par quelques politiques désireux de garder le contrôle en cas de prise de pouvoir soudaine. Notre collectif est extrêmement vigilant à ce sujet.
     
    Royauté-News : La vidéo vue 2,2 millions de fois sur Internet : donc, elle n'émane pas de vous. Mais vous vous approuvez son contenu ?
    Jean-Jacques Yvars : - Plus ou moins. C'est un peu comme la bande annonce d'un film de série B. J'y vois des relations avec "le nouvel ordre mondial", sujet contesté et contestable. Pour moi, l'essentiel est que l'auteur ait utilisé la date du 14 juillet 2015 et la Place de la Concorde comme lieu de rendez-vous. Ensuite c'est à nous d'éclairer le peuple sur nos objectifs. Notre collectif a proposé de nombreuses vidéos sur internet, mais aucune ne ressemble de près ou de loin à celle-ci. Nous ne l'avons d'ailleurs jamais diffusé sur notre site internet, puisque nous n'en sommes pas les auteurs.Il y a peu de chances que le collectif puisse un jour approuver sa diffusion.
     
    Royauté-News : Est-il exact que des péages autoroutiers soient ouverts par certains de vos partisans ?
    Jean-Jacques Yvars : - Bien sûr ! Nous sommes très actifs sur tout le territoire français et nous ne cherchons même pas à le cacher. Nous n'avons plus peur. Bien au contraire, nous filmons et publions toutes nos interventions et interactions avec le peuple et les forces de l'ordre. Ces autoroutes appartiennent aux français qui les ont payées avec leurs impôts. Pourquoi devrait t-on continuer de payer ce qui est à nous ?
     
    Royauté-News : Le rendez-vous du 14 entre-t-il dans une manifestation autorisée ?
    Jean-Jacques Yvars : Non. Il n'y a pas d'autorisation particulière et nous n'en n'avons pas besoin. Nous n'avons plus peur.
    Royauté-News : Craignez-vous que les forces de l'ordre vous dispersent ?
    Jean-Jacques Yvars : Le collectif s'est arrangé pour que ça n'arrive pas. Si nous sommes assez nombreux, il n'y aura pas suffisamment d'agents sur le terrain pour nous disperser.
    Royauté-News : Sommes-nous entrés dans une culture de l'expression spontanée : manifestations pacifiques, soulèvements de masse, qu'il s'agisse des Printemps arabes ou du mouvement des Veilleurs (entre autres) ?

    Jean-Jacques Yvars : Ce que l'on nomme communément "révolution" est d'abord un coup d'état organisé par des militaires. En ce qui concerne notre collectif, c'est une révolution pacifique et citoyenne qui, un peu comme en Géorgie, a mené à la démission du président Edouard Chevardnadze en 2003. Toute l'opération est basée sur le nombre. Alors, il faut venir nombreux.

    Jean-Jacques Yvars pour le CNT

    Quelques liens vers les péages autoroutiers où opère le CNT :

    Péage d'Olivet : https://www.youtube.com/watch?v=5xG1rPy4b-A
    Carrefour : https://youtu.be/Fmqxcqb5lhE
    Charente-Maritime : https://youtu.be/WyTOQtqbL1A
    Paca : https://youtu.be/pnVLRGrPHUA
    Beynost : https://youtu.be/wS_6x8cQqXo
    Nantes : http://www.dailymotion.com/video/x2wnc3v_operation-lever-les-barrieres-du-4-juillet-2015_news


    6 commentaires
  •  

    13

     

     

    L'interview-express de Laurent Bouvet sur la reconstruction du Château de Saint-Cloud.

     

    Le Château de Saint-Cloud a été incendié durant la Guerre de 1870. Le reconstruire, est l'ambition de Laurent Bouvet. Il a déjà reçu de nombreux soutiens de tous ordres, et le 4 Avril 2012, il était reçu à l'Elysée par le Conseiller culturel du Président. Il a également été reçu l'an dernier par le Conseiller pour le patrimoine de celui qui est l'actuel Président.

     

    Comme me l'a précisé à nouveau son auteur que cette reconstruction ne serait pas à la charge de l'état, et que même son démarrage ne nécéssiterait pas de fonds publics, mais seulement une aide du mécénat privé.

     

    Dans le comité d'honneur de ce projet, vers 2010 figurait seul Charles-Philippe d'Orléans pour sa famille. J'avais suggéré d'y faire figurer plutôt le Comte de Paris, où il siège depuis.

     

    Un dîner de gala pour Reconstruisons Saint-Cloud ! a été organisé le 26 Juin 2012.

     

     

     RN 1 : Quelle est l'utilité de ce projet aujourd'hui ?
     
     - A la fois historique, patrimonial, et économique, dans son aspect de richesse et d'emplois. Aujourd'hui encore, beaucoup, même parmi les habitants, ignorent qu'il existait un château. Il s'agit de le faire ressurgir, d'apprendre qu'il n'existait  pas seulement un grand parc.
     
     Quel était votre but à l'origine : intérêt pour le Patrimoine en général, ou une raison particulière pour cet ancien monument ?
     
    J'ai été fasciné par le chantier médiéval de Guédelon (dans l'Yonne). Ils ont créé de toutes pièces depuis une quinzaine d'années des attractions, financées à 105 ou 110%, avec bénéfice. C'était une création originale, car au Moyen-Age à  Guédelon, il n'existait pas de château, et il ne s'agit pas d'une copie d'un château existant. Donc c'est une création nouvelle. Pour Saint-Cloud, on pourrait transposer ce modèle écologique à un monument historique disparu.
     
     Pourrait-on envisager le château reconstruit, comme une résidence pour un futur chef de l'état ?
     
    - Plusieurs chefs d'état ont résidé à Saint-Cloud. Mais elle servait de résidence d'été, et à ma connaissance, comme l'Elysée aujourd'hui, le parc était entièrement clos; et on n'y entrait pas comme dans un moulin. Mais cela n'aurait pas grand intérêt. Il existe suffisamment de résidences, comme Rambouillet ou Champs-sur-Marne.
     
      ... le lien avec le projet de reconstruction des Tuileries ?
    - Pour le promoteur de ce projet, Alain Boumier, (mort en 2009), le Parc de Tuileries devait être adossé à un bâtiment. A Saint-Cloud, le parc serait justifié, et il y a des pans entiers de l'Histoire de France, et c'est suffisant pour rebâtir Saint-Cloud. Mais la différence à 90 % avec les Tuileries, c'est le Louvre, alors qu'à Saint-Cloud plus rien ne se rattache et le Parc est orphelin. 
     Ce parc de 460 ha dans les Hauts-de-Seine a une valeur inestimable, une valeur patrimoniale extraordinaire. Si on y ajoutait un patrimoine précieux exploitable, cela lui donnerait une très haute valeur ajoutée.

     Pourquoi le château n'avait-il pas été relevé ?

    - Le seul moment aurait été sitôt après la destruction. Ensuite, les gens ont pris leur parti, et les nouvelles générations n'ont pas connu le château. Après les combats de 1870, la ville était à reconstruire, la priorité était de reconstruire la ville et de loger les habitants, non de rappeler le souvenir de souverains déchus. Aujourd'hui, il n'y a pas d'impossibilité car l'entier parc demeure vierge de toute construction. On ne voit pas pourquoi on ne le reconstruirait pas, alors qu'on dispose de photos et de plans. Il n'y aurait pas de charge supplémentaire pour entretenir le parc puisqu'il existe déjà.

      Quelles qualités ce projet mettra-t-il en avant ?
    - Ce seront celles des métiers d'art. Ainsi qu'une création d'emploi pérenne autofinancée et par la proximité de Paris et par l'intérêt architectural et patrimonial de ce château et donc ce ne serait pas un boulet pour l'état.

      Sera-t-il une vitrine de la qualité française ?

    - Surtout, cela permettra de montrer que le savoir-faire français n'a pas disparu avec les siècles, et il sera d'un intérêt bien supérieur, que Versailles, Compiègne, Fontainebleau : on peut toujours dire que les savoir-faire magnifiques appartiennent au passé, tandis que la reconstruction à l'identique du Château de Saint-Cloud dans les règles de l'art montrera que les savoir-faire existent toujours et, démontrés devant le public, on verrait bien qu'ils demeurent contemporains. D'ailleurs le projet a reçu le soutien des Compagnons du Tour de France. Saint-Cloud a un intérêt continental et intercontinental, notamment pour les touristes. Il couvre deux siècles d'Histoire. Pierre le Grand, Gustave de Suède, la Reine Victoria, Abd-El-Khader, le Bey de Tunis... ont été reçus à Saint-Cloud.
     
    Récemment on a associé votre nom à la Jet-Set.
     Vous revendiquez ?

    Cela s'explique par l'aide précieuse de Massimo Gargia, qui nous a permis de réaliser notre dîner de gala, et je le remercie beaucoup !  Je le prends comme un clin d'oeil ! Tant mieux si cela permet de contrecarrer l'aspect royaliste et  poussiéreux, en donnant une touche moderne, fun, et l'associant à ce projet et non les vieilles barbes de la noblesse.
     
     Existe-t-il une sympathie dans la population pour cette reconstruction ?
     
    En dépit des 85 articles de presse, la quasi-totalité de la population est ignorante du projet. Et même pour les habitants de Saint-Cloud, et, plus grave encore, sur la Chaîne Public Sénat, le journaliste, qui habite Saint-Cloud, a rencontré un habitant qui habite Saint-Cloud depuis trente ans et qui ignorait qu'il existait autrefois un château à Saint-Cloud.
     
     En trois mots, comment définiriez-vous le projet ?
     
    - Un projet de reconstruction auto-financé par les visiteurs d'un monument historique disparu.
     

     

     

    Un clic ici pour les images en grand de cet article.

     

    Voici le lien pour visiter le site Reconstruisons Saint Cloud !

     


    2 commentaires
  •  

     

    Certains sujets font naturellement partie des causes défendues sur le site. C'est le cas de la protection de la Nature et de la protection animale, l'extension urbaine, ou celui de la protection sociale qui n'a jamais été aussi indispensable.

     

    Royauté-News a interrogé pour une interview express Patrick de Villenoisy, candidat à l'élection présidentielle  (Alliance Royale) sur ces trois sujets suivants qui n'appartiennent pas à la seule arène politique, laquelle ne nous concerne pas, mais qui sont des sujets majeurs.

     

     

    Royauté-News :  Elu président, stopperiez-vous la folle extension des villes, encouragée aussi bien, par de nombreux responsables d'un côté comme de l'autre du paysage public français ?

    Patrick de Villenoisy : Oui, il faut que les villes soient maintenues dans des tailles humaines. Il faut qu'il y ait une mixité sociale et éviter les ghettos. La personne humaine doit être au centre des projets.

    Royauté-News :  Maintiendriez-vous un Service public social de base, protégeant ceux qui en ont besoin : minimum garanti pour tous, [ éventuellement proportionnel selon sa situation : inactifs, ou chômeurs ] et avec accès aux soins ?
     
    Patrick de Villenoisy :  - Nous voulons profondément modifier l'attribution et surtout le financement des prestations sociales. Dans le système actuel, elles dépendent du salaire, excluant ainsi et de fait tout ceux qui trop jeunes, n'ayant jamais travaillé ou exclus pour toute autre raison ne perçoivent pas ces prestations. Nous voulons que le social dépende de la loi de finance et soit voté pour l'ensemble des citoyens et donc sans rapport avec l'emploi ou le salaire. Il en résulterait aussi une diminution des charges des entreprises avec toutes les conséquences positives pour l'emploi.                                            
                                                 
    Royauté-News :  Interdiriez-vous la vivisection, d'une part, et d'autre part toutes les pratiques barbares comme l'élevage en batterie et celles des chaînes d'abattage du bétail ?
     
    Patrick de Villenoisy : - Nous sommes résolument favorables à la qualité des produits alimentaires ce qui implique de proscrire l'élevage en batterie. Je suis aussi contre la vivisection qui ne répond à aucune nécessité scientifique et dont on peut se passer sans problème pour la recherche. Ce sont des pratiques dépassées et barbares que je réprouve totalement.
     
    09                      
     

    6 commentaires