• L'inattaquable succession des Grimaldi à Monaco

    La Rédaction      Cet article pourra être amélioré.

    La succession des Grimaldi

    La parution, sur un blog d'origine très récente, dont nous ne donnerons pas le nom, diffusant à haute dose (dans quel but ?) des contenus faciles en "prêt-à-lire" et contestant la succession chez les Grimaldi, amène une mise au point.

    L'auteur attaque la légitimité des Princes de Monaco depuis Louis II, avec la plus grande virulence. Sur le fond, il prétend que la succession aurait été arrangée. Et remet en cause la légitimité du Prince Rainier... Sur la base de ce qui pour nous est un véritable roman.

     

    À noter que dès sa parution, ou à tout le moins deux jours plus tard, cet article n'autorisait pas les commentaires, ce qui laisse supposer que le rédacteur, le même signant tous les articles, craint certainement la critique. La parution à cadence accélérée d'articles, sans intérêt car on trouve leur semblable sur tant d'autres parutions, sur les faits et gestes du Gotha, fait entendre qu'il voudrait saisir une audience, ce qui indique, malgré l'évidente pléthore, une intention profonde. Laquelle ?

    Pour ces raisons, et parce que la "démonstration", qui au passage trahit son amateur, est un duplicata, sinon tout-à-fait sur la forme, mais sur le fond de la théorie à dormir debout défendue il y a quelques années par Louis de Causans.

    Nous pensons à un article de commande, qui serait enveloppé dans un blog qui prendrait l'apparence d'un blog qualifié et pour cela, la pépite apparaîtrait enrobée dans un flot d'articles sur le quotidien le plus creux des membres du Gotha.

    Pour ce qui est de la remise en cause de Rainier, c'est toujours la même histoire, la trame est la même. Ce qui change, c'est un certain perfectionnement de son scénario. 

    Cette histoire a été mise sur pied par une famille française dans les années 1910 et 1920, celle du marquis de Chabrillan, descendant d'une Grimaldi, et qui aurait voulu succéder au Prince Louis II, célibataire.

    La "démonstration" du blog procède par affirmations non démontrées, de celles qu'utilisait Louis de Causans, et qui, caressant un peu le lecteur de magazine, flatte son goût pour les histoires à sensation, avec quelques erreurs cependant par rapport à la mouture livresque de 2004 signée par ce dernier1.

    Laquelle, sans être juste, se tenait assez bien et se terminait par un aveu. Les Princes défunts, Rainier, Grace, et leurs enfants ont magnifiquement rempli leur rôle, lui-même ne souhaiterait pas occuper leur place, et par son livre il souhaitait seulement rendre hommage à son arrière grand-mère, pour son affirmation soutenue des droits réclamés plus tôt par son père, le marquis de Chabrillan.

    D'ailleurs, la mère de Louis de Causans ne nous avait-elle pas dit, au sujet de cette histoire, qu'elle "était obsolète"? Louis de Causans confessait dans son livre que les membres de sa famille désapprouvaient sa démarche. Ils avaient raison.

    Depuis Louis de Causans a adopté une attitude radicale au détriment de l'élégance. L'an dernier, il s'est malencontreusement rappelé à l'attention du public en réclamant à l'État français plus de trois cents millions de dédommagement pour avoir permis - selon sa théorie - à Charlotte, la mère du Prince Rainier de succéder à Louis II, privant ainsi sa famille de la succession de Monaco. Affichant ainsi des prétentions sonnées, mais qui auront trébuché.

    Il semble que le recours déposé par Louis de Causans n'ait pas eu de succès... Nous avions (clic) annoncé catégoriquement ce dédommagement comme une infaisabilité absolue.

     

    1. Ouvrage paru en 2004, non en 2008 d'abord indiqué à tort.

     

    La Princesse Charlotte de Monaco, seul légitime successeur du Prince Louis II

    La succession des Grimaldi


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    TR
    Lundi 15 Juillet à 22:59

    Je n'ai jamais compris ces prétentions.

      • Vendredi 19 Juillet à 22:20

        Des prétentions dépourvues de sens... happy

         

        Pour nos lecteurs, lire ou relire nos commentaires à la suite de l'article de l'an dernier. (Par le lien situé à la fin du texte de l'article ci-dessus).



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :