• Interview de Nicolas d'Estienne d'Orves


    Nous vous livrons la rapide interview de Nicolas d'Estienne d'Orves, dont nous avions présenté le dernier ouvrage, le petit NEO de la conversation (2009).

    Il est l'un des derniers dandys. Il a collaboré cinq ans au Figaro littéraire et au Figaro Madame, et sur France Musique. Prix Nimier pour Othon ou l'Aurore immobile, Prix Jacques Bergier  pour Fin de race, il est chroniqueur musical au Figaro et au Figaro Magazine, au Spectacle du Monde et à Classica.

    Ses livres :

    Le Sourire des enfants morts, Les Belles lettres, 2001, nouvelles

    Les Aventures extraordinaires de l’opéra, Les Belles lettres, 2002, essai

    Fin de race, Flammarion, 2002

    Othon ou l’Aurore immobile, Les Belles lettres, 2002

    Le Regard du poussin, Les Belles lettres, 2003, nouvelles

    Rue de l’autre monde, Le Masque, 2003, roman

    Un été en Amérique, Flammarion, 2004, roman

    La Sainte famille, Mille et une nuits, 2005  nouvelles

    Bulletin blanc ! : Autofriction, Éditions du Rocher, 2005,essai

    Les derniers jours de Paris, XO (Editions), mars 2009, thriller
    Le Petit NEO de la conversation, Quoi dire quand, Jean-Claude Lattès, 2009, essai

    Une écriture élégante et aérienne est la marque de ce jeune écrivain. Son paradoxe de l'andouille est un grand moment de la vie des sens. Il est en effet un fervent défenseur de l'andouillette, et pour ma part je lui donne raison !
    __________________________________________



    1/ L'élégance a-t-elle encore, sinon un sens et une utilité, mais une portée dans ce monde (de brutes) ?

    Si elle est réelle, l’élégance permet peut-être d’avoir du recul, de relativiser, de dédramatiser ; mais cela sert-il encore à quelque chose ?
             
                2/ Quel message délivre le Dandy aujourd'hui ?

    Il n’y a plus de dandysme ; il n’y a que des feux follets isolés.
     
     3/ Quelle place devrait revenir aux descendants des anciennes familles, et jouent-ils selon vous pleinement le rôle qu'on attendrait d'eux ?                        
    Aucune place : les temps ont changé. Aucun rôle : si ce n’est ne jamais renier sottement leurs racines.   
           
                4/  Quel est selon vous l'état de la culture contemporaine ?

    Jeux vidéos, téléphones mobiles, zapping. Et puis quelques livres, en francs tireurs…


                5/  Que pensez-vous des risques fait peser la numérisation des livres par Google ?

    Pas de grands risques, pour le moment ; le vrai danger ce sont les gens qui ne lisent plus.


                6/  La liberté des auteurs, notamment vis-à-vis des éditeurs, est-elle suffisamment protégée ?

    Jamais assez.

                7/ Quelles idées pourriez-vous suggérez pour remédier à la diffusion insuffisante de la Culture) et favoriser la lecture ?

    Revoyez le chef d’œuvre de Jean-Pierre Mocky "La Grande lessive", et appliquez-le au monde contemporain.
               
    8/ Quels sont vos éventuels projets d'écriture
    ou livres en préparation ?

    Une monographie sur Offenbach ; une fresque historique dans le Paris de l’occupation; une nouvelle policière sur le monde de la gastronomie; et quelques autres sucreries…

      - Merci !

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 4 Décembre 2009 à 16:41
    Réponses pertinantes de sa part
    Gros bisous et bon week-end Michel, amitiés, Flo
    2
    Vendredi 4 Décembre 2009 à 19:44
    j'aime beaucoup quand tu partages des choses comme ça avec nous
    3
    Samedi 5 Décembre 2009 à 17:07
    Formidable. J'adore les dandys. Ils démontrent avec brio que tout ce qui est inutile est totalement indispensable..
    Transmettez mes compliments svp Michel..
    4
    Samedi 5 Décembre 2009 à 23:47
    Intéressant personnage! Je suis d'accord avec lui en ce qui concerne les membres d'anciennes grandes familles: il ne faut pas tomber dans le snobisme à l'envers et jouer les fils du fermier d'à côté pour ne pas "avoir l'air snob". On a eu l'éducation et la famille qu'on a eue, et c'est très bien comme ça, pas de quoi se vanter ou le cacher!
    5
    Dimanche 6 Décembre 2009 à 03:24
    Un personnage interressant à connaitre, d'autant plus qu'il se font rares...
    Je ne partage pas son goût pour l'andouillette, je dirais même que j'en ai un grand dégoût ! Loin de moi cette horreur de la gastronomie française !
      Amitié Michel et bon dimanche !
    6
    Dimanche 6 Décembre 2009 à 16:31
    Je ne le connais pas mais cette  présentation sympathique me donne envie de le découvrir, il semble avoir une vision  juste du triste état de la lecture à notre époque
    bonne fin de journée Michel
    amitié
    7
    Lundi 7 Décembre 2009 à 17:41
    Intéressant! Mais ne compte pas sur moi pour promouvoir l'andouillette! Amitiés...
    8
    Lundi 7 Décembre 2009 à 18:29
    Bonsoir à toutes !!!

    Nouveaux articles, sinon ce soir, demain !!!!
    9
    Mercredi 9 Décembre 2009 à 23:14
    Le vrai danger est en effet les gens qui ne lisent plus! Je partage entièrement cet avis. Mais comment inciter les enfants à la lecture, confrontés à tant de trentations et de facilités? Comment leur faire partager cette sensation unique, ce réel plaisir, ce goût de l'évasion? Pas si simple!
    Merci pour cet article! Bonsoir mon ami! 
    10
    Vendredi 25 Décembre 2009 à 09:50
    Merci pour ton passage chez moi et tes voeux. Reçois les miens en retour de Joyeuses fêtes de noël et d'une douce fin d'année.

    Voilà bien longtemps que je n'étais venue et j'ai mille choses passionnantes à lire sur ton blog +++++ Je reviendrai un jour ... plus calme !

    A propos de Nicolas d'Estienne d'Orves, j'ai vu le "château" de son grand oncle, le résistant Honoré d'Estienne d'Orvesn, au Broussan (Provence) lors d'une balade. Tu trouveras les photos et l'article en cliquant sur ce lien =

    http://laurejo.canalblog.com/archives/2009/05/20/13781208.html#comments

    Bonnes fêtes et surtout bonne journée


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :