• Histoire de la maison Borromeo

    Publiée dans L'actualité de Royauté-News le

    Cette très noble maison italienne, une des plus prestigieuses de l'Italie et de l'Europe, a été rendue célèbre par ses cardinaux et ses alliances. Ses membres sont ordinairement célèbres.

    La vieille maison des Comtes Borromée était à l'origine une des plus puissantes familles florentines, originaire de San Miniato. Entrée au XIV° dans l'orbite milanaise, après avoir dû s'exiler, elle y a acquis très vite puissance et grandeur. Cette maison princière, qui remontait jadis jusqu'aux Anicius de l'ancienne Rome, devient l'un des principaux appuis du Duc de Milan, et laisse une héritière dont le fils, Vitaliano, de la famille Vitaliani, l'une des plus anciennes de Padoue, est l'ancêtre de la maison.

    Peu après, Vitaliano puis ses successeurs acquièrent le puissant château d'Angera, ainsi que le comté de Peschiara, et le très important comté d'Arone. Il acquièrent également sur le Lac Majeur deux îles, qui s'appelleront plus tard Isola Madre et Isola Bella.  

    La maison Borromée s'est alliée aux plus illustres maisons princières d'Italie et aux maisons souveraines, souvent plusieurs fois : Visconti, Trivulce, une branche de la maison de Savoie, Medicis, Pallavicini, Sforza, Gonzague, Colonna, della Rovere, Farnese, etc...

    Ils sont plusieurs fois apparentés aux Grimaldi, ne serait-ce qu'en raison des nombreuses alliances de part et d'autre avec les Trivulce. Ils se sont alliés également à la famille Arcimboldo.

    Elle a donné sept cardinaux. Parmi ses membres les plus célèbres sont bien sûr Saint Charles Borromée (1538-1584); par sa mère, une Medicis, neveu du Pape Pie IV, il fut d'abord Cardinal-neveu, puis Secrétaire d'Etat et aussi archevêque de Milan. On lui doit le Catéchisme du Concile de Trente et il fut l'un des principaux personnages du monde de son époque. Il est l'un des saints les plus vénérés d'Italie.

    Frédéric Borromée (1564-1631), cousin germain de Saint Charles, lui aussi cardinal et archevêque de Milan,  fit élever en 1607 à ses frais la Bibliothèque Ambrosienne, l'une des plus célèbres bibliothèques du monde.

    Blanche Borromée († 1577) "illustre par sa doctrine et sa vertu, avait une parfaite connaissance des sciences et des langues étrangères". De nombreux autres membres de la maison Borromeo ont acquis par leur mérite une grande renommée.

    Ses princesses ont souvent été chantées pour leur beauté. Le mathématicien Guido Brandi, qui étudia en 1728 une courbe qu'avait étudié Pappus, nommée spirale (d'Archimède) sphérique, lui donna le nom de clélie en hommage à la Comtesse Clelia Borromeo. 

    Cette maison a fait édifier de nombreux palais, notamment à Milan et à Rome. Elle a donné son nom aux îles Borromée sur le Lac Majeur. Deux de ces îles, Isola Bella et Isola Madre, sont deux joyaux uniques.

    La première, nommée Isola Bella par le Comte Borromée en l'honneur de sa femme Isabella d'Adda, pour laquelle il construisit un splendide palais en 1632, est occupée par ce Palais et ses magnifiques jardins en terrasse, dans le style majestueux des jardins à l'italienne du XVII° siècle.

    Isola Madre, la plus grande de l'Archipel, est une merveille qui comprend un Palais, un parc botanique abritant de nombreuses espèces exotiques et des bassins pour plantes aquatiques. Gustave Flaubert en 1845 la qualifia de paradis terrestre. Charles Dickens en 1844 déclarait : "Si fantastique et si merveilleuse que soit ou que puisse être l'Isola Bella, elle est cependant très belle".

    Lors de la bataille de Solférino (1859) la Comtesse Verri, née Borromeo, dans son âge avancé, dirigea  les secours aux blessés, très nombreux dans la région, et accueillit dans tous les Palais Borromée des malades, leur faisant chaque jour la lecture durant plusieurs heures. Elle dirigeait le grand comité central de secours, organisant ce qui était nécessaire pour panser les blessés.


    document exclusif ©Copyright Royauté-News2009