• Hippocrate - Jacques Jouanna

    Hippocrate  -  Jacques Jouanna, de l'Institut -

    Les Belles lettres ; Edition mise à jour ; 23 Mai 2017 ;  728 p.;  19 €.

    Hippocrate  -  Jacques Jouanna

    Présentation officielle : « La vie est courte, l’art est long », tel est le début des Aphorismes d’Hippocrate qui furent pendant des siècles, avec le Serment, la Bible des médecins. C’est là plus qu’une métaphore. Hippocrate fut représenté à l’époque byzantine comme un Christ en gloire tenant ouvert son livre des Aphorismes. Cette miniature du XIVe siècle (reproduite sur la couverture du présent ouvrage) est symbolique de la fortune exceptionnelle d’Hippocrate.

    Célèbre dès son vivant, Hippocrate de Cos, au cours de plus de vingt siècles, par l’œuvre conservée sous son nom, eut sur la pensée médicale une influence analogue à celle qu’a exercée Aristote sur la pensée philosophique. Même au xixe siècle, les querelles d’école brandissent ou fustigent l’hippocratisme. Laennec se réclame encore de la pensée hippocratique.

    Qui était Hippocrate ? Est-ce à juste titre qu’il passe pour être le père de la médecine ? Quelle était la vie quotidienne des médecins au siècle de Périclès, leur carrière, leur activité, leurs relations avec les malades ? Quelle était leur conception de la médecine, de la santé et de la maladie ? des rapports de la médecine et de la philosophie ? de la science et de la religion ? L’œuvre attribuée à Hippocrate, constituée d’une soixantaine de traités médicaux, est d’une richesse et d’une diversité telles que ses multiples facettes permettent de répondre à ces questions et expliquent aussi les multiples lectures qui ont été faites de cette œuvre au cours des siècles par les médecins ou les philosophes.

    Même si l’œuvre médicale est scientifiquement dépassée, elle demeure actuelle par sa profondeur humaine. De toute façon, elle reste et restera l’un des monuments les plus riches et les plus impressionnants de l’éveil de l’esprit scientifique en Grèce et dans le monde occidental. C’est avec l’œuvre hippocratique que naît la science de l’homme.


  • Commentaires

    1
    TR
    Jeudi 20 Juillet à 19:30

    "Même si l’œuvre médicale est scientifiquement dépassée"

    Dépassée dans un sens, mais grâce à lui, selon la formule de saint Bernard de Clairvaux : "Nous ne sommes que des nains juchés sur les épaules de géants". Chaque contribution à une science ou un art (et la médecine relève des deux), et la sienne est grande, participe aux progrès ultérieurs.

    2
    Jeudi 20 Juillet à 20:56

    C'est la prétention moderne... Il y a longtemps, surtout dans l'Antiquité, les médecins guérissaient, avec des moyens simples. Beaucoup, et même la plupart devraient s'en inspirer.

    :) ☺☺☺



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :