•  Pirates juifs des Caraïbes - Edwars Kritzler -

    traduction : Alexandra Laignel-Lavastine ;

    André Versailles ; paru le 19 Septembre 2012 ; 275 p.  22 € 90.

    Ce livre raconte, dans un style extrêmement vivant, la formidable histoire, haute en couleurs et encore mal connue, de ces Juifs séfarades partis au XVIe siècle à la conquête du Nouveau Monde après l'expulsion d'Espagne. Un récit qui se lit comme un roman d'aventures, qui nous mène d'Espagne à New York et d'Amsterdam au Brésil et à Mexico. L'aventure débute avec Christophe Colomb au XVe siècle, à l'âge des Grandes découvertes.
    De nombreux Juifs de la péninsule ibérique massacrés, expulsés ou contraints d'abjurer leur foi, ont l'idée de s'embarquer clandestinement avec les explorateurs et de se mêler aux conquistadors. L'accès au Nouveau Monde leur étant globalement interdit du fait de leur religion, ces marranes se feront passer pour des "nouveaux-chrétiens" du Portugal (par opposition aux "vieux-chrétiens" ou chrétiens de souche).
    Leurs fabuleuses aventures sont relatées avec leur lot d'intrigues, de drames, de rebondissements, de défaites et de victoires sur les Inquisiteurs encapuchonnés de la Sainte Terreur. La narration est également traversée par la rocambolesque entreprise de trois Juifs hollandais et de leurs enfants, tous des pirates notoires ! partis à la recherche du trésor de Christophe Colomb dans les montagnes de Jamaïque.
    On prétend que leur quête aurait échoué. Mais pour avoir découvert aux archives l'existence de documents inédits, l'auteur, Edward Kritzler, a cependant de bonnes raisons de croire le contraire...

    Pirates juifs des Caraïbes


    1 commentaire
  • Pirates de tous les pays - Marcus Rediker -

    Libertalia ; Trad., Fred Alpi ; 2008 ; 2017 nouvelle édition ; 310 p.; 10 €.

    Pirates de tous les pays - Marcus Rediker

    Présentation officielle : L’âge d’or de la piraterie atlantique (1716-1726)

    « Maudit sois-tu, tu n’es qu’un lâche, comme le sont tous ceux qui acceptent d’être gouvernés par les lois que des hommes riches ont rédigées afin d’assurer leur propre sécurité. Ils nous font passer pour des bandits, ces scélérats, alors qu’il n’y a qu’une différence entre eux et nous, ils volent les pauvres sous couvert de la loi tandis que nous pillons les riches sous la protection de notre seul courage. »
    Charles Bellamy.

    Qui étaient les pirates ? Au nom de quel idéal ont-ils hissé leur drapeau à tête de mort, cet énigmatique « Jolly Roger » ? En quoi ont-ils perturbé durablement le commerce colonial et les traites négrières du début du XVIIIe siècle ?
    Dans cet ouvrage passionnant et novateur, traduit pour la première fois en français, Marcus Rediker raconte une fabuleuse histoire. Celle des quelques milliers de « scélérats » qui refusèrent de se soumettre à l’ordre mercantile et à l’exploitation pour préférer la liberté et la jovialité, dussent-ils le payer de leur vie.

    Professeur d’histoire à l’université de Pittsburgh, spécialiste incontesté de la piraterie et du monde de la mer, Marcus Rediker est l’auteur de L’Hydre aux mille têtes (éditions Amsterdam) et The Slave Ship (Viking/Penguin, prix George-Washington 2008). Sa thèse, Between the Devil and the Deep Blue Sea, est parue en juillet 2010 sous le titre Les Forçats de la mer (Libertalia).


    votre commentaire
  • Le cantique de l'infinistère - François Cassingena-Trévedy -

    Desclée de Brouwer ;  paru le 22 Septembre 2016 ;  184 p.;  16 € 90.

    Présentation officielle : La personnalité si singulière de l'Auvergne fait d'elle un monde à part depuis des siècles. Avec des paysages parmi les plus beaux de France, elle est habitée par un peuple fier et riche de vie intérieure qui préserve un contact intime avec la terre et les animaux. À l'automne 2015, François Cassingena-Trévedy a arpenté en solitaire les chemins de randonnée du massif sauvage du Cézallier. Il nous livre ici le récit de sa marche. Le vent, la neige et le froid sont vaincus par l'enchantement au contact d'une nature devenue une compagne aimée. Lors des étapes en des gîtes, il cherche à rencontrer les rares habitants de la région. Accueilli dans leur vie familiale, il trace d'eux, paysans ou aventuriers, des portraits truculents d'où se dégage un humour généreux. De courtes citations liées aux événements vécus accompagnent son itinérance et, parfois, d'une langue lyrique, il s'élance en des éloges inspirés sur la marche, les pieds ou le sacré, qui prend alors une dimension inattendue. À travers la sensibilité de l'auteur, l'Auvergne apparaît sous un jour nouveau et le lecteur ne saurait résister à l'envie de découvrir volcans, forêts ou pâturages décrits avec un enthousiasme communicatif.

    Moine bénédictin en l'abbaye de Ligugé près de Poitiers, François Cassingena-Trévedy est également un écrivain exceptionnel et un vaillant marcheur.

    Le cantique de l'infinistère - François Cassingena-Trévedy


    votre commentaire
  • Quand les européens découvraient l'Afrique intérieure -

    Olivier Grenouilleau -

    Tallandier ; paru le 19 Janvier 2017 ;  352 p.;  23 € 90.

    Quand les européens découvraient l'Afrique intérieure - Olivier Grenouilleau


    votre commentaire
  • Journal de voyage en Egypte - Victor Schoelcher ; 1844 -

    Préface : Philippe Artières ;

    Mercure de France ; paru le 19 Janvier 2017 ;  448 p.;  8 € 90.

    Journal de voyage en Egypte - Victor Schoelcher

    Présentation officielle :

    Victor Schœlcher est célèbre pour avoir été le principal artisan de l’abolition de l’esclavage en France en 1848. Pour mener ce combat, on sait moins qu’avant cette date, alors que c’était encore un inconnu, il effectua une série de voyages d’études à travers le monde. Sa grande enquête commence aux États-Unis, au prétexte d’un voyage commercial puis, dès 1840, ce sont les Antilles qui entrent dans sa ligne de mire, la Caraïbe française et enfin Haïti. À chaque fois, il se pose la même question : qu’est-ce que l’esclavage ? Le voyageur achève son périple en 1847 au Sénégal. Entre ces lieux identifiés du commerce triangulaire, Schœlcher se rend dans cet ailleurs que constitue l’Orient et singulièrement l’Égypte.

    En 1844, il s’embarque pour découvrir l’Égypte sociale et politique. Sillonnant le pays, il livre dans cet étonnant journal de voyage une série d’observations pour caractériser les formes de l’esclavage de ce côté du monde, mais aussi produire une véritable ethnographie des populations qu’il rencontre. Il dresse ainsi le tableau inédit d’un pays à la fois couvert de lieux archéologiques et habité par une société complexe dont il tente de comprendre les rouages.


    votre commentaire
  • Aventuriers des mers - VII°-XVII° siècle -  Collectif -

    Hazan/Ima/MuCEM ; paru le 9 Novembre 2016 ;  224 p.;  203x260 mm; 29 €.

     

    Aventuriers des mers

    Présentation officielle : Catalogue officiel de l’exposition exceptionnelle « Aventuriers des mers » qui se tient du 14 novembre 2016 au 5 mars 2017 à l’Institut du Monde arabe, à Paris et du 7 juin au 9 octobre 2017 au musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem), à Marseille. De Sindbad le marin à Marco Polo, puis d’Ibn Battûta et Vasco de Gama jusqu’aux Compagnies des Indes orientales, d’extraordinaires récits de voyages ont conté la richesse des échanges maritimes entre les mers de l’Ancien Monde. Cette exposition, qui ouvrira ses portes à l’Institut du Monde Arabe en novembre prochain, puis au MuCEM dès le mois de mai 2017, et son catalogue conduiront le visiteur et le lecteur au croisement de l’or d’Afrique et de l’argent d’Occident, des diamants de Golconde et des verreries de Venise, des porcelaines, des soieries et des épices venues de Chine et des Moluques.Loin de faire obstacle entre les hommes et les civilisations, les mers et les océans sont des espaces partagés qui permettent d’aller à la rencontre des autres, et de commercer avec eux. Après avoir longtemps pensé la mer comme un espace périlleux, les hommes ont ensuite appris à surmonter leurs craintes pour mieux y voyager, en développant de multiples savoirs tout d’abord empiriques, bientôt revisités par les progrès techniques et le développement des connaissances scientifiques. Forts de ces acquis, les navigateurs sont allés toujours plus loin, plus sûrement et plus vite pour étendre et resserrer la trame des réseaux d’échanges. Cette exposition sera ainsi centrée sur les voyages et les routes maritimes parcourues par des marins, des voyageurs et des marchands, tous à la recherche de fortunes à faire, d’âmes à convertir, de nouveautés à découvrir. À l’heure où l’intensification des processus de mondialisation interpelle les sciences humaines, cet ouvrage présente une histoire globale de l’Ancien monde. Tout en reliant entre elles les différentes histoires des cités, des États et des empires, il témoigne de leurs échanges, de leurs relations et, finalement, de leur convergence dans une histoire connectée.

     


    2 commentaires
  • Buffalo Bill - Michel Faucheux -

    folio ; paru le 3 Janvier 2017 ;  304 p.; 8 p. hors texte, 21 ill. ; 9 € 20.

    Buffalo Bill - Michel Faucheux

    Présentation officielle : «L’homme de l’Ouest […] savait voir et entendre autour de lui ; il était à l’affût d’innombrables indices qui signifiaient pour lui la sécurité ou le danger, c’est-à-dire la vie ou la mort. Et ces longues chevauchées solitaires, qui, sans doute, auraient paru désespérément monotones à un homme de la ville, restent pour moi les moments les plus exaltants de ma vie.»

    William Frederick Cody, dit Buffalo Bill (1846-1917), est la figure emblématique d’un monde, le Far West, dont il a célébré la nostalgie. Illustrant l’ambiguïté d’une société qui détruit ce qu’elle exhibe, il arpente la frontière entre plaines de l’Ouest et monde industrialisé mais aussi réalité et imaginaire. Éclaireur, chasseur de bisons engagé par la compagnie de chemin de fer du Kansas Pacific, Buffalo Bill est également le directeur d’une troupe théâtrale populaire qui compose la légende de l’Ouest. Figure contradictoire, passeur de frontière, centaure moderne immortalisé par la peintre Rosa Bonheur, il métamorphose l’univers de la Prairie en spectacle de cirque. Aventurier contradictoire qui traduit nos déchirures et nos revirements, il est l’une des figures mythiques, célébrée puis contestée, de l’histoire américaine.


    votre commentaire
  • Vers l'Inde - Jack Thieuloy -

    Arthaud ; paru le 27 Janvier 2016 ;   26 €.

       Ouvrage déjà présenté l'an dernier sur notre Site.

    Présentation officielle : Vers l'Inde Écrivain hors norme à la réputation d'infréquentable, voire de dangereux psychopathe, Jack Thieuloy, en rupture de ban avec son milieu, la culture et l'establishment, décide, dès les années i960, de consacrer sa vie à la découverte du monde et à l'écriture. Il part alors sillonner l'Asie, entre autres, dans son combi Volkswagen. Provocateur, écorché vif, Thieuloy vit avec l'Inde une relation passionnelle. Vers l'Inde rassemble les trois livres de Jack Thieuloy dédiés au sous-continent. En route vers l'Inde, road trip iconoclaste, relate son itinéraire rocambolesque jusqu'au pays désiré. L'Inde des grands chemins, le plus emblématique de ses récits indiens, raconte les aventures et les mésaventures, les amours et les dégoûts d'un routard doublé d'un anar, vivant de troc et d'expédients. La critique de l'époque salue alors en Thieuloy le « Kérouac français ». Enfin, Quelques signes de plus sur l'Inde inusable, texte plus court et plus tardif, était destiné à accompagner le travail photographique sur l'Inde de Bernard Pierre Wolff.

    Vers l'Inde - Jack Thieuloy


    votre commentaire
  • Profession reporters - Manon Quérouil et Véronique de Viguerie -

    Deux baroudeuses en terrain miné ;

    La Martinière ; paru le 27 Août 2015 ;  224 p.;  170 x 225 cm ;  29 €.

    Deux journalistes. Manon Quérouil-Bruneel, journaliste, diplômée de Langues-O, spécialiste du Moyen-Orient, lauréate de la Bourse Lagardère Jeunes Talents 2007 et Prix de l'audace journalistique Kurt Shork, réalisatrice de documentaires diffusés sur M6 ; Véronique de Viguerie, photojournaliste, lauréate de Femmes en Or 2014 et 2015 comme photoreporter de Paris-Match, a reçu le World Press Photo 2009. Elles sillonnent le monde depuis dix ans, au plus près du danger, chacune de leur côté ou ensemble, comme pour ce cahier de reportage publié sous forme de beau livre. Elles collaborent l'une et l'autre aux magazines et journaux les plus prestigieux du monde. Royauté-News

    Présentation de l'éditeur : Comment exercer le métier de grand reporter avec exigence quand le temps sur place est compté, les budgets serrés et la liberté de mouvement étroitement surveillée ? Manon Quérouil-Bruneel, journaliste et Véronique de Viguerie, photographe, bousculent depuis une dizaine d'années les règles de la profession.

     

    Profession reporters - Manon Quérouil et Véronique de Viguerie


    votre commentaire
  • Inde du Nord - Carola Zerbone -

    Editions Reflets d'ailleurs ; paru le 1er Octobre 2014 ; 54 p.;  13 € 50.

    Inde du Nord - Carola Zerbone

    Présentation officielle : Avec des paysages peints à l’aquarelle mis en valeur par un beau jeu d’ombre et de lumière, Carola Zerbone nous propose un carnet de voyage relatant son itinéraire en version bilingue français-italien en Inde du Nord. Dès son arrivée à Delhi, elle prend la route vers les cols de l’Himalaya en direction du Ladakh. Traversant Rishikesh, Chandigardh, et Manali jusqu’à Leh, elle nous décrit des paysages lunaires teintés du « silence ascétique de l’absence » où le vide permet de « s’emplir de joie ». Architecte de formation et également professeur de yoga, elle peint des scènes de la vie quotidienne et des portraits avec la même mise en perspective que les façades de monuments, des temples et des gompas. Les couleurs s’animent au Cachemire alors que des arabesques dessinées au henné viennent orner les mains ou au Rajasthan dans les rues animées de Pushkar. Au coeur de ce carnet de voyage, le lecteur découvrira la variété des pratiques spirituelles des brahmanes, des lamas et des soufis ainsi que quelques conseils sur le yoga grâce à des croquis fort instructifs qui l’invitent à poser son regard sur « la lumière intérieure ». Reflets d’une Inde authentique, les dessins pittoresques et les textes remplis d’nous font réfléchir sur la profondeur de la culture indienne. 


    votre commentaire