• Alfred R. Wallace - L'explorateur de l'évolution - Peter Raby -

    Florianne Vidal (Scénariste), Jean Gayon (Préfacier)

    Editions de l'Evolution ; 21 février 2013 ; biographie ; 443 p.; 24€.

    Wallace l'explorateur de l'évolution - Peter Raby

    Présentation officielle : En 450 pages captivantes, la vie du grand naturaliste, explorateur et théoricien, qui allait découvrir du fond des îles Moluques le mécanisme de l’évolution ― la sélection naturelle ―, et en envoyer l’exposé à Darwin. Douze années dans les jungles d’Amazonie et de Malaisie à chasser, écorcher, épingler insectes, papillons, oiseaux , à cataloguer, théoriser. Puis à sa vie d’humaniste en Angleterre, consacrée à la science, au droit des faibles, au spiritualisme auquel il s’est converti, et qui lui vaudra bien des déboires.

    Une autre présentation : Lorsqu'en 1858 Darwin reçoit, paniqué, une liasse de pages décrivant avec précision le mécanisme de la sélection naturelle, rédigées par l'un de ses propres collecteurs d'insectes, Alfred Russel Wallace, que va-t-il se passer ? Et quel genre d'homme fallait-il être, que fallait-il avoir accompli pour comprendre en une pincée d'années, du fond des îles Moluques, ce mécanisme majeur de l'évolution qui tenait Darwin en haleine depuis vingt ans ? Lorsqu'il embarque pour l'Amazonie à 25 ans, Wallace n'est pas seulement un intrépide aventurier sans fortune : naturaliste autodidacte, il a déjà clairement en tête de se mesurer aux mystères de l'évolution, à commencer par celui de la géographie des espèces.
    Alors, à la machette et au scalpel, Peter Raby nous embarque dans l'exploration de l'étrange évolution du vivant, de l'Amazonie aux îles Célèbes, entre malaria, naufrages et chasse aux insectes, papillons et autres animaux. Puis dans la non moins étrange et hasardeuse exploration de l'esprit, quand l'infatigable chercheur, revenu en Angleterre, en convoquait les forces invisibles. Et enfin dans l'exploration de la personnalité complexe de ce savant dont les observations mobilisent aujourd'hui même des équipes entières de biologistes et généticiens et qui, un jour et une fois pour toutes, avait choisi Darwin.


    votre commentaire
  • Atlas des terres indomptées - Chris Fitch -

    La Martinière ;  19 oct. 2017 ;  208 p.;  29€.

    Extrait de la présentation : Chris Fitch livre un vibrant plaidoyer en faveur de la biodiversité et appelle au respect de la nature. Un atlas précisément documenté et illustré de cartes de Martin Brown.

    Atlas des terres indomptées - Chris Fitch


    votre commentaire
  • L'âge d'or des cartes marines -

    Quand l'Europe découvrait le monde ;

    Seuil / BnF ; grand format.

    ouvrage publié lors de l'exposition de la BnF François Mitterrand du 23 oct. 2012 au 27 janv. 2013.

     


    1 commentaire
  • Pour ce qu'il me plaist - Laure Buisson -

    Grasset ;  5 Avril 2017 ; 20 € 90.

    Jeanne de Belleville écuma les mers contre tout navire portant pavillon français, après que le roi fît exécuter sur un soupçon d'entente avec l'ennemi Anglais, son mari, le Sire de Clisson.

    Pour ce qu'il me plaît était la devise de la maison de Clisson. L'un des fils de Jeanne deviendra le célèbre Connétable de Clisson, l'un des grands Capitaines de la Guerre de Cent Ans. Le mari de Jeanne fut plus tard réhabilité. Royauté-News

    Pour ce qu'il me plaît - Laure Buisson


    3 commentaires
  • Mourir pour Buenos Aires - Jacques Marzac -

    Jacques de Liniers (1753-1810) Le chevalier du Nouveau Monde ;

    La Découvrance ;  1er mars 2017 ; 212 p.;  19 €.

    Mourir pour Buenos Aires - Jacques Marzac

    Présentation officielle : Une vie incroyablement romanesque ! La gloire y alterne avec les noires épreuves.
    Jeune aristocrate français (né à Niort en 1753), Jacques de Liniers est formé à Malte d'où il sort chevalier puis officier de cavalerie dans l'armée de Louis XV. Avec l’accord de la France, il rejoint la Marine espagnole et se couvre de gloire lors de plusieurs actions audacieuses contre les Barbaresques et les Anglais sur le théâtre européen de la guerre d’Indépendance américaine. Et puis il connaît l'apothéose dans le Rio de la Plata (Argentine, Uruguay, Paraguay, Bolivie) dont il sera le vice-roi adulé après avoir battu à deux reprises et de façon épique les conquérants anglais.
    Mais les épisodes sombres succèdent aux pages glorieuses : faute secrète de jeunesse, Conseil de guerre, deux fois veuf, scandale amoureux… Le pire survient au soir du deuxième combat qu'il commande contre les Anglais pour la Defensa de Buenos Aires : il est initialement battu, isolé, perdu avant de reprendre victorieusement l’ascendant.
    Personnalité charismatique impressionnante de bravoure et d’audace, il se relèvera de toutes ces épreuves. Il se couvrira de gloire et d'honneur. Son immense popularité auprès de la population l'aurait destiné à prendre la tête de la rébellion pour l'indépendance et devenir ainsi le Bolivar de la jeune Argentine. Par loyauté, il choisira la mort dans l’honneur et meurt fusillé en héros (1810).


    votre commentaire
  • L'île à éclipses  -  Bruno Fuligni-

    Biblis ; paru le 23 Mars 2017 ;  128 p.; 8€.

    L'île à éclipes  -  Bruno Fuligny

    Cet article, oublié, a été publié le 14 sept. 2017


    2 commentaires
  • Les Hors-la-loi de l'Atlantique - Marcus Rediker -

    Pirates, mutins et flibustiers ;

    Traduction d'Aurélien Blanchard ;

    Seuil ; paru le 11 Mai 2017 ;  304 p.;  22 € 50.

    Les Hors-la-loi de l'Atlantique - Marcus Rediker


    votre commentaire
  • Utopies pirates - Peter Lamborn Wilson -

    Corsaires, Maures et Renegados ;

    L'éclat/poche ; paru le 2 Mars 2017 ;  235 p.;  8 €.

    Résumé : Du XVIe au XVIIIe siècle, tandis que les pirates des pays barbaresques sillonnent les mers et réduisent en esclavage des milliers de captifs, autant d'Européens, abandonnant la prude et despotique Europe chrétienne, se convertissent à l'islam et d'aucuns rejoignent les communautés pirates. Certaines d'entre elles "abritaient des micro-sociétés vivant délibérément hors-la-loi et étaient bien déterminées à le rester, ne fût-ce que pour une vie brève, mais joyeuse " écrit Hakim Bey dans le prologue de la TAZ.
    Peter Lamborn Wilson revient sur ces utopies pirates et plus particulièrement sur l'une d'entre elles, la République de Salé, où convergèrent au XVIIe siècle nombre de ces Renegados, dont l'histoire semble s'être abîmée en mer avec leurs rêves de société égalitaire.  

     

    Utopies pirates -


    2 commentaires
  •  Pirates juifs des Caraïbes - Edwars Kritzler -

    traduction : Alexandra Laignel-Lavastine ;

    André Versailles ; paru le 19 Septembre 2012 ; 275 p.  22 € 90.

    Ce livre raconte, dans un style extrêmement vivant, la formidable histoire, haute en couleurs et encore mal connue, de ces Juifs séfarades partis au XVIe siècle à la conquête du Nouveau Monde après l'expulsion d'Espagne. Un récit qui se lit comme un roman d'aventures, qui nous mène d'Espagne à New York et d'Amsterdam au Brésil et à Mexico. L'aventure débute avec Christophe Colomb au XVe siècle, à l'âge des Grandes découvertes.
    De nombreux Juifs de la péninsule ibérique massacrés, expulsés ou contraints d'abjurer leur foi, ont l'idée de s'embarquer clandestinement avec les explorateurs et de se mêler aux conquistadors. L'accès au Nouveau Monde leur étant globalement interdit du fait de leur religion, ces marranes se feront passer pour des "nouveaux-chrétiens" du Portugal (par opposition aux "vieux-chrétiens" ou chrétiens de souche).
    Leurs fabuleuses aventures sont relatées avec leur lot d'intrigues, de drames, de rebondissements, de défaites et de victoires sur les Inquisiteurs encapuchonnés de la Sainte Terreur. La narration est également traversée par la rocambolesque entreprise de trois Juifs hollandais et de leurs enfants, tous des pirates notoires ! partis à la recherche du trésor de Christophe Colomb dans les montagnes de Jamaïque.
    On prétend que leur quête aurait échoué. Mais pour avoir découvert aux archives l'existence de documents inédits, l'auteur, Edward Kritzler, a cependant de bonnes raisons de croire le contraire...

    Pirates juifs des Caraïbes


    1 commentaire
  • Pirates de tous les pays - Marcus Rediker -

    Libertalia ; Trad., Fred Alpi ; 2008 ; 2017 nouvelle édition ; 310 p.; 10 €.

    Pirates de tous les pays - Marcus Rediker

    Présentation officielle : L’âge d’or de la piraterie atlantique (1716-1726)

    « Maudit sois-tu, tu n’es qu’un lâche, comme le sont tous ceux qui acceptent d’être gouvernés par les lois que des hommes riches ont rédigées afin d’assurer leur propre sécurité. Ils nous font passer pour des bandits, ces scélérats, alors qu’il n’y a qu’une différence entre eux et nous, ils volent les pauvres sous couvert de la loi tandis que nous pillons les riches sous la protection de notre seul courage. »
    Charles Bellamy.

    Qui étaient les pirates ? Au nom de quel idéal ont-ils hissé leur drapeau à tête de mort, cet énigmatique « Jolly Roger » ? En quoi ont-ils perturbé durablement le commerce colonial et les traites négrières du début du XVIIIe siècle ?
    Dans cet ouvrage passionnant et novateur, traduit pour la première fois en français, Marcus Rediker raconte une fabuleuse histoire. Celle des quelques milliers de « scélérats » qui refusèrent de se soumettre à l’ordre mercantile et à l’exploitation pour préférer la liberté et la jovialité, dussent-ils le payer de leur vie.

    Professeur d’histoire à l’université de Pittsburgh, spécialiste incontesté de la piraterie et du monde de la mer, Marcus Rediker est l’auteur de L’Hydre aux mille têtes (éditions Amsterdam) et The Slave Ship (Viking/Penguin, prix George-Washington 2008). Sa thèse, Between the Devil and the Deep Blue Sea, est parue en juillet 2010 sous le titre Les Forçats de la mer (Libertalia).


    votre commentaire