• Voyage dans l'Empire mongol ; 1253-1255  - Guillaume de Rubrouck

    Claire Kappler, René Kappler, préfaciers et traducteurs et commentateurs ;

    omnibus ;   15 mai 2019 ;   720 p.;   13€.

    Voyage dans l'Empire mongol - Guillaume de Rubrouck

    Présentation officielle : 16000 kilomètres en deux ans, un peu à pied, mais surtout en cheval : de Constantinople à Qaraqorum, capitale de l'Empire des steppes. Plusieurs années avant Marco Polo, le récit du père Guillaume de Rubrouck, envoyé de Saint Louis auprès du Grand Khan, est l'un des premiers textes qui révélèrent à l'Occident les merveilles de l'ordre mongol et de son empire. Un document historique médiéval exceptionnel doublé d'un fabuleux récit de voyage au cœur de l'Asie.


    votre commentaire
  • Souvenirs d'un voyage dans la Tartarie et le Thibet - Père Huc

    Suivi de L'Empire chinois ;

    omnibus ;   8 mars 2018 ;  1184 p.;   29€.

    Souvenirs d'un voyage dans la Tartarie et le Thibet - Père Huc

    Présentation officielle : " Nul lieu n'est impénétrable pour quiconque est animé d'une foi sincère. " Guidé par ce précepte, le père Evariste Huc (1813-1860) entreprit en 1841 un extraordinaire périple de cinq années à travers la Mongolie et la Chine - en chariot, en jonque, à dos de mulet, à dos de chameau, sur ses jambes " rarement complaisantes ", et même sur son derrière, seul moyen d'atteindre une vallée glissant du haut d'une montagne glacée. Il fut le premier Français à atteindre Lhassa. Adoptant le costume, la langue, les usages des contrées traversées, le père Huc affronta - avec une vigueur et un humour inaltérables - le sable, la boue, la neige, la glace, les naufrages, les ponts délabrés, les précipices, les brigands, les aubergistes, et les tracas de l'administration... Il brossa à son retour un tableau irremplaçable de la vie quotidienne en Chine. Ce prodigieux témoignage, véritable roman d'aventures vécues, n'a cessé d'être réédité depuis sa parution. La présente édition réunit pour la première fois dans leur version intégrale les deux volumes des Souvenirs d'un voyage à travers la Tartarie et le Thibet pendant les années 1844, 1845 et 1846 et L'Empire chinois, récit du voyage de retour sous escorte armée.


    votre commentaire
  • Sur la piste sauvage  -  Aliénor Le Gouvello

    Plus de 5000 kilomètres à travers le bush australien ;

    Arthaud  ;   24 avr. 2019 ;   240 p.;   21€50.

    Présentation officielle : «J’ai adopté les grands espaces australiens depuis dix ans maintenant. J’aime ce pays-continent, où je travaille avec les enfants aborigènes, ces jeunes démunis, désœuvrés mais débordants de vie. À ces oubliés du bout du monde, j’ai donné le meilleur de moi-même, ils m’ont appris leurs coutumes, leurs traditions, et plus important que tout, leur compréhension intime de la nature. Grâce à eux, je peux devenir écorce, feuille, branche qui craque. Aujourd’hui, je suis cette terre rouge que je foule pieds nus le plus souvent et que j’aime tant, j’appartiens à ce décor sauvage et parfumé. Cette aventure a commencé le jour où, une communauté aborigène m’a invitée à participer à une course de chevaux, moi seule femme cavalière, blanche de surcroît. En plein désert australien, sous la fournaise, je remportais la course, devant un public mâle, abasourdi qu’une femme jeune les devance. J’ai rencontré ce jour-là d’autres déshérités, les brumbies, ces chevaux australiens redevenus sauvages, que nombre d’Australiens trouvent invasifs et n’hésitent pas à éliminer.
    Lorsque j’ai décidé de traverser seule ce continent sauvage, en empruntant les 5 000 kilomètres du National Trail, je savais que trois brumbies m’accompagneraient. Ces compagnons d’aventure et de solitude, j’ai dû les dresser moi-même. Cette fois c’était certain, je pouvais partir au loin, oser l’aventure, vivre ce rêve fou, cette traversée sauvage.»

    Partie il y a plus de dix ans pour des vacances en Australie, Aliénor le Gouvello, passionnée d’équitation, est tombée sous le charme de l’outback australien.

    Sur la piste sauvage  -  Aliénor Le Gouvello


    2 commentaires
  • Ma transhumance  ; carnets de routo - Antoine de Baecque

    Arthaud ;  27 mars 2019 ;    380 p.;   19€90.

    Présentation officielle : « Une métamorphose de mon être, soit la vraie expérience de la transhumance. Le fait d’épuiser ma marche, et de demeurer pourtant au cœur du mouvement, me transforme en profondeur. Mes pensées se perdent moins, je surplombe moins les choses. Je me focalise sur le troupeau qui avance devant moi. Je suis porté par sa puissance.»
    De juin à octobre, randonner dans les Alpes du Sud signifie marcher en altitude en compagnie des moutons, aujourd’hui encore plus de trois cent mille bêtes se retrouvent chaque année dans les alpages d’estive. Ce moutonnement des troupeaux accompagne le marcheur comme une respiration vivante de la montagne.
    Antoine de Baecque est parti sur les traces du parcours millénaire des bêtes et des hommes, cette transhumance traditionnelle disparue dans les années 1950. Il a cheminé sur les anciens sentiers de la transhumance par des voies oubliées serpentant au milieu d’un paysage que le passage des moutons a façonné. Il a inauguré la Routo, cet itinéraire de randonnée bientôt homologué GR qui chemine sur plusieurs centaines de kilomètres à travers les Alpes, entre la plaine de la Crau en Provence jusqu’au Piémont italien.
    Ce récit voyageur d’un parcours montagnard, d’une quête de la mémoire millénaire d’une transhumance accompagnant la mémoire intime du marcheur, raisonne comme un hommage au lien entre hommes et bêtes, au bonheur de reprendre le cours d’une vie vécue dans et par la nature.

    Ma trashumance  -  Antoine de Baecque


    votre commentaire
  • Ma captivité chez les Sioux  -  Fanny Kelly

    Préface : Francoise Lapeyre ; Traducteur : Daniele Momont

    Payot ;   avr. 2019 ;  272 p.; 8€80.

    Présentation officielle : Dans les années 1860 aux États-Unis, les pionniers partent coloniser l’Ouest. N’ayant pas voulu se joindre à l’un des grands convois protégés, Fanny Kelly, dix-neuf ans, se dirige vers les Rocheuses avec son époux, leur fille adoptive et quelques voyageurs. Le 12 juillet 1864, ils sont attaqués par des Sioux Oglalas qui emmènent la mère et l’enfant. Ignorant tout du sort de son mari et séparée de la fillette dès la première nuit, Fanny va rester prisonnière pendant cinq longs mois. Ces semaines de marches forcées, de faim, de terreur et d’espoir, mais aussi d’observations sur les mœurs et la culture des Sioux, elle les raconte dans ce document exceptionnel paru en 1871, servi par une vraie plume et nourri de portraits et de rebondissements dignes d’un grand roman d’aventures du XIXe siècle.

    Ma captivité chez les Sioux  -  Fanny Kelly


    votre commentaire