• L'exploration du monde  - dirigé par Romain Bertrand

    Une autre histoire des Grandes Découvertes ;

    Seuil ;   3 oct. 2019 ;  528 p.;   27€.

    Présentation officielle : Voici une histoire par dates du VIIe au XXe siècle, riche en surprises, qui rend compte des profonds renouvellements qui ont transformé notre vision de ce qu’on appelait autrefois les « Grandes Découvertes ». Les dates « canoniques », revisitées à l’aune d’une réflexion critique sur les raisons de leur élection par les chronologies officielles, alternent avec les dates « décalées » qui font surgir des paysages et des personnages méconnus. Il est ici question de détricoter le discours qui, associant exploration du monde et « entrée dans la modernité », en réserve le privilège et le bénéfice à l’Europe, et, pour ce faire, de documenter d’autres voyages au long cours – extra-européens. Il est également question, prenant le contre-pied d’une histoire héroïque des expéditions lointaines qui en attribue le mérite à quelques singularités, de rappeler qu’il faut beaucoup d’illusions, et plus encore d’intérêts, pour faire un « rêve », et que Christophe Colomb n’aurait jamais appareillé sans les vaisseaux des frères Pinzón.
    Il s’agit ainsi de substituer des lieux, des instants et des visages aux cultures en carton-pâte et aux croyances en papier mâché ; de donner à voir les échecs autant que les réussites, les naufrages dans les estuaires de la même façon que les entrées triomphales dans les cités soumises ; d’inclure amiraux ottomans, navigateurs chinois, interprètes nahuatls et pilotes arabes dans le musée imaginaire de l’histoire globale ; de mettre en lumière tout un petit peuple d’assistants et d’auxiliaires, de sherpas et de supplétifs (que serait Magellan sans le Malais Enrique ? ou Cortés sans la Malinche ?) ; de passer outre une histoire au masculin en rendant droit de cité aux voyageuses et aux exploratrices ; et enfin de prêter une égale attention aux êtres et aux choses, sachant que, s’il faut une nef pour traverser un océan, une vague ou un bacille suffisent à la vider de ses occupants.
    Ce sont donc à la fois une autre histoire du monde et une autre histoire de l’Europe qui se dévoilent au fil des 90 récits d’aventures proposés par 80 des meilleurs historiennes et historiens de ces questions.

    Commentaire de RoyautéNews : Nous renonçons à commenter ces ouvrages universitaires dont la démarche typique ces dernières années, multiplie les "problématiques" inutilement polémiques, à mesure que l'éventail du choix de sujets se réduit, cette veine facile faisant ressortir des zones sombres de la psychologie de leurs auteurs.

    Cette attitude dont le prurit se rencontre dans tant de questions d'actualité, est un des maux français : sans psychodrame, sans polémique, ce pays est incapable d'exister ou de croire qu'il peut exister. Nous, nous considérons que la polémique pour la polémique, comme la polémique de bas étage, n'ont pas leur place à l'université, ni au CNRS naguère sur la sellette et dont on se demande finalement, à quoi il sert, sinon comme doublon. Si on est capable d'enrichir les bases de l'Histoire, rien ne sert alors de faire procès à tous ceux qui nous ont précédé.

    L'exploration du monde  -  Romain Bertrand


    votre commentaire
  • L'Amérique fantôme ; Les aventuriers francophones du Nouveau Monde - Gilles Havard

    Flammarion ;   28 août 2019 ;   653 p.;   26€.

    Présentation officielle : Oublions les westerns. Durant trois siècles, l’Amérique du Nord a été sillonnée, à l’échelle continentale, par des aventuriers de langue française. Coureurs de bois, trappeurs, interprètes, ces hommes, en quête de fourrures, se sont constamment mêlés aux Amérindiens.
    En partant sur la piste de dix voyageurs, natifs de la France ou du Canada, Gilles Havard fait surgir des scènes saisissantes : adoption d’un jeune Français par des Iroquois du XVIIe siècle, pirogues chargées de peaux de castor ou de bison descendant la rivière Missouri, fêtes du nouvel an empruntant aux cérémonies indiennes, retrouvailles lors des grandes haltes de caravanes… À travers ces destins hors du commun se dessine une autre histoire de la colonisation européenne, occultée par le récit américain de la conquête de l’Ouest : une histoire d’échanges, de métissages, mais aussi de violences, dont les têtes d’affiche sont des Français et des Amérindiens.
    Cet ouvrage explore une Amérique oubliée, fantôme – effacée des mémoires, absente des livres d’histoire. S’appuyant sur des récits de voyage, les archives des deux continents et les témoignages de descendants, enrichi de cartes et d’images inédites, il donne vie à un monde jusqu’ici invisible.

    L'Amérique fantôme ; Les aventuriers francophones du Nouveau Monde - Gilles Havard


    2 commentaires
  • Dumont D'Urville   -   François Bellec

    Tallandier ; paraîtra le 7 nov. 2019 ;  144 p.;  17€.

    Présentation officielle : La France lui doit une partie de l’Antarctique et la légendaire Vénus de Milo. Jules Dumont d’Urville, génie des mers ambitieux, incarne le zèle explorateur du début du XIXe siècle. Les voyages intrépides de ce naturaliste animé par une curiosité sans bornes ont été l’occasion de découvertes entomologiques, zoologiques et botaniques. Commandant imperturbable, il sillonne le Pacifique et ses archipels et retrouve l ’épave du navire de Lapérouse, échoué quarante ans plus tôt à Vanikoro.

    De la mer Noire aux côtes de la Nouvelle-Guinée, de l’Océanie aux mers australes, François Bellec nous entraîne dans la traversée mouvementée d’un navigateur passionné de sciences qui nous a laissé un héritage impressionnant.

    Dumont D'Urville   -   François Bellec


    2 commentaires
  • Récits de voyage  -  Guy de Maupassant

    Arthaud ;   5 juin 2019 ;   432 p.;   25€.

    Présentation officielle : Corse, Italie, Algérie, Tunisie, à bord du Bel-Ami, Guy de Maupassant veut échapper à cette vie mondaine parisienne qu’il n’a jamais vraiment aimée. La lumière et les eaux turquoise de la Méditerranée l’aident pour un temps à oublier ses ennuis de santé et à éprouver un sentiment de liberté. Il couche par écrit ses itinéraires, ses états d’âme (parfois bien noirs), ses réflexions, ses choses vues, le tout plus ou moins fidèlement, plus ou moins reconstitué, voire « fictionné ».

    Dans ses trois ultimes récits de voyages, Au soleil, Sur l’eau, La vie errante, tout Maupassant est à la manœuvre. L’écrivain, journaliste en vue, y révèle ses aspirations, son goût profond pour les voyages, le dépaysement, sans oublier la modernité de ses jugements.

    Récits de voyage  -  Guy de Maupassant


    votre commentaire
  • Mémoire d'un gentilhomme corsaire - Edward John Trelawney

    Libretto ;  11 août 2012 ;   464 p.;   11€80.

    Extrait : Edward John Trelawney, taillé en Hercule, les cheveux d’un noir de jais, impitoyable et ascétique, devint pirate alors qu’il n’avait pas vingt ans et navigua sur les mers du monde entier au gré des batailles, de ses amitiés et de ses amours. Ce conquérant sauvage impressionna tant la société anglaise qu’elle lui voue depuis 170 ans un véritable culte et Mémoires d’un gentilhomme corsaire demeure, à leurs yeux le plus grand livre qu’un Britannique ait écrit avant L’Île au Trésor. Alexandre Dumas lui-même considérait ces souvenirs comme le plus fabuleux récit d’aventures qu’il eût jamais lu…

    Complément par RoyautéNews :   une nouvelle réédition de l'ouvrage paru en 1831, dont l'éditeur fut Alexandre Dumas.

    Mémoire d'un gentilhomme corsaire - Edward John Trelawney


    votre commentaire