• Françoise de Maintenon  -  Georges Poisson

    Chronos ;  7 juillet 2019 ;   144 p.;    7€90.

    Présentation officielle : Françoise d'Aubigné (1635-1719), marquise de Maintenon, est un des personnages les plus contestés de l'histoire de la monarchie française. Certains auteurs en ont tracé une image presque idyllique, d'autres, en particulier Saint-Simon, l'ont volontiers noircie. L'auteur, lui, aborde le sujet avec Lucidité, s'appuyant sur une correspondance foisonnante récemment mise à disposition. Gouvernante des enfants naturels de Louis XIV, celle qui devint secrètement son épouse après La mort de la reine eut sur le roi une empreinte dont il est aujourd'hui difficile de discerner l'ampleur.
    Femme ambitieuse et influente, son statut ambigu - simple mondaine en public, reine en privé - Lui donna une place toute particulière. Traitant Le sujet avec le plus de justesse possible, cet ouvrage offre au lecteur un éclairage nouveau sur cette héroïne de son temps.

    François de Maintenon  -  Georges Poisson


    2 commentaires
  • RN 2 et La Rédaction

    Supprimer la dépendance ministérielle des appellations d'origine

    Nous voulons émettre une position générale d'esprit monarchique au sujet de l'INAO : cet organisme, l'Institut national de l'origine et de la qualité (qui distribue les label AOC par exemple) ne doit plus dépendre du Ministère de l'Agriculture.

    Sans couper le contrôle médical des produits alimentaires, qui dépend de la direction sanitaire, on ne voit pas pourquoi l'État vient se mêler de ce qui ne le regarde pas.

    Il ne faut pas rompre tout contact avec l'État, car ce ne serait pas forcément une bonne chose non plus, comme on l'a vu par exemple pour le camembert où les "poids lourds" (producteurs influents) ont réussi à faire autoriser l'emploi de lait thermisé pour diminuer les procédures d'hygiène, ce qui est dangereux car cela détruit les anticorps du lait.

    Mais l'organisation ne doit dépendre dans son travail propre que des terroirs et des seuls partenaires autorisés dont par définition l'État ne peut faire partie. (Il n'est pas normal par exemple que l'État nomme la direction de l'INAO...)

    Parmi l'un des derniers scandales de l'État : L'INAO, contre toute vraisemblance historique et contre la volonté des acteurs de cette production vinicole, veut déclasser et faire sauter l'appartenance des Vins de Chablis à la région des Vins de Bourgogne !

     

    Et ne parlons pas des vins de Bordeaux, attaqués depuis des années par une dérégulation de repères...


    votre commentaire
  • RN 2 et La Rédaction

    Les Eaux et Forêts

    Création très ancienne de l'époque royale, l'administration des Eaux et Forêts, pourtant à l'heure où, de tout bord, on se met au vert, elle est aujourd'hui condamnée par le pouvoir par sa volonté de privatiser et de tout démanteler.

    L'ONF est à l'agonie depuis des décennies, avec des vagues de suicides importantes. Ceci n'est que la continuation.

    Le site Reporterre dévoile la contestation des gardiens des forêts et explique pourquoi. Pour tout comprendre, Un Clic ici

     

     


    2 commentaires
  • Louis XVIII - Un roi en exil  -  Marie-France Sardain

    Éditions Jourdan ;   21 nov. 2019 ;   162 p.;   17€90.

    Présentation officielle :  1789. Après avoir échappé à la mouvance révolutionnaire, le comte de Provence erre pendant vingt-trois ans sur les routes européennes avec la conviction d'être reconnu en tant que représentant vivant de la royauté décapitée. De la Belgique à la Russie, il organise son gouvernement nomade et son réseau d'informateurs. A la chute de Napoléon Ier, il rentre en France, le chemin étant tracé par Talleyrand.
    Malgré son infirmité, le prince séduit par sa hauteur et la qualité de ses propos. Le pays est exsangue, l'économie bloquée. Au retour de l'Empereur, le roi Louis XVIII réside à Gand où il réussit à s'adapter avec sagesse aux puissances alliées. Après Waterloo, il est de retour dans une France dont il négocie âprement la libération. Il restaure les finances et le grand tournant de l'histoire est engagé dans la paix et les idées nouvelles avec l'élaboration de la Charte.
    C'est ce parcours, celui du Comte de Provence qui deviendra Louis XVIII, que Marie-France Sardain propose de découvrir dans un ouvrage précis et complet, qui met en perspective le caractère d'un homme et ses pérégrinations en Europe.

    Louis XVIII - Un roi en exil  -  Marie-France Sardain


    votre commentaire
  • Louis XV - Un portrait  -  Bernard Hours

    Privat ;   1er oct. 2009 ;   732 p.;   27€.

    Présentation officielle : " Prince fornicateur, adultère, incestueux, sacrilège, voleur public, ivrogne, fainéant, idiot, excommunié, n'ayant point fait ses Pâques depuis près de vingt-huit ans et digne de toute la colère de Dieu."

    A cette condamnation sans appel par un contemporain, répond cette réhabilitation tranquille et non moins excessive par un historien du siècle dernier : " Louis XV était un saint ".

    Ces jugements des plus contradictoires puisent à la même source : avec Louis XV, l'image du roi a subi une césure définitive entre vie publique et vie privée. Considérée comme une évidence, cette césure a rendu possible une réputation d'immoralité et de débauche d'une part, d'indolence et de faiblesse d'autre part. Malgré leur érudition, les études récentes qui ont tenté de réhabiliter le roi, ont échoué. Pour mieux comprendre ce que signifie " être roi " en France à l'époque des remises en cause de l'absolutisme, il fallait tenter de ressaisir la personne royale à la fois dans son unité et dans sa complexité. Au récit linéaire qui constitue la trame coutumière des biographies, on a préféré l'esquisse d'un portrait historique par touches successives.

    Ainsi, Louis XV se trouve rétabli comme roi dans chacune des facettes multiples et parfois contradictoires de sa personnalité. Son règne apparaît alors comme le dévoilement progressif de son autorité au cœur d'un État en proie à des antinomies et à des blocages structurels. Plutôt que le raconter, l'objectif de cette biographie est de comprendre le roi, tout le roi, rien que le roi.

    Louis XV - Un portrait  -  Bernard Hours


    2 commentaires
  • Le goût des rois  -  Jean-François Solnon

    tempus ;  (2015) ;   23 janv. 2020 ;  413 p.;   9€.

    Présentation officielle : Les passions des souverains, un autre regard sur l'histoire de France.

    Les rois de France ne sont pas seulement des hommes politiques ou des chefs de guerre : ils sont aussi habités de passions et de centres d'intérêt particuliers. Leur goût pour les arts, les lettres ou les sciences, les livres ou la gastronomie, comme leur pratique de la peinture, de la musique ou de la danse dévoilent à cet égard leur personnalité mieux que leur vie publique. Jean-François Solnon nous fait découvrir dans ce livre novateur l'austère Louis XIII compositeur de ballet, un Louis XIV artiste, guitariste et danseur, un Louis XVI passionné de voyages plus que de serrurerie, un Napoléon Ier connaisseur de musique italienne et de théâtre classique ou encore un Napoléon III père de l'archéologie moderne. Dépouillés de leur image conventionnelle et intimidante, ces souverains gagnent en vérité et en humanité.

    Le goût des rois  -  Jean-François Solnon


    2 commentaires
  • RN 1 pour La Rédaction

    Circulaire et position carrée royaliste pour être centrée dans les esprits

    Logiquement ça ne devrait pas nous concerner, sur le Site. Mais on les voit peu se renouveler... C'est l'occasion pour les candidats monarchistes, s'il s'en trouve aux élections municipales françaises ou à de futures élections, de se manifester aux autorités pour préciser de quelle manière ils seront et devront être étiquetés. Sinon c'est Circulaire, y a rien à voir !

    RoyautéNews considère qu'il est temps de réintroduire une alternance monarchiste, non dans l'actualité et ses schémas rouillés, mais à côté, tout-à-côté, en prise avec la réalité et tout en distance d'avec la mare.

    C'est là que ça coince. Jusqu'ici, les candidats royalistes ont tous été classés, et tous, se sont voulus, de Droite. Ce qui est une contradiction de sens. Et ça vaut pour les indépendants (de Droite il va sans dire), ou apparentés ; immanquablement épinglés à Droite, voire à l'extrême, par les hiboux de préfecture.

    Des candidats royalistes se situant à Droite, d'après nous sont inutiles. Ils ne font qu'augmenter la confusion, tout en empêchant l'émergence d'une force utile clairement identifiée comme différente et riche d'avenir.

    Utile, cette force, si elle veut bien exister, car elle oblige à un effort (enfin !) de conception. S'il s'agit de répéter en chœur les idées fixes usées de la Droite, autant pour eux comme pour tous, c'est inutile. Le royalisme politique n'est pas un recyclage pour droitards désœuvrés.

    Étiquette Hors Fromage

    Des élus royalistes, s'il en vient, devront se signaler à part, hors du fromage. Ou bien ils sont (vraiment) royalistes, et ils se situent hors fromage, ou bien ils ont des actions (ou des obligations) chez les Rats du Système : chacun sa conception de la vie. Ratitude et bave de crapaud sont les républicains attributs et l'horizon indépassable du dédale politique.

    Les gens aux idées de Droite (laquelle ? Et de quelle époque ?), étant en plus, royalistes, croient qu'ils sauveront... quoi ? la France ?.. Reparlons-en dans deux cents ans.

    S'il devait entrer des royalistes à l'Assemblée, des royalistes hors compromission avec les salades républicaines, c'est le moment pour eux de dire au pouvoir en place, avant la réécriture de la circulaire, qu'ils voudront se placer d'une manière originale dans l'hémicycle afin d'éviter toute confusion. Ils ne seront, ni aile, ni trognon, ni roue de secours du système!


    2 commentaires
  • La Rédaction

     

    L'Association Universelle des Amis de Jeanne d'Arc souhaite donner à la Russie une statue de Jeanne d'Arc qui sera implantée à Saint-Pétersbourg. Pour participer, un clic sur l'adresse pour effectuer un don. Chaque don ouvrira droit à un reçu fiscal.

    Ce projet est recommandé par l'IMB.

     

    St-Petersbourg.pdf

     


    2 commentaires
  •  

    La Princesse Béatrix des Pays-Bas     © Gtres Online

    Images des funérailles de l'Infante Pilar

    Le roi et la reine avec les enfants de l'Infante Pilar  © Gtres Online

    Images des funérailles de l'Infante Pilar

    La reine Margarita et Kubrat de Roumanie, Carla et Mirko         © Gtres Online

    Images des funérailles de l'Infante Pilar


    2 commentaires
  • La Rédaction

    Les funérailles de la Duchesse de Badajoz ont été célébrées mercredi dans le Monastère Royal San Lorenzo de El Escurial en présence du roi Philippe d'Espagne et de la reine Letizia, du  roi Juan Carlos et de la reine Sophie, des cinq enfants de l'Infante, Simoneta Luisa Gómez-Acebo y Borbón et son ex-mari José Miguel Fernández Sastrón et leurs enfants, Juan, Bruno et son épouse Bárbara Cano, Beltrán et son épouse Andrea Pascual, Fernando, et leurs enfants, et en présence des membres de la famille royale, les Infantes Elena et Cristina, et de deux cents invités. Auparavant, le roi avait passé en revue la garde d'honneur. La dépouille, entrant dans le sanctuaire, fut saluée par l'hymne national, accompagnée de l'Archevêque Mgr del Río Martín, Aumônier national aux Armées, qui célébrait la cérémonie.

     

    Assistaient aux funérailles, la Princesse Béatrix des Pays-Bas, la reine Margarita de Bulgarie, la Princesse Marie-Astrid de Luxembourg et son époux Carl-Christian d'Autriche, Le Duc de Bragance, l'Archiduchesse Francesca et sa fille Gloria et les Archiducs Georg et Martin, Le Duc d'Anjou, Louis de Bourbon et la Princesse Marguerite, Alexia de Grèce, Irène de Grèce, le Duc Héritier Eberhardt de Wurtemberg, de membres de la maison royale de Georgie, le Prince Kubrat de Bulgarie, la Princesse Carla, la Princesse Kalina de Bulgarie et son époux Kitín Muñoz, la Princesse Maria de Bulgarie, le Prince Mirko, Le Prince Pierre de Bourbon Siciles et son épouse Sofia, la Princesse Christine de Bourbon Siciles et Pedro Lopez-Quesada, le Duc d'Albe, le Duc de Híjar, leur frère Fernando Martínez de Irujo, et leur sœur Eugenia, la Comtesse de Paris, le Comte et la Comtesse de Dreux, Béatrice d'Orléans et ses filles Adélaïde et Clotilde, et plusieurs parents ou amis de la défunte et des célébrités espagnoles, M. et Mme John Fruchaud, Helen Kirby, et leur sœur Eugenia, la baronne Thyssen, grande amie de la défunte, l'ancien ministre José María Michavila, Esperanza Aguirre, ancienne présidente du Sénat et ancien ministre, Laura Ponte, ex-épouse de Beltrán Gómez-Acebo, Paloma Segrelles, le chanteur Antonio Carmona et Mariola Orellana, Alicia Koplowitz, le torero Miguel Báez Spínola "El Litri" et sa mère, Conchita Espínola, Begoña Villacís, James Costos y María García de la Rasilla, de Narcís Rebollo, ou encore, l'ancien chef de la maison du roi, Rafael Spottorno Díaz-Caro et son épouse Pia Rubio, ou de Borja Thyssen et son épouse Blanca Cuesta.

    Parmi les autorités officielles, Mgr Bernardito Cleopas Auza, Nonce Apostolique, la Présidente de la Chambre, Meritxell Batet, la vice-présidente du Gouvernement et ministre, Carmen Calvo, le président du Tribunal Constitutionnel Juan José González Rivas, le président du Tribunal Suprême et du Conseil Général du Pouvoir Judiciaire Carlos Lesmes, la présidente de la Communauté de Madrid Isabel Díaz Ayuso, le Maire de Madrid José Luis Martínez-Almeida, la Mairesse de San Lorenzo de El Escorial, Carlota López Esteban.

     

    Le roi, la reine.

    Funérailles de l'Infante Pilar

    Funérailles de l'Infante Pilar

    Funérailles de l'Infante Pilar

    Fernando Martínez de Irujo, salué par Meritxell Batet.

    Funérailles de l'Infante Pilar

    © Lagencia Grosby   - Le Prince Louis de Bourbon et Marguerite, Duchesse d'Anjou

    Funérailles de l'Infante Pilar

    Le Duc d'Albe      © Gtres Online

    Funérailles de l'Infante Pilar

    Béatrix d'Orléans, Les Princesses Adélaïde et Clotilde d'Orléans, le Comte de Dreux et son épouse Theresa.   
    © Gtres Online

     

    Notre article du 8 Janvier sur la mort de l'Infante Pilar


    votre commentaire