• Monseigneur Thuan  -   Anne Bernet

    Tallandier ;  1er nov. 2018 ;   544 p.;  23€90.

    Présentation officielle : 1975 : Saigon et le Sud Vietnam tombent au pouvoir des communistes. Pour affronter l’épreuve qui attend l’Église, Paul VI nomme coadjuteur d’Ho Chi Minh-Ville le jeune évêque de Nha Trang, François-Xavier Nguyen Van Thuan. Ce choix, les autorités ne l’accepteront jamais.

    Neveu du président Diem, Monseigneur Thuan, connu pour ses prises de position courageuses et son activité caritative qui a mobilisé en faveur de son pays en guerre des donateurs du monde entier, est une menace pour le pouvoir. Arrêté, il entame un long calvaire, passant de prison en prison, soumis aux pires privations sensorielles et conditions d’incarcération, totalement isolé, dans l’espoir de lui faire avouer des crimes inexistants : rien ne parviendra à le briser. En 1988, sous la pression internationale, Hanoi le libère, mais le force à l’exil. Nommé président du dicastère Justice et Paix par Jean-Paul II, Monseigneur Thuan devient cardinal en 2001. Décédé à Rome en 2002, il a été déclaré vénérable en 2017. Ses écrits témoignent aujourd’hui encore d’une résistance pacifique mais invincible à l’oppression.

    Monseigneur Thuan  -   Anne Bernet

     


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Les ciné-conférences de Daniel Drion sont organisées par Connaissance du Monde dans des cinémas.

    Les prochaines projections ont lieu actuellement ou prochainement à Agen, Anglet, Bayonne, Bordeaux, Le Haillan, Limoges, Moulins, Pau, Périgueux, Sainte-Eulalie, Vichy. Horaires et dates, cliquez ici.

    La Route Napoléon  - Sous le vol de l'Aigle

    Présentation officielle : Le 1er mars 1815, après dix mois d’exil sur l’île d’Elbe, NAPOLEON débarque à Golfe Juan, pour reconquérir le pouvoir.

    C’est le début d’une aventure incroyable ; l’invasion d’un pays par un seul homme.

    Les chemins de cette épopée sont devenus LA ROUTE NAPOLEON, la première route touristique de France, la plus belle comme parcours, la plus audacieuse comme tracé.

    Jamais monotone, toujours surprenante, cette route est un jeu de piste, jalonnée d’anecdotes, entretenues et enjolivées au fil des siècles.

    Que vous soyez  cycliste, motard, cavalier, camping cariste ou automobiliste, laissez-vous charmer par cette route mythique.


    votre commentaire
  • La révolte  -  Clara Dupont-Monod

    Stock ;  22 août 2018 ;   243 p.;   18€50.

    Ce roman qui respecte les grandes lignes historiques est le troisième ouvrage que consacre l'auteur à Aliénor d'Aquitaine et à son époque. RoyautéNews

    La révolte  -  Clara Dupont-Monod

    Présentation officielle : « Sa robe caresse le sol. À cet instant, nous sommes comme les pierres des voûtes, immobiles et sans souffle. Mais ce qui raidit mes frères, ce n’est pas l’indifférence, car ils sont habitués à ne pas être regardés ; ni non plus la solennité de l’entretien – tout ce qui touche à Aliénor est solennel. Non, ce qui nous fige, à cet instant-là, c’est sa voix. Car c’est d’une voix douce, pleine de menaces, que ma mère ordonne d’aller renverser notre père. »
    Aliénor d’Aquitaine racontée par son fils Richard Coeur de Lion.


    votre commentaire
  • RN 2 et La Rédaction

    Une centaine de joyaux dont certains appartenaient à Marie-Antoinette et venant des Bourbon-Parme ont été vendus hier à Genève dans une des plus fabuleuses ventes opérées par Sotheby's.

    La famille royale de Parme est la famille la plus proche, et la plus étroitement liée à la branche aînée des rois de France, éteinte en 1883 avec le Comte de Chambord.

    Ces bijoux étaient compris dans l'inventaire de l'Archiduchesse Maria Anna, Duchesse de Parme ( 1940).

    Le lot phare d'une dizaine de pièces, comportait un collier de 161 perles emporté 2 millions $, et une magnifique perle avec diamants, cédée 36 millions de dollars. Ce lot de dix pièces a atteint plus de 42 millions de dollars.

    Ces joyaux provenus de Marie-Antoinette furent emportés par l'ambassadeur d'Autriche Mercy-Argenteau et remis à la sœur de la reine, l'Archiduchesse Marie-Christine. Plus tard, ils furent rendus par l'Empereur François Ier à la Duchesse d'Angoulême, Madame Royale, fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette, épouse du roi Louis XIX. Ils passèrent ensuite à leur nièce et fille adoptive Louise, Duchesse de Parme.

    Plusieurs autres pièces de cette vente provenaient à l'origine de la reine Isabelle II, comme l'ensemble de diamants accompagnant un rubis birman (dernière image).

    La broche de diamants encadrant un saphir jaune fut offerte à l'Archiduchesse Maria Anna d'Autriche, venant de sa mère la Princesse Isabella von Croÿ, par son père lorsqu'elle épouse en 1903 Elie de Bourbon, Duc de Parme. La tiare ci-dessous fut créée par le joaillier viennois Hübner en 1912 pour elle.

     

    Vente Sotheby's des joyaux de Marie-Antoinette


    2 commentaires
  • Les vainqueurs ; Comment la France a gagné la Grande Guerre - Michel Goya

    Tallandier ;   30 août 2018 ;    21€50.

    Présentation officielle : 14 juillet 1919. Le défilé militaire le plus impressionnant qui ait jamais existé consacre l’armée française victorieuse. Quelques jours après la signature de la paix, le 28 juin, la cérémonie est à la fois un hommage aux 1 400 000 hommes tombés en quatre ans et une célébration de la victoire, celle de la France.

    L’armée française a joué un rôle capital dans la victoire sur l’Allemagne durant la Première Guerre mondiale. Si elle fut toujours l’armée principale des Alliés – sur la Marne en 1914 ou à Verdun en 1916 –, c’est lors des combats gigantesques de 1918 qu’elle a été la plus grande, la plus moderne et, à partir de l’effondrement allemand, la plus puissante du monde grâce à une industrie de guerre aussi imaginative que performante. Arsenal des nations et force majeure des Alliés injustement oubliée de l’historiographie anglo-saxonne et française, la France de 1918 est pourtant l’équivalent de ce que seront les États-Unis en 1944 sur le front Ouest. Grâce à son approche originale de la Grande Guerre, Michel Goya dresse le portrait de cette armée française depuis la préparation des combats du printemps 1918 jusqu’au traité de paix de Versailles et la démobilisation. Il nous éclaire sur la manière dont cette armée s’est transformée jusqu’à la victoire finale et revient sur le processus qui l’a conduite de la gloire au déclin dans les années qui ont suivi. Un vibrant hommage aux soldats français, grands vainqueurs de la Première Guerre mondiale.

     

    Les vainqueurs   -   Michel Goya


    votre commentaire
  • Histoire des Etats-Unis  -  Bertrand Van Ruymbeke

    Tallandier ;  13 sept. 2018 ;  880 p.;   29€50.

    Résumé officiel : Du voyage fondateur de Christophe Colomb en 1492 jusqu’à l’élection de Donald Trump, cette magistrale Histoire des États-Unis retrace la naissance et le prodigieux essor d’une société multiculturelle sans cesse en mutation et du « rêve américain ». L’histoire des États-Unis puise son origine dans les bouleversements liés à l’apparition soudaine d’un Nouveau Monde dans la géographie mentale des Européens. Du XVIe au XVIIIe siècle, les Anglais fondent des colonies le long du littoral du continent nord-américain de Terre-Neuve à la Géorgie : ils importent des esclaves africains et repoussent les sociétés amérindiennes au-delà des Appalaches. En 1776, l’Amérique s’embrase. Les révolutionnaires défient la Grande-Bretagne et déclarent l’indépendance de treize colonies qui s’unissent pour donner naissance aux États-Unis. Un pays est né, une république fédérale. L’histoire de ce pays neuf est celle d’une inexorable avancée territoriale, d’un développement démographique et économique phénoménal et d’une construction politique et constitutionnelle reposant sur un équilibre complexe. À l’orée du XXe siècle, les États-Unis prennent place au sein des puissances mondiales pour, un demi-siècle plus tard, devenir la première d’entre elles. C’est le siècle américain. Par une fine approche socioculturelle et un grand art de la synthèse, Bertrand Van Ruymbeke relate avec passion plus de cinq siècles d’histoire, petite et grande – la fondation des colonies, la Révolution, la guerre de Sécession, la conquête de l’Ouest, la ségrégation, l’assassinat de Kennedy, le Vietnam, le Watergate, les otages de l’ambassade américaine à Téhéran, le scandale Monica Lewinsky, la présidence Obama, l’élection de Trump, etc. Cette histoire, celle d’un pays qui a connu certes des succès et des élans d’optimisme, de croissance et d’inventivité, mais aussi des échecs, des hésitations, des revirements, des malheurs et des erreurs, est étonnante, fascinante même, voire exceptionnelle.

    Histoire des Etats-Unis  -  Bertrand Van Ruymbeke


    votre commentaire
  • Les Mouffettes  -  Alain M. Bergeron, Michel Quintin

    Illustratrice, Sampar  ;

    Editions Michel Quintin ;  2015 ;  dès l'âge de 7 ans ;  12€95.

    Les Mouffettes  -  Alain M. Bergeron, Michel Quintin, Sampar

     


    4 commentaires
  • Idées reçues sur la Première Guerre mondiale  -  François Cochet

    Le Cavalier Bleu ;   18 oct. 2018 ;  200 p.;   12€.

    Présentation officielle de cette 3° édition : Notre société française du XXIe siècle est fascinée par la Première Guerre mondiale. L’édition, le cinéma et la télévision se sont emparés du sujet, véhiculant par là-même de nombreuses idées reçues. Car la mémoire est à l’histoire ce que la caricature est au dessin, elle force le trait, exagère, simplifie : « L’assassinat de François-Ferdinand a déclenché le début des hostilités », « Ce fut principalement une guerre de tranchées », « Les femmes sont mises au travail », « Clemenceau et Pétain ont fait gagner la guerre », « Sans les États-Unis, la guerre aurait été perdue », « Toute une génération a été inutilement sacrifiée »… François Cochet s’attache ici à rétablir les faits et nuancer la vulgate de cette « Grande Guerre » qui continue de hanter les esprits.

    Commentaire de RoyautéNews : Nous nous trouvons devant un exemple de la rage de la réécriture de l'Histoire. Il ne faut donner aucune résonance à ce type d'ouvrage car son amorce est virulente. Il est facile en effet de s'en prendre aux idées qui se sont imposées, et à ceux qui les ont fait leurs. Tellement facile !

    Baser un ouvrage universitaire sur un procédé aussi facile que méprisable, voilà encore un exemple que l'esprit républicain qui s'est immiscé partout avec sa cohorte de malheurs n'épargne rien, pas même les espaces dédiés à la réflexion.

    Oui, c'est bien l'assassinat de François-Ferdinand qui a déclenché le mouvement conduisant à l'inéluctabilité des hostilités compte-tenu des rapports de force diplomatiques et psychologiques de cette époque. RoyautéNews (Ceci au programme des lycées d'enseignement secondaire)

    Oui, ce fut bien une guerre de tranchées, contrairement à ce qu'insinue l'auteur. Oui, les femmes ont été mises à contribution et elles ne se sont pas fait prier. Clémenceau, Pétain et certains autres grands chefs ont fait gagner la Guerre, même s'il existe un mouvement sournois pour minimiser le rôle de Pétain, impasse dans laquelle ses défenseurs se sont pris les pieds, comme nous le verrons dans notre prochaine synthèse.

    Quand à l'idée jugée comme "reçue" par l'auteur que "Toute une génération a été inutilement sacrifiée", elle est une insulte hors limites. Faut-il y voir que l'auteur serait fou, mais aussi, les responsables de son édition ? Ou se rapporter à une appréciation clinique que décidément, le mensonge insinué par la République dans les esprits est hors limites ?

     

    Lire aussi notre article sur le livre consacré au Japon, qui s'en prend lui aussi à tout le monde en général. C'est l'optique de cette collection semble-t-il.

    Idées reçues sur la Première Guerre mondiale  -  François Cochet


    votre commentaire
  • La Rédaction

       (suite)

     Ci-dessous les Maréchaux Joffre et Foch, et le Maréchal Pétain.

    Le Défilé de la Victoire à Paris - Juillet 1919

     

     

    Le Défilé de la Victoire à Paris - Juillet 1919

       Cliquer sur les images pour les agrandir

     

    Lire également l'article sur les chevaux de la Grande Guerre,

    Notes jetées sur la Grande Guerre, sur Royal Artillerie le Blogue 


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Le 14 Juillet 1919, lors du grand défilé de la Victoire à Paris, après la conclusion de l'Armistice signé le 11 Novembre 1918, les Généraux Joffre et Foch en tête des militaires, mais derrière les mutilés en tête du cortège. Derrière Joffre et Foch, les grands généraux qui, tels que Pétain, ont permis la Victoire alliée.

     

     

    Derrière ces images émouvantes, on mesure la valeur de cette époque, comme une époque de transition dans tous les domaines, avec la présence des Généraux à cheval.

    Pourtant, ces militaires-là n'étaient pas cavaliers, ils étaient Artilleurs ou Fantassins. Mais cependant, tous, Foch, Pétain, Joffre, montaient de temps à autre, comme un élément de leur qualité d'officier.

    La seconde Guerre Mondiale verra le dernier conflit durant lequel les chevaux serviront dans des combats, mais ils seront rares.

    Lire aussi le remarquable article du Figaro Le sacre de la Victoire  (2015)


    2 commentaires