• Louis XVII a survécu à la prison du Temple - Charles Louis de Bourbon

    Illustrations, Claude Badens ;

    Editions de Saint-Amans ; 17 janv. 2017 ;  20€.

    Présentation officielle : Pendant plus de 220 ans, ma famille et moi-même avons fait tout ce qui était en notre pouvoir pour faire éclater la vérité : Louis XVII n'est pas mort à la prison du Temple comme les gouvernements successifs ainsi que les familles régnantes de Bourbon et d'Orléans ont toujours essayé de le faire croire, allant jusqu'à plusieurs tentatives de meurtre sur la personne de Louis XVII, et plusieurs empoisonnements et des massacres sur les personnes, médecins et nobles fidèles à notre cause, susceptibles de témoigner en faveur de la survie de l'enfant Roi et de notre appartenance à la famille royale.
    De nos jours encore, par des moyens tout aussi insidieux quoique moins brutaux, certains de nos cousins continuent leur travail de sape. Pourquoi s'acharner aujourd'hui ? D'autant que, en plus des autres preuves accumulées pendant plus de deux siècles malgré la « disparition » fortuite de nombre de documents, les progrès de l'analyse ADN nous permettent maintenant sans contestation possible de prouver que nous sommes les arrière-petits-enfants de Louis XVII. Lisez ce livre. Jugez-en par vous-même.


    2 commentaires
  • La Rédaction

    Charles Louis de Bourbon appartient à la branche canadienne de la famille issue de Naundorff.

    Son cousin français, lui, à l'inverse de son père disparu en 2008, ne se considère pas comme héritier du trône, sans renier toutefois l'histoire de sa famille. Nous reparlerons une autre fois de cette branche française et restons-en ce soir à Charles Louis.

    Peut-être en raison du mouvement des Gilets Jaunes, il remet en cause la position qui consistait à souhaiter une simple reconnaissance d'une origine qu'il revendique, et réclame aujourd'hui le trône de France. Il va même plus loin : pour lui, il est le seul prétendant possible. Ce qui manque de simple logique sur le choix du terme. S'il est en effet le descendant de Louis XVI comme il le pense, et selon la position naundorffiste au moins, il devrait se dire héritier du trône et non Prétendant.

    En tous les cas le voici en France et il vient de s'arrêter à Calais où a été créé au printemps 2018 un cercle de soutien dont les effectifs dépassent cinq cents personnes réparties en France, en Belgique et en Hollande (la Hollande, qui reconnaissait les prétentions de Naundorff et qui a toujours porté quelques fidèles de ses descendants), et qui compte quatre cent quatre-vingt adhérents effectifs. Il poursuit maintenant sa route en Pays de Loire et en Gascogne, en passant par la Lorraine... et l'Alsace, pendant deux mois.

    Parler de la branche Naundorff a du bon car elle permet de rectifier l'erreur répandue dans tous les magazines qu'il existe deux  prétendants : Louis de Bourbon, ce qui est faux, et Jean d'Orléans, qui est Prétendant et le revendique. Si au moins un déclic se faisait dans l'esprit simplifié des journalistes, ce serait très bien. Le cas Naundorff leur servira au moins à retrouver de l'ordre dans leurs idées.

    Mais qui était Naundorff ? Le plus célèbre de ceux qui ont prétendu être le petit Louis XVII évadé du Temple. Et qui aurait alors été l'héritier de la branche de Louis XVI.

    Nous ne rentrerons pas ce soir dans la comparaison de l'authenticité comparée des branches d'un point de vue dynastique, surtout si l'on voulait prendre en compte l'hypothèse Naundorff. Bornons-nous à dire que M. Boiry, l'un des amis du Site fut un défenseur de la thèse Naundorff et un champion de la survivance de Louis XVII. Il sut remettre en perspective en plusieurs ouvrages les éléments notables du dossier Naundorff et les faiblesses de la théorie contraire.

    Voici deux livres à suivre, consacrés à Louis XVII et écrits par Charles (Louis) de Bourbon.

    Les analyses, invoquées en faveur de cette famille, sont dues au Professeur Lucotte, qui n'affirme pas à notre connaissance autre chose qu'une parenté de l'haplogroupe, ce qui signifie seulement que Louis XVI et les actuels représentants de la famille Naundorff ont une signature Bourbon, à constater sur une période de plusieurs siècles. 

    Nous, sur RoyautéNews n'accordons qu'une attention documentaire et informative à l'existence de cette famille, jugeant cependant que le dossier, lui, ne cesse de s'alimenter et constitue en lui-même un objet de curiosité. Nous ne trouvons pas de ressemblance des membres de la famille Naundorff avec les rois Bourbons.

    Résultat de recherche d'images pour "Charles-Louis de Bourbon"


    2 commentaires
  • La France gastronome  -  Antoine de Baecque

    Payot ;  23 janv. 2019 ;  240 p.;   22€.

    Présentation officielle : Notre gastronomie est née à la fin du XVIIIe siècle. Quelques décennies plus tard, elle avait conquis le monde. Grâce à l’invention du restaurant à l’automne 1765, puis à son formidable essor à la Révolution et au XIXe siècle, plus personne n’ignore désormais que le Français aime manger, qu’il mange bien et qu’il sait en parler. Nous le devons à Mathurin Roze de Chantoiseau, le premier restaurateur de l’histoire, mais aussi à Grimod de La Reynière, premier grand critique gastronomique, à Antoine Carême, premier cuisinier vedette, à Brillat-Savarin, premier intellectuel de la table, et à Escoffier, qui propulsa la cuisine française dans la modernité. Nous le devons encore à la sauce poulette, qui permit aux restaurateurs de s’imposer définitivement face aux traiteurs et aux aubergistes, et nous le devons aux centaines de milliers de clients que les cuisiniers durent ensuite apprendre à séduire quotidiennement. C’est ce moment historique de notre culture que raconte Antoine de Baecque, le moment où la cuisine est devenue un trait spécifique de l’identité française.

    La France gastronome  -  Antoine de Baecque


    votre commentaire
  • Les héros de la Vendée - Jean-Joël Brégeon

    Préface de Gérard Guicheteau ;

    Editions du Cerf ;  Janv. 2019 ;  288 p.;  20€.

    L'image de couverture représente le Prince de Talmont, un des héros de la Vendée. RoyautéNews

    Présentation officielle : Loués ou honnis, tels demeurent dans la mémoire française les chefs de guerre qui, de 1793 à 1796, menèrent les révoltes royalistes de l’Ouest contre les armées républicaines. Leur jeunesse et leur audace ont fait leur légende, dorée ou noire. Mais c’est en cela que ces champions de la monarchie sont également des héros modernes.

    Cathelineau « le saint de l’Anjou », Lescure « le saint du Poitou », Bonchamps le magnanime, Talmont le vengeur, d’Elbée le provocateur Marigny l’indiscipliné, Stofflet l’infaillible, La Rochejaquelein le cadet et Charette « le roi de la Vendée » : voici l’épopée d’une génération qui, toute à sa fureur de vivre, a choisi pour destin de revivre l’Iliade. C’est avec un souffle homérique que Jean-Joël Brégeon en restitue ici l’histoire.

    Les héros de la Vendée - Jean-Joël Brégeon


    votre commentaire
  • Histoire mondiale des cours - dir. Victor Battagion et Thierry Sarmant

    De l'Antiquité à nos jours ;

    Perrin ;   17 janv. 2019 ;   480 p.;   25€.

    Histoire mondiale des cours - Victor Battagion ; Thierry Sarmant

    Présentation officielle : Véritable voyage dans le monde prestigieux et mystérieux des anciennes cours, ce volume offre à ses lecteurs l'insigne honneur d'être reçu à la cour de Pharaon en Egypte, à celle des empereurs de Chine et du Japon, à celle du roi des rois perse - de Darius au dernier shah d'Iran -, à celles de Rome et de Byzance, de la Sublime Porte, des Grands Moghols indiens, du Vatican, de France bien sûr, mais aussi à celles d'Angleterre, d'Autriche, d'Espagne et de Russie, ou encore dans les royaumes et principautés allemands, scandinaves et balkaniques.
    Comment elles ont été constituées, comment elles ont évolué, qui les compose - famille, domesticité, dignitaires -, quel est leur écrin - Versailles, Westminster, le Sérail de Constantinople, la Cité interdite de Pékin... -, quels en sont les rites et les usages - le souverain est un être sacré, devant qui la prosternation, "proskynése" en Europe et en Asie, "kow-tow" en Chine, est de rigueur -, quels sont leurs liens ; enfin pourquoi et comment - pour la plupart - elles ont disparu : pour la première fois, les meilleurs spécialistes, réunis par Victor Battaggion et Thierry Sarmant, répondent à toutes ces interrogations et brossent d'une plume alerte et érudite l'histoire de ces cours, tout à la fois instrument et manifestation du pouvoir, de l'Egypte antique à l'Europe contemporaine.


    votre commentaire
  • Mohammad Réza Pahlavi - Yves Bomati ; Houchang Nahavandi

    tempus ;  31 janvier 2019 ;   800 p.;  12€.

    Présentation officielle : La première véritable biographie de Mohammad Réza Pahlavi, le dernier shah d'Iran.

    "Laissons à l'histoire le soin de juger Mohammad Réza Pahlavi en tant que gouvernant", a déclaré le président Sadate lors des obsèques de son ami, en Egypte. Le dernier shah d'Iran (1919-1980) est en effet un des monarques les plus controversés du XXe siècle. Défendu âprement par les uns, qualifié de dictateur par les autres, cet homme réservé qui a succédé à son père en pleine Seconde Guerre mondiale a modernisé à marche forcée son pays, s'aliénant les tenants de la tradition et les puissances étrangères jusqu'à ce que la révolution islamique de 1979 provoque sa chute et le contraigne à l'exil.
    Forts de leur connaissance des événements et des acteurs, Yves Bomati et Houchang Nahavandi livrent un portrait lumineux et dépassionné de cet empereur au destin hors du commun.

    Mohammad Réza Pahlavi -

    Il s'agit de la version de poche de l'ouvrage paru en 2013, auquel quelques pages ont été ajoutées, relatives à l'opération Ajax dont quelques arcanes ont été dévoilées récemment par les archives américaines, lesquelles viennent corroborer ce que les auteurs avaient écrit. RN


    1 commentaire
  • Le voyage en Afrique du Nord - Christine Peltre

    Images et mirages d'un tourisme (1880-1931)

    Préface de Leïla Sebbar ;

    Bleu autour ;  Collection Pierre de Gigord ;  3 mai 2018 ;  244 p.;  28€.

    Le voyage en Afrique du Nord - Christine Peltre


    votre commentaire
  • La Rédaction

    C'est sans surprise que Jean, Duc de Vendôme, est devenu le nouveau Comte de Paris. Il a utilisé ce titre sur un acte pour la première fois le jour des obsèques de son père le 2 février.

    C'est en effet son grand-père Henri, mort en 1999, celui que RoyautéNews a toujours désigné comme le Comte de Paris historique, qui avait fixé que le Chef de sa maison porterait désormais le titre de Comte de Paris.

    Cette tradition pouvait ne pas être suivie, car elle ne comporte pas un impératif majeur. Mais elle a été suivie par le nouveau chef de la maison d'Orléans.

    C'est sur la décision du Roi des Français Louis-Philippe, que le titre de Comte de Paris fut introduit dans la branche d'Orléans, en 1838 à la naissance de son petit-fils aîné, Philippe, qui fut, lui aussi mais au 19ème s., le Comte de Paris historique et sera la tête politique de la famille, sur laquelle reposera l'espérance orléaniste en un temps où un rétablissement monarchique demeurait possible. Philippe, Comte de Paris, tenta de s'imposer à la mort du Comte de Chambord.

    L'ancien Comte de Paris, Henri d'Orléans (1908-1999), avait renoncé à employer dans sa famille des titres appartenant à d'autres dynasties, usurpés par Louis-Philippe et ses successeurs. Ainsi du titre de Duc de Guise, qui fut celui de son père, Jean III, mort en 1940 et chef de la maison d'Orléans, et aussi entre autres, des titres de la maison de Condé. À partir de ce Comte de Paris la tradition fut fixée de ne plus se servir de titres étrangers à la famille, mais au contraire de choisir dans le fonds propre de la monarchie française de vieux titres rappelant diverses anciennes époques capétiennes. C'est ainsi qu'il attribua à ses deux petits-fils aînés, Jean et Eudes, ceux de Duc de Vendôme et de Duc d'Angoulême.

    Dans la famille d'Orléans, le titre de Duc d'Orléans appartient à la seconde branche, représentée aujourd'hui par Jacques d'Orléans, qui ne le porte pas.

    La Princesse, Micaëla, épouse du défunt Comte de Paris dont les obsèques ont été célébrées samedi le 2 février 2019 à Dreux, est devenue Comtesse douairière de Paris et Duchesse de France.

    La Princesse, Philomena, jusqu'ici Duchesse de Vendôme est désormais la Comtesse de Paris.

    Notons que RoyautéNews ne reconnaît aucune prétention des Orléans pour ce qui est de succéder à la couronne de France. Le Chef de la maison d'Orléans selon RoyautéNews dispose de plein droit de toute capacité à exercer sa position permanente et traditionnelle de Prétendant à une monarchie à venir, à l'exclusion de toute prétention relative à la monarchie traditionnelle. RoyautéNews reconnaît la qualification, devenue traditionnelle à une époque récente, de "Maison de France" que s'est attribuée la maison d'Orléans, sans revêtir le sens dynastique exclusif que lui ont fait porter d'abord des royalistes, et plus récemment, les chefs de la maison d'Orléans, tels le défunt Comte de Paris, Duc de France, et son fils Jean le nouveau Comte de Paris, sens qui assimilerait à cette qualification une position d'héritier dynastique des anciens rois de France. Pour RoyautéNews au contraire, cette qualification de "Maison de France" traduit seulement le panache qu'ont toujours manifesté les Princes d'Orléans cependant qu'elle souligne la spécificité des opinions dynastiques de leur famille, sans porter pour nous aucune conséquence sur la succession naturelle et traditionnelle qui désigne l'illustre maison de Bourbon.


    1 commentaire
  • La Rédaction

    Plus de deux cents dessins des écoles européenne et russe, du XVe au XXe siècle sont exposés à Paris depuis aujourd'hui, jusqu'au 12 mai 2019 par la Fondation Custodia, à l'hôtel Lévis-Mirepoix.

     

    Ils proviennent du Musée Pouchkine, musée d'État des Beaux-Arts de Moscou, le plus grand musée d'art européen de Moscou.

    L'exposition est ouverte tous les jours sauf le lundi, de 12h à 18h.


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Parmi les personnalités présentes en la Chapelle royale de Dreux pour un dernier adieu au Comte de Paris, la reine Sophie d'Espagne, le Prince de Monaco, le Prince Moulay el Hassan du Maroc, les Archiducs Karl et Georg d'Autriche, Le Grand-Duc Georges de Russie, l'Impératrice Farah, le Duc et la Duchesse de Castro, Emmanuele Filiberto de Savoie, le Prince Philippe et la Princesse Isabelle de Liechtenstein, Le Prince Leka Zogu d'Albanie.

    Funérailes du Comte de Paris


    4 commentaires