• L'Empire islamique  -  Gabriel Martinez-Gros

    Passés / Composés ;    3 sept. 2019 ;    336 p.;    23€.

    Présentation officielle : L’histoire des cinq siècles de l’Empire islamique, de la mort du Prophète en 632 à l’éviction des Arabes des structures de pouvoir et à l’émergence des sultanats turcs au XIe siècle, en passant par les conquêtes, la mise en place du califat, l’éclosion et la chute des dynasties abbasside, omeyyade ou fatimide, tel est le propos de Gabriel Martinez-Gros. Mais pour éviter le biais d’une histoire de l’Islam vue d’Occident – ou l’essor de l’un est inévitablement le déclin de l’autre – l’auteur convoque les quelques rares voix qui nous parviennent encore du fond de l’histoire islamique. Ces voix, ce sont celles des historiens arabes médiévaux, dont Ibn Khaldûn.

    Ainsi émerge une tout autre perception de l’Empire islamique, où les dynasties se consolident dans la première génération de leur existence, atteignent leur floraison dans la deuxième, vieillissent et agonisent dans la dernière. C’est donc à une triple réflexion que nous invite ce livre admirable et singulier : d’abord sur l’histoire de l’Islam médiéval, ensuite sur la dynamique impériale, enfin sur l’écriture de l’histoire.

    L'Empire islamique  -  Gabriel Martinez-Gros


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Année de Gaulle

    En France, c'est l'Année de Gaulle qui vient de commencer. A vrai dire, il y a plusieurs mois que les projets littéraires et mémoriels ont commencé de fleurir en prévision de cette année d'anniversaires.

    2020 commémore trois dates fondatrices ou essentielles : la naissance de Charles de Gaulle, voici cent-trente ans ; l'Appel du 18 Juin (1940) ; et la mort, il y a cinquante ans, du personnage le plus illustre de l'Histoire, au moins au XX° siècle, considéré en France et dans le monde comme synonyme et symbole de Résistance.

    Charles de Gaulle a vu se dresser contre lui tant d'incompréhension - y compris chez ses partisans - que de nombreuses questions demeurent et sont passionnantes. Que restera-t-il de son œuvre dans l'Histoire, mais surtout, comment sera-t-elle comprise ?  Elle a été le plus souvent réduite à au simple espace politique, elle a même été détournée à des fins politiciennes. Mais n'est-ce pas le destin des grands hommes ?

    Nous observerons les étapes qui marqueront cette année de Gaulle, pilotée principalement par la Fondation Charles de Gaulle, en faisant place aux ouvrages qui seront publiés.


    votre commentaire
  • La Traversée des Alpes  -  Antoine de Baecque

    Folio ;  11 oct. 2018 ;   639 p.;   10€20.

    Nous vous laissons sur cette note de voyage, la dernière de l'année !

    Présentation officielle : Le 6 septembre 2009, Antoine de Baecque se lance sur le GR5, pour une «Grande Traversée» solitaire des Alpes, depuis le lac Léman jusqu’à la Méditerranée. De cette aventure, il a tiré un essai d’histoire marchée, mêlant des études savantes sur les Alpes et l'aménagement de la montagne, et une recherche personnelle, «par les pieds», attentive au corps. Cet exercice d’histoire expérimentale
    plonge dans l’histoire même de ce sentier, dans les strates séculaires laissées par les circulations alpines passées, tantôt chemin de pèlerinage, tantôt sentier commercial ou de contrebande, draille de la transhumance ou voie militaire.
    Il montre comment ce sentier s’est constitué en emblème, remontant à ses pionniers randonneurs, suivant ses «aménageurs», proposant une typologie de ses usages et une sociologie de ses usagers. Ainsi permet-il au lecteur lui-même de suivre, au rythme de la marche, le chemin qui va dans la montagne.

    La Traversée des Alpes  -  Antoine de Baecque


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Chevalerie de fantaisie : L'Ordre de l'Étoile

    Attention à certains ordres prétendument de chevalerie, qui sont des ordres de fantaisie.

    Notamment l'Ordre de l'Étoile, créé il y a quelques années par le défunt Comte de Paris.

    Que le défunt Prince ait voulu créer un Ordre, était son droit. Et là, nous nous démarquons des pénibles.

    Mais il se trouve que l'Ordre de l'Étoile ne peut prétendre qu'à la qualification de fantaisiste.

    Il est regrettable que Léa de Belgique soit annoncée en janvier pour la prochaine réunion de cette organisation dont la seule qualité est d'être fantaisiste.

    Il serait trop long de l'expliquer : qu'on s'en débrouille !

    En matière d'ordre de chevalerie, être qualifié de fantaisiste signifie un peu plus que la seule et bonne fantaisie. La Chevalerie n'existe plus. Celle qui subsiste dans des ordres prestigieux, (Malte) n'est qu'une vague chevalerie d'esprit. Elle est une chevalerie nominale qui, la plupart du temps, sert à rappeler l'héroïsme et le prestige des anciens grands Ordres.

    *

    Il suffira de dire, pour compléter cet article, que l'Ordre de l'Étoile n'a rien d'un ordre sérieux. Il aurait fallu, pour le moins, ne pas l'établir sur des personnages dont la seule existence, dans la proximité du défunt Comte de Paris, rendait fantaisiste toute la démarche orléane. Sans eux, la construction, pourtant assez étrange de l'ordre, réunissant des résurgences suscitées pour la cause d'ordres qui n'avait pas grand chose en commun, aurait pu passer pour autre chose qu'un attrape-gogos. 


    votre commentaire
  • La Rédaction

     

    La presse a annoncé le suicide de l'écrivain Ari Mickaël Behn, ex-époux de la Princesse Martha Luise, qui souffrait de troubles mentaux, survenu le 25 décembre.

    Martha Louise et Ari s'étaient mariés en 2002, séparés en août 2016, et étaient les parents de trois filles.

    Le roi Harald a rendu un hommage chaleureux à son ex-gendre, de même de la Prince Haakon et la Princesse Mette-Marit.

    En 2018, l'écrivain avait relaté ses troubles mentaux dans son dernier livre, Inferno.

     

    image Reuters

    Mort d'Ari Behn, ex-mari de la Princesse Martha Louise de Suède

    image Gala

    Mort d'Ari Behn, ex-mari de la Princesse Martha Louise de Suède


    2 commentaires
  • Vous êtes sur le Flux principal de RoyautéNews

     

    Entre Noël et le Nouvel An    Bilan de l'année royale

    Joyeux Noël à tous ! Retour mercredi !

    Flux principal de RoyautéNews

    Merci cette année encore à PetiteMimine ! Pour cette crèche créée par Alice.


    2 commentaires
  • La Rédaction

    Le meilleur des systèmes théoriques de gouvernement

    Ce système dont nous voulons vanter les mérites a ceci d'utopique qu'il ne peut s'appliquer en l'actuelle République Française.

    Il est l'antithèse des vices qui affectent aussi bien les rouages du fonctionnement institutionnel actuel de la république, que les mentalités.

    Sa réussite au contraire, supposerait, à l'image par exemple du fondateur de la Ve République, un véritable esprit anti-partis. Mais les hommes ont conservé l'apparente ossature de la Ve pour l'employer à un tout autre système. Ces vices fois évacués par l'imagination, ce que nous pourrions appeler la Cohabitation consentie serait pour nous le meilleur des systèmes de gouvernement. 

    Il n'existe aucun système idéal, mais on peut approcher, en théorie du moins, le moins pire. Il correspondrait à un peuple équilibré, ayant trouvé une lucidité... et la France est loin du compte. Mais il est une première marche de compréhension vers un meilleur avenir, possible une fois balayés les circuits auto-générés de captation du pouvoir par les mêmes au profit des mêmes.

    Prenons, pour comprendre, la 1ère Cohabitation, qui eut lieu entre 1986 et 1988. Elle n'a été qu'un échec, comme la 2nde (1993-1995) que pour les egos des technocrates et des politiciens (1). A l'Elysée, Mitterrand, revêtu du suffrage pour sept ans. La majorité parlementaire bascule. Mitterrand nomme Chirac Premier ministre, évitant de choisir Giscard qui était l'un des possibles. A partir de là, tout le monde - ou presque - est représenté : la gauche, par Mitterrand qui campe un rôle de surveillance et de recours, presque de sage. A Matignon, Chirac, qui satisfait en gros la Droite.

    Mais le vrai pivot de la réforme, et elle n'est pas la moindre, puisqu'il s'agit alors de dénationaliser... où la Gauche s'était empêtrée en nationalisant, et là, c'est Balladur qui opère. Il est le ministre le plus important, puisqu'il coiffe les finances et l'économie, ainsi que le budget à travers un ou plusieurs "sous-ministres". Balladur est le seul ministre d'État. Toute décision importante passe par Balladur, Chirac ne décide rien d'essentiel en économie du moins, sans l'aval de son mentor. À Balladur, la politique essentielle du moment, à Chirac, l'occupation du terrain politique et les moulinets de bras. Cette situation satisfait les Français désireux de revanche, et ceux qui désirent des avancées pragmatiques, du moins à Droite.

    Où il faut en venir, c'est cela : choisir, par le vote, un homme de long terme à la présidence. Et choisir, sans rompre l'exercice de celui-ci, la politique immédiate. Si possible pour l'exercer, un Premier ministre et une équipe de l'autre versant, de l'autre moitié du pays, que le Président. Si le vers est dans le fruit, il le sera pour tout le monde, en même temps. 

    C'est ici que se dégage le rôle essentiel du Président : celui-ci ne peut s'atteler à une tâche élevée, et ne plus servir de mouche du coche dans les petites questions du quotidien.

    La leçon à retenir,  spécialement dans la 1ère Cohabitation, est l'existence d'un trio. Et c'est là que nous voulons en venir : A/ Situation de long terme, pour un Président. B/ un chef politique, chef de gouvernement. C/ L'homme-pivot (Vice-Premier Ministre) qui garantit le sérieux du navire, le super-ministre, qui évite faillites et aventurisme. Celui-ci doit être choisi pour ses compétences et être issu de la société civile, de même, d'ailleurs que le Président. 

    C'est ce système qui prévaut au Japon : le MITI, qui réunit six ou sept ministères essentiels sous la même main : économie, finances, budget, industrie, transports, etc. On ne peut pas dire que le Japon puisse faire figure pâle en matière de leadership économique.

    Le modèle a failli échoir à Henri de Castries, que Sarkozy voulait faire entrer au gouvernement. On dit que si ce projet ne s'est pas conclu, c'est parce que l'hyper-président, considérant le Premier ministre comme "un collaborateur", ne pouvait confier un super-ministère, même à un technicien.

    Après cette idée en matière, nous irons plus loin, dans notre contribution au renouvellement des institutions.

     

    1. Ne parlons pas ici de la 3ème cohabitation, Chirac-Jospin.

    21 Décembre : la meilleure description de ce système théorique que nous avons trouvée : La Cohabitation organique.


    votre commentaire
  • La Rédaction

     

    Le Prince de Galles et la Duchesse de Cornouailles adressent leurs vœux de Joyeux Noël et de Nouvel An.

    Charles d'Angleterre et Camilla adressent leurs voeux de Noël


    2 commentaires
  • La Rédaction

    Le Prince Philippe à l'hôpital par précaution

    Le Prince Philippe d'Edimbourg est arrivé ce matin en observation à l'hôpital Edward VII afin de parer éventuellement et d'assurer le traitement de quelques ennuis de santé déjà observés.

    Le Prince consort d'Angleterre est âgé de quatre-vingt-dix-huit ans. Nous espérons que sa santé ne laissera aucune trace de ces ennuis.

    Le Prince Philippe à l'hôpital par précaution

    Steve Parsons / POOL / AFP

     


    2 commentaires
  • La Rédaction

    Un nouvel État en création : Bougainville

     

    RoyautéNews soutient le processus d'indépendance de Bougainville, dont la population mélanésienne a voté à près de 98% son indépendance.

    Cette consultation a été observée par l'ONU et António Guterres, son secrétaire général, a salué "l'organisation réussie du referendum".

    Ce réferendum est la première étape pour l'indépendance souhaitée de la papouasie-Nouvelle-Guinée.

    L'Ile tient son nom du célèbre explorateur français Louis-Antoine de Bougainville.

    RoyautéNews est fidèle à son habitude de soutenir les populations en voie d'autonomie ou d'indépendance.

     


    4 commentaires