• La Rédaction

    Au Canada, désormais, les visites de musées peuvent désormais être prescrites par un médecin pour certaines maladies.

    Cette initiative en revient au groupement des Médecins francophones du Canada et du Musée des Beaux-Arts de Montréal.

    La comparaison avec la France ne peut même pas être envisagée. Un état d'esprit totalement différent règne au Québec, aux antipodes de la France surtout.

    Précisons que les Musées de Montréal sont gratuits. L'effet pratique de cette mesure consiste dans le bénéfice pour les patients d'être accompagnés chaque fois que cela sera nécessaire, par un adulte, un aide-soignant ou un membre de leur famille.

    Les médecins considèrent qu'une visite de musée produit des bienfaits équivalents du point de vue neuro-hormonal, à l'activité physique.

    L'art de vivre au Canada

    Le Musée des Beaux-Arts de Montréal  -  Photo The Canadian Encyclopedia


    votre commentaire
  • La fascination du Japon  -  Philippe Pelletier

    Le Cavalier Bleu ;  (2012)  23 août 2018 ;   304 p.;   20€.

    La fascination du Japon  -  Philippe Pelletier

    Présentation officielle : Depuis Marco Polo évoquant le lointain Cipango, le Japon fascine les Occidentaux. Et il intrigue aussi ses voisins Chinois. L’argumentaire sur la singularité des Japonais, vus comme impénétrables, spéciaux sinon bizarres, nourrit depuis des siècles une avalanche d’idées reçues que le passage dans la modernité technique apparemment contradictoire avec une tradition réinventée n’a fait que renforcer. Des anciennes générations du « péril jaune », qui se complaisaient à dire que les Japonais étaient incompréhensibles et dangereux, à la fascination actuelle, et planétaire, pour la « J-Pop culture », mélangeant animê, manga, samurai, sushi, karaoke, tofu, sûdoku, origami et autres yakuza… les clichés sont légion qui méritent d’être décortiqués dans cet ouvrage, véritable panorama du Japon contemporain.

    Commentaire de Royauté-News : L'auteur est tombé dans le panneau comme tant d'autres le font, avec ce livre qui ne manque pas d'être intéressant. Il a cédé au risque, auquel presque nul n'échappe, du refus de la réalité, et à la tentation de la réécriture, alors qu'il veut dénoncer des images simples. Or ces images simples sont normales. Enfourcher la facilité avec la pseudo-notion des "idées reçues" n'était pas forcément la meilleure solution.


    2 commentaires
  • Le temps des rois

    L'Histoire de France racontée par Stéphane Bern en timbres ;

    Cherche midi ;  4 oct 2018 ;  à partir de 6 ans ;  47 p.;   8€.

    Ouvrage très conseillé par RoyautéNews.

    Le temps des rois  - Stéphane Bern


    votre commentaire
  • Samuel de Champlain   -   Jean-Michel Demetz

    Tallandier  ;  11 oct; 2018 ;  format moyen ;  144 p.;   17€.

    Présentation officielle : Sans l ’opiniâtreté de Samuel Champlain, il n’y aurait pas d’Amérique du Nord francophone. Fondateur en 1608 de la première « abitation » de Québec, il offre à Henri IV le rêve d’une terre à la nature aussi belle qu’hostile. Capitaine humaniste, cartographe et écrivain, Champlain tente une utopie : créer une Nouvelle-France sur les traces de Jacques Cartier. Repoussant vers l’Ouest les limites du monde connu, il espère atteindre le « grand océan », passage vers la Chine. Du port de Brouage aux rives du Saint-Laurent, du Mexique aux douces collines de l’Acadie, en passant par la cour des Bourbons, cet album élégant nous fait revivre l’épopée d’un inlassable explorateur.

    Samuel de Champlain   -   Jean-Michel Demetz


    2 commentaires
  • Le Français qui possédait l'Amérique  -  Pierre Ménard

    Préface d'Emmanuel de Waresquiel ;

    Cherche midi  ;   19 janvier 2017 ;  461 p.;   19€90.

    Le richissime financier du temps de Louis XIV et de la Régence.

    Le Français qui possédait l'Amérique  -  Pierre Ménard


    2 commentaires
  • La Rédaction

    C'est en haute-Bavière que le comte Maximilien d'Andigné a épousé religieusement la Duchesse Sophie de Wurtemberg, après le mariage civil du mois de septembre.

    [Note familiale]

    Un clic sur les images pour agrandir

    Le mariage religieux de Maximilien d'Andigné et de Sophie de Wurtemberg

    Le mariage religieux de Maximilien d'Andigné et de Sophie de Wurtemberg


    2 commentaires
  • La Rédaction

    En France, la Cour de Cassation, en maintenant une condamnation prononcée contre onze chasseurs, a remis en cause la tolérance administrative qui s'exerçait au profit de la chasse aux ortolans et ce, en raison du caractère traditionnel de cette chasse, alors qu'une loi de 1979 l'interdisait.

    L'oiseau célèbre, le bruant ortolan, un trésor gastronomique gascon, est malheureusement une espèce en voie de disparition.

    Si l'application stricte de la loi selon nous, doit intervenir aujourd'hui pour protéger l'espèce, il est à regretter que la Cour de Cassation se soit exprimée de manière abrupte et ait maintenu la condamnation des onze chasseurs.

    La Cour a en effet déclaré : « La tolérance administrative à l’égard d’une pratique locale traditionnelle invoquée n’est pas de nature à mettre à néant une interdiction édictée par la loi. »

    Il aurait été judicieux de mettre en relief d'abord, et même seulement, l'intérêt de l'espèce, en annonçant que l'interdiction de cette chasse  s'appliquerait désormais de façon stricte et que la tolérance administrative, désormais, ne serait plus admise, plutôt que de réduire la question à un conflit d'autorité.

    Cette déclaration malencontreuse fait d'un enjeu majeur de protection une simple « guerre de polices », une basse querelle de juridictions et d'autorité. Par ailleurs, le maintien des condamnations par la Cour de Cassation revient dans les faits à nier ce principe essentiel de la non-rétroativité.

    Il s'agit une fois de plus d'une erreur d'étiage de la part de la République, pour laquelle « la loi » prime sur tout, et qui à tout propos, éructe cette même obsession de forcenés.

    Puisque la chasse était dangereuse pour l'espèce, il fallait appliquer plus tôt de manière stricte les dispositions de 1979 puisque l'espèce a diminué de 84% entre 1980 et 2012 ; notons l'instruction de Nicolas Hulot aux préfets, en août 2017, leur demandant de ne plus pratiquer cette tolérance.

    Or les chasseurs ont été condamnés en avril 2017, (avant l'instruction aux préfets), et c'est cette condamnation, confirmée en appel en octobre 2017, qui vient d'être confirmée par la Cour de Cassation.

    Cette attitude de la Cour de Cassation est donc peu nette et en même temps hypocrite, les chasseurs n'étant pas responsables de l'urbanisation désordonnée et à outrance des campagnes françaises, urbanisation considérée, avec le dérèglement climatique, comme l'une des causes de la disparition progressive de cette espèce d'oiseau. Au contraire, c'est l'inconscience des autorités administratives, et particulièrement, nationales, qui doit être mise en cause car elles n'ont jamais su appliquer une loi utile ni en assurer le suivi.

    © DR  (Sud-Ouest)

    Protections étendue des ortolans


    2 commentaires
  • L'Afrique ancienne   -  dirigé par François-Xavier Fauvelle

    De l'Acacus au Zimbabwe ;

    Collection dirigée par Joël Cornette ;

    Belin ;   10 oct. 2018 ;   680 p.;   49€.

    Présentation officielle :

    Les civilisations de l'Afrique ont enfin une histoire

    L’Afrique : un continent géographique, plusieurs continents d’histoire. Depuis la mise en place de son peuplement, il y a quelque vingt mille ans, jusqu’au XVIIe siècle, quand l’Afrique bascule dans un nouvel ordre global, cette histoire millénaire et plurielle est celle d’empires et de villes, d’innovations techniques et artistiques, de vies nomades ou sédentaires, de mouvements de populations et de circulations d’idées. Kerma, Aksum, Mâli, Kanem, Makouria, Abyssinie, Ifât, Ifé, Kongo, Zimbabwe… Combien de sociétés africaines ont, bien avant l’emprise de puissances étrangères, exercé leur rayonnement et conversé avec les autres formations politiques du monde ?

    Cet ouvrage propose, de manière inédite, de découvrir l’histoire ancienne du continent africain. Il nous emmène sur les routes qui ont attiré les marchands grecs ou arabes dans les grandes capitales africaines, qui ont conduit les pèlerins sahéliens de Tombouctou à La Mecque, les diplomates nubiens de Dongola à Bagdad. Voisinant avec cette Afrique en mouvement, apparaissent les singularités sociales des pasteurs de vaches ou de dromadaires, des chasseurs-cueilleurs, des forgerons et des potières. L’histoire de l’Afrique est le fruit de ce balancement entre le temps court des acteurs et le temps long des profondeurs culturelles.

    Loin des clichés, L’Afrique ancienne, dirigée par François-Xavier Fauvelle, relève un défi : faire de toute trace une source d’histoire et nous présenter à la fois des sites archéologiques grandioses ou ténus, des écrits de moines ou de scribes royaux, des gravures et des peintures rupestres, des vestiges d’outils, des parures, des objets du culte ou de la vie quotidienne, des fragments de langues, des robes d’animaux domestiques ou encore des génomes de plantes, des paysages façonnés par l’homme, des événements remémorés.

    Illustré par plus de 300 documents – photographies, cartes, relevés et dessins archéologiques –, ce livre invite à partager le désir d’étonnement autant que le plaisir de la rencontre. Cette somme unique réunit les meilleurs spécialistes au monde, quelquefois les seuls de leur domaine.

    L'Afrique ancienne   -   François-Xavier Fauvelle


    4 commentaires
  • Pestes et épidémies au Moyen Age (VI° - XV° siècles) - François de Lannoy

    Editions Ouest-France ; (2016)  1er juin 2018 ; format moyen ; nombreuses illustrations ; 128 p.;  14€90.

    Présentation officielle : La peste noire du XIVe siècle a fait disparaître 40 % de la population en 5 ans. On ne peut pas comprendre l'Europe médiévale sans connaître l'histoire de ce traumatisme collectif.

    Cet ouvrage raconte d'abord les ravages de la grande peste noire qui s'abattit sur l'Europe au XIIIe siècle.
    - Un panorama des épidémies et des foyers infectieux (lèpre, choléra) du XIIe au XVe siècle.
    - Le texte inclut des portraits (médecins, sages-femmes), des remèdes et prescriptions, un historique et un descriptif de chacune des maladies évoquées.
    - Enfin, outre l’influence historique, politique et religieuse de ces maladies sur la société et les mœurs, le texte étudiera aussi leur influence en peinture et en sculpture.

    Pestes et épidémies au Moyen-Age - François de Lannoy

    Pestes et épidémies au Moyen-Age - François de Lannoy


    1 commentaire