• Des romans pour l'été

    Enquêtes aux jardins Les empoisonneurs - Romain Veilletet ; Guillaume Le Cornec

    Editions du Rocher ;  5 juin 2019 ;  200 p.;  12€90.

    Présentation officielle : Emma et Lucas, habitués infatigables du Jardin des Plantes de Nantes, voient leur univers bousculé lorsqu'un milliardaire du web décide d'y programmer le lancement d'une nouvelle application botanique révolutionnaire. C'est le moment que choisit leur vieil ami, Jean-Marie James Écolloyd pour... disparaître corps et âme ! Les deux adolescents se lancent bille en tête à sa recherche, avançant sans le savoir vers les mâchoires acérées d'un vaste complot international. Danger, chausse-trappes, coups de théâtre et coups de tonnerre, rien ne leur sera épargné ! Une enquête menée à 100 à l'heure par un duo de choc appelé à s'approcher... de très près de la mystérieuse et très secrète « Guilde des Jardins du Roi »...

    Des romans pour l'été -  Enquêtes aux jardins - Romain Veilletet ; Guillaume le Cornec


    votre commentaire
  • Des romans pour l'été

    Mise au vert -  Philippe Lacoche

    Editions du Rocher ; roman ; paraîtra le 4 sept. 2019 ;  292 p.;  19€.

    Présentation officielle : Pierre Chaunier, journaliste à l'ancienne, entame une belle histoire avec « l'Orangée de Mars ». Avec elle, il partage plaisirs de la chair, affinités littéraires et dégoût de l'ultralibéralisme qui gangrène la société. Un matin, ils décident d'agir : « Et si on plaquait tout pour fonder une communauté dans le Vaugandy ? » Ils parviennent à convaincre leurs amis et achètent une fermette perdue. Mais la petite bande et ses idées originales font rapidement des envieux. Un mystérieux voyou en col blanc s'est mis en tête de convertir le phalanstère humaniste et libertaire en un fleuron du capitalisme. Parviendra-t-il à ses fins, tandis que la révolte gronde dans le Vaugandy et partout en France ? Dans cette fable politique à l'humour rabelaisien, Chaunier et sa fine équipe vont mener une héroïque bataille qui risque bien de faire vaciller jusqu'au président de la République lui-même.

     


    votre commentaire
  • Homéopathie  l'évidence  -  Dr Daniel Scimeca

    Editions du Rocher ;   16 juin 2019 ;   208 p.;   14€90.

     

    La médecine homéopathique est efficace, fiable, économique, sans danger et basée sur l'écoute du patient. Alors que 77 % des Français lui font confiance (Ipsos, octobre 2018), elle est aujourd'hui menacée. Une partie du corps médical résiste face au désir des patients d'être acteurs de leur propre santé, et de ne plus se faire imposer antibiotiques et traitements lourds quand existent des possibilités plus naturelles. Une volonté plus que légitime au regard des scandales sanitaires et du développement de l'antibiorésistance…
    C'est à une guerre d'influence, d'opinion et de désinformation que l'on assiste et le Dr Scimeca nous rappelle dans cet ouvrage les bases de l'homéopathie, ses fondements scientifiques et son bon usage. Il prend la défense d'une médecine intégrative, qui réunit aussi bien les connaissances de la médecine classique que celles des autres approches.


    Un ouvrage indispensable pour découvrir les vrais enjeux de la polémique et rappeler les principes d'une médecine sur mesure.


    2 commentaires
  • Edmond Pâris et l'art naval   -   Géraldine Barron

    Des pirogues aux cuirassés ;

    PUM ; Collection Histoire et Techniques ;   260 p.;   28€.

    Présentation officielle : Edmond Pâris est connu pour ses collections de plans et de modèles de bateaux traditionnels conservés au Musée national de la marine à Paris. On sait moins qu’il fut un acteur majeur de la révolution maritime qui a fait passer la flotte de guerre du XIXe siècle, en quelques décennies, de la voile à l’hélice et des murailles de bois à la cuirasse métallique. Une poignée d’officiers a joué un rôle déterminant dans l’accompagnement de ce changement : de solides connaissances scientifiques alliées à un goût pour la pratique ont permis à ces marins d’adapter les matériels aux spécificités de la navigation maritime. Grâce à ses recherches expérimentales et à la diffusion qu’il leur assure par le biais de ses nombreuses publications, Pâris devient un expert reconnu de la nouvelle marine, en France comme à l’étranger.

    Pourtant la position de l’officier navigant est délicate dans les milieux techniques, savants et institutionnels dominés par les ingénieurs. Pâris appréhende le navire comme un système technique complexe et s’adapte à la spécialisation qui accompagne la montée en puissance des sciences appliquées dans la conception des navires et la conduite des machines, en se recentrant sur la constitution d’une mémoire de la construction navale pour la mettre au service des sciences humaines. Il contribue ainsi à l’émergence d’une technologie nautique tout à fait originale.

     

    Edmond Pâris et l'art naval   -   Géraldine Barron


    votre commentaire
  • La Rédaction

    RoyautéNews soutient le Loup de Meurthe-et-Moselle face à la condamnation d'un préfet.

    Le loup, le seul de tout le département, est la victime de la république, ce phénomène universel de nuisance.

    Nous ne voyons pas pourquoi, plutôt que d'abattre un loup innocent, on n'abattrait pas le préfet.

    Que Freysselinard, le préfet, un ex-professeur à l'ENA (tout un programme d'inutilité, de raideur, et d'inefficacité !) de ce fait un modèle de ces inutiles qui, vivant aux crochets de la population, représente ce monde ancien fait de mépris, de prétention dont les Français doivent se débarrasser.

    Un loup fait partie d'un ordre naturel et nécessaire. Un préfet, non. D'ailleurs l'ex-président Giscard d'Estaing estimait lors du débat sur la simplification du mille-feuilles administratif, que le préfet était l'un des deux étages à supprimer, et sa préférence - sans le dire explicitement - allait à la suppression des préfets plutôt qu'à celle des conseils généraux (aujourd'hui nommés départementaux).

    Si les hommes ne sont pas capables de s'organiser, de se supporter, et de supporter les autres espèces, qu'ils disparaissent !

    Une pétition vient de rassembler aujourd'hui 8500 signatures. Pour notre part nous interdisons au gouvernement de donner le feu vert à cet assassinat, et souhaitons que ce loup soit transplanté dans un habitat (semi-)sauvage où existent d'autres loups, (ou) dans un parc naturel protégé.

    Pétition ici !


    6 commentaires
  • Histoire de l'Angleterre  -  Bernard Cottret

    Texto ; (2011)  paraîtra le 22 août 2019 ;   608 p.;  12€90.

    Histoire de l'Angleterre  -  Bernard Cottret

    Présentation officielle : L' Angleterre n'est pas une île. Elle occupe la partie méridionale d'un archipel, dont elle a, lentement, méthodiquement, effectué l'exploration et la conquête. Poursuivant sa quête impériale pour s'étendre jusqu'aux confins du globe, l'Angleterre, "voisine d'aucun par la terre", est devenue, au cours des âges, "la voisine de tous par la mer".


    2 commentaires
  • La Rédaction

    Jacques de Matignon et Monaco.

    La visite récente d'une délégation normande invitée en Principauté a permis de rappeler certains liens des Princes de Monaco avec une partie de leurs ancêtres.

    Les liens entretenus par les Grimaldi avec des localités françaises et leurs habitants sont nombreux et déjà en 2012 RoyautéNews y consacrait une série.

    Mais s'il est dit que Jacques de Matignon, leur ancêtre, devint "Jacques Ier de Monaco", c'est en grande partie une erreur. Même si la Principauté elle-même, dans le but de « lisser » certains des épisodes de son Histoire, a admis Jacques Ier dans sa galerie historique des Princes de Monaco, et même si elle consacra un timbre à son image au XXème siècle, la réalité fut moindre.

    À la mort de son épouse, ses enfants étant alors mineurs, effectivement il prit la qualité de Jacques Ier, Prince de Monaco, pour figurer dans la liste des souverains du Rocher. Cependant il n'est pas accepté et renonce deux ans plus tard à cette qualité qui revenait à son fils aîné, Prince légitime et héritier des Grimaldi.

    Après cet intermède, il retourna à Paris, abandonnant cette qualité, tout en conservant une tutelle indirecte et après avoir nommé Gouverneur un membre naturel de la famille Grimaldi. Le gouvernement de ce dernier fut un modèle de sagesse et laissa un excellent souvenir dans les annales du Rocher.

    Si les Grimaldi peuvent être fiers à juste titre d'être descendus de la famille de Matignon, une des principales maisons de France, dont ils sont les héritiers, (cette maison est éteinte) (1), les Matignon n'ont jamais été les héritiers de la Principauté comme certains par le passé ont pu le déclarer.

     

    © N. Rossignol - France 3 Bretagne

    Matignon et Grimaldi

     (1) Certaines personnes portent aujourd'hui le nom de Matignon, sans être issus de la maison de Matignon.

    _________

    Note : l'hôtel Matignon, devenu la résidence des Premiers Ministres français, était la propriété de Jacques de Matignon cité plus haut. C'est en souvenir de Jacques, le quatrième de la famille, qu'a été prénommé le Marquis des Baux, le fils d'Albert et de Charlène.


    votre commentaire
  •  La Rédaction

    Le mariage du Prince Casimir de Sayn et d'Alana Bunte récemment célébré. Nous reviendrons sur ce mariage.


    votre commentaire
  • François de Wendel - L'argent et le pouvoir -  Jean-Noël Jeanneney

    Biblis ;   19 janv. 2019 ;   672 p.;  14€.

    Présentation officielle : Gérant de la puissante entreprise sidérurgique lorraine fondée par ses ancêtres, président du Comité des forges, régent de la Banque de France, propriétaire du Journal des débats, député puis sénateur de Meurthe-et-Moselle, François de Wendel (1874-1949) s'est trouvé pendant trente ans au carrefour des milieux d'affaires et des cercles gouvernementaux.

    Gérant de la puissante entreprise sidérurgique lorraine fondée par ses ancêtres, président du Comité des forges, régent de la Banque de France, propriétaire du Journal des débats, député puis sénateur de Meurthe-et-Moselle, François de Wendel (1874-1949) s'est trouvé pendant trente ans au carrefour des milieux d'affaires et des cercles gouvernementaux. Il a été aussi, dans les grandes polémiques de l'entre-deux guerres, le symbole vivant et mythique des " deux cents familles ".
    À partir de la somme de ses papiers, en particulier des 10 000 pages de ses carnets inédits, confrontés à l'ensemble des autres sources accessibles, publiques et privées, Jean-Noël Jeanneney dissipe bien des légendes et rétablit la vérité d'une influence politique : affrontements et compromis franco-allemands, finances électorales, " mur d'argent " funeste au Cartel des gauches, querelles autour du " franc Poincaré ", rachat du Temps par le monde patronal, montée des ligues, réactions des industriels au Front populaire et au régime de Vichy...
    Voici une contribution essentielle à la connaissance des rapports compliqués de l'argent et du pouvoir dans la France contemporaine.

     

    Consulter aussi l'histoire des Wendel, par Yves Guéna.


    votre commentaire
  • RN1 pour La Rédaction

    Paris-Match en début d'année il y a cinq ans (et déjà, en 2013, il l'avait déjà mise en avant), la désignait comme le successeur très prochain d'une Angela Merkel politiquement très affaiblie dans sa majorité et la déclarait en 2015 "l'homme fort du gouvernement allemand". Après une telle mise en orbite, la plus populaire des personnages politiques allemands - à part Angela Merkel - le nouveau ministre des Armées depuis 2013, qui avait fait l'unanimité comme ministre de la Famille était promis à un destin de premier ordre. Mais nous avions eu un peu de flair, ici à la Rédaction, pour ne pas tenir aveuglément pour acquise la consécration d'Ursula von der Leyen par le célèbre hebdomaire français, et effectivement elle était prématurée.

    Aujourd'hui il semble que le destin ait sonné pour Ursula von der Leyen qui va succéder à Bruxelles à Jean-Claude Juncker, et au moment où s'ouvre pour elle certainement un rôle européen, il s'agit de politique politicienne et cela sort de notre propos. 

    Ce qui entre pleinement dans nos attributions est l'histoire, spécialement familiale. La famille du mari d'Ursula appartient à une famille de la noblesse allemande, qu'il ne faut pas confondre avec son homonyme la maison des Comtes de La Leyen, une maison souveraine éteinte au XIX° siècle qui, outre ses alliances naturelles avec les illustres maisons princières allemandes, telles que les Princes von Thurn und Taxis, s'apparenta à Napoléon, par les Tascher.

    Nous évoquerons ultérieurement cette maison.


    3 commentaires