• La Rédaction

    Notre soutien à Juan Carlos

    Une campagne particulièrement virulente s'est développée depuis des mois à l'encontre de l'Espagne et de l'ancien roi d'Espagne Juan Carlos Ier.

    Nous la condamnons le plus fermement. Les difficultés qu'il rencontre avec l'actuelle administration en raison de conceptions orchestrées politiquement où se dessinent l'intention sournoise de renverser la monarchie. Cela, nous ne pouvons l'accepter, pas tant en raison de la monarchie elle-même, qu'en raison du caractère mensonger, idéologique, démagogique, de ceux qui se prononcent pour une république et ne sont que des marchands d'utopie.

    Ils démontrent que l'intention de ces partisans anti-espaqnols, parmi eux, un responsable du parti Podemos qui perd dès lors sa crédibilité - attaquer la monarchie, c'est attaquer l'Espagne - visent, en se plaçant derrière des mots d'un vide abyssal, l'Histoire et le cœur même de l'Espagne.

    Nous ne saurions tolérer que soient remis en cause ce que l'on peut appeler "les équilibres" de l'Europe, dans laquelle cohabitent républiques et monarchies.

    Pour la défense même de Juan Carlos, rappelons que dans sa jeunesse, il manqua de tout et que certains de ses amis s'occupent de lui fournir subsistance. Nous ne connaissons pas les normes fiscales en Espagne ni leur caractère d'étendue à la totalité des Espagnols, fussent-ils le roi, et quel roi, celui qui leur permit aujourd'hui de vivre et de tout simplement respirer.

    Que les Espagnols ne l'oublient pas : d'autres pays européens ont connu et connaissent encore les conséquences néfastes pour avoir oublié les leçons de l'Histoire et manqué de reconnaissance à l'égard de leurs grands hommes. Qu'ils aient la sagesse d'éviter cette triste conception.


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Le mariage de Béatrice d'York et d'Edoardo Mapelli Mozzi

    La Princesse Béatrice d'York a épousé le comte Edoardo Mapelli Mozzi le 17 juillet 2020 en la Chapelle de Tous les Saints, à Windsor.

    Le mariage n'avait volontairement pas été annoncé par le Palais. Et c'est au milieu d'à peine une trentaine de personnes que les fiancés, dont le mariage avait été retardé plusieurs fois, se sont dit oui.

    (image ancienne ; aucune image du mariage n'a été publiée)

    Le mariage de Béatrice d'York et d'Edoardo Mapelli Mozzi


    2 commentaires
  • La Rédaction

    Une idée de promenade estivale pour ceux qui s'intéressent à la famille d'Orléans : le Domaine royal de Randan, en Auvergne, dans le nord du Puy-de-Dôme, très près de Vichy.

    Si le château n'a jamais été reconstruit après l'incendie de 1925, certains bâtiments tels que la chapelle et les cuisines l'ont été, on peut visiter le site avec ses jardins, classés jardins remarquables, ou encore le Musée de la chasse du Duc de Montpensier, dernier propriétaire de la famille d'Orléans, mort sans postérité en 1924.

    On peut découvrir aussi l'exposition consacrée à l'hôpital créé à Randan et installé dans les communs par Isabelle, Comtesse de Paris durant la première Guerre Mondiale.

    Ce château fut la propriété d'Adélaïde d'Orléans, et pour cette raison il fut appelé Domaine royal de Randan lorsque son frère devint le roi Louis-Philippe.

    Sur cette image, c'est Amélie d'Orléans, reine de Portugal, qui visita l'hôpital durant la 1ère Guerre.

    L'hôpital de guerre d'Isabelle d'Orléans

     Cette image a été empruntée au blog Les Bonheurs de Sophie


    votre commentaire
  • La Rédaction

    L'ennemi public n° 1

    Détecter cet ennemi, est le principe de cet éditorial.

    La société est un sport collectif et dangereux... Ce soir nous ne remonterons pas le titre, déjà utilisé plusieurs fois : La Prise de la pastille... Les Français y sont abonnés en permanence chaque jour, et à dose intense. Nous ne dirons pas non plus, ce n'est pas le sujet du jour, que la République est usée jusqu'à la corde, et que tout ce qu'elle engage, dans l'ordre pratique, n'est plus grippé, mais inerte, frappé de mort définitive. L'emploi, la prospérité, sont des mythes des vieux âges... Il s sont si anciens qu'on ne sait plus s'ils ont eu réalité.

    De plus en plus on entend, dans des milieux ordinaires, volontiers dans les milieux musulmans (plus éveillés sur la réalité du temps que les Français d'origine, à la vivacité enterrée sous les strates de décennies broyeuses), ceci (en substance) : « Ils attendent la rentrée pour recommencer, avec leur virus... pour tout boucler encore plus... on ne sait pas où on va, c'est de pire en pire ».

    Alors, cet ennemi ? C'est le Système. Pas la République, en tous cas, ce soir: certes elle s'identifie parfaitement au Système, elle l'a d'ailleurs produit ; mais on ne fera pas dire à cet éditorial ce qu'il ne dira pas : qu'à la république il suffirait de substituer une monarchie... Ceux qui croient en une monarchie future, surtout prochaine, sont à l'Ouest. Impossible en l'état des choses présentes, et non souhaitable, tant qu'on n'aura pas curé les écuries d'Augias; la monarchie n'est ni une solution en elle-même, elle n'est qu'un instrument et son utilité se juge selon les mains qui l'utilisent. Regardons les monarchies actuelles d'Europe : le plus sûr appui du Système broyeur aux mains de ceux qui détruisent scientifiquement nos libertés, nos ressources, nos moyens, notre indépendance, notre espoir. Notre avenir.

    L'apparition du virus, accidentelle, ou non, n'a pas d'importance. S'il est apparu par erreur, c'est en tous cas qu'il pouvait apparaître ; mais le Système, lui, était prêt : depuis dix à quinze ans, il se préparait déjà, lors des précédents virus, certains laboratoires étaient prêts... lors de leur apparition ou presque. Il suffit de lire la presse. Le virus est un prétexte, prévu, pour cadenasser la société plus encore qu'elle ne l'était déjà et définitivement.

    Il reste deux ans, en gros, avant l'échéance-pantalonade de 2022... Pour tenter d'éviter d'être de nouveau roulés dans la farine, enfermés devant la campagne de clones formés pour les mêmes orientations clones et tueuses.

    Inutile de dire que c'est un combat hors de prise et qui ne réussira, en 2022 ou sitôt après (c'est-à-dire avant 2027) qu'avec un moyen similaire à celui des marcheurs. Ceux qui partagent notre avis n'ont pas d'amis, dans la sphère politique. Les forces sont à constituer. A partir de (presque) zéro.

    Répercutez cela dans votre entourage. Pas en vrac vers tous vos contacts, mais vers ceux qui réfléchissent. C'est ainsi que le somnambule élyséen a vaincu en 2017, par ses marcheurs, dont l'effort incontournable pour leur réussite même si le candidat - avant même de l'être - avait reçu des signaux de la presse aux ordres, un Richard Ferrand qui a lancé la marche, et, paraît-il, 17 millions en provenance de la City. N'attendez pas qu'un chef vienne lancer le signal de la saoulerie gauloise pour déterminer vos mouvements. Agissez. Maintenant. Votre voisine de palier fera l'affaire, pour commencer.

    Ça, c'était l'objectif à déterminer ainsi que la forme. Quant aux moyens pour agir et faire entendre notre cri, cela suivra, bien assez tôt. Mais n'attendez pas de recevoir en kit ce que votre sagacité devra inventer, à ajouter à d'autres. Fermons déjà tous les contacts entre nos personnes et le Système.


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Réservez vos place pour le festival 2020 ! C'est à Ménigoute, dans les Deux-Sèvres (France) du 27 octobre au 1er novembre 2020, et le festival existe depuis 1985.

    Il présente les documentaires animaliers des cinq continents.

    Si vous suivez, comme nous, les activités du festival, vous savez que l'on visite, à La Chapelle-Boucard, de 10h à 19h, le Salon d'art animalier, où sont exposées les œuvres de plusieurs photographes, peintres ou aquarellistes, sculpteurs...

     

    Ici vous trouverez les infos pratiques pour se rendre à Ménigoute


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Le Duc d'Anjou et de Ségovie va être transféré au Panthéon des Infants

    L'Infant Jaime de Bourbon y Battenberg (1908-1975) va être transféré dans la nécropole des Infants d'Espagne.

    S'agit-il d'une signe d'apaisement après l'affront ressenti par une grande partie des Espagnols, après le déplacement des restes du Caudillo ?

    L'Infant fut victime d'une renonciation forcée au trône d'Espagne, jugée non valable par les meilleurs spécialistes, dont ceux de RoyautéNews.

    Il est aussi pour les Français le Prince Jacques Henri de Bourbon, puisqu'il fut après son père, Alphonse XIII, le successeur Capétien du trône de France.

     

    Revoir notre série historique sur le Duc d'Anjou et de Ségovie


    2 commentaires
  • La Rédaction

    C'est comme observateur indépendant que nous livrons notre impression sur la composition du nouveau gouvernement français.

    Bien qu'il ne soit pas étranger aux pouvoirs souterrains qui pilotent, derrière les marionnettes, les pouvoirs, politiques et tous les autres, l'arrivée de Dupond-Moretti est quand même une bouffée d'air frais. L'élimination de la catastrophique Nicole Belloubet, synonyme d'opacité, de poids mort, dont la seule présence faisait peser un chape de plomb sur le monde judiciaire et par conséquent sur tout le pays, est un soulagement sans bornes.

    Roselyne Bachelot ; Le Retour : amusant. Elle aura toujours plus d'esprit que le sinistre Riester.

    Amélie de Montchalin : la borne de service débitant la Pensée Unique.

    Denormandie : il aura fort à faire à l'Agriculture... Est-ce sur ses épaules que reposera la vigie giscardienne intra-gouvernementale ?

    Il est à regretter que Blanquer, le chef d'orchestre de la propagande appliquée aux plus jeunes têtes soit maintenu en poste.

    Darmanin : une double excellente chose au ministère de l'Intérieur : son calme et sa nature non polémique rendront-t-il un peu de sérénité à ces enragés ? Ou alors est-ce destiné à nous faire croire que les flics sont gentils et sont nos amis ? Hypothèse de ce que les Français, pour eux, là-haut, seraient vraiment, mais vraiment, tous idiots ?

    Pour les autres, nous ne les connaissons pas ou si peu, le nom revient, c'est tout, par "la rumeur". Devra-t-on poser leur nom sur nos malheurs accumulés?

    La foule de ministres délégués, inutiles au pays, ne peut évidemment que nous indisposer.

    Les priorités annoncés par le nouveau porte-parole ne sont pas évidemment à notre goût. Mots d'ordre incantatoires de la république des excités.

    Soyons persuadés, avec ce remaniement, qu'il ne s'agit que d'un stratagème pour enfoncer encore plus la seule activité du gouvernement tout entier, dont la préoccupation est d'être le ministère de la propagande. Les fâcheux continuent à s'accrocher comme des moules sur un rocher.

    Au fond, et comme à chaque transition qui n'en est pas une, les choses changeront-elles, même un peu ? Bien sûr que non. A n'en pas douter, il ne s'agira que d'un nouveau ministère des courants d'air. Ce serait, au fond, une bénédiction, et que tout échappe au gouvernement. Mais malheureusement ce n'est pas le cas. Flicage, propagande, surveillance, délation, qui sont mamelles de la filouterie anti-démocratique et de l'occupation barbare de nos vies par ces individus auto-proclamés, sont bien, trop bien, installés.


    votre commentaire
  • Les Pôles ; Une aventure française -  Dominique Le Brun

    Tallandier ;   25 juin 2020 ;  336 p.;  20€90.

    Les Pôles ; Une aventure française -  Dominique Le Brun

    Présentation officielle : Exploratrices ou scientifiques, les expéditions lancées à la découverte des pôles ont été des aventures extraordinaires. Depuis cinq cents ans, la France y joue un rôle de premier plan. Pour la première fois, voici retracées les incroyables épopées de ces explorateurs et marins d’exception.

    Qui se souvient de Balthazar de Moucheron ? Il est pourtant, en 1609, l’un des premiers à imaginer l’ouverture d’une route maritime au Nord vers la Chine. Savez-vous que Bougainville, après sa première circumnavigation, préparait une exploration vers le pôle Nord jusqu’à l’arrivée en 1772 d’un certain Kerguelen qui lui vola la vedette à la cour de Versailles ? Qui se souvient qu’un Français, Joseph-René Bellot, héros pour les Anglais, partit au péril de sa vie à la recherche de Sir John Franklin dans le passage du Nord-Ouest, en 1853 ? Que l’officier de marine et naturaliste Dumont d’Urville découvrit la Terre-Adélie où une station scientifique porte désormais son nom? Mais c’est avec le commandant Charcot, homme de cœur habité par sa mission au Groenland et surnommé Polar gentleman, puis avec la fondation des Expéditions polaires françaises de Paul-Émile Victor, que la connaissance des pôles fait un bond en avant dans la première moitié du XXe siècle. Aujourd’hui, les stations scientifiques et les missions françaises tentent plus que jamais de contribuer à relever un nouveau défi majeur : le climat.


    votre commentaire
  • RN 1 pour La Rédaction

    En temps d'été, renouons avec quelques rubriques ancestrales...

     

    #MesPréférées


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Une grande tristesse : mort de Hermine de Clermont-Tonnerre

    AFP/Kenzo Tribouillard

    Elle ne laissait personne indifférent. Personnalité incontournable de la Jet-Set, elle avait redonné une image de jeunesse et de liberté à ce milieu et à la nuit, parisienne, ou d'ailleurs, dans les années 90 après avoir été styliste chez Dior.

    Voici quelques jours, son ex-mari avait annoncé la sortie du coma d'Hermine, à la suite de l'accident de moto survenu voici un mois. Elle s'est éteinte ce matin entourée de sa famille.

    Habituée des randonnées à moto, elle avait toujours affiché une indépendance d'esprit rare dans les grandes familles.

    Elle contribua avec trois amies au succès du fameux Rallye des Princesses. On pense aussi à ses ouvrages : Un jour mon prince viendra, et Mon prince est venu... Pour un temps, pour longtemps, ou pour toujours ?

     

    La lecture de son grand succès, Politesse oblige, plusieurs fois réédité, était un vrai bonheur.

    Elle appartenait à la branche ducale de sa famille. Son père était le Colonel de la Légion Etrangère, Duc de Clermont-Tonnerre, et d'Anne Moranvillé, elle-même fille d'Antoine Louis Pierre Moranvillé, d'une vieille famille, propriétaire du Château du Soudun (dans l'Indre), et de Marie-Antoinette de Becdelièvre.

    Hermine de Clermont-Tonnerre avait porté pour la première fois dans sa famille sous cette forme et avec élégance le titre de Princesse, qui appartient à sa famille. Elle avait créé une société d'événementiel et avait participé à des émissions de télévision, parmi elles, de télé-réalité (La Ferme Célébrités). Elle participa à plusieurs films, et servit de modèle (à travers un des personnages) au cultissime Jet Set, de Fabien Onteniente (1999).

    Dans cette décennie 90, elle appartenait à la fameuse bande où l'on retrouvait Hélène de Yougoslavie, Rixa d'Oldenbourg, ou encore Charles de Castries.

     

    Elle avait deux enfants, Allegra et Calixte, de son ancien compagnon Alaistair Cudderford.

    (...

    Il y a neuf cents ans cette année que l'aïeul des Clermont-Tonnerre recevait du Souverain pontife le droit pour sa famille de porter les armoiries papales, privilège sans égal.

    Nous établirons une histoire de l'illustre maison de Clermont-Tonnerre ces jours-ci.

    Une grande tristesse : mort de Hermine de Clermont-Tonnerre


    4 commentaires