• Pionnières du Far West  - Gregory Monro

    Arthaud ;   2 mai 2018 ;   192 p.;   1990.

    Présentation officielle : L’épopée du Far West demeure, dans l’imaginaire collectif, une aventure d’hommes : la figure la plus emblématique de la conquête de l’Ouest est avant tout celle du cow-boy et du hors-la-loi, évoluant dans un monde de violence et de sauvagerie où se multiplient les conflits entre pionniers et Indiens. Pourtant, pareille aventure n’aurait été possible sans l’action des femmes : mères au foyer, prostituées, suffragettes ou encore fermières ont contribué à la construction d’un pays immense. Souvent arrivées à la suite de leur père et de leur mari, parfois veuves ou orphelines, elles ont pour certaines trouvé le chemin de la gloire, réussi à faire valoir leurs idéaux et à s’imposer face au pouvoir masculin. Pour d’autres, les chemins empruntés les ont menées à la disgrâce et à l’oubli.
    Qu’elles soient aussi célèbres que Calamity Jane et Pearl Hart ou totalement inconnues, venues en quête de liberté ou sous la contrainte, toutes ces héroïnes ont œuvré avec courage à la création d’un monde nouveau.
    À travers les écrits de nombreuses pionnières, Gregory Monro met en lumière, dans un récit polyphonique résolument féministe, le vécu de ces femmes de l’ombre qui, par leurs destinées hors du commun, ont laissé une trace dans l’histoire.

    Pionnières du Far West  - Gregory Monro


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Le Prince Louis de Bourbon a ainsi annoncé lui-même sur Instagram la nouvelle de l'enfant attendu pour 2019.


    6 commentaires
  • La Rédaction

    Le Prince Louis de Bourbon est devenu le président d'honneur de la Fondation Franco après avoir été élu le 1er mars par les membres de la famille de l'ancien Généralissime.

    En honneur à la mémoire de son aïeule, qui président cette institution, il observera une année de latence avant de prendre sa fonction.

    Récemment il s'est opposé à l'exhumation de son aïeul Franco de la Valle de Los Caidos, le mémorial créé par le Caudillo pour tous ceux qui sont morts quel que soit leur camp.

     

    Le Prince et la Prince Marguerite ont annoncé" le 31 juillet qu'ils allaient être parents pour la quatrième fois. La Princesse a déclaré : « ce bébé a été une surprise merveilleuse ».

    © Gtresonline

    Louis de Bourbon


    2 commentaires
  • A la table avec les grands personnages de l'Histoire - Eric Birlouez

    Editions Ouest- France ;   2012 ;   29€.

    A la table avec les grands personnages de l'Histoire - Eric Birlouez


    votre commentaire
  • L'invention du bronzage  -  Pascal Ory

    Essai d'une histoire culturelle  ;

    Champs   ;  (2008) 2 mai 2018 ; 159 p.;   7€.

    Présentation officielle : « Bronzage : action de recouvrir un objet d’une couche imitant l’aspect du bronze. » La définition donnée par le dictionnaire Littré en témoigne : on ne songeait guère, sous le Second Empire, à aller étendre son corps au soleil!
    Au début du XXe siècle, ombrelles et chapeaux rivalisent avec les préparations blanchissantes pour préserver la peau des méfaits du grand air. Dans les années 1930, les maillots de bain s’échancrent ; on préconise les bains de soleil contre l’acné et la cellulite… Comment est-on passé, en une vingtaine d’années, de la phobie du soleil à son exaltation?
    Sous ses apparences futiles, le bronzage est un fait social riche de significations. Pascal Ory se saisit avec brio d’un objet peu étudié par les historiens, et qui fut pourtant l’une des principales révolutions culturelles du XXe siècle.

    Commentaire de Royauté-News : Où nous contestons la démonstration de l'auteur faisant qu'à une époque, c'est-à-dire avant sa démocratisation dans les années 1930, le bronzage était un marqueur social. Tout du moins, certains éléments avancés ne sont pas pertinents.

    L'invention du bronzage  -  Pascal Ory


    votre commentaire
  • La campagne de France  -  1814, la chute de l'Empire -  Pascal Cyr

    Préface de David Chanteranne ;

    Editions Soteca ;    371 p.;   23€.

    Présentation officielle : La campagne de France est la plus belle que livre Napoléon selon de nombreux historiens. En effet, devant des forces de loin très supérieures, l’Empereur chausse les bottes du jeune Bonaparte, celui de la campagne d’Italie. In extremis, il remporte des victoires, réussit même à faire douter les alliés de l’issue victorieuse de cette campagne. Mais derrière la légende, il y a les hommes d’une armée mal équipée qui meurt de faim et qui, avec courage et vaillance, dans la neige et le froid, se sacrifie sur le champ de bataille pour défendre un pays épuisé autant par la victoire que par la défaite.
    Mais contrairement aux idées reçues, qui imputent la défaite aux différents abandons, les raisons véritables résident essentiellement dans les difficultés financières, administratives et logistiques. Les trahisons, celles de Marmont, de Talleyrand, du maire de Bordeaux et des maréchaux ne sont que les conséquences de ces difficultés qui ont conduit à la défaite. Même s’il remporte des victoires sur les coalisés, Napoléon peut-il encore gagner ? Peut-il seulement espérer la paix, une paix même défavorable pour la France?

    La campagne de France  -  1814, la chute de l'Empire -  Pascal Cyr


    votre commentaire
  • Les grands capitaines  - Arnaud Blin

    D'Alexandre le Grand à Giap ;

    Perrin ;   24 Mai 2018 ;   24€.

    Présentation officielle : Les portraits hauts en couleur de 15 génies de la guerre, de l'antiquité à nos jours et de la France aux steppes d'Asie.
    Jusqu'à une époque récente, l'histoire fut associée à la guerre, la guerre fut associée aux grandes batailles, et les grandes batailles furent associées aux " grands capitaines ", selon l'expression consacrée. Que le capitaine reste au milieu de ses troupes, épée à la main, qu'il soit à quelques centaines de mètres du front à donner des ordres à ses chefs de corps ou à des dizaines de kilomètres à réordonnancer la marche de milliers de chars et de dizaines de milliers d'hommes, il reste celui par qui se joue le sort de la bataille. Mais si le grand capitaine, pour Arnaud Blin, est bien celui qui dirige les armées et élabore ses stratégies, il est surtout celui dont le rare talent le place dans une catégorie à part parmi les chefs militaires. En fin de compte, seule une poignée de personnalités d'exception peut se targuer de faire partie de cette élite.
    Dès lors, et si l'on considère que la guerre est un art, les quinze hommes dont ce livre dresse le portrait ont porté celui-ci à son apogée, chacun usant de moyens et de techniques propres à son environnement culturel, avec un style et une touche personnels qui font toute la singularité de leur talent individuel. De l'âge classique – Alexandre le Grand, Hannibal, César – au monde contemporain – Napoléon, Joukov, Giap – en passant par le Moyen Age et l'époque moderne – Saladin, Gengis Khan, Tamerlan, Turenne... –, ce sont ainsi quinze styles de commandement et de génie militaires qui se trouvent ici brillamment analysés et racontés.


    Les grands capitaines  - Arnaud Blin


    2 commentaires
  • La Machine révolutionnaire -  Augustin Cochin

    Préface de Patrice Gueniffey ;

    Tallandier ;  19 av. 2018 ;   688 p.;   29€90.

    Présentation officielle : « Si un historien fut longtemps ignoré, et pour de mauvaises raisons, c’est bien Augustin Cochin. On peut même dire que l’homme et l’œuvre seraient tombés dans un oubli complet si François Furet ne les avait tirés du sépulcre où l’historiographie révolutionnaire de la Révolution les avait ensevelis.
    À l’heure où l’on se gargarise de mots, à l’heure où le despotisme de “l’opinion”, ou de ce qui en tient lieu, se fait plus sentir que jamais, à l’heure où la démocratie partout célébrée est davantage un mantra qu’une réalité, en ces temps de disette et de médiocrité de la pensée, le retour aux grandes œuvres, originales et puissantes, est toujours comme un bain de Jouvence. » Patrice Gueniffey.
    Chartiste de formation, historien de métier et sociologue de tempérament, Augustin Cochin est mort au champ d’honneur à trente-neuf ans, en 1916. François Furet le considérait comme l’un des deux historiens, qui, avec Tocqueville, surent penser la Révolution française. Cochin est assurément celui qui a mis à jour le mécanisme de la Révolution, au sein de sociétés de pensée qui vont modeler une opinion publique nouvelle et l’esprit démocratique moderne.
    Cette œuvre majeure, pour la première fois accessible dans sa quasi-exhaustivité, permet à la fois de comprendre l’effondrement de l’Ancien Régime et de visiter les soubassements du phénomène démocratique. Outre l’essentiel du corpus d’histoire de la Révolution, dont le fameux Les Sociétés de pensée et la démocratie, cet ouvrage contient l’ensemble des études de Cochin sur le protestantisme français, jusqu’ici jamais publiées en volume. Il donne aussi à lire la correspondance inédite de l’historien où la finesse de l’homme vient percer la carapace du chercheur.
    Augustin Cochin fera toujours débat. Mais les questions qu’il entreprit d’explorer en solitaire il y a un siècle sont encore d’aujourd’hui. C’est déjà beaucoup, et assez pour lui accorder toute notre attention.

    La Machine révolutionnaire -  Augustin Cochin


    2 commentaires
  • La Rédaction

    Le Figaro publiait ces jours-ci un article assez court sur "l'autre nécropole royale", celle de Dreux. La Fondation Saint-Louis, qui assure la gestion de ce site, organise trois concerts cet été.

    Ces activités fort honorables, pas plus que d'autres d'ailleurs, cependant ne devraient pas faire l'objet d'avancer comme elles le font sans cesse le lobbying de la famille d'Orléans.

    Des mentions comme celle de "Bourbon Orléans", et celle de "maison de France", font partie de cette désinformation permanente. Nous y reviendrons.

    La chapelle de Dreux en lobby des Princes d'Orléans


    3 commentaires
  • La Rédaction

    La maison Coutau-Bégarie donne rendez-vous aux amateurs de mobilier, d'objets d'art, et de grands vins, le 19 septembre.

     

    Bijoux, orfèvrerie, arts de la table, le 15 octobre.

     

    Hommage à Johnny Halliday le 20 octobre.

    Dentelles, linge de maison, 24 octobre.

    Et en novembre, Art russe - Fabergé ;

    Et vente de prestige le 30 novembre : Mobilier et Objets d'art.

    Coutau-Bégarie les grandes ventes de la rentrée 2018

    Olivier Coutau-Bégarie


    votre commentaire