• La Rédaction

    La rentrée arrive... pas trop vite, elle sera bien là assez tôt. En attendant, reparlons de la presse française, pour espérer qu'elle ne reçoive plus d'aide publique. 

     Un petit clic (1)

     

    (1) vaut mieux qu'une grande claque.


    votre commentaire
  • Dignité et vocation chrétienne du politique -

    Préfaciers , Pascal Wintzer, Philippe Capelle-Dumont -

     Parole et Silence ;  23 février 2017 ; 


    2 commentaires
  • Mémoires  -  Eric von Manstein -

    tempus ;  24 août 2017 ;  576 p.;  11€.

    Le Maréchal von Manstein est l'un des hommes clés du dispositif militaire du Reich hithlérien, notamment de 1940 à 1943. Royauté-News

     

    Mémoires  -  Eric von Manstein


    votre commentaire
  • Tibère  -  Robert Turcan, de l'Institut -

    Les Belles Lettres ;  12 Mai 2017 ;  352 p.;  35€.

    Tibère  -  Robert Turcan


    votre commentaire
  • Madame de Staël ou l'intelligence politique - Michel Aubouin -

    omnibus ;  4 Mai 2017 ;  576 p.;  21 €. 

    Extrait de la présentation : « Elle fut un des meilleurs et le plus méconnu de nos penseurs politiques. La preuve par les témoignages : les siens, ceux de ses amis, de ses amants et de ses ennemis – dont le pire, Napoléon Ier. »

    Nous nous limitons à cet extrait pour réprimer cette faute intolérable, devenue tristement si courante chez les universitaires : « machiste par éducation et par tempérament, Napoléon méprisait tellement les femmes qu'il n'aurait pas pris la peine de croiser le fer si cette ennemie-là n'avait été manifestement si supérieure et si puissante ».

    Ce type de remarque étant indigne, et du sujet, et de toute démarche d'esprit. Ce terme de « machiste » est un outrage aux bonnes mœurs, introduisant par force - par viol, même - un concept de violence sociale brandi par des sectes féministes, et un outrage au Temps et à l'époque, à laquelle cette denrée n'existait heureusement pas. Royauté-News

    Madame de Stael ou l'intelligence politique - Michel Aubouin

     


    votre commentaire
  • Les Aristocrates rebelles - Gonzague Saint Bris

    Les Arènes ; paraîtra le 30 août 2017 ; 19€90.

    On retrouve sur cette couverture du dernier ouvrage de Gonzague Saint Bris, la figure des personnages qu'il admirait et qu'il aimait, comme La Fayette dont il avait écrit la biographie. Parmi ceux qu'il évoque, Cyrano de Bergerac, Olympe de Gouges, Lord Byron, Alphonse de Lamartine, le Comte Tolstoï, Savorgnan de Brazza, Luchino Visconti, Simone de Beauvoir. Royauté-News

    Les Aristocrates rebelles - Gonzague Saint Bris


    votre commentaire
  • Chère Princesse Grace  -  Jacqueline Monsigny -

    Michel Lafon ;  2002 ; 256 p.;  ouvrage épuisé.

    Treize ans d'amitié entre Jacqueline Monsigny et Edward Meeks, à l'origine de ce témoignage.


    votre commentaire
  • Belgravia  -  Julian Fellowes  -

    10/18 ; Juin 2016 ; 1er Juin 2017 ; 528 p.; 8€80.

    Roman traduit par Carole Delporte et Valérie Rosier ;

    Par l'auteur de Downton Abbey ;

    Présentation officielle : 5 juin 1815. Tandis que les troupes de Napoléon sont en marche, la jeune Sophie Trenchard ne peut cacher sa joie. Issue d’une famille d’intendants, la voilà invitée au bal de la duchesse de Richmond, l’évènement qui réunit la plus brillante société de Grande-Bretagne à Bruxelles. Elle espère surtout y croiser le beau Edmund Bellasis, le meilleur parti du moment. Mais la soirée est interrompue par l’annonce d’une bataille imminente : Waterloo. Vingt-cinq ans plus tard, les Trenchard se sont installés à Belgravia, bastion londonien de l’aristocratie. Mais un scandale passé menace leur insolente réussite…


    votre commentaire
  • Fastes et rayonnement du Second Empire - Françoise Ravelle

    Parigramme ;  1er Septembre 2016 ;  128 p.;  12€90.

    Présentation officielle : Dans tous les domaines – mode, architecture, arts décoratifs, sculpture, musique… – le Second Empire imprime sa marque, magnifiant l’opulence, pastichant et mélangeant les styles du passé comme ceux d’un Orient lointain ou proche. Cette volonté de tout embrasser dit l’appétit d’une bourgeoisie triomphante et son plaisir non dissimulé de s’approprier des styles auxquels les rois de France ont attaché leur nom. Mais, au-delà d’une quête de légitimité historique et du souci de paraître, c’est aussi une part intime et rêveuse qui se manifeste, trouvant de nouveaux modes d’expression dans la manière de se vêtir, de se loger ou d’aménager son intérieur.

    Carmen Aguado, par Winterhalter ; 1860


    4 commentaires
  • La Rédaction

    Il est agréable que le statut de l'épouse du Président français ait été abandonné, pour une formule plus souple satisfaisant l'esprit d'En Marche !

    Si de notre point de vue cette démagogie n'était pas nécessaire, cela sort de notre contexte. Ce qui nous satisfait est que cette formule souple élimine de possibles polémiques dont la France n'a pas besoin et rejoint notre article du 7 août  ( Clic ). En particulier, cet accord moral ne mentionne pas de qualité de Première dame. Cela évite toute confusion entre des systèmes opposés, la République étant sans cesse comparée - à tort - à une monarchie. Au passage, rappelons que l'égalité des républicains s'adresse à tous, y compris... aux personnages du pouvoir. Certains hauts responsables l'oublient souvent.

    Nous considérons pour notre part que Brigitte Macron a toutes les qualités pour emplir son rôle,  au-delà de bénéficier de la cellule traditionnelle mise à sa disposition, tout simplement celui d'épouse du Chef de l'Etat. Plus que jamais, le pays a besoin de tranquillité, loin du tapage tabloïd des deux derniers mandats.


    2 commentaires