• Sparte  -  Nicolas Richer                                                                    Cité des arts, des armes et des lois ;

    Perrin ;  15 mars 2018 ;  400 p.;  25€.

    Extrait de la présentation officielle : La première synthèse illustrée et en français sur la fascinante cité de Sparte.

    Un résumé du Net : Au-delà de quelques clichés associés à Sparte - Léonidas et ses hommes se sacrifiant aux Thermopyles, l'ascétisme présupposé de la cité ou la rigueur de l'éducation des citoyens -, c'est bien Athènes qui est communément perçue comme l'archétype de la cité grecque. Sparte constitue pourtant un modèle alternatif fascinant. Certes, la cité péloponnésienne doit bien d'abord être considérée comme une cité grecque de Grecs en Grèce, mais son organisation et ses priorités sont originales.
    Sa victoire sur la cité d'Athéna lors de la guerre du Péloponnèse, au Ve siècle av. J.-C., montre son efficacité globale. Afin de mieux cerner les forces et les faiblesses comme les réussites et les échecs de la puissance péloponnésienne, Nicolas Richer présente les traits majeurs de l'évolution de la cité, du VIIIe au IVe siècle av. J.-C., non seulement d'un point de vue politique mais aussi artistique ou social.
    La richesse des sources portant sur les usages éducatifs, politiques, religieux et militaires donne ainsi à lire le fonctionnement d'une cité passionnante dont l'un des traits originaux consiste dans l'importance qu'elle accorde à la collectivité, à la guerre et au mérite. Ce n'est pas sans raison que Xénophon notait que "Sparte l'emporte en vertu sur toutes les cités, parce qu'elle est la seule où se conduire vertueusement soit une obligation publique ".

    Sparte  -  Nicolas Richer


    votre commentaire
  • Les Gunzburg  -  Lorraine de Meaux                                                            Une grande famille russe ;

    Perrin ;  22 mars 2018 ;  512 p.;  27€.

    Présentation officielle : L'histoire bi-séculaire de l'une de ces grandes familles qui contribuèrent à faire l'Europe de la finance, de la politique et de la culture. Une saga franco-russe.

    La dynastie russe des barons de Gunzburg a tenu une place considérable dans l'Europe du XIXe et de la première moitié du XXe siècle tant par ses entreprises économiques que ses activités philanthropiques, son mécénat et ses engagements politiques. En mêlant approche intime et grande histoire, Lorraine de Meaux fait surgir de l'oubli l'une après l'autre les figures emblématiques de cette famille qui joua un rôle de chef de file au sein de la communauté juive de Russie : le rabbin et le banquier, le propriétaire de mines d'or et le chasseur émérite, le savant orientaliste et l'aventurier, le peintre et l'impresario des Ballets russes, le comédien à Hollywood et le résistant de premier plan... Dès le Second Empire, les Gunzburg s'installent dans un fastueux hôtel particulier de la place de l'Etoile et choisissent la France pour seconde patrie. Chacune à sa manière, les générations successives viennent enrichir cette saga entre Russie et France. Et si la fortune leur sourit souvent, elles n'échappent pas à la tragédie, subissant faillite, pogroms et antisémitisme. Des somptueux palais de Saint-Pétersbourg à la Seconde Guerre mondiale, de la révolution de 1917 à la Shoah, succès et épreuves ressuscitent un monde disparu, où se croisent grands-ducs et talmudistes du shtetl, peintres et hommes politiques, écrivains et artistes...
    Ce livre rend ainsi pour la première fois aux Gunzburg la dimension qui leur revient aux côtés des grandes familles juives telles que les Ephrussi, les Camondo, les Warburg ou les Rothschild.

    Les Gunzburg  -  Lorraine de Meaux


    votre commentaire
  • Philippe d'Orléans  -  Elisabetta Lurgo

    Perrin ; paraîtra le 16 mai 2018 ;  450 p.;  24€.

    Extrait de la présentation officielle : Un nouveau portrait du frère du Roi-Soleil.

    Philippe d'Orléans  -  Elisabetta Lurgo


    votre commentaire
  • Par RN 2

    du 20 mars 2018

     

    J'avais oublié de vous raconter la dernière "fake new" des "médias aux ordres" : ils prétendent tous aujourd'hui que c'est le Printemps, alors qu'il suffit de regarder dehors que c'est encore l'hiver. Une telle unanimité implique d'ailleurs une véritable conspiration.

     


    votre commentaire
  • Portraits de chats - Hans Silvester

    Textes de Raphaële Rives -

    La Martinière ;  20 sept. 2012 ;  192 p.;  10€.

    Présentation officielle : Chats espiègles ou philosophes, facétieux ou endormis, noirs, roux ou tigrés, tous, dans cet ouvrage, ont confié leurs regards à l’objectif amoureux de Hans Silvester. Chacun de ces chats porte une histoire, « une histoire de chat », racontée avec humour et finesse par Raphaële Rives.

    Portraits de chats - Hans Silverster


    votre commentaire
  • Par RN 1

    Incompréhensible au premier abord. Mais tout se tient dans une société qui ne se tient plus... Les éleveurs et le Loup ne s'entendent pas, ou, plus exactement, les premiers, doués - en principe - de raison, ne supportent pas le Loup. Il serait plus simple de chercher si, dans la présente société surchauffée par la bêtise, l'exacerbation fabriquée de toutes pièces par les agitateurs de haine entre toutes les composantes d'une société,

    Eh bien, nous, nous aimons le Loup. A choisir... Mais les éleveurs, qui ne sont plus les sympathiques hippies éleveurs de chèvres du Larzac des années mythiques, se croiront persécutés. La question n'est pas de savoir si, à travers le monde, le loup n'est pas en voie de disparition. Mais celle de réparer le tort fait à l'espèce en France. C'est restituer la part perdue, rendre la Nature à la Nature. Le Loup a droit de vivre, et de se nourrir, sans que l'Homme, qui a tout dégradé : les villes, les champs, le reste, ne l'empêche de vivre et finisse d'éradiquer ce qui est naturel.


    votre commentaire
  • Paris capitale religieuse sous le Second Empire - Jacques-Olivier Boudon

    Cerf ;  sept. 2001 ;  560 p.;  15€.

    Paris, ville des révolutions, est traditionnellement présentée comme un des premiers foyers de « déchristianisation » dans la France du XIXe siècle. Mais Paris fut aussi un laboratoire en vue d’une régénération religieuse de la France. Concentrant un clergé varié, issu de toutes les provinces, ainsi qu’un nombre grandissant de congrégations religieuses, Paris, centre industriel en plein essor, est aussi le lieu d’où partent la plupart des initiatives en matière sociale. Dans la deuxiède la France me moitié du XIXe siècle Napoléon III lance un véritable plan d’« haussmannisation » religieuse de la capitale qui passe par une réforme des paroisses et un réaménagement des édifices cultuels dont la restauration de Notre-Dame reste le symbole. Ce projet vise à doter Paris de tous les atouts qui doivent en faire la capitale religieuse de la France. Le régime napoléonien entend s’enraciner grâce au soutien d’une Église, sans cesse sollicitée dans la mise en scène du pouvoir impérial.

    Paris capitale religieuse de la France sous le Second Empire - Jacques-Olivier Boudon


    votre commentaire
  • Désobéir - Frédéric Gros

    Albin Michel ;  1er sept. 2017 ;  19€.

    Ouvrage particulièrement recommandé par Royauté-News.

    Présentation officielle : Ce monde va de travers, à tel point que lui désobéir devrait être une urgence partagée et brûlante. Dans cet essai intempestif, Frédéric Gros réinterroge les racines de l'obéissance politique. Conformisme social, soumission économique, respect des autorités, consentement républicain ? C'est en repérant les styles d'obéissance qu'on se donne les moyens d'étudier, d'inventer, de provoquer de nouvelles formes de désobéissance : la dissidence civique, la transgression lyrique... Rien ne doit aller de soi : ni les certitudes apprises, ni les conventions sociales, ni les injustices économiques, ni les convictions morales.

    La pensée philosophique, en même temps qu'elle nous enjoint de ne jamais céder aux évidences et aux généralités, nous fait retrouver le sens de la responsabilité politique. à l'heure où les décisions des experts se présentent comme le résultat de statistiques glacées et de calculs anonymes, désobéir devient une affirmation d'humanité.

    Philosopher, c'est désobéir. Ce livre en appelle à la démocratie critique et à la résistance éthique.

    Désobéir - Frédéric Gros


    votre commentaire
  • Flora Tristan - Évelyne Bloch-Dano

    Le livre de Poche ; (2001)  3 mars 2018 ;  448 p.;  7€70.

    Un résumé sur Internet : Flora Tristan grandit dans la misère, échappe à sa condition et devient une femme de lettres. Fuyant un mari violent, cette mère de trois enfants voyage jusqu'au Pérou pour y trouver la révolution et, pourquoi pas, l'amour. Lancée dans un tour de France, elle défend avec passion l'union ouvrière mais meurt d'épuisement. Du Pérou libéré par Simon Bolivar à la France du romantisme, des faux prophètes aux vrais ouvriers, Evelyne Bloch-Dano enquête sur celle qui sera la grand-mère de Paul Gauguin. Flora Tristan marque le triomphe de la volonté dans un siècle où la liberté est une idée neuve pour les femmes.


    votre commentaire
  • Le maître du secret - Jean-Christophe Notin

    Tallandier ; biographie ; 15 mars 2018 ;  560 p.;  20€90.

    Indications bibliographiques : Marenches, Dans le secret des princes, Christine Ockrent (2001). Royauté-News

    De tous les chefs du service de renseignement extérieur français depuis la guerre, Alexandre de Marenches (1921-1995) est celui qui est resté le plus longtemps en place. Il est aussi celui qui a porté le plus de secrets d’État, celui qui a eu les relations les plus étroites avec les responsables de l’exécutif, celui qui a noué les liens les plus forts avec les dirigeants étrangers. Grâce à lui, les services secrets français sont devenus sous Pompidou et Giscard un outil redoutable, constamment à la pointe de la guerre froide.
    Volontiers intrigant, ce grand seigneur fastueux avait le goût du risque et la manie du secret (même s’il était largement fabulateur sur son propre passé !). On pensait jusqu’à présent qu’il s’était mis à table une fois pour toutes dans le formidable best-seller qu’il avait écrit en 1986 avec Christine Ockrent. Mais c’était mal le connaître.
    La spectaculaire découverte par Jean-Christophe Notin de plus de 50 années de carnets intimes et d’une masse de documents confidentiels accumulés à l’insu de tout le monde bouleverse toutes les certitudes. L’homme y apparaît dans sa vérité, loin des images qu’il a lui-même fabriquées.
    De l’anticommunisme obsessionnel au renversement du shah d’Iran, des interventions en Afrique aux opérations clandestines dans le Pacifique pour protéger les essais nucléaires français, ce livre abonde
    en révélations et en scoops. Il revisite et enrichit un long chapitre de l’histoire de la Ve République et dresse de l’un des maîtres espions de notre époque un portrait absolument inédit.
    Un document capital.

    Le maître du secret - Jean-Christophe Notin


    votre commentaire