• La Rédaction

    A l'Automne 2018 sera célébré le mariage de Maximilien d'Andigné et de Sophie de Wurtemberg.

     

    Maximilien d'Andigné est le fils du comte Hervé d'Andigné et de Marie-Adélaïde de La Barre de Nanteuil, fille d'Amaury de La Barre de Nanteuil et de Chantal de Romanet, elle-même fille de Monique Impériali des Princes de Francavilla.

     

    La Duchesse Sophie de Wurtemberg est la fille du Duc  Philippe de Wurtemberg et de la Duchesse Marie Caroline de Bavière. Son père est l'un des enfants du Chef de la maison royale, Karl de Wurtemberg, et de la Princesse Diane d'Orléans. Marie Caroline est la fille de Max de Bavière et d'Elisabeth Douglas.

     

    Le père de la future mariée est un jeune frère du Duc Héritier disparu accidentellement au mois de mai 2018.


    3 commentaires
  • Le Général Lassalle ; 1775 - 1809 -  Aude Nicolas

    L'héritage d'une légende ;  Jean-Pierre Bosser, Préfacier ;

    Bernard Giovanangeli ;   5 Juill. 2018 ;   165 p.;   20€.

    Présentation officielle : Figure mythique de la cavalerie de la Grande Armée, le comte Antoine-Charles-Louis de Lasalle a fasciné des générations de cavaliers légers à travers le monde. Cet intarissable buveur, joueur, bretteur et amant prodigue semble pourtant avoir été victime de sa propre légende. Ce livre, qui s'appuie sur l'analyse de documents d'archives inédits propose, à travers une approche novatrice, d'ouvrir les perspectives en montrant la contribution et les héritages de celui qui peut être considéré comme l'un des meilleurs généraux de cavalerie légère de l'Empire et même de son siècle.
    L'apport incontournable de Lasalle dans l'évolution de la tactique et de l'identité de la cavalerie légère, ainsi que l'immortalisation de sa figure et de ses faits d'armes par les peintres et les sculpteurs de son vivant comme après sa mort, révèlent une personnalité riche et complexe qui a marqué de manière forte et durable l'histoire militaire et, à sa façon, l'histoire de l'art.

    Le Général Lassalle  -  Aude Nicolas


    votre commentaire
  • Marco Polo  - Thomas Tanase

    ellipses ;   8 mars 2016 ;   576 p.;   26€.

    Présentation officielle : Le propre d’une grande figure historique est de rassembler en un destin individuel l’essentiel d’un temps, d’un lieu. Marco Polo rassemble tout cela, et plus encore… (1254-1324)
    Marco Polo incarne un lieu très particulier, Venise, entre Orient et Occident.
    Il incarne aussi une soif de découverte qui l’amena jusqu’en Chine au service « du plus grand souverain qui ait existé depuis Adam, notre premier père », le grand-khan mongol Qubilai.
    Pourtant, le voyage de Marco Polo ne peut plus être décrit comme une aventure isolée. Il n’est en effet que la pointe la plus avancée de tout un cycle millénaire d’échanges le long des routes de l’Eurasie, permettant enfin à l’Extrême-Occident, l’Europe, d’entrer directement en contact avec l’Asie lointaine.
    Il convient dès lors, tout en racontant le destin exceptionnel d’un homme, de permettre à Marco Polo de redevenir ce qu’il est vraiment, une figure incarnant une histoire presque totale, passant par Jérusalem, Byzance, Pékin, le monde des steppes, les îles luxuriantes de l’océan Indien, le Japon mystérieux. Une histoire qui permet de suivre sur la longue durée le brassage des peuples jusqu’à ce qu’elle ne déborde encore plus à l’ouest, vers un nouveau monde, l’Amérique, découvert par un des admirateurs du Vénitien, Christophe Colomb, ouvrant la voie à une mondialisation rêvée par les lecteurs de Marco Polo.

    Marco Polo  - Thomas Tanase


    votre commentaire
  • Le miracle de guerre dans la chrétienté occidentale - Philippe Martin, Philippe Desmette

    Maisonneuve & Larose (1), Hémisphères ;  16 août 2018 ;  350 p.;  26€.

    Présentation officielle : Dans un monde bouleversé, où il a perdu tous ses repères traditionnels, un individu peut se sentir " dans la main de Dieu ", comme l'affirmeront, parmi d'autres, bien des protagonistes de la guerre de Trente ans. Mais le miracle peut aussi être collectif lorsqu'une statue " sauve " une cité de l'invasion, que le Ciel épargne une localité face à la cruauté d'un envahisseur. Mais pourquoi le miracle a-t-il lieu ? Qu'en reste-t-il dans la longue durée ? Comment la perception de ces miracles évolue-t-elle face à la montée de l'esprit philosophique et de la rationalité ? Voilà quelques-unes des nombreuses questions auxquelles cet ouvrage tente de répondre.
    Les auteurs y examinent les interventions du surnaturel dans le cadre de guerres, c'est-à-dire l'opposition entre la réalité à laquelle sont confrontés les hommes et des forces qui les dépassent. Des forces susceptibles d'influencer, de modifier le cours des choses en faveur d'une des parties.

    Le miracle de guerre dans la chrétienté occidentale - Philippe Martin, Philippe Desmette

    (1) Les éditions Maisonneuve et Larose ont réapparu. Elles ont été reprises par Hémisphères.


    1 commentaire
  • Héros et légendes du Far West - Farid Ameur

    Texto  ;  (2012)  23 août 2018 ;  256 p.;  9€.

    Quelques ouvrages de Farid Ameur ici

    Héros et légendes du Far West - Farid Ameur


    votre commentaire
  • Njinga   -    Linda M. Heywood

    Histoire d'une reine guerrière (1582-1663)

    La Découverte  ;  23 août 2018 ; 336 p.;  22€.

    Présentation officielle : Puissante reine d’Afrique centrale, Njinga ne recula devant aucun moyen pour préserver son territoire des colonisateurs portugais esclavagistes. Au XVIIe siècle, cette figure guerrière transgressive, dont l’intelligence n’eut d’égale que la ténacité, défia toutes les lois du genre : politiques, religieuses, sociales.
    À la tête d’une armée de soldats femmes et hommes, la reine Njinga mena une guerre sans merci contre les envahisseurs qui ravageaient et dépeuplaient l’Afrique centrale, y capturant des esclaves pour les déporter au Brésil dans les plantations de canne à sucre. Njinga décida même de rejoindre la secte terrifiante des Imbangala cannibales afin de contrer un ennemi mieux armé. Elle sut aussi, en fin stratège, jouer les capucins contre les jésuites, véritables artisans de la colonisation et du trafic d’esclaves, pour conduire une campagne diplomatique d’ampleur. Elle finit par obtenir la reconnaissance de son royaume par le pape Alexandre VII et par conserver son indépendance.
    Femme libre, reine courageuse et fière qui défendit ardemment son rang et son africanité, Njinga reste vivante dans la mémoire des descendants d’esclaves, en Amérique comme en Afrique centrale. Linda Heywood rend enfin justice à ce personnage hors norme, qui a toute sa place dans l’histoire mondiale.

    Njinga   -    Linda M. Heywood


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Bourbon-Séville

    Francisco de Borbón y Hardenberg a été élu 50° Grand-Maître de la branche historique de l'Ordre de Saint-Lazare de Jérusalem, au mois de mai 2018 après avoir lui-même dirigé l'Ordre après la mort du Marquis d'Almazán durant l'été 2017.

     

    Le nouveau Grand-Maître est le fils du Duc de Séville, cousin de la famille royale d'Espagne, qui fut Grand-Maître jusqu'en 2008.

     

    Il existe de nombreuses branches aujourd'hui après l'éclatement des émanations traditionnelles.

    Le Prince Sixte-Henri de Bourbon Parme est devenu il y a près de trois ans le Grand-Maître (le 50° lui aussi) d'une des émanations principales actuelles.

    Nous vous présenterons bientôt l'Ordre de Saint-Lazare et sa diversité, comme nous l'avons fait à plusieurs reprises.

    Un Bourbon-Séville à la tête de l'Ordre Hospitalier de Saint-Lazare

    le défunt Carlos Gereda y de Borbón, Marquis d'Almazán


    votre commentaire
  • Charles Ier, L'Empereur de la Paix  - Marc Bourgne, Marcel Uderzo

    Le Lombard ;   2007 ;   BD  ;   56 p.;   12€45.

    Présentation officielle : La béatification de Charles Ier, le 3 octobre 2004, ne doit rien au hasard, pas plus que son surnom d' « empereur de la paix ». Tenter d'enrayer la folie guerrière qui caractérisa le début du tumultueux XXe siècle fut le combat majeur de son existence, un combat qu'il mena au nom de sa foi catholique et de ses convictions profondément humanistes.

    Dès son plus jeune âge, le jeune homme se distingua par sa compassion et l'amour qu'il portait à ses pairs comme aux plus modestes. Une fois monté sur le trône de l'empire austro-hongrois, en pleine tourmente de la Première Guerre Mondiale, il fait figure d'exception, peut-être parce qu'il fait partie des rares dirigeants à avoir vu l'horreur des tranchées de ses propres yeux. Il refusa ainsi d'appliquer la peine de mort ou d'utiliser le gaz moutarde, cherchant sans relâche un moyen diplomatique de mettre fin à cette boucherie « dont aucun homme ne pourra répondre devant Dieu ». Autant de traits d'humanisme qui l'isolèrent des plus belliqueux de ses alliés, jusqu'à lui en coûter sa couronne. Mais, même destitué et trahi, il ne cessa pas un seul jour de croire en son prochain. Exilé et ruiné, il continua du mieux possible d’œuvrer pour la paix. Et c'est sans aucun regret ni animosité qu'il succomba à une pneumonie, le 1er avril 1922.

    Charles Ier, L'Empereur de la Paix -  Bourgne ; Marcel Uderzo


    2 commentaires
  • L'impératrice Zita ; du conte de fées à l'Evangile - Odile Haumonté

    Illustrateur, Fabienne Maignet ;

    Editions Téqui ; paru le 17 août 2018 ;  dès 11 ans ;  176 p.;  13€.

    Présentation officielle : Née en 1892 et morte en 1989, c’est presque un siècle que Zita a traversé, des fastes de la Cour d’Autriche-Hongrie à la pauvreté de l’exil. Succédant à la célèbre Sissi, la dernière impératrice d’Autriche a marqué son court règne (à peine deux ans), durant la Première Guerre mondiale, par sa générosité, sa bonté, son attention aux soldats blessés et aux populations victimes de la guerre. Quand l’Empire s’effondre en 1918, Charles et Zita sont chassés d’Autriche et exilés sur l’île de Madère. Devenue veuve de l’empereur Charles à trente ans, seule avec ses huit enfants, Zita fait front avec courage et dignité, puisant sa force dans l’Eucharistie et la prière. En 1982, après soixante années d’exil qu’elle a vécues au service de la construction européenne, elle est autorisée à revenir en Autriche, sa « chère Patrie ». Elle meurt en Suisse à l’âge de 96 ans, mais c’est en Autriche que ses funérailles officielles ont lieu, en présence d’une foule émue de six mille personnes. Elle est enterrée à Vienne aux côtés des Habsbourg, tandis que Charles repose toujours à Madère où il est mort d’une pneumonie à 34 ans. Reconnu comme un artisan de paix, considérant sa charge « comme un service saint de ses peuples », Charles a été béatifié par Jean-Paul II en 2004 et beaucoup espèrent que le couple impérial pourra être réuni sur les autels : la cause pour la béatification de Zita est en effet introduite depuis décembre 2009. « Après tout, écrit Zita en 1925, on est heureux d’avoir eu beaucoup d’épreuves : d’abord, elles sont passées et, surtout, on est heureux d’avoir quelque chose à donner au Bon Dieu. »

    L'impératrice Zita ; du conte de fées à l'évangile - Odile Haumonté


    votre commentaire
  • Zita, l'impératrice soleil - Odile Haumonté, Anne-Charlotte Larroque

    Editions Téqui ;  17 août 2018 ;  32 p.;   13€.

    Présentation officielle : Princesse d'origine à la fois italienne et française, Zita est née en Italie en 1892 et morte en Suisse en 1989. Quand elle épouse l'héritier du trône d'Autriche-Hongrie à dix-neuf ans, elle ne se doute pas du destin qui l'attend : la guerre, la chute de l'Empire, l'exil, la mort de Charles à Madère, qui la laisse seule avec huit enfants, puis de nouveau la guerre et le départ pour les États-Unis, et ensuite, à la fin de sa vie, l'autorisation de revenir en Autriche et la construction européenne.

    Partout où elle a vécu, en famille, à la Cour ou en exil, elle a été un ange de douceur au service des autres et un artisan de paix, œuvrant à la réconciliation.

    Sa vie a commencé comme un conte de fées avant de traverser les épreuves et la souffrance, mais elle a gardé le sourire en toutes circonstances, s'appuyant sur la prière et la foi en Dieu. Son témoignage rayonnant éclaire de sa lumière toute l'histoire du vingtième siècle.

    Zita, l'Impératrice soleil - Odile Haumonté, Anne-Charlotte Larroque


    4 commentaires