• Napoléon et les siens  -  Vincent Haegele

    Un système de famille ;  Perrin ;   16 août 2018 ;  436 p.;   24€90.

    Présentation officielle : Que n'a-t-on pas écrit sur la famille de l'homme dont le destin étonna le monde ? A peu près tout et son contraire, une image dominant toutefois l'ensemble des autres, celle d'un clan avide d'argent, d'honneurs immérités et de dépouilles prélevées sur les cadavres d'antiques monarchies. Joseph, Louis, Jérôme, Elisa, Caroline et Murat, Pauline et Lucien : tous des frères dissipateurs, des sœurs ambitieuses et dépravées, des épouses indignes, des cousins sans scrupules...
    Pourtant, nul ne peut construire une dynastie sans compter sur son propre sang et c'est là le noeud gordien de toute l'entreprise de Napoléon Bonaparte : ses frères et sœurs ont accompagné, soutenu et parfois déterminé ce processus de conquêtes et de constructions civiles et militaires, partageant dès le début les douleurs de l'exil, la remise en cause systématique de leur place dans la société et les blessures d'amour-propre.
    Un homme seul, du reste, n'aurait sans doute pas pu réussir, lorsqu'un "système" (le mot est de Napoléon lui-même) multicéphale permettait ce succès, même éphémère. Vincent Haegele décrypte ce magnifique coup politique et offre une lecture novatrice du système familial impérial, loin des clichés convenus sur le clan Bonaparte.

    Napoléon et les siens  -  Vincent Haegele


    votre commentaire
  • Ils ont tué le tsar  - Nicolas Ross

    Les bourreaux racontent ;

    Edition des Syrtes ;   24 mai 2018 ;  307 p.;  20€.

    Présentation officielle : Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918 étaient assassinés Nicolas II et sa famille à Ekaterinbourg, dans la maison de l'ingénieur Ipatiev, où ils étaient détenus depuis le 30 avril. Contrairement à ce qu'on a pu croire, les exécutants et les complices de ce massacre se sont beaucoup confiés, mais sous le sceau d'un secret rigoureusement gardé jusqu'aux dernières années de l'existence de l'URSS. Quatre des gardes rouges de la maison de l'ingénieur Ipatiev avaient été retrouvés et interrogés par les enquêteurs blancs dès 1918-1919, et leurs dépositions constituent les premiers documents publiés. En 1919 également fut rédigée par lakov lourovski, le dernier commandant de la maison Ipatiev et principal acteur de l'exécution de ses occupants, sa célèbre Note, qui ne fut révélée qu'en 1989 et qui connut rapidement une résonance internationale. Après lourovski, d'autres participants livrèrent leurs confidences, restées secrètes jusqu'à la fin du pouvoir communiste en Russie. Leurs témoignages sont ici publiés pour la première fois. Mais les récits des assassins du tsar et de leurs complices ne concernent pas uniquement l'exécution et l'inhumation improvisée des détenus de la maison Ipatiev. Ils racontent leur vie d'avant la révolution de 1917, leurs combats durant la guerre civile, jusqu'à la tragédie d'Ekaterinbourg. Ils y étaient tous volontaires et ont accompli leur mission en connaissance de cause. Leur personnalité et leur biographie éclairent leurs actions et leurs motivations. Ces textes dévoilent également l'atmosphère lourde et éprouvante des derniers jours de Nicolas II et des siens. Ils illustrent, par ailleurs, le projet des dirigeants bolcheviques, qui avaient entrepris d'exterminer tous les Romanov. Il fallait, par ce sang, sceller une Russie du futur totalement coupée de ses racines historiques.

    Ils ont tué le tsar  - Nicolas Ross


    1 commentaire
  • La famille royale au Temple  -  Charles-Eloi Vial

    Le remords de la Révolution (1792-1795)

    Perrin  ;   16 août 2018 ;   500 p.;   25€.

    La famille royale au Temple  -  Charles-Eloi Vial

    Présentation officielle : Le 10 août 1792, l'émeute parisienne renverse le trône fragile de Louis XVI. Trois jours plus tard, la famille royale est enfermée au Temple, dans un donjon édifié au XIIIe siècle. Dans ce lieu sinistre périront successivement le roi, sa femme Marie-Antoinette, sa soeur Madame Elisabeth, tous trois guillotinés ; et enfin son fils, le dauphin "Louis XVII". Seule survivante, la fille du couple royal, Marie-Thérèse de France, sera finalement libérée le 19 décembre 1795, après une détention de plus de mille jours.
    Entre-temps, les thermidoriens ont tenté de terminer la Révolution en faisant oublier la Terreur, avant que le Directoire ne remplace la Convention. Pour la première fois, un historien se penche sur l'histoire globale de cette captivité. Nourri de nombreuses archives encore inexploitées, Charles-Eloi Vial raconte avec un sens rare de la narration le quotidien des captifs et brosse le portrait de l'ensemble des protagonistes du drame, la famille royale au premier chef, mais aussi les geôliers, les employés, les gardes et les visiteurs, sans oublier les figures politiques souvent rivales à l'instar d'Hébert et de Robespierre.
    Ce récit prenant interroge enfin la Révolution, et plus précisément la Terreur, sur l'antinomie entre la grandeur de ses principes et certains de ses actes. Un grand livre sur un lieu d'histoire et de mémoire, qui incarne et marque l'origine de la guerre entre les deux France.


    1 commentaire
  • La Rédaction

    A l'Automne 2018 sera célébré le mariage de Maximilien d'Andigné et de Sophie de Wurtemberg.

     

    Maximilien d'Andigné est le fils du comte Hervé d'Andigné et de Marie-Adélaïde de La Barre de Nanteuil, fille d'Amaury de La Barre de Nanteuil et de Chantal de Romanet, elle-même fille de Monique Impériali des Princes de Francavilla.

     

    La Duchesse Sophie de Wurtemberg est la fille du Duc  Philippe de Wurtemberg et de la Duchesse Marie Caroline de Bavière. Son père est l'un des enfants du Chef de la maison royale, Karl de Wurtemberg, et de la Princesse Diane d'Orléans. Marie Caroline est la fille de Max de Bavière et d'Elisabeth Douglas.

     

    Le père de la future mariée est un jeune frère du Duc Héritier disparu accidentellement au mois de mai 2018.


    5 commentaires
  • Le Général Lassalle ; 1775 - 1809 -  Aude Nicolas

    L'héritage d'une légende ;  Jean-Pierre Bosser, Préfacier ;

    Bernard Giovanangeli ;   5 Juill. 2018 ;   165 p.;   20€.

    Présentation officielle : Figure mythique de la cavalerie de la Grande Armée, le comte Antoine-Charles-Louis de Lasalle a fasciné des générations de cavaliers légers à travers le monde. Cet intarissable buveur, joueur, bretteur et amant prodigue semble pourtant avoir été victime de sa propre légende. Ce livre, qui s'appuie sur l'analyse de documents d'archives inédits propose, à travers une approche novatrice, d'ouvrir les perspectives en montrant la contribution et les héritages de celui qui peut être considéré comme l'un des meilleurs généraux de cavalerie légère de l'Empire et même de son siècle.
    L'apport incontournable de Lasalle dans l'évolution de la tactique et de l'identité de la cavalerie légère, ainsi que l'immortalisation de sa figure et de ses faits d'armes par les peintres et les sculpteurs de son vivant comme après sa mort, révèlent une personnalité riche et complexe qui a marqué de manière forte et durable l'histoire militaire et, à sa façon, l'histoire de l'art.

    Le Général Lassalle  -  Aude Nicolas


    votre commentaire
  • Marco Polo  - Thomas Tanase

    ellipses ;   8 mars 2016 ;   576 p.;   26€.

    Présentation officielle : Le propre d’une grande figure historique est de rassembler en un destin individuel l’essentiel d’un temps, d’un lieu. Marco Polo rassemble tout cela, et plus encore… (1254-1324)
    Marco Polo incarne un lieu très particulier, Venise, entre Orient et Occident.
    Il incarne aussi une soif de découverte qui l’amena jusqu’en Chine au service « du plus grand souverain qui ait existé depuis Adam, notre premier père », le grand-khan mongol Qubilai.
    Pourtant, le voyage de Marco Polo ne peut plus être décrit comme une aventure isolée. Il n’est en effet que la pointe la plus avancée de tout un cycle millénaire d’échanges le long des routes de l’Eurasie, permettant enfin à l’Extrême-Occident, l’Europe, d’entrer directement en contact avec l’Asie lointaine.
    Il convient dès lors, tout en racontant le destin exceptionnel d’un homme, de permettre à Marco Polo de redevenir ce qu’il est vraiment, une figure incarnant une histoire presque totale, passant par Jérusalem, Byzance, Pékin, le monde des steppes, les îles luxuriantes de l’océan Indien, le Japon mystérieux. Une histoire qui permet de suivre sur la longue durée le brassage des peuples jusqu’à ce qu’elle ne déborde encore plus à l’ouest, vers un nouveau monde, l’Amérique, découvert par un des admirateurs du Vénitien, Christophe Colomb, ouvrant la voie à une mondialisation rêvée par les lecteurs de Marco Polo.

    Marco Polo  - Thomas Tanase


    votre commentaire
  • Le miracle de guerre dans la chrétienté occidentale - Philippe Martin, Philippe Desmette

    Maisonneuve & Larose (1), Hémisphères ;  16 août 2018 ;  350 p.;  26€.

    Présentation officielle : Dans un monde bouleversé, où il a perdu tous ses repères traditionnels, un individu peut se sentir " dans la main de Dieu ", comme l'affirmeront, parmi d'autres, bien des protagonistes de la guerre de Trente ans. Mais le miracle peut aussi être collectif lorsqu'une statue " sauve " une cité de l'invasion, que le Ciel épargne une localité face à la cruauté d'un envahisseur. Mais pourquoi le miracle a-t-il lieu ? Qu'en reste-t-il dans la longue durée ? Comment la perception de ces miracles évolue-t-elle face à la montée de l'esprit philosophique et de la rationalité ? Voilà quelques-unes des nombreuses questions auxquelles cet ouvrage tente de répondre.
    Les auteurs y examinent les interventions du surnaturel dans le cadre de guerres, c'est-à-dire l'opposition entre la réalité à laquelle sont confrontés les hommes et des forces qui les dépassent. Des forces susceptibles d'influencer, de modifier le cours des choses en faveur d'une des parties.

    Le miracle de guerre dans la chrétienté occidentale - Philippe Martin, Philippe Desmette

    (1) Les éditions Maisonneuve et Larose ont réapparu. Elles ont été reprises par Hémisphères.


    1 commentaire
  • Héros et légendes du Far West - Farid Ameur

    Texto  ;  (2012)  23 août 2018 ;  256 p.;  9€.

    Quelques ouvrages de Farid Ameur ici

    Héros et légendes du Far West - Farid Ameur


    votre commentaire
  • Njinga   -    Linda M. Heywood

    Histoire d'une reine guerrière (1582-1663)

    La Découverte  ;  23 août 2018 ; 336 p.;  22€.

    Présentation officielle : Puissante reine d’Afrique centrale, Njinga ne recula devant aucun moyen pour préserver son territoire des colonisateurs portugais esclavagistes. Au XVIIe siècle, cette figure guerrière transgressive, dont l’intelligence n’eut d’égale que la ténacité, défia toutes les lois du genre : politiques, religieuses, sociales.
    À la tête d’une armée de soldats femmes et hommes, la reine Njinga mena une guerre sans merci contre les envahisseurs qui ravageaient et dépeuplaient l’Afrique centrale, y capturant des esclaves pour les déporter au Brésil dans les plantations de canne à sucre. Njinga décida même de rejoindre la secte terrifiante des Imbangala cannibales afin de contrer un ennemi mieux armé. Elle sut aussi, en fin stratège, jouer les capucins contre les jésuites, véritables artisans de la colonisation et du trafic d’esclaves, pour conduire une campagne diplomatique d’ampleur. Elle finit par obtenir la reconnaissance de son royaume par le pape Alexandre VII et par conserver son indépendance.
    Femme libre, reine courageuse et fière qui défendit ardemment son rang et son africanité, Njinga reste vivante dans la mémoire des descendants d’esclaves, en Amérique comme en Afrique centrale. Linda Heywood rend enfin justice à ce personnage hors norme, qui a toute sa place dans l’histoire mondiale.

    Njinga   -    Linda M. Heywood


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Bourbon-Séville

    Francisco de Borbón y Hardenberg a été élu 50° Grand-Maître de la branche historique de l'Ordre de Saint-Lazare de Jérusalem, au mois de mai 2018 après avoir lui-même dirigé l'Ordre après la mort du Marquis d'Almazán durant l'été 2017.

     

    Le nouveau Grand-Maître est le fils du Duc de Séville, cousin de la famille royale d'Espagne, qui fut Grand-Maître jusqu'en 2008.

     

    Il existe de nombreuses branches aujourd'hui après l'éclatement des émanations traditionnelles.

    Le Prince Sixte-Henri de Bourbon Parme est devenu il y a près de trois ans le Grand-Maître (le 50° lui aussi) d'une des émanations principales actuelles.

    Nous vous présenterons bientôt l'Ordre de Saint-Lazare et sa diversité, comme nous l'avons fait à plusieurs reprises.

    Un Bourbon-Séville à la tête de l'Ordre Hospitalier de Saint-Lazare

    le défunt Carlos Gereda y de Borbón, Marquis d'Almazán


    votre commentaire