• La Rédaction      article complété le 7 mai 2018

    Philippe Delorme vient de publier un ouvrage : Ombres et mystères de l'Histoire.

    Ce journaliste, ex-rédacteur en chef de Point de Vue Histoire, qui exerça longtemps à Point de Vue, exploite la veine des histoires pour la plupart anciennes et usées, de ces énigmes qui ne furent jamais résolues mais qui attireraient, paraît-il le public puisque sans arrêt elles servent de bouche-trou à des auteurs de papiers faciles en manque de verve.

    Comme souvent, on repasse (une fois de plus...) les mêmes feuilletons réchauffés qui se voudraient croustillants. On passe la triste revue de ces sujets sur lesquels il n'y a plus rien à dire, ou si peu, et il est vrai que, dans les chapitres sondés, il apporte parfois des éléments mis à jour, ou quelques références solides. Mais cet habitué de la polémique fâcheuse égratigne certaines personnes. Ici, le généticien Gérard Lucotte, par exemple.

    Il faut savoir que ce journaliste, qui se veut depuis longtemps historien, s'est découvert il y a quelques années une capacité ou plutôt, une prétention scientifique : celle de juger, notamment les généticiens et les analyses génétiques... Cela se comprend : il a une marotte, il voudrait présider à tout ce qui se dit ou se découvre en matière de dépouilles royales et que toute expertise de cadavres royaux - ou impériaux - ne s'effectue que sous son autorité...

    Il est amusant que vienne de paraître en même temps le nouveau livre de Clémentine Portier-Kaltenbach, Coups de Chœur ( Clic ), qui rassemble la description, par quelques personnalités, de leur église préférée. Parmi elles, le célèbre Docteur Charlier, qui a croisé lors de l'Affaire de la Tête - une affaire embrouillée par le journaliste et toujours pas résolue, mais qui finira bien par dire son mot final... (le sien ! Son mot à Elle, pas celui qu'on voudrait lui faire dire...), Philippe Delorme.

    Mais la vérité fait défaut, parfois. Sur le mystère du Cœur de Saint-Louis par exemple ( Clic ).

    Ne pas mentionner la théorie du défunt Philippe Boiry sur ce mystère, risque, cette fois-ci de ne pas passer.

    Philippe Boiry, écrivain, est l'inventeur reconnu de l'idée géniale consistant à faire expertiser les dépouilles royales par l'ADN, notamment, celui de Marie-Antoinette. C'est de lui que tout est parti : le Cœur de Louis XVII, et, de là, les nouvelles progressions dans cette recherche. Philippe Delorme s'est attribué, en quelque sorte, ce mérite, en doublant alors Philippe Boiry, en passant sous silence le rôle de Philippe Boiry et par voie de conséquence, s'attribuant le mérite dans l'Affaire du Cœur de Louis XVII. Gageons que cette affaire n'en restera pas là.

    Le livre paru ne manquera pas de recevoir une critique plus approfondie car ses pages n'en manquent pas l'occasion.

     

    Entrées de recherches

    #ADN #MarieAntoinette #CœurdeLouisXVII #PhilippeBoiry #TêteHenriIV #DocteurCharlier

    et entrées sur notre Site  


    1 commentaire
  • La Rédaction

    Le site gouvernemental prétendait recueillir les avis de la population alors que peu, très peu des gens en ont entendu parler...

    A l'instant, l'hebdomadaire La Vie  [ Clic ! ] dévoile « une campagne savamment orchestrée » sur les médias de service, qui tentent d'imposer par force la loi prochainement votée sur l'euthanasie.

    Signalons qu'au sein de la majorité LREM, tous les parlementaires ne sont pas sur la même ligne, très heureusement. Agnès Thill, député LREM, considère « qu'une transgression en appelle une autre » et a condamné - à juste titre - la Tribune des 156, lancée par un autre député et qui prétend influencer l'opinion alors qu'il n'y a eu aucun débat au sein de la majorité.

    Sur Twitter, un compte, Etats Généraux Pathétiques, qui dénonce les dérives du site gouvernemental Etats Généraux de la Bioéthique, publie ces tableaux [ Clic ! ].

    Pour nous, la République, dans sa forme, (ce n'est pas le mode de gouvernement, en soi, qui est en cause dans notre propos mais l'absence de démocratie en France et l'existence d'un pouvoir médiatique - le plus important - systématiquement reversé à des évolutions non réellement souhaitées par la population et conduites par des réseaux d'activistes virulents), la République française n'est pas en capacité de se prononcer sur des questions éthiques, ni même, de les encadrer. [Ce qui fera l'objet d'une prochaine réflexion]

    Il faut savoir qu'en Belgique, des pressions gigantesques et criminelles - c'est un de nos dossiers d'alerte que nous avions préparés - sont exercées sur des vieillards sans défense pour leur soutirer leur « accord » pour une procédure d'euthanasie : en clair, un assassinat prémédité. La pire sordidité dans le crime est atteinte.


    2 commentaires
  • Elisabeth II ou l'humour souverain - Stephen Clarke

    traducteur, Béatrice Taupeau ;

    Albin Michel ;   2 mai 2018 ;  228 p.;   15€.

    Présentation officielle : En bonne Anglaise qui se respecte, Elizabeth II n’est pas dénuée d’humour. Derrière la froideur du protocole se cache une femme pleine d’esprit, comme en témoignent ces authentiques anecdotes, citations et observations ici rassemblées, que n’auraient pas reniées ses compatriotes les Monty Python !
    Parmi ses coups d’éclat, on retiendra le jour où, ayant proposé au prince héritier d’Arabie Saoudite (pays où les femmes n’avaient pas le droit de conduire) une visite guidée de son domaine écossais, elle s’installa elle-même au volant de son Land Rover et roula à tombeau ouvert tandis que son passager la suppliait de ralentir…
    D’hier à aujourd’hui, des cérémonies officielles aux farces jouées à ses petits-fils, Stephen Clarke, l’auteur de God save la France, vous révèle tout sur cet être mi divin mi gaffeur, dont les Sex Pistols disaient : « she ain’t no human being » !

    Elisabeth II ou l'humour souverain - Stephen Clarke


    2 commentaires
  • La Rédaction

    L'arrestation du Cardinal Pell, n° 3 du Vatican et chef de l'Eglise australienne, qui nie les faits d'agression sexuelle qui lui sont reprochés et déclare qu'il est déterminé à laver son honneur.

    Et c'est Riaumont, communauté (1) qui ressemble à la Fraternité Saint-Pie X, mais qui n'est pas la Fraternité Saint-Pie X, qui est depuis ce jour au cœur d'un gigantesque scandale pour des faits qui remontent à une vingtaine d'années. L'article sera dans le Point demain matin mais il apparaît déjà sur le site de l'hebdomadaire et sur d'autres sites de presse.

    Rappelons le conseil que notre Site avait donné déjà : les prêtres ne doivent plus être chargés de missions d'éducation, ce qui limiterait grandement les occasions... Le temps est révolu de ces congrégations religieuses destinées à l'éducation scolaire.

    Comprendre aussi que l'Eglise moderne a abandonné (nous le situons à partir des années 1930, et au plus, après la Seconde Guerre Mondiale, dans cet intervalle d'avant le Concile), les méthodes de sélection des candidats au sacerdoce...

    Il faut noter que dans ces deux affaires, il s'agit d'ecclésiastiques opposés à l'évolution forcenée de la société sur des questions essentielles d'éthique. Faut-il y voir une orchestration ? Nous le pensons. Pour le Cardinal Pell, n'était-il pas opposé à l'avortement, à l'euthanasie et à d'autres questions sensibles, comme celle de l'ordination des prêtres ?

    De surcroît il était favorable à la levée de l'excommunication des quatre évêques que Mgr Lefebvre avait établis comme successeurs ? Suivez le fil.

    (1) Nous avions écrit que la communauté faisait partie de la Fraternité Saint-Pie X (mouvance Lefebvre), ce qui était une erreur de plusieurs organes de presse que nous avions repris dans la rapidité. Ils ont rectifié leur propre erreur aujourd'hui.


    4 commentaires
  • La Rédaction

    La guerre continue et nous soutenons les plaintes déposées par un collectif d'opposants.

    Pour Le Point : « Le consentement demandé est trop général », ce qui est exact.

    Comme l'indique Le Figaro, un collectif a déposé plainte.

    Récemment, c'était le groupe Bolloré qui était rappelé à l'ordre par la CNIL.

    Nous sommes en mesure également de signaler que la société ENEDIS s'ingère dans la vie privée des gens et détient les numéros de téléphone des abonnées à l'électricité !

    Nous demandons la suppression inconditionnelle du Compteur Linky sur le territoire français et son interdiction définitive, avec retour des compteurs EDF, parfaitement performants et respectueux de la vie privée.

    Nous soutenons toute action, comme la manifestation nationale du 5 mai, pour que la liberté soit assurée aux vivants de cette terre contre l'hégémonie aveugle de sociétés qui veulent imposer une dictature multidimensionnelle avec la complicité des pouvoirs publics.

    Nous expliqueront demain samedi dans le détail quelques-uns des aspects les plus répugnants et dangereux de ce compteur, imposé de force, installé après deux semaines la lettre adressée par ENEDIS aux utilisateurs.

    Lire aussi


    votre commentaire
  • RN 2 et RN 1 pour La Rédaction

    Kensington annoncé que le petit prince s'appelle Louis Arthur Charles.

    Il est le fils de William et de Catherine, né le 23 avril 2018.

    Ce prénom est bien sûr un hommage à Lord Mountbatten, l'oncle préféré du Prince Charles et dernier Vice-Roi des Indes, qui s'appelait Louis. Mais ce prénom est revenu à l'honneur et dans la tendance des prénoms classiques qui retrouvent un lustre.

    Rappelons aussi, et c'est semble-t-il le seul cas, que le futur roi de France, Louis VIII, fut aussi roi d'Angleterre... environ une année. C'était au moment de la révolte contre Jean Sans terre, (1216) et le futur Louis VIII fut proclamé roi d'Angleterre.

                             -----------

    à suivre  Le futur titre de Harry et de Meghan Markle

    On peut proposer à la lecture notre article suggérant que le futur titre que portera Harry d'Angleterre pourrait être celui de Comte de Chester ( Clic )

    L'autre titre qui correspondrait à la tradition anglaise, outre celui que nous supputions, serait celui de Comte de Sussex.

    Ce titre serait en correspondance avec celui d'Edward, l'oncle de William.

    Le titre de Duchesse de Sussex, supputé pour Meghan Markle (c'est-à-dire pour Harry et donc, pour Meghan) certains commentateurs (comme Stéphane Bern) ne correspondrait pas à la tradition et voguerait démagogiquement sur la popularité des jeunes frères et de leurs épouse et future épouse, en octroyant à Harry et Meghan un titre jugé par la foule comme équivalent ( Duc = Duc ). C'est sympathique mais n'est pas traditionnel et ce serait un coup de griffe contre le Prince Edward, d'ailleurs fils préféré du Duc d'Edimbourg.

    On répondra que le titre de Comte d'Essex est porté par une famille anglaise. Cette objection est fondée, surtout en Angleterre.

    Il reste une solution, en dehors de notre autre choix qui est celui de Comte de Chester. Celui de Comte de Sussex tout simplement.

    Louis, 3eme enfant de William et de Catherine et nouvelles d'Angleterre - Comte de Sussex, un titre pour Harry


    2 commentaires
  • Aime, et ce que tu veux, fais-le !

    Mgr Emmanuel Gobilliard, Thérèse Hargot, Arthur Herlin

    Albin Michel ;  11 avr. 2018 ; 244 p.;  19€.

    Commentaire de RN 6 : Si l'enjeu est "de parler de tout", de la part de l'Eglise c'est simplement rétrograde. L'axe du livre est faussé : la célèbre pensée "Aime, et fais ce que tu veux", est toujours récupérée par l'Eglise pour la déformer.

    Ce que l'on attend de l'Eglise, quand on est chrétien, c'est qu'elle parle de tous les sujets sur lesquels elle se tait et qui constituent aujourd'hui l'abaissement de la dignité humaine. Ce n'est, timidement, qu'elle s'intéresse à des fractions des enjeux éthiques - fermant les yeux sur les plus grands dangers - ce qui est se faire complice d'une globalité conduite par des pouvoirs devant lesquels elle se tait tant elle en est complice, par convergence bien plus que par faiblesse.

    Pour l'auteur de cet article, l'Eglise est résolument, une fois de plus, après une cinquantaine d'années après le Concile, en porte-à-faux.

    Ce qui a été apporté par l'Eglise en matière de sexualité - pour ceux qui accordent une attention à des avis autorisés de l'Eglise -, l'a été par Jean-Paul II. Comment ne se réfère-t-on pas à ces écrits, les faire (enfin) partager par les communautés paroissiales, au sein desquelles on n'en entend jamais parler (!) en lieu de s'adonner à cette discussion surréaliste ?

    Ce que l'on attend d'un prêtre, c'est qu'il soit (modeste et) discret, et qu'il ne partage pas avec le siècle les préoccupations ordinaires. On attend de lui un esprit et des aspirations élevées, non de s'occuper de la vie privée des gens.

    La préoccupation sexuelle n'est devenue douteuse qu'à travers le regard doublement obscène de l'Eglise.

    Parce que, pour le reste (des occupations de l'Eglise), ça ne vole pas haut ! Sa vitesse de croisière est depuis longtemps celle d'un train-train que le Concile, précisément, voulait changer...

    On va vers le prêtre, ce n'est pas au prêtre de venir vers les "turpitudes" ! Non, décidément, il n'y a pas et ne peut y avoir de communauté de pensée avec cette Eglise officielle qui ne sauve que ce qui lui colle le plus : "avoir l'air couillon", imprescriptible ADN qui est le sien, qu'elle ne peut et ne pourra jamais s'empêcher de garder dès qu'il s'agit des préoccupations situées sous la ceinture et de son obsession malsaine les concernant !

    Si un prêtre n'a pas à parler de sexualité, ce n'est pas seulement parce qu'il est censé ne pas la connaître (et quand il la connaît, c'est qu'il y a, manifestement, une anomalie pour le moins), mais parce tout simplement il n'a pas à s'inviter dans l'intimité des gens. Le Christ n'a jamais tenu un propos de ruelle, Il a au contraire esquivé toute conception scabreuse, quelque soit la préoccupation humaine qui se présentait, la plaçant à une hauteur sans nom !

    Que l'Eglise cesse de se saisir de ce qui croustille pour redorer sa boutique !

    Parce que, elles ne sont pas brillantes, ses affaires, au point qu'un président pas foncièrement chrétien en appelle aux catholiques, pour qu'ils s'engagent enfin !

    Ce n'est justement, que par le regard d'obsédés de l'Eglise, que cette question a pris une lueur étrange, faite d'attraction inavouable et de répulsion conjuguées.

    Qu'on aille à la source, enfin ! Que l'Eglise rompe enfin (après 2000 ans, il serait temps...) avec ses obsessions !

    Aime, et ce que tu veux, fais -le !


    4 commentaires
  • 10 bonnes raisons d'aller marcher - Thierry Malleret                                   avec Mary Anne Malleret ;

    Paulsen ;   5 avril 2018 ;  224 p.;   10€.

    Présentation officielle : La marche peut être une telle source de plaisirs qu’elle se passe de raisons. Mais si vous en doutez, ce livre vous en donne dix, aussi convaincantes les unes que les autres !

    10 bonnes raisons d'aller marcher - Thierry Malleret


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Le reliquaire contenant le cœur d'Anne de Bretagne a été retrouvé (sain et sauf...). Il avait été dérobé par deux voleurs pas très malins il y a une semaine au Musée Dobrée de Nantes.

    Aux voleurs : il est inutile de voler des objets historiques. Ils sont invendables.

    C'est par le mariage d'Anne de Bretagne que la Bretagne a fini par devenir française (seulement en 1532). Anne était devenue reine de France en 1491 en épousant Louis XII.

    Le reliquaire d'Anne de Bretagne


    2 commentaires
  • La Rédaction

    La Princesse Marie Blanche de Broglie nous a quittés. Ses obsèques seront célébrées en la Basilique Sainte Clotilde mercredi le 25 avril à 14 h 30.

    Marie-Blanche de Broglie avait été reçue dans l'Interview de Royauté-News (Clic) en 2010. Sur cette photo News Agency (propriété ©RoyautéNews) réalisée à cette occasion, elle s'était placée devant le portrait de son aïeule Madame de Polastron, la célèbre confidente de Marie-Antoinette, et Gouvernante des Enfants de France.

    Fille du marquis de Bagneux et d'Anne-Marie de Polignac, elle appartenait à une de ces grandes familles qui historiquement, étaient très proches de la légitimité française.

    En l'espace d'environ un mois, Patrick de Villenoisy puis Marie-Blanche de Broglie, ce sont deux personnages, références dans l'art de recevoir, qui viennent de s'éteindre.

    Elle appartenait à la Normandie par sa propre famille, et les Broglie ont deux branches. Celle des ducs, avec leur château « aux 365 fenêtres», et celle de son mari, les Princes de Broglie-Revel.

    Elle était notamment l'auteur de La Cuisine de Normandie, et A la Table des rois ( Clic).

     


    votre commentaire