• Les points noirs de l'Histoire de l'Eglise - Michael Hesemann -

    Artège ; paru le 8 Février 2017 ;  20 € 99.

    Présentation officielle : L'Église catholique a 2000 ans d'histoire et sa part d'ombre. Mais de nombreux mythes, légendes et falsifications s'y sont ajoutés, assombrissant encore l'image d'une institution souvent qualifiée d'« obscurantiste ». Pie XII est-il le pape d'Hitler ? Les francs-maçons descendent-ils des Templiers ? L'Inquisition est-elle l’œuvre de moines fanatiques ? Le procès Galilée condamne-t-il la science au nom de la foi ? Les croisades en Terre Sainte ou contre les Cathares sont-elles des agressions injustifiables ? Preuves de la persistance actuelle de ces vieux mythes : le Da Vinci code de Dan Brown ou le film Amen de Costa-Gavras, avatars modernes de ces légendes. Leur point commun ? Des succès commerciaux planétaires et un souci du détail historique plus que discutable. Dans ce livre à la fois érudit et captivant, Michael Hesemann s'attache à déconstruire méthodiquement vingt des plus grands mythes sur l'Église, sans nier les dérives. Au fil des pages, l'auteur dévoile ainsi l'identité des véritables « obscurantistes » qui occultent la vérité historique. C'est ce que rappelle cet ouvrage essentiel.

    Les points noirs de l'Histoire de l'Eglise - Michael Hesemann


    2 commentaires
  • Notre République / La pensée politique de Charles Péguy - Collectif -

    Sous la direction de Charles Coutel et d'Eric Thiers ;

    Privat ; paru le 20 Octobre 2016 ;  264 p.;  10 €.

    « Sous la plume de grands noms, hommes politiques (Jean-Pierre Sueur, René Dosière, François Bayrou...), intellectuels (Alain Finkielkraut, Jacques Julliard...) tous spécialistes de Charles Péguy, cet ouvrage aborde sous des angles originaux la pensée politique de Charles Péguy. Peut-on parler d'une approche proprement péguyste du champ et de l'action politique ? En quoi est-elle actuelle ? Comment être péguyste dans la cité ? Quel est le rayonnement international du Péguy politique ? Le centenaire de la mort de Charles Péguy est l'occasion de s'intéresser à l'actualité de l'action et de la pensée du Péguy politique, il nous relie à notre présent et nous conduit à nous interroger sur l'importance de la politique dans la République.»

    Commentaire de Royauté-News : en lien avec l'ouvrage précédent : Napoléon et de Gaulle, car de Gaulle fut imprégné de Péguy.

    Notre République / La pensée politique de Charles Péguy

     

     


    1 commentaire
  • Napoléon et de Gaulle - Patrice Gueniffey -

    Deux héros français ;

    Perrin ;  paru le 6 Février 2017 ;  400 p.;  21 € 50.

    Présentation officielle : Les deux figures de proue de l'histoire de France au prisme du meilleur historien français actuel.

    Héros préférés des Français, Napoléon Bonaparte et Charles de Gaulle incarnent la figure du sauveur. Si beaucoup les sépare, à commencer par le siècle où ils vécurent, ils ont en commun d'avoir élevé notre patrie au-dessus d'elle-même, dans une quête de la grandeur nourrie d'une certaine idée de sa mission et de sa vocation à éclairer le monde. Dans cet essai historique puissant, porté par une plume rare, Patrice Gueniffey croise leur existence et interroge leur destin, ouvrant des pistes fécondes sur leur personnalité et leur oeuvre.
    A travers les métamorphoses de leurs Mémoires, l'auteur ausculte enfin la France, celle d'hier et surtout d'aujourd'hui, hantée comme jamais par son histoire dans l'espoir de répondre à ses doutes et exorciser son malheur. Un livre magistral et qui fera date.

    Présentation par Royauté-News : Il faut savoir que De Gaulle était prudent au sujet de Napoléon, tout en reconnaissant son génie. Mais la conception de l'Empereur n'était pas la même que celle du Général pétri des valeurs chrétiennes. Comme il l'a été dit par notre Site, à part le Christ, il s'agit des deux personnages au sujet desquels il a été le plus écrit.

    Napoléon et de Gaulle - Patrice Gueniffey


    votre commentaire
  • Le Grand Hôtel Dieu de Lyon - Ombline d'Aboville -

    Par Frédérique Malotaux et Ombline d'Aboville, historiennes de l'Art ; préface de Didier Repellin, Architecte en chef des Monuments historiques ; Ferrante Ferrand, photographe -

    Carnet de l'Avant ; paru le 29 Novembre 2016 ; Epuisé ; 23x30 cm. ;  35 €.

    Cet ouvrage est épuisé mais vous pouvez le trouver parfois dans certaines librairies. Royauté-News

     

    Le Grand Hôtel Dieu de Lyon - Ombline d'Aboville


    votre commentaire
  • Coups d'oeil sur l’œuvre romanesque de Mac Orlan - André Nolat -

    Editions de l'Onde ; paru le 1er Janvier 2017 ;  120 p.;  10 €.

    Présentation par l'auteur :  «Cet essai n'est pas un ouvrage universitaire, un travail de spécialiste, mais celui d'un auteur attentif désireux de faire pénétrer dans l’œuvre de Mac Orlan ceux qui ne la connaissent que superficiellement, mais qu'elle intrigue. On peut, pour cela, choisir un seul thème (« La ville dans les récits, les souvenirs, et les chansons de Mac Orlan », par exemple) et l'approfondir... En ce qui me concerne, j'ai préféré jeter des « coups d’œil » sur les romans les plus importants de cet auteur pour essayer de voyager dans ce monde imaginaire de la façon la plus agréable possible sans tenter de d'épuiser la question. J'ai donc traité du « fantastique social » chez Mac Orlan ; traité aussi de ses portraits des filles d'amour et d'un quartier réservé, de sa conception de l'aventure comparée à celle de Malraux et de ses propos sur la chanson et sur la guerre. Par ailleurs, j'ai ajouté à cette plaquette un entretien avec la chanteuse Monique Morelli qui fut l'interprète de Mac Orlan et de Carco, entre autres. »

     

    Merci à l'auteur pour cette approche. Comme c'est reposant, un ouvrage qui ne prétend pas épuiser la question... Ces ouvrages-là, les autres, qui y prétendent, sont épuisants ! André Nolat a également écrit Les figures du destin dans les romans de Malraux (2014). Royauté-News

     

    L'oeuvre romanesque de Mac Orlan - André Nolat


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Michel de Saint-Pierre (1916-1987) fut un des écrivains les plus célèbres et les plus lus des années 50 à 80. Il fut considéré aussi comme l'un des écrivains les plus engagés dans la défense des valeurs traditionnelles et chrétiennes.

    Son célèbre roman, Les Aristocrates, est couronnée en 1955 par le Grand Prix du roman de l'Académie Française.

    Un style pur, vif, des constructions romanesques d'une admirable maîtrise, font de lui un des romanciers majeurs du 20° siècle.

    Il fut l'un des fondateurs du Journal Présent. Si sa vision de la société est peu en honneur aujourd'hui, et peut-être même, rencontrerait quelques-unes des mises en accusation des contrôleurs de la pensée politiquement correcte, cet auteur mérite selon nous d'être célébré cette année du trentenaire de sa disparition.

    Il serait souhaitable que ses œuvres soient de nouveau publiées. Nous le souhaitons vivement.


    votre commentaire
  • Le chardon et le bleuet - Janet Teissier du Cros -

    Une Ecossaise dans le France occupée ;

    Traduit par Florence Causeur, Claude Chastagner et Jean Vacher ;

    Rouergue ;  2017 ;  428 p.;  23 € 80.

    Cet ouvrage est paru en Anglais en 1962. L'auteur, Janet Grierson, Ecossaise et épouse d'un Français, François Teissier du Cros, et aujourd'hui disparue, donne son regard sur la société française observée depuis les Cévennes, une contrée où se sont réfugiés entre autres des juifs dont plusieurs intellectuels, durant l'Occupation. Royauté-News

    Le chardon et le bleuet - Janet Teissier du Cros


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Notre Site apprécie les énigmes historiques et s'est déjà intéressé à quelques-unes d'entre elles.

    Aujourd'hui, nous vous proposons un cas passionnant : celui de Lebreton Deschapelles, un véritable personnage de roman. Tout, absolument tout, est passionnant d'ailleurs, chez Deschapelles. Né en 1780, Alexandre Louis Honoré Lebreton Deschapelles est d'abord élève-officier à Brienne et commencera sa carrière militaire comme simple soldat et gravira plusieurs échelons2. Avoir perdu le poignet droit à la bataille d'Ettlingen, il deviendra un des meilleurs joueurs d'échecs de son époque, ainsi qu'un joueur professionnel de whist. Il est l'auteur du fameux coup Deschapelles, au bridge. Il a, entre autres, été immortalisé par Julien Gracq.

    Le mystère Deschapelles, si l'on veut bien l'appeler ainsi, avait en fait été ignoré jusqu'ici, faute d'avoir fait l'objet d'une étude approfondie. Il est enfin levé grâce aux travaux de M. Pierre Baudrier, passionné par le cas Deschapelles. Dès notre premier contact avec cette affaire, nous avons eu le sentiment que la question posée, d'emblée méritait absolument l'attention, et qu'elle consistait aussi un enjeu passionnant.

    Mais quel est ce mystère ? Deschapelles, au moment de l'insurrection des 5 et 6 juin 1832, a été considéré comme l'un de ses principaux artisans. C'était l'opinion de Gisquet, le Préfet de Police de l'époque. En effet, Deschapelles était le chef d'une société secrète républicaine : la Société Gauloise. Mais il est vite considéré comme un agitateur républicain, voire même, comme l'agent d'une « alliance carlorépublicaine contre-nature » contre le pouvoir de Louis-Philippe, et ne sera pas véritablement inquiété. Son nom sera de nouveau mêlé à la contestation de la monarchie de Juillet, et aux journées de 1848 (il est mort en 1847). Or Deschapelles appartient à la mythologie républicaine par sa contestation apparente de la monarchie de Juillet... Personne, avant Pierre Baudrier, n'avait encore démontré que cette hypothèse ne pouvait pas tenir. Selon lui, Deschapelles a toujours été guidé par sa fidélité à la royauté légitime.

    Selon son aveu, « l'historiographie officielle peine encore à reconnaître la réalité au sujet de Deschapelles », faisant allusion par exemple aux travaux de Thomas Bouchet : Les barricades des 5-6 juin 1832 ; publiés à La Découverte en 2014.

    Les travaux de Pierre Baudrier permettent de conclure que la conviction à laquelle il avait abouti, était totalement fondée. Appuyés sur une méthode d'observation pointue et sur une documentation d'archives assortie d'une critique étayée, ce joueur d'échecs et Conservateur en chef des bibliothèques est en train de voir aujourd'hui reconnaître, grâce à ses textes aujourd'hui référencés, la pertinence de sa théorie.

    Laissons la parole à Pierre Baudrier. « Je suis le premier à soutenir cette théorie :

    1° : à faire le rapprochement entre le prétendu républicanisme de Deschapelles et sa généalogie.

    2° à faire le rapprochement entre :

        a) le rapport Gisquet ;

        b) la lettre de Charles X ;

        c) le passage des mémoires d'Outre-Tombe. »

    Certains, autrefois, avaient laissé entendre que le cas Deschapelles était le centre d'un mystère. Mais Pierre Baudrier montre les liens les plus étroits qui existaient entre Deschapelles, à travers sa famille, et le roi Charles X et plus généralement, avec la famille légitime des rois de France. Mais aussi avec le maintien de contacts, sous tous les régimes, entre eux, dont bien sûr Deschapelles et la famille royale et certains de ses plus proches fidèles, notamment avec le Duc de Fitz-James. Sa sœur, Caroline O'Heguerty, a épousé un écuyer de Charles X. Un enfant né de cette union sera l'écuyer du Comte de Chambord, un autre, celui de Madame Royale.

     

    Ci-dessous ; la comtesse Caroline O'Heguerty, petite-fille1 de la sœur de Deschapelles. Il s'agit d'un portrait réalisé par le peintre Mánes.

    Baudrier

     

    Baudrier

    Baudrier

    Fin de notre premier article sur les travaux de Pierre Baudrier.

    1. Nous avons rectifié le 15 février une erreur du dessin : il s'agit, non de la sœur de Deschapelles, mais la petite-fille de celle-ci, qui portait le même prénom que sa grand-mère.

    2. Modification sur le début de carrière de Deschapelles de notre article initial.


    votre commentaire
  •  La Rédaction

    Le 42° Salon Rétromobile, le salon des voitures de collection, a ouvert le 8 Février Porte de Versailles sur 60 000 m2 de surface et au Grand Palais, jusqu'au 12 Février 2017.

    Ce salon abrite la plus grande collection d'enchères de véhicules de collection d'Europe. Au programme également, deux ventes, exécutées par Bonhams et par Artcurial. Celle tenue hier le 10 Février 2017 à Paris, offrait 154 modèles dont huit, les plus beaux, provenant de la collection d'Hervé Ogliastro.

    Avec pour clou une De Dion Bouton Type G 1901. La plupart de ces voitures ont une histoire personnelle, comme pour avoir, pour l'une d'entre elles par exemple, couru quatre fois aux Vingt-Quatre Heures du Mans. Figurent une Ferrari Dino prototype, estimée entre 4 et 8 millions d'euros. Et pour la première fois, est exposée la plus-que-célébrissime Aston Martin DB5 de James Bond dans Goldfinger !

    Figuraient aussi une voiture de Johnny Halliday, dont la vente a été annoncée en 2016, la Cadillac cabriolet série 62 de 1953, dont Elvis a possédé un modèle, réhabillée sur mesure [ initiales JH brodées sur les sièges, hi-fi dissimulée derrière le haut-parleur d'origine, moteur V8 au bruit de Riva, peinture spéciale dite Cobalt Blue et ses Ghost Flammes ] ; et sa moto préférée, une Harley Softail Springer 1340 cc, elle aussi réhabillée par un préparateur. Modèles dont il se sépare pour en offrir le montant à l’œuvre de son épouse Laeticia, l'association La Bonne Etoile.

    Ce rendez-vous des collectionneurs du monde entier montre que Paris est toujours Paris.

     

    Entrée, Porte de Versailles, Parc des Expositions. Par journée et pour une seule entrée, 18 € par personne, gratuit pour les moins de 12 ans.

    Salon Rétromobile 2017

    L'Aston Martin de James Bond


    votre commentaire
  • La Rédaction

     

    Un seigneur féodal du XVII° siècle, du Japon, vient d'être béatifié par le Pape.

     

    C'est en présence de l'Archevêque de Tokyo, Mgr Okada et devant 12 000 fidèles à Osaka, que mardi 7 Février 2017 le Cardinal Amato, Président de la Congrégation pour les Saints, a célébré solennellement au nom du Pape la messe de béatification de Justo Takayama Ukon (1552 - 1615).

     

    Chrétien depuis l'âge de 12 ans, Justo Takayama Ukon fut victime du décret de 1587 qui expulsait les missionnaires. Il fut privé de ses biens, ayant refusé d'abjurer sa foi et plus tard, en 1614, après un nouveau décret qui interdisait le Christianisme, il devint mendiant, où il avait trouvé refuge aux Philippines en compagnie de trois cents autres chrétiens japonais.

    395 bienheureux martyrs et 42 saints japonais l'ont déjà précédé dans cette reconnaissance officielle de l'Eglise.

     

    Note (en cours) Il est idéal de publier bientôt notre rubrique consacrée aux dynasties inordinaires. La première concerne justement le Japon.


    votre commentaire