• La Régence absolue - Alexandre Dupilet -

    Philippe d'Orléans et la polysynodie ; (1715-1718)

    Préface de Joël Cornette ; Champ Vallon ; 2011 ; 448 p.;  28 € 50.

    Présentation officielle : À l’image de la Régence, période longtemps réduite à une époque de libertinage et de corruption des mœurs, suspendue entre l’imposant siècle de Louis XIV qui s’achève et le non moins imposant siècle des Lumières qui commence, la polysynodie ou gouvernement par conseils, mis en place par Philippe D’Orléans en 1715, est souvent présentée comme une vaine réforme qui ne suscita que désordre et embarras dans l’administration. Pourtant, de son fonctionnement, nous n’avons qu’une connaissance superficielle. C’est ce vide historiographique que cet ouvrage entend combler, en démontant la mécanique de cet édifice institutionnel et en revenant sur les circonstances de sa création et les motifs de sa suppression. Réflexion sur le fonctionnement de la Monarchie et sur l’activité au quotidien des conseils du Roi, analyse des rouages et des mécanismes de la gestion administrative du royaume, essai sur la vie politique des premières années de la Régence, une Régence absolue bien éloignée des clichés qui lui sont souvent accolés, ce livre résolument novateur apporte un éclairage nouveau sur les arcanes de l’État moderne.

    La Régence absolue - Alexandre Dupilet


    votre commentaire
  • Les Celtes ; Histoire d'un mythe - Jean-Louis Brunaux -

    alpha ; (2014) reparu le 7 Mai 2017 ;  9 € 90.

    Même commentaire, au moins, que pour le livre précédent. Royauté-News

    Présentation officielle : Durant deux millénaires, les Celtes ont été oubliés mais, depuis quelques décennies, ils occupent le devant de la scène historique, effaçant du même coup Gaulois et Germains. Qui étaient-ils en réalité?? Et ont-ils même existé?? Pour répondre à ces questions, l'auteur se livre à une vaste enquête, l'obligeant à remonter aux sources écrites les plus anciennes. Il apparaît ainsi que, depuis leur rencontre avec les voyageurs grecs, les Celtes n'ont cessé d'être l'objet des mythes les plus divers, des plus poétiques aux plus idéologiques, voire raciaux.
    Parce qu'ils ont toujours paru indéfinissables, généalogie, histoire, linguistique, archéologie et comparatisme se sont emparé d'eux comme des exemples ou des modèles malléables à merci. Chacun peut s'imaginer ces hommes à sa manière et les utiliser dans des théories qui souvent ont peu à voir avec l'histoire objective. Il est temps aujourd'hui de rendre les Celtes à leur réalité et, dans les récits qui ont été donnés de leur histoire, de faire la part de l'invention.

    Les Celtes ; Histoire d'un mythe - Jean-Louis Brunaux


    votre commentaire
  • Le mythe national - Suzanne Citron -

    Editions de l'atelier ; Editions ouvrières ;

    (1987) paru le 23 Mars 2017 ; 352 p.;  15 €.

    Le discours de bêtise et de pauvreté :  « une France métissée, faite de diversités culturelles et ethniques, ouverte sur l’avenir » : le blablatage creux de ceux qui font semblant de ne pas avoir de culture pour attraper ceux qui ne réfléchissent pas, avec des slogans si faciles et démagogiques. Royauté-News

    Présentation de l'éditeur : L’identité nationale fait l’objet de vives controverses. Sur quelle vision de l’histoire doit-elle reposer ? Celle d’une France gauloise continuée par les rois, accomplie définitivement avec la République ? Ou celle d’une France métissée, faite de diversités culturelles et ethniques, ouverte sur l’avenir ? Pour repenser l’histoire de France, il faut d’abord décortiquer à travers les anciens manuels scolaires le schéma du « roman national » de la Troisième République. Ce récit linéaire et continu d’une France pré-incarnée dans la Gaule légitime, en occultant victimes et vaincus, les pouvoirs et les conquêtes qui ont non seulement créé la France mais encore la « plus grande France », c’est-à-dire un empire colonial. Les recherches portant sur l’histoire de Vichy, la colonisation et l’immigration de la guerre d’Algérie, tout comme les débats autour des lois mémorielles, ont provoqué d’incontestables avancées. Mais ont-ils vraiment révisé le mythe hérité de l’avant-dernier siècle ou n’en ont-ils égratigné que quelques pans ? Cette nouvelle édition du Mythe national s’attache, en s’appuyant sur la rigueur du travail historique, à revisiter le passé pour donner sens à une France aux multiples racines, membre de l’Union européenne, morceau de la planète et segment de l’histoire humaine.

    Le mythe national - Suzanne Citron


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Cet album s'est-il inspiré de l'article de Royauté-News publié il y a plusieurs années : "Tout va très bien, Madame la Banquise", qui alertait sur la fonte des glaces ? Très vraisemblablement ! 

     

    Dominique Dimey est une artiste engagée. Elle est une femme, une mère et une artiste qui a décidé d'agir et de se battre pour donner une place à l'enfance dans le monde aveugle et confus des adultes. Elle a déjà à son actif plusieurs albums de chansons pour enfants et des spectacles destinés à un public familial. Aujourd'hui, Dominique Dimey fait partie des auteurs qui comptent dans le paysage artistique du jeune public. Elle propose un nouveau projet destiné aux enfants, et plus largement à un public familial, avec un concept original : elle reprend les comptines célèbres de notre répertoire traditionnel et réécrit les paroles (Tout va très bien madame la marquise (banquise), J'aime la galette (planète), Colchiques (plastiques) dans les prés, etc.)… Dominique aborde des thèmes forts et d'actualité. Souvent avec humour et parfois une certaine ironie, ses textes nous parlent de solidarité, de responsabilité, d'engagement vis à vis de notre planète... Douze titres aux rythmes colorés, aux paroles qui font mouche et porteuses de messages forts sur le monde qui nous entoure. Le tout donne un album plein d'énergie pour convaincre petits et grands qu'ensemble il est possible d'agir et de protéger notre jolie planète. Un projet ludique et dynamique, à la fois informatif et éducatif mais surtout pas donneur de leçon.

    La Banquise


    votre commentaire
  • La Rédaction

     

    TF 1 doit publier prochainement un documentaire relatant l'histoire de ce français du Forez, Marin Torlonias, parti d'Augerolles en 1725 pour accompagner à Rome l'Abbé de Montgon, puis  établi  dans la Ville Éternelle où il fit fortune, et dont le fils entra dans la haute noblesse romaine.

    Il est l'auteur d'une famille des Princes Torlonia, Ducs de Bracciano et des Princes de Civitella-Cesi. Elle s'est apparentée avec les familles les plus illustres d'Italie et d'Europe jusqu'aux familles royales.

    Le 18 Février 2017, une double rencontre a été organisée entre la famille Tourlonias, parents français de Marin Torlonias, et deux représentants de la famille romaine, la Princesse Olimpia Torlonia et son cousin Guido Torlonia, metteur en scène. Une rencontre en Forez, puis une visite à Rome de la famille Tourlonias accueillie par la Princesse Olimpia au Palais Torlonia.

    La Princesse Olimpia est la fille d'Alessandro Torlonia de Civitella-Cesi et de l'Infante Beatriz de Bourbon, fille du roi Alphonse XIII et de la reine Victoria Eugénie.

    Epouse de Paul Annick Weiller, fils du défunt Commandant Paul-Louis Weiller, une figure mondaine française bien connue, Olimpia est la mère de Sibilla Weiller, épouse du Prince Guillaume de Luxembourg, frère du Grand-Duc de Luxembourg.

    A l'origine, c'est l'actrice Brooke Shields qui a découvert la parenté des Torlonia, dont elle est issue par sa grand-mère Marina Torlonia. Puis elle rencontra Henri Ponchon, un Auvergnat, qui publia en 2005 le livre qui retrace ce destin romain.

    Les généalogistes de Royauté-News pensent que la famille Torlonias ou Tourlonias pourrait avoir un lien même éloigné avec les seigneurs de Tourlong, famille chevaleresque connue à la fin du Moyen-Age dans la même région.

     

     

    L'ouvrage La Saga des Torlonia, d'Henri Ponchon


    4 commentaires
  • Une journée avec -

    Sous la direction de Franz-Olivier Giesbert et de Claude Quétel ;

    Perrin ; Le Point ; 4 Mai 2017 ;  448 p.; 8 € 80.

    Présentation officielle : Charlemagne, François Ier, Henri IV, Louis XIV, La Pompadour, Marie-Antoinette, Robespierre, Napoléon Ier, Nicolas II, Clemenceau, Churchill, Staline, Hitler, Pétain, Mao, de Gaulle, Kennedy, Khrouchtchev, Mitterrand, Élisabeth II.

    L’Histoire se conjugue spontanément au tragique et préfère l’exceptionnel à l’ordinaire. Cela vaut particulièrement pour les figures de proue dont on connaît les grandes heures, les mots célèbres, les conflits et les fins, surtout lorsqu’elles sont dramatiques, mais à peu près rien de la vie quotidienne. Quelles étaient leurs habitudes ? Comment se déroulaient leurs journées ? Étaient-ils des travailleurs acharnés ? Avaient-ils des loisirs, des passions ?
    Franz-Olivier Giesbert et Claude Quétel ont voulu répondre à ces questions – et à bien d’autres. Sous leur direction, les meilleurs plumes du Point et historiens de renom conjuguent leurs talents pour raconter la journée-type de vingt dirigeants emblématiques, du Moyen Âge à nos jours.

    Une journée avec - Franz-Olivier Giesbert, Claude Quétel


    votre commentaire
  • Par RN 1

    Quelqu'un me demande aujourd'hui : - Quand est-ce que ça va s'arrêter ?

    Je lui réponds : Ce n'est pas fait pour s'arrêter...

    - Il faudrait leur mettre une bombe, une fois pour toutes (sous-entendu : là-bas)... Puis il enchaîne : - Mais s'ils avaient voulu (les détruire, les Islamistes, Daesh...), ils pouvaient le faire ?..

    Il a certainement croisé la rumeur qui n'est pas nouvelle. Je lui confirme ce qu'il pense déjà, que pensent beaucoup de nos contemporains. Je n'engage pas d'explications au-delà car cela est suffisant.

    Cela dure depuis au moins 2001 et les attentats du World Trade Center. Depuis, c'est une partie de dupes. Les services et les autorités qui ont soutenu et financé les groupes terroristes et même ont suscité leur création, et la terreur ordinaire des sociétés.

    C'est tellement pratique, des attentats réguliers pour maintenir dociles des populations saisies entre l'horreur et l'incompréhension, et surtout l'impuissance. Attentats dont les explications et les caractéristiques fournies par les autorités n'ont chaque fois ni queue ni tête. C'est l'ambiance souhaitée par ceux qui gouvernent les sociétés occidentales : la terreur permet d'octroyer des pouvoirs illimités à des groupements politiques plus que dangereux ; mais qui étrangement, sont tous également et fraternellement incapables de réussir quoi que soit des redressements éco-sociétaux pourtant si attendus.

    Je ne m'adresse pas tant aux lecteurs habituels et fréquents du Site, qu'en direction de toutes les masses : masses qui s'aiment comme telles, et heureuses de l'être.

    Je leur dis : Pour sortir de la terreur ? Ce n'est que le commencement, vous n'avez rien vu. Quand vous le verrez, vous n'y comprendrez rien, et réagirez encore moins car déjà, votre volonté, votre jugement, votre cerveau, ont été définitivement confisqués avec votre assentiment. Il fallait y penser avant.

    Il y aura bien des mirages qui surgiront, des semblants de révolutions qui viendront libérer les situations excessives mais seulement pour vous tromper. Vous applaudirez, comme vous avez applaudi à tout. L'ordre des mêmes choses, l'Ordre des mêmes, continuera sa route, car elle n'aura jamais cessé de la tracer, dans les grandes, comme dans les infimes détails de votre existence.

    Et personne, absolument personne, ne viendra vous délivrer. On peut le regretter et je le regrette. Mais au fond, vous ne le souhaitez pas. Vous vous occuperez comme d'habitude, à vous disputer les uns les autres. La dictature a de beaux jours devant elle.

     

    Empruntons pour illustrer cet article, un dessin d'un blog que je ne connaissais pas il y a une minute. L'1ndex ; Pour un Valais critique et libertaire. N'y voyez aucun lien entre lui et son horizon, et le sujet de cet article. Il ne sert qu'à animer cette réflexion. On peut y lire le mouton tondu dans lequel doit se reconnaître tout citoyen. Et tout mouton noir que menace la masse consensuelle organisée bêlant sur commande. La tyrannie des centres, l'illusion des voies moyennes et le prêt-à-porter idéologiquement correct.

    L'attentat de Manchester, et tous les autres


    votre commentaire
  • Churchill - Sophie Doudet -

    Folio ; le 10 Octobre 2013 ; 272 p.; 8 p. hors-texte, 17 illustrations ; 8 € 80.

    Présentation officielle : «Le peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre.»

    Surtout connu pour avoir été le Premier ministre du Royaume-Uni durant la Seconde Guerre mondiale, puis de 1951 à 1955, sir Winston (1874-1965) fut un homme aux multiples facettes. Ministre du Commerce, secrétaire du Home Office, Premier Lord de l’Amirauté, ministre de l’Armement, secrétaire d’État à la Guerre et secrétaire d’État à l’Air, chancelier de l’Échiquier, il occupa de nombreux postes politiques et ministériels. Mais il fut aussi officier dans l’armée britannique, correspondant de guerre, peintre, journaliste, historien, et obtint même le prix Nobel de littérature. Cette biographie alerte dresse un portrait sans concession d’un homme qui prétendait que la guerre était presque aussi dangereuse que la politique : «Pendant la guerre vous pouvez être tué une seule fois seulement, en politique plusieurs.»

    Churchill - Sophie Doudet -


    votre commentaire
  • Marie-Louise   -   Charles-Eloi Vial  -

    Perrin ; biographie parue le 18 Mai 2017 ;  448 p.;  24 €.

    Charles-Eloi Vial, Chartiste, est conservateur à la Bibliothèque Nationale de France et secrétaire général adjoint de l'Institut Napoléon. Royauté-News

    Présentation officielle : Le véritable portrait de la souveraine la moins connue et la plus détestée de l'histoire du Premier Empire.

    À l'instar de sa tante Marie-Antoinette, Marie-Louise de Habsbourg-Lorraine a été victime de sa légende noire. En 1810, son mariage avec Napoléon fait d'elle le symbole de la paix fragile entre la France et l'Autriche. Mère de l'héritier du trône impérial, elle soutient Napoléon malgré ses premières défaites.

    Pourtant, dès 1814, lorsqu'elle refuse de rejoindre son mari à l'île d'Elbe, le regard change et l'épouse modèle se transforme en traîtresse. Depuis lors, elle passe pour une femme égoïste, futile, infidèle et nymphomane.

    En s'appuyant sur des archives inédites, Charles-Éloi Vial s'applique avec talent à restituer la personnalité de cette princesse cultivée au tempérament d'artiste, dévouée à sa famille et à ses enfants. Devenue duchesse de Parme grâce au soutien des Alliés, elle joue aussi un rôle majeur sur l'échiquier diplomatique européen pendant trois décennies. Au fil des pages, nous découvrons ainsi un destin hors du commun et une personnalité ignorée, révélée par un historien d'envergure.

    Marie-Louise - Charles-Eloi Vial


    1 commentaire
  • La Rédaction

    Dans l'entourage du Président Macron, on trouve bien sûr François Bayrou et Marielle de Sarnez qui se rattachent pas les idées à la famille giscardo-centriste.

    Mais on compte aussi des membres de la parentèle giscardienne dans l'entourage macronien. Parmi les 30 proches d'Emmanuel Macron au sein d'En Marche ! on trouve Julien Denormandie, un cousin de la famille Giscard d'Estaing. Julien Denormandie était déjà très proche de lui à l'Elysée lorsque l'actuel Président y occupait les fonctions de Secrétaire Général adjoint. Il était ensuite devenu directeur adjoint du cabinet d'Emmanuel Macron à Bercy.

    Et aussi Christine de Veyrac. La député centriste élue trois fois au Parlement Européen a toujours été proche de l'ancien Président de la République dont elle fut l'attachée parlementaire et qui l'aurait imposée en 1999 sur la liste des Européennes. Elle a rejoint l'UDI en 2012, l'une des formations politiques qui a succédé dans quelques miettes de l'ancien courant giscardien et dont l'un des vice-présidents est Louis Giscard d'Estaing, et où l'on retrouve des héritiers UDF comme le Sénateur de Paris Yves Pozzo di Borgo et quelques giscardiens historiques comme André Santini. Christine de Veyrac fait aussi partie depuis plus d'un an de la commission des investitures d'En Marche ! ainsi que de son comité politique.

                               *                             *                          *

    Jean Pisani-Ferry est le fils d'Edgar Pisani, auquel le Président Mitterrand avait confié le sort de la Nouvelle-Calédonie et dont l'administration aboutira aux Accords de Nouméa, et de Fresnette Ferry, de la dynastie politique des Ferry dont le membre le plus éminent fut le célèbre Jules Ferry. Les enfants d'Edgar Pisani et de sa deuxième épouse portent ces deux noms assemblés.

    Il ne faut pas les confondre avec la grande famille corse des Ferri-Pisani, apparentée aux Napoléon et aux Pozzo di Borgo et qui eut son heure de gloire sous l'Empire.

     

    Nous poursuivrons cette chronique au fil du temps et de l'occasion.


    votre commentaire