• Carrier et la terreur nantaise  -  Jean-Joël Bregeon -

    Préface d'Yves Durand ; tempus ;  paru le 26 Mai 2016 ;  386 p.;  9 €.

    Présentation officielle : Carrier : psychopathe ou terroriste ordinaire ?

    Jean-Baptiste Carrier, envoyé en mission par la Convention, a, en l'espace de cent jours, organisé les noyades de Nantes où périrent entre 2 000 et 5 000 personnes. Venu à Nantes pour réprimer les révoltes vendéennes, persuadé d'agir pour le triomphe de la Révolution, il est un « technicien » parmi d'autres, même s'il fut l'un des plus efficaces. Tout en expliquant les mécanismes de la Terreur, l'auteur montre que de tels agissements s'inscrivent dans un contexte plus large. Par ailleurs, Carrier n'a pas agi seul : il a notamment bénéficié de l'appui d'un comité révolutionnaire d'une dizaine de personnes ayant mis la ville en coupe réglée. L'auteur dépeint leur origine sociale, leur idéologie, leurs revendications et leur comportement. Carrier meurt sur la guillotine le 16 décembre 1794.

    Une enquête essentielle pour comprendre la Terreur.

    Carrier et la terreur nataise  -  Jean-Joël Bregeon


    votre commentaire
  • Le Maréchal Lefebvre, duc de Dantzig  -  Christian Fileaux -

    SOTECA ;  paru le 20 Novembre 2016 ;

    Résumé : Si François-Joseph Lefebvre n'a pas été le plus brillant des maréchaux de Napoléon, sa carrière a été des plus honorables. Oublié des nombreuses biographies consacrées aux maréchaux, il mérite largement sa place parmi eux. Sous-officier au régiment des Gardes-Françaises, il a gagné ses étoiles de général dans les armées révolutionnaires. Lors des journées de Brumaire, il est parmi les premiers soutiens du général Bonaparte.
    Sénateur, il fera partie de la première promotion de maréchaux en 1804. Forgé par une longue expérience de la guerre, il est mis à contribution pour diriger le siège de la forteresse de Dantzig et y gagnera le titre de duc de Dantzig. Epoux de la célèbre Madame Sans-Gêne, il évolua gauchement au sein de la cour impériale, mais respecté de tous. En 1812, à un âge où il aurait pu profiter d'une sinécure au Sénat, il participe à la dramatique campagne de Russie où il perdra un fils.
    En 1814, lors de la campagne de France, à 59 ans, il charge l'ennemi à la tête de ses troupes. A la chute de l'Empire, il tente de faire bonne figure dans la nouvelle société née de la Restauration. Estimé par tous, il meurt en 1820 épuisé par une vie menée tambour battant.

    Le Maréchal Lefebvre  -  Christian Fileaux


    2 commentaires
  • Madeleine Pauliac : L'insoumise  -  Philippe Mayniel -

    Xo ; paru le 16 Février 2017 ; 19 € 90.

    Présentation officielle :

    L’extraordinaire histoire du docteur Madeleine Pauliac, l’héroïne du film Les Innocentes, nommé 4 fois aux César 2017 !

    Libre et dévouée jusqu’au sacrifice. N’obéissant qu’à ses indignations. Profondément insoumise. L’histoire de Madeleine Pauliac, médecin et lieutenant, est celle d’une incroyable combattante.

    En juillet 1945, quelques semaines après la déroute nazie, elle prend la tête à Varsovie de l’Escadron bleu : onze Françaises de la Croix-Rouge d’à peine vingt ans qui, inlassablement, le jour comme la nuit, rapatrient les blessés français et volent au secours des rescapés des camps de concentration, de Majdanek, en Pologne, à Dachau, en Allemagne.

    Chaque jour, avec ses coéquipières, Madeleine Pauliac fait face à l’horreur, au désespoir, à la violence de soldats russes qui n’ont pas hésité à violer des religieuses polonaises. Plusieurs d’entre elles se retrouvent enceintes. Dans le plus grand secret, Madeleine Pauliac les aide à accoucher. C’est ce drame que raconte le film d’Anne Fontaine Les innocentes.

    Avec l’Escadron bleu, Madeleine Pauliac accomplit plus de deux cents missions de sauvetage en Pologne, n’hésitant pas à « kidnapper » des blessés français dans des hôpitaux russes.

    Jusqu’à ce jour de février 1946 où elle périt en voiture, sur une route verglacée près de Varsovie. Une vie brisée… au service des autres.

    Philippe Maynial est le neveu de Madeleine Pauliac. Longtemps responsable des ventes internationales chez Gaumont, il est le fondateur du prix Sopadin du scénario. Il est à l’origine du film les innocentes et livre ici le portrait bouleversant d’une héroïne oubliée.

    Madeleine Pauliac : L'insoumise  -  Philippe Mayniel


    2 commentaires
  • La Rédaction

    En 1987 nous quittait un des plus talentueux romanciers français. Après Ce monde ancien (Fayard 1948) et La mer à boire où il évoque sa propre expérience de marin, son roman Les Aristocrates est couronné du Grand-Prix du roman de l'Académie Française en 1955. Parmi ses titres les plus connus, Les écrivains (Calman-Lévy 1957), Les murmures de Satan (Calmann-Lévy 1959), Les nouveaux Aristocrates (Calman-Lévy 1960), Dieu vous garde des femmes, Grand Prix de la nouvelle (Denoël 1961), Les nouveaux prêtres (La Table Ronde 1964) qui eut un grand retentissement et où il questionne la révolution produite dans l'Eglise par le Concile, sont parmi ses titres les plus célèbres de cet écrivain, auteur également de nombreux essais, et qui publia jusqu'à sa mort, avec Le Milieu de l'été (1987), remis à son éditeur deux jours avant sa mort.

    De la saveur et de la sève. Il était aussi un écrivain engagé, et avant tout, un homme libre.

    Il fut aussi directeur de collection aux éditions La Table Ronde, maison rachetée par Gallimard, et de France Empire. Six de ses œuvres ont été adaptées à la télévision et au cinéma. Il serait heureux que soient republiés ses œuvres maîtresses en ce trentenaire de sa disparition.

    En 1973 avec le poney Dentifrice. Ce cliché a été confié par sa fille, l'historienne et romancière Isaure de Saint-Pierre, pour être publié sur Royauté-News. Un clic sur l'image pour l'agrandir. Elle vient de publier son dernier livre Gabrielle d'Estrées ou les belles amours.

    Michel de Saint-Pierre, écrivain français

     


    votre commentaire
  • Dans la Google du loup  -  Christine Kerdellant -

    Plon ; paru le 17 Janvier 2017 ;  315 p.;  17 € 90.

    A lire sans modération ! A comprendre aussi avec ce livre (clic), qui décrit autrement l'emprise de certaines multinationales sur la vie. Sur toute vie. Signalons que c'est déjà aujourd'hui que Google, et d'autres multinationales, qu'il s'agisse d'un seul homme à leur tête ou de consortiums, détournent nos informations et nos libertés ; libertés humaines, libertés civiles. Royauté-News

    Présentation officielle : Dans la Google du loup est à la fois un roman d'anticipation et une démonstration rigoureuse. A la manière d'une série télé aux personnages familiers et au scénario implacable, il raconte le monde que « Big G » nous imposera demain si nous n'en prenons pas conscience. Faut-il laisser Google dicter « son » futur de l'homme et de l'univers ?

    Google se prend pour Dieu : il veut « augmenter » l'homme et tuer la mort... pour les plus riches. Les autres deviendront les « chimpanzés du futur ».
    Google considère la vie privée comme une anomalie et la surveillance comme un désagrément inévitable.
    Google milite pour la viande sans viande et la voiture sans conducteur.
    Google, champion des paradis fiscaux, exerce un pouvoir totalitaire : celui de faire vivre ou mourir les sites internet qui le concurrencent.
    Google est le leader de l'intelligence artificielle, qui pourra décréter un jour que l'homme est inutile.
    De l'implant rétinien à la puce dans le cerveau, des médicaments bioélectroniques aux manipulations de l'ADN, de l'exploitation des données personnelles à la fin de la vie privée puis la disparition de l'homo sapiens... Google-Alphabet prépare sa mutation de l'univers. Qui l'arrêtera ?

    Dans la Google du loup  -  Christine Kerdellant


    votre commentaire
  • Dictionnaire des animaux de la littérature française -

    Hôtes des airs et des eaux ;

    direction : Corine Füg-Pierreville, Claude Lachet et Guy Lavorel.

    Champion ;  paru le 23 Avril 2015 ;  496 p.;  22 €.

    Plus de mille textes, de la Bible à nous jours. Royauté-News

    Dictionnaire des animaux de la littérature française


    votre commentaire
  • La Rédaction de Royauté-News

     

       souhaite une excellent Saint David, patron du Pays de Galles à la Reine.

     


    votre commentaire
  • Le journal d'une reine  -  Mélanie Traversier -

    Marie-Caroline de Naples dans l'Italie des Lumières ;

    Champ Vallon ; paraîtra le 30 Mars 2017 ;  624 p.;  28 €.

    Présentation officielle : L’histoire commence par une découverte documentaire, surprenante et fortuite. En 2012, Mélanie Traversier retrouve chez un collectionneur privé américain un manuscrit décrivant le voyage d’une reine en Italie de mai à septembre 1785. Elle en reconnaît aussitôt l’écriture : c’est la pièce manquante d’un document exceptionnel qu’elle étudie depuis huit ans, le journal que Marie-Caroline de Habsbourg-Lorraine, petite sœur de Marie-Antoinette et reine de Naples, a tenu de 1781 à 1785. L’archive est désormais complète, la trouvaille archivistique venant combler une lacune dans le diaire conservé aux archives de Naples. Mélanie Traversier en propose donc une édition critique, précédée d’un volumineux essai introductif. Car ce document exceptionnel permet de surprendre la reine au travail de la discipline de ses affects. S’imposant l’exercice quotidien de ses « écritures », s’exerçant à cette langue française qui est celle de l’aristocratie européenne et qu’elle accommode à sa manière de quelques libertés stylistiques, elle offre aux amateurs d’histoire un témoignage d’une richesse exceptionnelle. La reine ne se confine pas aux obligations et aux divertissements utiles de son sexe : elle observe, décrit, compare — et notamment lors de son voyage d’Italie, sorte de tournée d’inspection des expériences politiques du réformisme des Lumières — pour se préparer à agir. Dès lors, au-delà de la chronique routinière de la vie de cour, le lecteur est convié au surgissement d’un moi souverain mais aussi, tout simplement, en ses années pré-révolutionnaires, du souffle de l’histoire.

    Le journal d'une reine  -  Mélanie Traversier

     


    votre commentaire
  • L'Economie selon Napoléon - sous la direction de Pierre Branda -

    Vendémiaire ; paru le 3 Novembre 2016 ;  438 p.;  25 €.

     Présentation officielle : L’économie, une passion napoléonienne ? L’idée aujourd’hui ne fait plus aucun doute. Rapports quotidiens sur la situation de la Trésorerie, prix des denrées, qualité des récoltes, cours de la rente, difficultés de certaines entreprises : l’Empereur voulait tout savoir… et se mêlait de tout. Créateur de la Banque de France et du franc germinal, introducteur de nouveaux principes budgétaires, il réorganisa profondément le système monétaire et financier de notre pays.À bien des égards, le règne de Napoléon constitue une période déterminante sur le plan économique et surtout riche d’enseignements pour notre monde contemporain. De l’endettement public aux crises qui ponctuèrent son règne, du Brexit inversé que fut le blocus continental à l’influence de la finance, en passant par l’analyse des cycles de la croissance, ou encore le commerce extérieur : c’est tout le Consulat et le Premier Empire qu’on redécouvre ici sous un angle très actuel et inédit.Une réflexion qui réunit, sous la direction de Pierre Branda, vingt-cinq historiens parmi les plus réputés de la période, notamment Jacques-Olivier Boudon, Thierry Lentz, Jean Tulard, Emmanuel de Waresquiel… Avec une introduction de François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France.

    L'Economie selon Napoléon   -   Pierre Branda


    votre commentaire
  • Par Yvan de Wilde

    Yvan de Wilde vient d'entrer dans l'équipe de Rédaction de Royauté-News. Il est l'un des meilleurs connaisseurs de la famille royale d'Espagne et a été un proche du Duc et de la Duchesse de Ségovie. Il est bien connu sur notre Site par les photographies issues, comme celle-ci, de ses collections [Un clic pour les visiter].

    Bourbon Ségovie ( 11 ) Nouvelle série

    Celui de droite, portrait de S.M. Doña Victoria Eugénia peint par Lazlo1 et daté de 1926. Il fut attribué en partage à l'Infante Christina Contesse Marone (expertise de la galerie Paul Valotton le 30 octobre 1969).


    Le second portrait, celui de gauche est un portrait de S.M. Victoria Eugénia peint par Lázló en 1914. Il fut attribué en partage au  Comte de Barcelone (expertise identique au précédent tableau). Ces tableaux se trouvaient dans le grand salon de la villa Vieille Fontaine avenue de l'Elysée à Lausanne.
     


    Je possède toutes les archives de la succession des partages et attributions de la reine V.E. avec expertises (bijoux, meubles, tableaux, bibelots, actions et titres, etc. ...)
    .

     

    1. Philip Alexius Lázló de Lombos dit Lázló (1869/1937)
    Célèbre peintre connu pour ses portraits du Gotha et de la haute société des années 1910/1937. Très introduit auprès des familles royales il a exécuté de nombreux portraits de la famille royale espagnole, entre autres.


    1 commentaire