• La Rédaction

    Comte Charles de Castries - rappel biographique

     

    Charles de Castries est une personnalité mondaine et demeure un représentant au caractère original et unique de la grande noblesse française et en même temps du milieu parisien huppé des décennies 90-2000. Il était un habitué des plateaux de télévision depuis peut-être la fin des années 80 et certainement depuis le début des 90 car il apparaît déjà en 1991 dans des émissions consacrées à « la noblesse » (2) en ces années où la télévision était friande de ce type de sujet qu'elle confondait si volontiers avec la  jeunesse dorée.

    Surtout, il était le seul cultivé de sa génération parmi les personnalités mondaines qui apparaissaient à ce moment.

    Il est l'auteur de plusieurs ouvrages remarqués, qui mettaient en relief son humour acéré et grinçant. Ces livres, dont nous retraçons le détail en deux autres articles, avaient bénéficié de deux éditions, parfois de trois.

    L'un de ces ouvrages, Règlements de comtes, avait fait dire à un grand magazine lors de sa parution : « Charles de Castries est-il le mouton noir de la noblesse ? ». Il répétait à qui voulait l'entendre, dans les nombreux articles de presse dont il bénéficiait, que "lorsqu'on est noble on ne vit pas forcément dans un château". Et annonçait qu'il occupait une chambre de bonne.

    Il faisait partie de la joyeuse bande des années 90 où l'on retrouvait par exemple Hermine de Clermont-Tonnerre, Hélène de Yougoslavie ou Rixa d'Oldenbourg. Par la suite les relations au sein  de cette équipe d'amis s'étaient peu à peu dissoutes.

    Un autre versant, peut-être moins réussi avait été de s'instituer une sorte d'arbitre dans les occasions toutes choisies offertes par l'actualité. Il avait ainsi contesté le prince de Haynin, alors l'une des grandes vedettes de Skyrock (1), au sujet du titre qu'il portait. Il n'épargnait personne, puisqu'il avait récidivé plus tard avec sa cousine, Hermine de Clermont-Tonnerre, contestant auprès de qui voulait l'entendre le titre de cette célébrité mondaine.

    Il critiquait aussi, et là, il avait raison, l'ANF (l'Association d'entraide de la noblesse française) : « ils prétendent imposer certaines règles, mais ils ne se les appliquent pas à eux-mêmes... »

    Par ailleurs il portait un regard très critique en général sur les aristocrates d'aujourd'hui.  Dans un tout-autre domaine qu'il ne faut pas confondre avec le milieu précédent il jetait sur la Jet-Set de ces années-là un jugement très négatif. 

     (...)

    Au fond, il réfutait son siècle, et le sien était le Grand Siècle. Mais un siècle qu'il vivait aujourd'hui.

    Il aimait rappeler les grands débats moraux du siècle de Louis XIV, surtout, celui de la vertu, et lorsqu'il les évoquait, on ressentait ce siècle, l'on croyait s'y trouver.

    De Louis XIV, pour lui le plus grand des rois, aux critiques à l'égard de ce monarque il répondait : « Peut-être... mais avec Louis XIV, quel prestige ! La France n'a jamais été placée si haut, auprès de tous les pays d'Europe ! »

    Il appartenait à la maison de Castries, l'une des plus illustres de la noblesse française.

    Son quartier était celui de la rue de Lille où fut longtemps son domicile, dans ce quartier qui fut toujours celui des Castries.

    Il s'intéressait à la généalogie, mais ne l'appréciait vraiment que dans sa dimension rapportée à l'écrin de l'Histoire, ce qu'il appelait la généalogie sociale. (3)

    Son principe était la res publica, et il considérait la République comme l'héritière de la monarchie. Ce qui en découlait naturellement, était son attachement aux Princes d'Orléans. Il s'était attaché au Comte et à la Comtesse de Paris aujourd'hui défunts, et il était un fidèle et un proche de l'actuel Comte de Paris, Duc de France, et spécialement, du Duc de Vendôme.

     

    Charles de Castries connaissait Paul Wermus, qui l'avait déjà interviewé quelques années plus tôt, dans VSD, et c'est l'explication de cette émission de 2012 : Paris Wermus / Paris Cactus, animée par Paul Wermus et Charlotte Savreux, avec entre autres le Comte de Paris, Gonzague Saint-Bris, Charles de Castries, Clémentine Portier-Kaltenbach, Philippe Delorme, une émission que Royauté-News avait relatée. [ Clic ]

     

    Il repose dans la sépulture qui est celle de presque tous les Castries depuis deux siècles (4) , à La Norville. Il a fait cette blague de tirer sa révérence dans la fleur de l'âge sans doute pour mieux nous surveiller d'en-Haut. Ne doutons pas qu'il le fasse, et nous observe de son regard scrutateur ombré d'humour, comme un peu goguenard mais cependant bienveillant.

     

    Lire aussi nos deux articles consacrés à ses livres  [ Clic ! ].

     

    1. Skyrock, la super radio

    2. Charles de Castries par exemple avait été invité de Jean-Luc Delarue dans l'émission Vis ma vie, sur le thème Aristocratie, noblesse : cadeau ou fardeau? en 1999.

    Il avait participé en 2000 à Vie privée, vie publique, de Mireille Dumas sur le thème « Fric : Secret et transparence », et à l'émission On a tout essayé, de Laurent Ruquier, en 2002 en compagnie de Paul Belmondo et de Nicoletta. Puis à nouveau, à Vie privée, vie publique en 2006 sur le thème «La famille pour le meilleur et pour le pire».

    Il avait été invité par Stéphane Bern dans l'émission Secrets d'Histoire, le 25 Novembre 2007, consacré à la Pompadour. ( 20 juin 2017 )

    Il avait été invité sur Europe 1 le 10 juin 2008 dans l'émission de Pascale Laffitte-Certa, Oser le faire, « Aristo et attachée de presse dans le X » avec Marie-Laurence de Rochefort. ( 20 juin 2017 )

    3. Passage ajouté le 12 Juin 2017

    4. Nous avions écrit trois siècles par erreur.

     

    Cet article pourra être amélioré.


    votre commentaire
  • La pensée libérale de l'impôt - Victor Fouquet -

    libréchange ; paru en 2016.

    Ce livre n'a pas été lu. Il est présenté pour illustrer notre idée  [ Clic !] que les impôts n'ont pas en France, de fondement légitime dans leur forme existante, et alimenter le débat. Victor Fouquet est doctorant à Paris 1 en droit économique et fiscal. Royauté-News

    Présentation officielle : Alors que ressurgit toujours le lancinant débat sur la réforme fiscale, on s'étonne qu'il règne un quasi-unanimisme. Le silence autour des principes de l'impôt est d'autant plus étonnant qu'il tranche assez nettement avec l'intensité et la richesse intellectuelle des débats qui, de l'avènement d'un État moderne (XVIIe siècle) jusqu'à l'introduction en France de l'impôt progressif sur le revenu (1914-1917), ont longtemps animé le phénomène fiscal. Car voilà bien le noeud : femmes et hommes politiques, contemporains en particulier, répugnent à appréhender l'impôt dans sa globalité, le réduisant, au détriment de toute cohérence globale, à un instrument technique aride voué à la seule satisfaction de « besoins » budgétaires sans cesse élargis. Or, à force de se vouloir concrète et pragmatique, et pour ainsi dire déconnectée de tout ancrage idéologique, l'approche retenue par les décideurs publics en est devenue inopérante. Cette indifférence profonde au travail de la pensée explique en grande partie la disharmonie de notre système fiscal, et partant son incapacité à remplir les objectifs souvent contradictoires qui lui sont assignés. C'est à ce travail d'infusion verticale qu'entend s'atteler cet ouvrage. Évincée depuis plus d'un siècle par les conceptions solidariste et socialiste, la pensée libérale de l'impôt pourrait bien, à la faveur d'un reflux étatique devenu inévitable, connaître un renouveau imminent. Sillonnant quatre siècles d'histoire des idées et rassemblant les textes d'une quarantaine d'auteurs de renom, cette anthologie entend ainsi fournir un ensemble de principes et de paradigmes seuls à même de guider l'action fiscale.

    La pensée libérale de l'impôt - Victor Fouquet


    1 commentaire
  • Corap  -  Max Schiavon -

    Perrin ; biographie parue le 1er Juin 2017 ;  500 p.;  23 € 50.

    Le Général Corap était l'un de ceux qui ont entendu le soir même du 18 Juin, l'Appel du Général de Gaulle radiodiffusé par la BBC. Cette biographie est importante pour comprendre la période charnière de Mai-Juin 1940 après la débacle française due à l'impréparation des armées, à mettre sur le compte des grands chefs militaires ainsi que des pouvoirs de la III° République depuis la 1ère Guerre Mondiale, et spécialement ceux de la décennie 30 qui ont assisté sans réagir à la montée des périls. Royauté-News

    Présentation officielle : Bouc émissaire de la défaite de 1940. Fin mai 1926, la photo du colonel Corap fait la une des journaux. Véritable héros national, il vient, après un raid audacieux dont il a pris l'initiative, de capturer Abd el-Krim, mettant ainsi fin à la guerre du Rif. Quatorze ans plus tard, le 22 mai 1940, toute la presse reparle de Corap, désormais général d'armée, mais le ton a changé du tout au tout. En effet, la veille, lors d'un discours au Sénat, le président du Conseil Paul Reynaud a flétri son nom et l'a désigné à la vindicte publique comme responsable de la percée allemande dans les Ardennes. Issu d'un milieu très modeste, André Corap est un élève surdoué qui entre et sort en tête de Saint-Cyr, le plus jeune de sa promotion. Il est brillant, audacieux, et toute sa carrière n'est qu'une suite de réussites. Promu général en 1929, il est d'abord chef d'état-major du général Weygand, puis commande successivement la division d'Alger et les troupes du Maroc. En 1937, il est placé à la tête de la 2e région militaire à Amiens, où il prépare du mieux possible la guerre qu'il voit venir et annonce depuis longtemps. A l'automne 1939, il prend le commandement de la 9e armée, la mène à la bataille en mai 1940 entre Namur (Belgique) et Charleville-Mézières, ses unités disparates et mal équipées ne faisant pas le poids face aux corps blindés de la Wehrmacht. Qui était-il vraiment ? La France a-t-elle perdu la guerre de 1940 à cause de lui ? Quelles responsabilités porte-t-il ? Cette première biographie du général Corap, souvent cité mais en réalité méconnu, répond à ces questions, tout en ouvrant de larges pans inédits de l'histoire politico-militaire de la première moitié du XXe siècle.


    2 commentaires
  • Les maîtres de granit - Yves Pourcher -

    Tallandier ; paru le 18 Mai 2017 ;  447 p.;  24 € 90.

    Il est étonnant que la couverture de ce livre soit exactement celle du Dictionnaire des Protestants, que nous avions présenté.

    Cet ouvrage est une étude très intéressante, qui apporte une nouvelle pierre aux travaux déjà anciens sur les milieux du pouvoir et de la fortune, en France. Royauté-News

    Présentation officielle : En Lozère, la terre, la religion et la parenté tiennent les hommes d’une main de fer. L’ordre du granit fixe les droits et les rangs. Les maîtres du pays grandissent sur les domaines et commandent dans la langue des paysans. Alors, dans l’aire du clocher et du château, les siècles s’usent sans rien changer.
    Yves Pourcher retrace, depuis le XVIIIe siècle, le parcours de ces élites accompli sous la tutelle vigilante de l’Église et des familles. Il nous montre leur extraordinaire capacité de résistance aux grands chocs historiques qui ébranlent la France. La justice change ? Ici, les coutumes l’emportent. La conscription réclame des hommes pour les armées du roi, de l’empereur ou de la République. On la fuit. Il faut aller à Paris pour réussir. Chacun garde un bout de terre car le Lozérien sait trop le prix des choses pour les abandonner. Et du village au canton, des lignées politiques se forment dans les passions électorales. Ici, les Chambrun, les Las Cases, et là, les Giscard, Ramadier et autres Mendras se succèdent de père en ls comme maire, conseiller général ou député. Jusqu’aux jours récents où, fragilisées par le changement et usées par le temps, les vieilles légitimités disparaissent.
    Couronné par l’Académie française et l’Académie italienne, Les Maîtres de granit dévoile cette Lozère des notables, conservatoire étonnant des coutumes qui semblaient d’un autre âge.

    Les maîtres de granit - Pourcher


    votre commentaire
  • L'année du déclic  -  Charlotte Savreux -

    Balland ; paru le 13 Octobre 2016 ;  336 p.;  19 € 90.

    Ces personnages nous sont inconnus sauf quelques-uns, mais c'est l'esprit que l'on doit retenir dans ce livre. Royauté-News

    Présentation officielle : 50 personnalités ouvrent le champ des possibles à 66 millions de Français

    Ce livre revient sur le parcours de personnalités dont on connaît la réussite, sans pour autant deviner le cheminement parfois complexe qui les a menées vers la lumière et qui rend leur victoire d’autant plus belle et exemplaire. Une réussite honorable et une réalisation personnelle admirables tant elles semblaient, a priori, improbables. Rien ne les prédestinait à… et pourtant leur histoire trompe toutes les attentes et prouve combien tout est possible et pour tout le monde. Ils ont connu des premiers pas dans la vie fragiles, chaotiques ou des réussites suivies de revers, quand la vie bascule pour voler en éclats; mais en quête de reconnaissance, par instinct de survie, par conviction, avec le grain de folie de l’insouciance, ils se sont offert une seconde chance, celle de réorienter leur trajectoire, de sublimer leur vie et de transcender leur destin. En partageant leur expérience et en suivant leurs conseils, tout devient possible ! En misant sur la dynamique de l’exemplarité et de la contagion sont réunies dans de ce livre cinquante personnalités : artistes, chefs d’entreprise, politiques, résolument optimistes, qui refusent de vivre dans une époque de déprimés. Leur enthousiasme et leur foi en la vie inébranlables vous offrent l’essence de leur expérience au tempo de leurs succès et de leurs épreuves, et les fils conducteurs qui ont guidé leur parcours, pour mieux vous permettre de décrocher votre victoire. Car une société plus forte, plus bienveillante, est aussi la somme des engagements individuels.

    Retrouvez Zaz - Thierry Marx - Maud Fontenoy - Frédéric Lenoir - Fadela Amara - Yann Arthus-Bertrand - Marianne James - Philippe Croizon - Jean-Pierre Mocky - Florence Servan-Schreiber - Eric-Emmanuel Schmitt - André Comte-Sponville - James Dyson - Stephane Hessel - Roselyne Bachelot - Frédéric Lopez - Louise Del Busto Gomez - Didier van Cauwelaert - Nicole Castioni - Michel Pouzol - Hervé de la Martinière - Denys Chalumeau - Mireille Nègre - Dani - Jean-Marie Bigard - Alain Ducasse - Mohed Altrad - Rougui Dia - Memona Hintermann - Daniel Picouly - Malika Bellaribi - Guy Laliberté - Guy Martin - Philippe Bouvard - Orianne Garcia - Christian Estrosi - Jean-Michel Apathie - Clara Gaymard - Thierry Saussez - Véronique Jannot - Jacques-Antoine Granjon - Mercedes Erra - Patrick Poivre d’Arvor.

    L'année du déclic  -  Charlotte Savreux


    votre commentaire
  • Jeanne d'Arc à travers l'Histoire - Gerd Krumeich -

    Préface de Pierre Nora ;

    Belin ; paru le 10 Mai 2017 ; 416.;  24 €.

    Présentation officielle : Histoire d'un mythe national

    Jeanne d’Arc, patriote et martyre, héroïne féminine au sommet du panthéon national, est une figure centrale de l’histoire de France. Sa mémoire est au cœur d’enjeux politiques dont on sait peu qu’ils ont été mouvants : avant d’être la figure de proue de l’extrême droite, elle a été tour à tour fille du peuple en armes, restauratrice de la monarchie, patriote trahie par son roi et l’Église...

    Son histoire et sa mémoire ont été le jeu d’appropriations multiples et antagonistes qui prennent leur source dans ses procès même : condamnée au bûcher comme hérétique et réhabilitée quelques années plus tard afin de légitimer le règne de Charles VII qu’elle a soutenu. Gerd Krumeich retrace, à partir de la Révolution française, les usages de l'histoire de Jeanne d'Arc. Il nous rappelle qu'elle a un temps représenté le parcours d’une simple fille du peuple qui, par son action et ses souffrances, aurait donné naissance au nationalisme français. « Souvenons-nous toujours, Français, que la Patrie chez nous est née du cœur d’une femme, de sa tendresse et de ses larmes, du sang qu’elle a donné pour nous », écrit Michelet. Cependant, d'héroïne de gauche, elle devient, au cours du XIXe siècle, le symbole d'un nationalisme conservateur. Jeanne marque l’impossibilité de trouver un consensus politique qui aurait permis aux « deux France » de se réconcilier. Gerd Krumeich, en analysant les évolutions d'un mythe, fait finalement une histoire du nationalisme français.

    Jeanne d'Arc à travers l'Histoire - Gerd Krumeich


    votre commentaire
  • Comment rester chic en toutes circonstances -

    Gonzague Dupleix ; illustrations de Jean-Philippe Delhomme -

    Flammarion , GQ ; paru le 2 Novembre 2017 ;  180 p.;  19 € 90.

    Enfin un livre agréable et qui devrait être instructif ! Par exemple : Y a-t-il une date limite pour passer son permis de conduire ? A quel moment du film plonger sa main dans le seau de pop-corn ? Dans quelles circonstances peut-on porter une chemise « calypso »? Comment décrocher du look hipster... Est-il bien professionnel de déguster des viennoiseries au-dessus d'une moquette neuve ? Comment tirer sur un pétard avec grâce ? Peut-on fucker sur une photo ? Royauté-News

    Présentation officielle : Comment rester chic en toutes circonstances est le grand livre de la vie élégante. Jurisprudence du style plus que traité de bienséance, l'ouvrage se propose d'apporter la lumière là où elle n'a pas toujours l'habitude d'être invitée.

    Gonzague Dupleix est un jeune homme aux yeux bleus et Monsieur Style du magazine GQ. Il admet que Paris est la plus grande ville de Province.

    Jean-Philippe Delhomme est un illustrateur célèbre dans le monde entier. Il exprime une partie de son génie critique chaque mois dans les pages du magazine GQ.Comment rester chic en toute circonstances - Gonzague Dupleix, Jean-Philippe Delhomme


    votre commentaire
  • La Chambre ardente - Bruno Fuligny -

    Aventuriers, utopistes, excentriques du Palais-Bourbon ;

    Biblis ; paru le 18 Mai 2017 ;  10 €.

    Présentation officielle : Poètes, prophètes, mystiques, spirites, visionnaires, précurseurs, voyageurs et autres abstracteurs de quintessence, tels sont les députés d’exception, toutes tendances politiques confondues, qui composent de 1789 à nos jours une étonnante galerie de portraits. On trouve de tout, au Palais Bourbon : un vélocipédiste émérite, un collaborateur de Jules Verne, l’inventeur du lave-linge, un chansonnier proxénète, un artiste peintre communiste, un gentleman cambrioleur, un explorateur du Tibet, un officier britannique de l’armée des Indes, un Franc-comtois musulman qui siège en gandoura et turban, quelques fous de génie et plusieurs fondateurs de républiques idéales. Autant d’élus hauts en couleurs, à la destinée particulièrement romanesque, et dont les audaces font partie de notre histoire. Bruno Fuligni n’a pas voulu se contenter de raconter leur riche existence : il leur donne aussi la parole, faisant revivre la belle langue parlementaire d’autrefois.

    L’histoire de France par ceux qui l’ont rêvée.

    La Chambre ardente - Bruno Fuligny


    votre commentaire
  • La Rédaction

    L'expression géniale de Sir Winston. A fond avec lui sur l'ineptie de l'impôt, ce racket organisé sous les sempiternels bon prétextes.

    Cette image du seau est très juste. Lui-même, a-t-il essayé ?

    Nous reviendrons dans le détail sur cette notion abusive qu'est l'impôt, cet esclavage moderne.


    votre commentaire
  • La Régence absolue - Alexandre Dupilet -

    Philippe d'Orléans et la polysynodie ; (1715-1718)

    Préface de Joël Cornette ; Champ Vallon ; 2011 ; 448 p.;  28 € 50.

    Présentation officielle : À l’image de la Régence, période longtemps réduite à une époque de libertinage et de corruption des mœurs, suspendue entre l’imposant siècle de Louis XIV qui s’achève et le non moins imposant siècle des Lumières qui commence, la polysynodie ou gouvernement par conseils, mis en place par Philippe D’Orléans en 1715, est souvent présentée comme une vaine réforme qui ne suscita que désordre et embarras dans l’administration. Pourtant, de son fonctionnement, nous n’avons qu’une connaissance superficielle. C’est ce vide historiographique que cet ouvrage entend combler, en démontant la mécanique de cet édifice institutionnel et en revenant sur les circonstances de sa création et les motifs de sa suppression. Réflexion sur le fonctionnement de la Monarchie et sur l’activité au quotidien des conseils du Roi, analyse des rouages et des mécanismes de la gestion administrative du royaume, essai sur la vie politique des premières années de la Régence, une Régence absolue bien éloignée des clichés qui lui sont souvent accolés, ce livre résolument novateur apporte un éclairage nouveau sur les arcanes de l’État moderne.

    La Régence absolue - Alexandre Dupilet


    votre commentaire