• La guerre de Sept ans - Edmond Ziembowski

    tempus ; (2005) 1er mars 2018;  800 p.; 12€.

    Présentation officielle : La guerre de Sept Ans, de 1756 à 1763, se déroule sur terre comme sur mer en Europe, en Amérique du Nord et en Inde, mettant essentiellement aux prises la France et l'Autriche contre la Grande-Bretagne et la Prusse. Compte tenu de son amplitude géographique et du nombre de tués, que l'on chiffre à plusieurs centaines de milliers, certains historiens l'ont qualifiée de première guerre mondiale. Elle s'achève sur un profond rééquilibrage des puissances européennes, qui voit l'affaiblissement durable de la France − elle perd la quasi-totalité de son empire colonial −, l'essor irrésistible de la Grande-Bretagne et de la Prusse, qui deviennent des puissances majeures au XIXe siècle.

    La guerre de Sept ans - Edmond Ziembowski


    votre commentaire
  • La Rédaction

    L'existence d'ancêtres rois d'Ecosse pour Meghan Markle, la fiancée du Prince Harry, fait les choux gras de la presse, pas seulement people, depuis quelques jours.

    Mais on le savait déjà puisque, depuis 2017, une lointaine parenté entre les futurs mariés avait été révélée : par la famille Bowes-Lyon, celle de Queen Mum, mère de la reine Elisabeth.

    Or on sait que les Bowes-Lyon sont issus des rois d'Ecosse. C'est pour cette raison qu'ils portent le blason de l'Ecosse parmi leurs armoiries.

    Megha Markle et les rois d'Ecosse


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Le dernier numéro de Point de Vue, toujours aussi bien fait malgré sa vieille habitude d'imposer à ses lecteurs des sujets aussi peu glamour que les anciens présidents de la république... faut-il que ces lecteurs d'une revue qui sait toujours, pourtant, les emporter dans des sujets de rêve, aient tellement changé... Ce numéro comporte une ou plusieurs erreurs dans une réponse à un courrier des lecteurs relatif à l'histoire nobiliaire.

    A une lectrice qui demandait pourquoi le grand-père du Prince Rainier était comte de Polignac alors que les membres de cette famille sont connus comme Princes de Polignac, la réponse de Point de Vue a été justement que le grand-père du Prince Rainier appartenait à une branche différente de celle qui portait le titre de Prince de Polignac. Ce qui est inexact, mais c'est une erreur courante (est de dire qu'il obtint ce titre par le Saint-Empire) : Jules de Polignac, le célèbre premier ministre de Charles X fut Prince par le Pape en 1820, et non, par le Saint-Empire comme cette erreur a été colportée un peu partout. Mais la confusion est tenace. Le Saint-Empire n'existait déjà plus depuis 1806, contraint de disparaître par la volonté de Napoléon. En outre, s'il n'est pas faux de dire, comme Point de Vue, qu'il a reçu "une couronne de Prince en Bavière" (1838), en réalité il n'a pas à proprement parler reçu un titre bavarois mais a été inscrit dans le rôle des princes du royaume de Bavière.

     


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Enquêtes vagabondes - Le voyage illustré d'Emile Guimet en Asie

    Cristina Cramerotti, Pierre Baptiste

    Préface : Sophie Makariou

    Gallimard ; 30 nov. 2017 ;  256 p.;  39€.

    Enquêtes vagabondes - Le voyage illustré d'Emile Guimet en Asie

    Cet ouvrage, catalogue de l'exposition "Enquêtes vagabondes. Le voyage illustré d'Emile Guimet en Asie", évoque, à l'occasion du centenaire de sa mort, l'extraordinaire voyage d'Emile Guimet en Asie du Sud-Est. De ce périple de dix mois naîtra le musée des arts asiatiques. C'est en 1876 qu'Emile Guimet (1838-1918), fondateur du musée, retrouve aux Etats-Unis le peintre Félix Régamey (1844-1907). Tous deux entament alors un voyage au long cours qui va les conduire au Japon, en Chine, en Asie du Sud-Est, puis en Inde avant de retrouver l'Europe.
    A partir d'une sélection de peintures, sculptures, porcelaines, photographies, dessins et échanges épistolaires, ce catalogue retrace le voyage des deux hommes, "dix mois qui éclaireront tout le reste de [leurs] vies", et donne à voir la naissance des collections du musée.


    2 commentaires
  • Conversations secrètes sous l'occupation - Antoine Lefébure

    Tallandier ;  22 fév. 2018 ;  384 p.;  22€50.

    Présentation officielle : De 1940 à 1944, alors que les Français vivent le pire, Vichy invente un outil diabolique : le Service des contrôles techniques, chargés de surveiller les Français à travers leurs correspondances et leurs communications téléphoniques.
    Rapidement, cet organe ultrasecret de surveillance sert à des fins policières : identifier les dissidents, repérer les ennemis de l’État et faire la chasse aux juifs. 5 000 fonctionnaires tenus au secret travaillent dans l’ombre pour fournir quotidiennement aux dirigeants des rapports sur ce qui se dit et se trame. Des hommes aussi retors que redoutables – tels l’amiral Darlan ou René Bousquet – font de cette officine une « machine de guerre » très dangereuse pour ceux qui ont le malheur d’avoir été repérés, avec le risque d’être emprisonnés et envoyés dans les camps, d’où peu d’entre eux reviendront.
    Après de longues recherches aux Archives nationales, Antoine Lefébure dévoile aujourd’hui des milliers de lettres et d’échanges téléphoniques. Ces histoires où se mêlent témoignages bouleversants, banalités du quotidien et récits épiques révèlent une France occupée à la fois inconnue et au plus près de la vérité.

    Conversations secrètes sous l'occupation - Antoine Lefébure


    2 commentaires
  • La fortune est un fleuve - Roger D. Masters

    Traduction de Grégoire Ladrange ;

    Omblage ;   20 mars 2018 ;  253 p.;  20€.

    Présentation officielle : Au tout début du seizième siècle, deux esprits extraordinaires se rencontrèrent à Urbino. Léonard de Vinci revenait de Venise, où ses talents d'ingénieur avaient servi à fortifier la ville contre les Français. Il était maintenant à la cour de César Borgia, le fils du pape Alexandre VI, qui l'employait comme cartographe, architecte et ingénieur militaire. Peut-être était-il aussi espion pour Florence, qui voyait avec inquiétude les conquêtes du pape en Italie. Nicolas Machiavel, haut fonctionnaire talentueux, était alors ambassadeur de Florence auprès de Borgia. Machiavel prit connaissance des travaux de Léonard de Vinci sur l’irrigation et le transport fluvial, qui furent un prélude au projet sur lequel les deux hommes collaborèrent ensuite.

    C’est à Florence qu’ils mirent en œuvre ce plan extraordinaire : en guerre contre Pise, Florence voulait détourner le fleuve Arno afin de couper la ville rebelle de la mer et devenir un port maritime. Piero Soderini, le gonfalonier à vie de Florence, lança des travaux de grande échelle : sur les recommandations de Machiavel et à partir des calculs de Léonard de Vinci, deux canaux et un barrage furent construits. Mais, sous la direction incompétente de l’ingénieur Colombino, les moyens attribués furent insuffisants, les canaux trop peu profonds ; ils s’effondrèrent partiellement lors d’une tempête, et Pise détruisit le barrage et les combla.

    Autour de cette rencontre, La fortune est un fleuve dresse le portrait de deux génies, l’un artistique et scientifique, l’autre littéraire et politique, et de leur influence l’un sur l’autre et sur le monde. C’est aussi une esquisse d’une période brillante et turbulente où se côtoyaient les Borgia, les Médicis, les Sforza, Michel-Ange..., où les sciences et les arts fleurirent comme rarement dans l’histoire. On y découvre Florence à son apogée et la complexité de ses politiques intestines et étrangères, les intrigues des Borgia, les ambitions de conquête et de réforme de Louis XII et François Ier, et bien sûr les vies mouvementées et passionnantes des deux protagonistes, jusqu’à leur fin – Léonard de Vinci invité par François Ier en France, Nicolas Machiavel en exil politique dans la campagne toscane.

    La fortune est un fleuve  - Roger D. Masters

     

     

     


    2 commentaires
  • Choiseul  -  Monique Cottret

    L'obssession du pouvoir ;

    Tallandier ;  biographie ; 29 mars 2018 ;  512 p.;  24€90.

    Présentation officielle : Le duc de Choiseul a été maître de la France pendant douze ans. Principal ministre de Louis XV, son oeuvre est considérable : il mit fin au désastre de la guerre de Sept Ans, restaura la marine, réforma l’armée, prépara la revanche contre l’Angleterre et libéralisa l’économie.
    On croit connaître ce brillant ministre qui resta au pouvoir de 1758 à 1770. Homme de guerre, Choiseul fut l’un des artisans du grand basculement mettant fin à deux siècles de lutte acharnée entre la France et l’empire des Habsbourg. Redoutable homme de cour, il sut se ménager l’appui de Mme de Pompadour, mais fut disgracié parce qu’il refusa la fulgurante ascension de Mme du Barry.
    Mais le duc de Choiseul, c’est aussi et avant tout un style, un ton cynique, brillant, parfois méchant, celui d’un grand seigneur, amateur d’art. De la Lorraine, où il est né, à la Touraine, qu’il a choisie, il représente l’art de vivre au XVIIIe siècle. En s’appuyant notamment sur les écrits de Choiseul, Monique Cottret dresse le vivant portrait de celui qui, à l’égal d’un Richelieu ou d’un Mazarin, fut l’un des hommes d’État les plus importants du siècle des Lumières.

    Choiseul  -  Monique Cottret


    votre commentaire
  • Nouvelle Histoire romaine  -  Guglielmo Ferrero

    Texto ;  1er mars 2018 ;  508 p.;  11€50.

    Cet ouvrage a été publié en 1936 par Hachette. RoyautéNews

    Présentation officielle : Le grand historien Guglielmo Ferrero livre la somme de toute une vie de réflexions et de recherches sur l’un des plus illustres sujets qui soit : l’Antiquité romaine, considérée de ses débuts jusqu’à la fin de l’empire d’Occident.
    Sur des questions majeures, comme les conséquences à long terme de la conquête de la Gaule, les facteurs de fragilité du pouvoir impérial, ou encore les causes profondes, autres que la seule force militaire, de la longue durée atteinte par l’Empire romain, les analyses de Ferrero gardent toute leur portée. Parce qu’il raconte, avec une sobre efficacité, la formation, l’épanouissement et le déclin de l’empire-monde qui fut celui de la Rome antique, ce livre donne l’accès à une histoire globale, bonne à penser en ce début du XXIe siècle où se déploie une autre mondialisation. Et c’est en cela que Guglielmo Ferrero reste notre contemporain. Un classique enfin réédité.

    Nouvelle Histoire romaine  -  Guglielmo Ferrero


    votre commentaire
  • La fabuleuse histoire de l'Hôpital - Jean-Noël Fabiani

    Illustrations de Daniel Casanave ;

    Pocket ;  15 fév. 2018 ;  226 p.;   6€60.

    Un récit dynamique et bien enlevé pour se familiariser avec la médecine d'hôpital en France au cours des siècles. Royauté-News

    Commentaire de Philippe Labro et du Figaro : Comment "l'hospice " du Moyen Age destiné à accueillir des pèlerins s'est transformé en un lieu où l'on a rassemblé des malades ? Comment faire la différence entre la " petite " et la " grande " vérole ? Comment la reine Victoria a accouché sans douleur ? Comment le viagra a été inventé ? Avec un goût prononcé pour l'anecdote et une maîtrise de l'art de la chute, le chirurgien et professeur Jean-Noël Fabiani raconte les grandes heures de l'hôpital et de la médecine française avec humour et érudition. " C'est l'une des lectures les plus originales de l'année. " Philippe Labro

    " Jean-Noël Fabiani raconte avec son talent de conteur dopé d'humour des épisodes saisissants mais très peu connus des interactions entre médecine, grandes découvertes et grands de ce monde. C'est presque plus visuel que l'image et nettement plus instructif et drôle." le Figaro

    La fabuleuse histoire de l'Hôpital - Jean-Noël Fabiani


    votre commentaire
  • La Rédaction

    La Madeleine en restauration

    Nous vous invitons à contribuer à la restauration de cette célèbre église parisienne, très endommagée par la pollution.

    En vous rendant sur ce site

    Pour notre part nous pensons que les édifices religieux en réparation ne devraient pas être recouverts de publicité comme celle de Calvin Klein ( très sobre) sur la bâche de la façade Est.

     

    Fondation Avenir du Patrimoine à Paris et formulaire de don avec déduction fiscale


    votre commentaire