• Le Duc de Bauffremont.

    ©Royauté-News et ©Photothèque Bauffremont

    Il est aujourd'hui le Président émérite de l'Institut de la Maison de Bourbon, dont il fut l'un des fondateurs, et le Président depuis sa création jusqu'en 2009.


    1 commentaire
  • François dans la tempête  -  Jean-Louis de La Vaissière -

    Salvator ; paru le 19 Janvier 2017 ;  224 p.;  19 € 50.

    Jean-Louis de La Vaissière couvre l'actualité du Vatican depuis 2011 à l'AFP, dont il est depuis 2016 directeur régional à Rennes. Il a publié De Benoît à François, une révolution tranquille, et Le pape François, un combat pour la joie. Royauté-News

    Résumé officiel : Avis de tempête au Vatican ? Le pape François va-t-il perdre son pari ? Sera-t-il le pape qui accélère et consolide l’aggiornamento dans l’Église, souhaité par les uns et redouté par d’autres ?
    Jean-Louis de La Vaissière est un vaticaniste avisé et réputé. Dans ce nouveau livre, il dresse un premier bilan. Il présente les réformes que le pape engage pour rendre l’Église plus proche des gens et éviter qu’elle ne se marginalise davantage dans la société. Il décrit l’opposition puissante pour qui ce pontificat entraîne la confusion chez les fidèles. Et il explique pourquoi le pape actuel est, comme les prophètes, parfois plus populaire hors de l’Église que dedans. Dans la tempête, François n’en reste pas moins égal à lui-même : entier, courageux, persévérant et mû par un enthousiasme qui désarme amis... comme ennemis.

    François dans la tempête  -  Jean-Louis de La Vaissière


    2 commentaires
  • François seul contre tous  -  Arnaud Bédat -

    Flammarion ;  paru le 8 Février 2017 ;  320 p.;  20 €.

    Le journaliste d'investigation Arnaud Bédat, suisse, travaille notamment avec l'Illustré et Paris-match et il a déjà publié François l'Argentin, le pape intime raconté par ses proches. Royauté-News

    Selon Electre, Une enquête sur les dangers qui guettent le pape François, après ses prises de position contre la corruption des Etats, les mafias, l'Etat islamique, les marchands d'armes, les trafiquants de femmes ou encore les milieux traditionalistes catholiques.

    Présentation officielle de Flammarion : Pape superstar, François s'est aussi fait, en quatre ans de pontificat, d'inquiétants ennemis. Quelles sont les menaces qui planent aujourd'hui sur lui ? Les puissants se pressent pour le visiter au Vatican, quand lui cherche d'abord à rencontrer les petits. Audacieux, François l'Argentin veut changer le monde. Ce grand chambardement a, pour certains, un goût amer. Les nouveaux adversaires de ce pape rebelle guettent, tapis dans l'ombre.
    Qui et combien sont-ils ? Jusqu'où ont-ils l'intention d'aller ? Contre la Curie romaine qu'il bouscule, contre la corruption des Etats qu'il dénonce, contre les mafias qu'il excommunie, contre l'économie qui tue, le pape François semble un homme bien seul. Seul contre tous ? Fin stratège, Jorge Mario Bergoglio n'a pourtant pas dit son dernier mot, comme le montre cette enquête allant de l'Argentine à la Suisse en passant par le cœur du Vatican.
    Gigantesque thriller, cet ouvrage, aussi passionné qu'informé, décortique, témoignages à l'appui, la redoutable partie d'échecs qui se joue désormais à Rome.

    François seul contre tous  -  Arnaud Bédat


    4 commentaires
  • La Rédaction

    Nous avions prévu à l'Automne 2016 un commentaire d'un article amusant du Figaro sur la résidence de Fillon : 5 choses à savoir sur le manoir de Beaucé, fief de François Fillon.

    Définition sympathique et artistement improvisée du manoir et du château comparés mais cette différence qu'il introduit n'existe pas pour les raisons avancées par l'auteur de l'article du Figaro. Tout aussi imaginairement il établit une comparaison amusante et presque luronne entre un statut, plus ou moins « agricole » des propriétaires de manoir aux siècles anciens, et la présence d'un tracteur sur une photo d'ailleurs préparée, publiée en 2013 dans Paris-Match.

    Selon nous, le manoir de Beaucé ne ressemble à rien. Amoncellement de bâtiments disparates, sans aucun style, encore moins d'unité, sans les éléments anciens il ne vaudrait quasiment rien, encore une fois, selon notre avis qui n'est pas basé sur le marché immobilier mais sur une valeur fondamentale.

    Il est clair qu'on ne peut parler d'un château. Reconnaissons qu'une des façades présente belle allure. Est-ce un manoir ? Pourquoi pas. En tous cas la bâtisse est un ensemble assez vaste, comportant des parties anciennes, et que l'on appellerait maison de maître dans d'autres régions. Certainement, une demeure traditionnelle (« de standing », dans certains jargons immobiliers aujourd'hui un peu dépassés), et une gentilhommière de caractère.

    On peut sourire de l'histoire du compte Fdebeauce sur Twitter, car les Fillon n'ont rien à voir avec les familles de la noblesse, dont plusieurs ont porté ce nom.

    Mais il faut considérer aussi la valeur ajoutée d'un personnage public, qu'il applique à sa propriété. Il ne semble pas, dans la presse, que l'on ait parlé de cette notion... Pourtant, elle existe ! Elle entraîne parfois des conséquences lors de la revente, facilitant, ou au contraire repoussant certains acheteurs selon le type de célébrité du propriétaire qui la vend.

    Une chose échappe aussi aux commentateurs pourtant censés spécialisés dans l'immobilier : faire monter une estimation, permet d'élever la valeur d'un bien. Surtout lorsque ce bien est rare, et c'est le cas. S'interroger sur la différence d'estimation entre 2013 et l'an dernier (?) [de 650 à 750 000], est parler pour ne rien dire, mais nos amis de la presse, malheureusement ne suivent pas tous leurs classes sur Royauté-News. Il est vraisemblable que l'ex-Premier ministre ait voulu attribuer à sa demeure une valeur de base, soit pour assurer, en cas de revente éventuelle, une offre plus élevée, soit, plus vraisemblable car il n'a certainement pas l'intention de la céder, il aura voulu s'inscrire dans un standing, au reste, si légèrement supérieur. Il se trouve d'ailleurs dans la fourchette basse des hommes politiques de premier plan, à Droite, et même, de certains, à Gauche. Standing correspondant à son image et aux valeurs matérielles de la prospérité et de l'enracinement. Rien, sur ces deux points n'est répréhensible, ni légalement ni moralement. Quant à l'enracinement il est moralement louable.

    C'est la même chose pour une partie de l'affaire Pénélope. Sans nous prononcer sur le fond de l'affaire qui n'est pas notre sujet puisque la politique ordinaire n'est pas au programme chez nous, il est un élément qui a échappé aux commentateurs de presse : dans ce procès sur pied, à décharge on devait prendre en compte que dans les milieux classiques, auxquels appartiennent les Fillon, les épouses ne s'occupent pas de la vie politique de leur mari. Ce qui n'empêche pas que le mari ait besoin de bénéficier de travaux non politiques, ou non directement politiques. C'est la même chose dans des secteurs d'activités les plus divers. Nous ignorons la consistance des travaux effectués ou non par Pénélope Fillon, mais une attitude juste aurait dû aboutir à cette conclusion, au milieu des autres éléments d'estimation.

    Un commentaire nous sera personnel : évoquer le patrimoine d'un homme politique, en le détaillant, et surtout, en obligeant à en faire déclaration, est indécent. (bien qu'en théorie cette déclaration ne soit pas publique, mais en réalité, elle ne peut pas rester confidentielle puisque chacun peut aller s'informer individuellement de cette déclaration. Le problème est donc l'exploitation par les médias, d'informations qui ne devraient pas être lancées dans le public). Affaire de régime, question de culture : si un régime politique secrète des dirigeants, pour se protéger desquels, selon lui, un examen à la loupe de son patrimoine est nécessaire pour s'assurer contre le voleur potentiel qu'est l'homme politique, s'il ne détourne pas les fonds publics, c'est que ce régime est intrinsèquement pervers. Il n'existe que par la flétrissure. Décomposé, et au stade du cadavre avancé, on le sait. Mais qu'il se complaise en lui-même, sans chercher au fond de véritables remèdes, c'est être atteint d'une perversion surpolitique, structurelle donc, autrement plus inguérissable.

     

    Sur cette photo de France Info, la façade qui a belle allure (Clic sur l'image). Celle que l'on connaît plus ressemble à une suite de cages à poules.

    Le manoir de Beaucé, résidence de François Fillon


    votre commentaire
  • Harcourt Paris ; Le mythe -  Dominique Besnehard -

    La Martinière ; paru le 9 Octobre 2014 ;  240x310 mm ; 188 p.;  45 €.

    Présentation officielle :  Le studio Harcourt fête ses 80 ans. Pour célébrer cet événement, l’ouvrage met en avant 80 personnalités mythiques, de Salvator Dali à Carole Bouquet, en passant par Sophie Marceau, Jeanne Moreau, Catherine Deneuve ou Jean Dujardin.

    Un ouvrage à la hauteur du mythe de la maison Harcourt, au graphisme sobre et élégant, à l’image du style Harcourt.

     


    votre commentaire
  • Studio Harcourt ; 1934 - 2009 -  François Denoyelle -

    Nicolas Chaudun ; paru le 16 Septembre 2009 ; 192 p.; 24,8 x 33,8 ; 45 € 70.

     


    votre commentaire
  • La Rédaction

     

    Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité, ne mérite ni l'un ni l'autre. Il finit par perdre les deux.

                                                    Benjamin Franklin


    votre commentaire
  • Ce pape qui dérange  -  Virginie Riva  -

    Editions de l'Atelier ; paru le 12 Janvier 2017 ;  173 p.;  16 €.

    Nous reparlerons bientôt du Pape François dans nos colonnes. Royauté-News

    Présentation officielle : Alors que le monde entier et les médias l’adulent, au sein du Vatican, le pape François agace. Dans cette institution bimillénaire et européenne, l’Argentin va trop vite et bouscule le protocole. Présent sur tous les fronts, il a entamé une révolution en profondeur de l’Église, faisant souffler sur Rome un air de Vatican II.
    Les chantiers ouverts sont colossaux : réforme de la curie, réflexion sur les bouleversements contemporains de la famille, accueil dans l’Église des homosexuels et des divorcés remariés, prise en charge du problème de la pédophilie, assainissement des finances du Vatican… Le pape va bien au-delà de la mission que les cardinaux souhaitaient lui confier. Aujourd’hui, les critiques vont bon train et une crise de confiance menace le Vatican. Les ennemis à l’intérieur sont nombreux…
    Qui sont ceux qui l’attaquent ? Quelle est sa marge de manœuvre ? Va-t-il réussir à imprimer durablement sa marque ?
    En proposant des réponses à ces questions essentielles, Virginie Riva esquisse un portrait singulier du pape, bien souvent à contre-courant de la perception que les médias français en donnent.

    Ce pape qui dérange  -  Virginie Riva


    1 commentaire
  • Le monde en 2035 vu par la CIA, et le Conseil national du renseignement : Le paradoxe du progrès -

    Edition des Equateurs ; paru le 26 Janvier 2017 ;  312 p.;  12 €.

    Le résultat de ce travail (ci-dessous) est celui-ci : de 2020 à 2035, selon Libération, 3 scénarios : « îles reclues dans un océan d'instabilité», « orbites : l'escalade militaire » et « communautés : au sens de communautés locales (villes), qui prennent plus de place face aux systèmes nationaux défaillants ; éducation, économie, santé, à la charge des autorités locales  ».  Royauté-News

    Le monde en 2035 vu par la CIA

    Présentation officielle : Jamais l’Histoire n’a connu de telles accélérations qu’aujourd’hui. Il nous faut des instruments précis pour comprendre et décrypter le monde des vingt prochaines années. C’est l’objectif de ce Rapport du Conseil National du Renseignement qui fournit analyses et perspectives à la CIA. Pour mener ce travail impartial et sans tabou, 2500 personnes de tous horizons (stratèges, chercheurs, économistes, spécialistes du renseignement et de la prospective) ont été interrogées. Intitulé le « Paradoxe du progrès », ce Rapport vient d’être remis au président Trump. Malgré leurs formidables opportunités économiques et technologiques, jamais nos sociétés n’ont été menacées par autant de périls. Nous vivons dans un monde de plus en plus intégré et interdépendant. Comment les États-Unis dirigés par Donald Trump exerceront-ils leur leadership ? La Russie demeurera-t-elle agressive si son économie faiblit ? Comment l’Europe va-t-elle affronter sa crise d’identité et la montée des populismes ? Les classes moyennes des pays développés vont-elles continuer de s’appauvrir ? Dans les vingt prochaines années, la population chinoise continuera à vieillir et l’Afrique connaîtra la croissance démographique la plus élevée au monde. Les entreprises privées enverront des hommes dans l’espace menacé par la militarisation des Etats. Comment affronter le réchauffement climatique, les cyber-attaques et les actes terroristes ? Autant de pistes, de scénarios ici analysés, et de réponses apportées. Ce Rapport captivant est un concentré de réflexions uniques sur le monde actuel et de demain. Préface d’Adrien Jaulmes (Prix Albert Londres, grand reporter au Figaro et spécialiste des questions internationales).


    2 commentaires
  • La Rédaction      ©Copyright Royauté-News ®

             Présentation exclusive de l'Histoire abrégée de l'Ordre de Malte par Royauté-News®

    présentation de L'Ordre Souverain de Malte

    Les origines de l'Ordre de Saint-Jean se trouvent dans les années qui précèdent et qui suivent l'arrivée de Godefroy de Bouillon à Jérusalem et l'achèvement de la 1ère Croisade. Et c'est dès 1098-1099, autour de la parenté proche du Chef des Croisés, que s'organisent bientôt, avec l'Hospice Saint-Jean (1099), à Jérusalem, dont le premier établissement était antérieur à la Croisade (et datait de 1048 environ) les premiers fragments de ce qui deviendra rapidement une véritable organisation hospitalière. Ce nouvel hospice procurait soins et abri aux pèlerins qui, nombreux, pouvaient à nouveau se rendre en Terre Sainte pacifiée grâce à l'intervention des Croisés dont la présence permanente avait mis fin aux raids incessants des pillards.

    Tandis qu'avant la Croisade, l'Hospice servait de halte de soins aux pèlerins toujours moins nombreux vers la fin du XI° siècle par suite des razzias, après la fondation du royaume de Jérusalem, les hospitaliers durent accueillir un nombre renouvelé et croissant de pèlerins mais aussi, les blessés parmi les hommes d'armes qui assuraient la sécurité en Terre Sainte et ses abords.

    Les membres de l'Ordre, dès sa création sont à la fois religieux et militaires. En 1013, l'Ordre est approuvé par le Pape dans ses buts ainsi que dans son organisation religieuse, et il devient ainsi un ordre religieux.

    En 1287, l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, installé à Saint-Jean d'Acre un siècle plus tôt après la prise de Jérusalem par les armées de Salāh al-Dīn, est contraint de se réorganiser par la Chute de Saint-Jean d'Acre.

    Tout en demeurant en Orient, l'Ordre, pour le mettre à l'abri, installe son siège à Chypre. En 1310, après avoir pris en 1307 l'Ile de Rhodes, l'Ordre devenu Ordre de Saint-Jean de Rhodes acquiert la souveraineté. Force militaire déjà indépendante, il est désormais une puissance territoriale reconnue comme un Etat.

    En 1530, l'Ordre s'installe à l'Ile de Malte qui lui est offerte en propriété par Charles-Quint et devient l'Ordre Souverain de Malte. Il continue d'assurer la sécurité de la Méditerranée et celle de l'Europe du Sud contre les menées turques.

    L'Ordre et son Grand-Maître Jean de La Valette en 1565 repoussent victorieusement les Turcs qui avaient assiégé Malte.

    En 1571, l'Ordre, par sa flotte, contribue à la victoire de Lépante, où est détruite la flotte turque par l'armée conduite par Don Juan d'Autriche.

    La Révolution volera les biens de l'Ordre en France. Le Grand-Maître, Ferdinand de Hompesch demandera l'aide du Tsar, Paul Ier, devenu le Protecteur de l'Ordre. Quant à Bonaparte il s'emparera de l'Ile de Malte (1798) et en chassera les Chevaliers.

    En 1803 est nommé Grand-Maître Giovanni-Battista Tommasi, dont l'accession marque un tournant de l'histoire de l'Ordre, car elle achève une période troublée. Il sera le dernier Grand-Maître jusqu'en 1879, des lieutenants se succédant à la tête de l'Ordre.

     

    En 1830, l'Ordre s'installe à Rome, où se trouve toujours aujourd'hui son siège. Sa mission moderne n'est plus militaire : elle est aujourd'hui sanitaire et sociale et l'Ordre lutte principalement contre la lèpre, la pauvreté et l'exclusion sociale.

     

    Au 20° siècle, l'Ordre dirige nombre d'hôpitaux, de dispensaires et de léproseries à travers le monde. Son statut souverain facilite ses contacts avec les autorités des nombreux pays où il est engagé.

    En France, toujours au 20° siècle, des personnalités telles que le Bailli Prince Guy de Polignac, le Bailli comte Géraud de Pierredon ou encore le Prince de Lobkowicz qui fut Ambassadeur de l'Ordre au Liban, ont permis une reconnaissance extraordinaire. Notamment, les deux premiers ont réussi à régler à son avantage les rapports de l'Ordre avec les autorités françaises. L'Ordre est représenté en France par une association, reconnue depuis 1928 d'utilité publique. Elle a créé, entre autres activités, la journée mondiale contre la lèpre.

    Aujourd'hui, l'Ordre de Malte agit dans cent-vingt pays et entretient des relations diplomatiques avec 106 pays ainsi qu'avec l'ONU, l'Union Européenne, et l'Unesco et emploie 100 000 volontaires dans le monde.

    La seule Association française de l'Ordre est présente dans 27 pays, emploie 1800 salariés et 5500 bénévoles. Elle est également une association de sécurité civile agréée qui se déploie, à travers ses secouristes bénévoles, dans les situations d'urgence.

     

    ©Copyright Royauté-News®                                                                         Présentation exclusive de l'Histoire abrégée de l'Ordre de Malte par Royauté-News®


    votre commentaire