• La Machine révolutionnaire -  Augustin Cochin

    Préface de Patrice Gueniffey ;

    Tallandier ;  19 av. 2018 ;   688 p.;   29€90.

    Présentation officielle : « Si un historien fut longtemps ignoré, et pour de mauvaises raisons, c’est bien Augustin Cochin. On peut même dire que l’homme et l’œuvre seraient tombés dans un oubli complet si François Furet ne les avait tirés du sépulcre où l’historiographie révolutionnaire de la Révolution les avait ensevelis.
    À l’heure où l’on se gargarise de mots, à l’heure où le despotisme de “l’opinion”, ou de ce qui en tient lieu, se fait plus sentir que jamais, à l’heure où la démocratie partout célébrée est davantage un mantra qu’une réalité, en ces temps de disette et de médiocrité de la pensée, le retour aux grandes œuvres, originales et puissantes, est toujours comme un bain de Jouvence. » Patrice Gueniffey.
    Chartiste de formation, historien de métier et sociologue de tempérament, Augustin Cochin est mort au champ d’honneur à trente-neuf ans, en 1916. François Furet le considérait comme l’un des deux historiens, qui, avec Tocqueville, surent penser la Révolution française. Cochin est assurément celui qui a mis à jour le mécanisme de la Révolution, au sein de sociétés de pensée qui vont modeler une opinion publique nouvelle et l’esprit démocratique moderne.
    Cette œuvre majeure, pour la première fois accessible dans sa quasi-exhaustivité, permet à la fois de comprendre l’effondrement de l’Ancien Régime et de visiter les soubassements du phénomène démocratique. Outre l’essentiel du corpus d’histoire de la Révolution, dont le fameux Les Sociétés de pensée et la démocratie, cet ouvrage contient l’ensemble des études de Cochin sur le protestantisme français, jusqu’ici jamais publiées en volume. Il donne aussi à lire la correspondance inédite de l’historien où la finesse de l’homme vient percer la carapace du chercheur.
    Augustin Cochin fera toujours débat. Mais les questions qu’il entreprit d’explorer en solitaire il y a un siècle sont encore d’aujourd’hui. C’est déjà beaucoup, et assez pour lui accorder toute notre attention.

    La Machine révolutionnaire -  Augustin Cochin


    2 commentaires
  • La Rédaction

    Le Figaro publiait ces jours-ci un article assez court sur "l'autre nécropole royale", celle de Dreux. La Fondation Saint-Louis, qui assure la gestion de ce site, organise trois concerts cet été.

    Ces activités fort honorables, pas plus que d'autres d'ailleurs, cependant ne devraient pas faire l'objet d'avancer comme elles le font sans cesse le lobbying de la famille d'Orléans.

    Des mentions comme celle de "Bourbon Orléans", et celle de "maison de France", font partie de cette désinformation permanente. Nous y reviendrons.

    La chapelle de Dreux en lobby des Princes d'Orléans


    3 commentaires
  • La Rédaction

    La maison Coutau-Bégarie donne rendez-vous aux amateurs de mobilier, d'objets d'art, et de grands vins, le 19 septembre.

     

    Bijoux, orfèvrerie, arts de la table, le 15 octobre.

     

    Hommage à Johnny Halliday le 20 octobre.

    Dentelles, linge de maison, 24 octobre.

    Et en novembre, Art russe - Fabergé ;

    Et vente de prestige le 30 novembre : Mobilier et Objets d'art.

    Coutau-Bégarie les grandes ventes de la rentrée 2018

    Olivier Coutau-Bégarie


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Dimanche le Grand Pardon Sainte-Anne, à 10h30 à Romagné, près de Fougères, sous la présidence de Mgr Colomb, Evêque de La Rochelle.

     

    24 au 25 août : La Fête de Saint-Louis, organisée par l'Institut de la Maison de Bourbon : Moulins, Souvigny, Bourbon L'Archambault. Renseignements 01 45 50 20 70

     

    30 août : pèlerinage (commence le matin) de l'Ile Madame [souvenir des prêtres massacrés par la Révolution] présidé par Mgr Colomb, Evêque de La Rochelle et Saintes et de Saint-Pierre-et-Miquelon. Notons que l'évêque de La Rochelle est depuis le 1er mars de cette année aussi celui de ce territoire français d'outre-mer.

    image d'un pèlerinage à L'Ile Madame, reliée au continent par un chemin recouvert à marée haute.

    Mémoire : les grands rendez-vous de l'été 2018


    votre commentaire
  • La Rédaction

    Rappel : Les Transhumances Musicales qui en sont à leur 23ème édition sont une institution pyrénéenne.

    Dans le parc du château de Laàs les concerts de cette année :

      - 26 juillet Calogero dans son Liberté Chérie Tour ; 21 h ;

          En première partie Elsa Gilles

       - 27 juillet Vianney  ;  21 h ;

         En première partie Pauline & Juliette

    Infos ici

    Et

    Samedi 25 août le Grand Prix International de la Principauté. Semi-nocturne 19-22 h , les 3 h de la Brouette.

    Aussi en Octobre, le dimanche 14 : la 19ème Fête du maïs


    2 commentaires
  • Nous vous proposons une série : Internet vu il y a dix ans.

    NetBrain ; Planète numérique  -  Denis C. Hettighoffer

    Les batailles des nations savantes ;

    Dunod ;  2008  ; 352 p.;   24€.

    Netbrain, planète numérique montre qu'une cyberpuissance est née. Un monde numérique en train de devenir un acteur politique, social et économique majeur. Le monde ne sera pas "made in Asia", il sera sous la domination de la puissance numérique. Dans cette terre incognita, les taux de croissance sont époustouflants ; un milliard de personnes y échangent des connaissances et y établissent des liens sociaux. Les savoirs sont soumis à la concurrence internationale et sont entrés dans un univers marchand. Comment la France, parmi les autres nations savantes, peut-elle prendre sa place dans cette économie du savoir, fondée sur la R&D et la vente de licences ? Comment produire de l'innovation marchande ? Les champs de bataille de cette économie opposeront les partisans de l'économie des biens numériques communs à ceux des biens numériques privés.

    NetBrain ; Planète numérique  -  Denis C. Hettighoffer

    Article précédent


    1 commentaire
  • Dictionnaire amoureux illustré de Paris - Nicolas d'Estienne d'Orves

    Plon - Gründ ;  7 nov. 2017 ;  280 p.;   29€95.

    Présentation officielle : « Depuis Accordéon jusqu’à Zucca, on s’enfonce dans les catacombes ; on fait la nuance entre café, brasserie et cabaret ; on va avec Truffaut au Gaumont Palace ; on marche sur les traces d’Hardellet ou de Marcel Aymé ; on guette les derniers vestiges de la campagne sous le bitume ; on fait la tournée des églises et des grandes tables ; on flâne au Palais Royal ou sur la ligne de Petite Ceinture ; on contemple l’Apocalypse et les grandes décapitations ; on s’indigne de tant de vandalisme mais l’on s’enjôle de tant de merveilles cachées ; on retrouve la trace des enceintes successives et du parcours de la Bièvre ; on va parfois au cinéma, au zoo, et souvent à l’opéra ; on se méfie des lieux consacrés ; on prend le métro, le bus, mais pas la trottinette ; on s’abrite dans les passages ; on découvre des perspectives […] ; et puis on lit. Beaucoup ! Mon Paris n’est pas le vôtre. Il est le mien, avec ses petitesses et ses grandeurs, ses beautés et ses faiblesses, son mauvais gout et ses lubies, son amateurisme et ses engouements. » Nicolas d’Estienne d’Orves.

    Dictionnaire amoureux illustré de Paris - Nocolas d'Estienne d'Orves


    votre commentaire
  • La Rédaction

     

    Paris affiche en ce moment les Jardins d'Eyrignac. Une idéale promenade pour occuper ses vacances d'été !

    Splendides et situés à Salignac-Eyvigues, ils sont les plus beaux jardins de Périgord  et d'Aquitaine.

    Les Jardins d'Eyrignac

    Les Jardins d'Eyrignac


    2 commentaires
  • La Rédaction

    Pour ceux qui restent à Paris, c'est le moment de visiter l'exposition consacrée à Johnny Halliday à la galerie Joseph, rue de Turenne, depuis le 11 juillet jusqu'au 23 septembre.

    L'expo Johnny à Paris

     de 10h à 20h y compris jours fériés

    Nocturnes jusqu’à 22h les jeudis, vendredis et samedis

    01 88 32 09 75


    votre commentaire
  • L'été est le moment de redécouvrir quelques classiques, ou de les découvrir.

     

    Le secret de l'empereur - Amélie de Bourbon Parme

    Folio ; 2017 ;  368 p.;  7€80.

    Présentation officielle : En 1555, l’empereur Charles Quint abdique et transmet sa couronne à son fils Philippe, pour rejoindre le monastère de Yuste en Estrémadure. Il se consacre à sa dernière passion : une horloge mystérieuse, dont aucun des maîtres horlogers qui l’entourent ne comprend le fonctionnement. Après avoir étendu son Empire de l’Europe aux Amériques, parviendra-t-il à percer l’insondable mystère du temps ? Pourquoi l’homme le plus puissant d’Occident, qui s’est opposé de toutes ses forces à la montée de l’Empire ottoman, décide-t-il de quitter le monde ?

    Amélie de Bourbon Parme est la fille du Prince Michel, mort le 7 Juillet 

    Le secret de l'empereur - Amélie de Bourbon Parme


    votre commentaire