• Ethnologie politique

    Par RN 1

    Un nouveau mot est apparu dans le langage journalistique dimanche soir sur BFMTV vers 21 h 47 lorsque Emmanuel Macron rejoignait la Porte de Versailles : c'est la « fracturation » (des partis traditionnels). Un mot heureux qui pourra entrer l'an prochain au dictionnaire. Trop plat, le mot fracture, à lui tout seul il n'explique rien et il est désespérément vide. Au contraire, fracturation donne un sens sociologique et nerveux, une intentionnalité forte et descriptive, lourds de sens. C'est Alain Rey qui sera content.

    Mitterrand toujours ressuscité. En 2012, François Hollande qui voulait se glisser dans le costume de François Mitterrand, avait effectué une longueur répétant plusieurs fois l'expression « Je mesure...» celle du Président en 1981 au soir de sa victoire : « Je mesure le poids de l'Histoire, sa rigueur, sa grandeur...»

    Dimanche soir : « ... J'en mesure l'honneur... » déclarait Marine Le Pen pour la place qui la qualifie pour le second tour.

    Vers 22 h 30, prenant à son tour la parole, donc bien après Marine Le Pen dont il a certainement entendu le propos : « Je mesure l'honneur insigne et la responsabilité...» déclare Emmanuel Macron.

    Marine Le Pen déclarait aussi: « Je ne demanderai pas à ceux qui me rejoignent, d'où ils viennent  ».

    « Je ne demanderai pas à ceux qui nous rejoignent d'où ils viennent  » déclare Macron Porte de Versailles. Qui copie l'autre ? Ou dans le premier cas, et pour sourire, copient-ils au fond Mitterrand ?

    Rappelons-nous un vieil article de Royauté-News, trouvé dans les Archives du Site mais toujours visible, pour ceux qui ont connu l'époque ^^héroÏque^^. Dans « L'éditorial - Courant d'air et inutilité de la république » (2013) : les systèmes contemporains ne sont au mieux, à travers leurs justifications et leurs promesses, que de la poudre de Merlin, de Perlin, Jospin, Raffarin, Villepin et Pinpin.

    Mais plus récemment, on relève des finales en "on", comme Fillon, Mélenchon, Hamon... Il y a là une mine (de crayon) d'algorithmes à déchiffrer, et il faut mettre dessus tous les calculateurs... Baluchon ? Surprise, on trouve aussi... Macron... et là, c'est tout le contraire et on trouve plus la filière qui succède.

    ...

    (suite de cette chronique dans les prochains jours)

     


  • Commentaires

    1
    TR
    Jeudi 27 Avril à 21:25

    Que met-on dans mon corbillon? Un Hamon, un Merluchon, un Macron, un Fillon... wink2

    En tous cas, bravo pour l'analyse des formules!

    2
    Vendredi 28 Avril à 09:08

    Merci ! happy happy happy



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :