• Elections Présidentielles 2017 ; plongée dans les archives

    La Rédaction

    Amusons-nous de cette couverture du Point (la semaine dernière) ; on peut estimer que Le Point en fait un peu trop...

    C'est un remake approximatif d'une couverture de magazine (peut-être le même) de 2002, que nous n'avons pas encore retrouvée dans nos archives : « Chirac : face à son destin gaullien » ; comme quoi les ficelles les plus grosses...

    La Présidentielle à J - 6 ; plongée dans les archives

    En 2002, pendant l'entre deux tours, Libération, dont cet exemplaire est conservé soigneusement, avait pris ses précautions pour le cas où Le Menhir serait élu au 2nd tour et avait rangé sa vaisselle habituelle.

    Ce numéro normalisait le personnage Le Pen, en le comparant à Jacques Chirac. Selon Libé, deux hommes finalement à la corde semblable. Deux hommes qui avaient connu longtemps un même parcours, les mêmes aventures, les mêmes filles (de bordel). Aussi humains l'un que l'autre, que seul le hasard semblait avoir séparés. Se forcer de ne pas rire, devant un des sommets de l'hypocrisie journalistique.

    Le numéro de Paris-Match était lui aussi un sommet. La France livrée au chaos, si Le Pen avait été élu. Etonnant, pour le parti de l'ordre... Les idées changent vite. La logique importe peu.

    Elections Présidentielles 2017 ; plongée dans les archives

     Entre des couvertures plus que défavorables à Jean-Marie Le Pen en 2002, celle-ci tranchait beaucoup :

    Elections Présidentielles 2017 ; plongée dans les archives

    « La République réélue » : on comprend ce que veut dire la République : faillite, compromission, échec, avilissement.

    Elections Présidentielles 2017 ; plongée dans les archives


  • Commentaires

    1
    TR
    Mardi 2 Mai à 11:18

    En tous cas, je ne sais pas s'il y a déjà eu un tel "choix" dans un pays se croyant démocratique, entre une personne aux fréquentations fascisantes, et un homme au lourd passif et aux projets proposant pire encore que le fascisme : l'esclavage généralisé.

    Le tout en sachant qu'au premier tour, certains résultats sont "bizarres" et donnent à entrevoir que des votes blancs voire des abstentions auraient pu être détournés : donc pour ce deuxième tour, l'abstention et le vote blanc ne seront pas réellement disponibles comme "non-choix".

    2
    Mardi 2 Mai à 11:31

    L'abstention reste une possibilité qui compte. Le vote blanc n'étant pas encore rétabli, il est inutile et cette expression fausse l'intention de ceux qui votent blanc. Les bulletins blancs sont comptabilisés comme nuls.

    Vous avez raison de dire que le choix qui s'était ouvert semble refermé. Mais la présence de ces deux candidats constitue cependant une nouveauté sans précédent. La finale est autrement plus savoureuse qu'un second tour Fillon-Hamon par exemple. Une victoire de Mélenchon face à Fillon aurait été une prise en otage ; on pourrait passer en revue toutes les possibilités : c'est le principe électoral qui est faussé depuis longtemps en France par l'importance et le poids démesurés des partis.

    La suite de notre analyse avant 14 h et ce soir aux alentours de 19 h, concernera les autres éléments dans la même suite.

    Pour rester dans les habitudes françaises, il n'a pas existé un vrai Centre dans la bataille du 1er Tour. C'est un premier point de déséquilibre.

    3
    Mardi 2 Mai à 13:01

    alors....???!!!!!



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :