• Des cancres à l'Elysée - Marc Ambroise-Rendu

    Des cancres à l'Elysée  -  Marc Ambroise-Rendu

    Jacob-Duvernet ;  12 fév. 2007 ;  21€25.

    Ce constat est demeuré après la parution de ce livre, et le demeure peut-être encore (un peu... ou beaucoup ?) RoyautéNews

    Présentation officielle : Ils ont eu des ministres compétents et convaincus. Ils ont eu des conseillers avisés. Ils ont lu des notes remarquables sur le sujet. Ils ont même, à l'occasion, fait des déclarations vibrantes sur la fragilité de la planète. Et pourtant, les présidents de la Ve République ont été des cancres en matière environnementale. Depuis plus d'un demi-siècle, les préoccupations socio-économiques n'ont jamais cessé de prendre le dessus sur l'enjeu écologique, au point que la France, " mauvaise élève " notoire de l'Europe en la matière, est aujourd'hui contrainte de payer des amendes exorbitantes.
    Cette situation est d'autant plus regrettable que le régime présidentiel, outil spécialement inventé pour voir loin, conférait à nos chefs d'Etat des pouvoirs immenses. Comment comprendre qu'en dépit de l'information dont ils disposaient, en dépit de la qualité de leur administration, ils n'aient pas utilisé ce levier d'action unique en son genre ? Frappé par l'ampleur et la gravité de cette paralysie, Marc Ambroise-Rendu a voulu revenir, président par président, sur l'histoire des politiques environnementales en France.
    La modernité à tout prix de De Gaulle, les brèves lueurs de Pompidou, les fausses bonnes intentions de Giscard, l'indifférence de Mitterrand, les beaux discours de Chirac... La France va-t-elle réussir à dépasser son allergie profonde à l'écologie, qui se manifeste dans son personnel politique, à commencer par l'Elysée ? Cet essai de politique de l'environnement est d'une actualité brûlante.

    Des cancres à l'Elysée  -  Marc Ambroise-Rendu


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    TR
    Lundi 11 Juin à 19:06

    Encore faudrait-il que l'écologie cesse aussi d'être l'otage de groupes qui n'y voient qu'un prétexte pour faire avancer des idées qui n'ont rien à voir, mettant en avant des problèmes mineurs voire imaginaires, et laissant de côté les problèmes majeurs (même si ces derniers temps, on perçoit plus d'insistance sur la question des pesticides; mais il a fallu attendre que les abeilles soient en danger critique, et qu'on ne puisse plus éluder les effets sur la santé humaine des perturbateurs endocriniens : l'alerte au grand public n'est même pas venue d'eux).



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :